Deere enregistre un bénéfice de 420 M$ US au troisième trimestre



    
    -   La société bénéficie d'un trimestre rentable malgré le ralentissement
        économique mondial.

    -   Les activités profitent du bon déroulement des plans visant à réduire
        les coûts et les inventaires.

    -   Deere occupe une position idéale pour capitaliser sur les tendances à
        long terme positives.
    

    MOLINE, IL, le 21 août /CNW/ - Deere & Company a annoncé aujourd'hui un
revenu mondial net de 420,0 M$ US, soit 0,99 $ US par action, pour le
troisième trimestre clos le 31 juillet, comparativement à 575,2 M$ US, soit
1,32 $ US par action, pour la même période de l'année précédente. Pour les
neuf premiers mois de l'année, le revenu net s'élevait à 1,096 G$ US, soit
2,59 $ US par action, comparativement à 1,708 G$ US, soit 3,89 $ US par
action, pour la même période de l'année précédente.
    Le chiffre d'affaires et les produits d'exploitation nets mondiaux ont
diminué de 24 pour cent, passant à 5,885 G$ US pour le troisième trimestre et
ont enregistré une baisse de 15 pour cent comparativement à l'année
précédente, passant à 17,778 G$ US pour les neuf premiers mois. Le chiffre
d'affaires net des activités d'équipement s'élevait à 5,283 G$ US pour le
trimestre, et à 16,030 G$ US pour les neuf premiers mois, comparativement à
7,070 G$ US et à 19,070 G$ US pour l'année précédente.
    "John Deere vient de terminer un trimestre très rentable malgré la
persistance des pressions économiques mondiales, et la société a encore
amélioré sa position concurrentielle à l'échelle mondiale", a déclaré Samuel
R. Allen, président et chef de la direction. "Nous avons bénéficié de façon
continue de la force du marché américain pour la machinerie agricole lourde
ainsi que de nos efforts visant à conserver une bonne maîtrise des coûts et
des inventaires. Le secteur de la construction et de la foresterie de Deere,
par exemple, exécute avec succès des plans minutieux visant à ajuster les
dépenses et les niveaux d'actifs pour pallier au déclin considérable dans ses
marchés", a ajouté M. Allen.

    Sommaire des opérations

    Le chiffre d'affaires net des opérations mondiales d'équipement a diminué
de 25 pour cent pour le trimestre, et de 16 pour cent pour la période de neuf
mois. Les ventes comprenaient un effet négatif de conversion des devises de 4
pour cent pour le trimestre et de 5 pour cent pour la période de neuf mois,
ainsi que des hausses de prix de 6 pour cent pour les deux périodes. Aux
Etats-Unis et au Canada, le chiffre d'affaires net tiré des ventes
d'équipement a diminué de 16 pour cent pour le trimestre, et de 9 pour cent
pour l'année à ce jour. A l'extérieur des Etats-Unis et du Canada, le chiffre
d'affaires net a diminué de 37 pour cent pour le trimestre, et de 26 pour cent
pour la période de neuf mois, en plus d'un effet négatif de conversion des
devises de 7 pour cent pour le trimestre, et de 11 pour cent pour l'année à ce
jour.
    Les activités d'équipement de Deere ont enregistré un bénéfice
d'exploitation de 452 M$ US pour le trimestre, et de 1,387 G$ US pour les neuf
premiers mois, comparativement à 818 G$ US et à 2,377 G$ US pour l'année
précédente. La détérioration enregistrée au cours des deux périodes est
principalement due à la diminution des volumes d'expédition et de production
et aux effets négatifs de conversion des devises, qui ont été contrebalancés
en partie par l'amélioration de la réalisation des prix et la diminution des
dépenses liées à la vente, à l'administration et aux frais généraux. De plus,
l'augmentation des coûts des matières premières a eu une incidence sur les
résultats enregistrés pour la période de neuf mois.
    Les opérations d'équipement ont enregistré un revenu net de 319 M$ US
pour le trimestre, et de 879 M$ US pour les neuf premiers mois,
comparativement à 479 M$ US et à 1,408 G$ US pour l'année précédente. Associés
à la diminution du taux d'imposition réel de l'année en cours, les facteurs
opérationnels mentionnés ci-dessus ont eu une incidence sur les résultats pour
le trimestre et les neuf premiers mois.
    En mettant une fois de plus l'accent sur la gestion de l'actif, la
société a continué à favoriser son rendement. A la fin du trimestre, les
créances clients et les inventaires se chiffraient à 6,250 G$ US, soit 28 pour
cent des ventes des 12 mois précédents, comparativement à 7,457 G$ US, soit 30
pour cent des ventes, pour l'année précédente.
    Les services financiers ont enregistré un revenu net de 102,1 M$ US pour
le trimestre, et de 217,8 M$ US pour les neuf premiers mois, comparativement à
83,4 M$ US et à 267,5 M$ US pour l'année précédente. Les résultats étaient
plus élevés pour ce trimestre en raison des avantages tirés des crédits
d'impôt à l'investissement pour les projets d'énergie éolienne, des profits
sur change et de la diminution des dépenses liés à la vente, à
l'administration et aux frais généraux. L'augmentation de la provision pour
pertes sur créances et la diminution des écarts de financement ont permis de
contrebalancer en partie ces facteurs. Le revenu net à neuf mois était moins
élevé en raison de l'augmentation de la provision pour pertes sur créances, de
la diminution des écarts de financement et de la diminution des commissions
tirées de l'assurance-récolte, facteurs qui ont été contrebalancés en partie
par les avantages liés aux crédits d'impôt à l'investissement et à la
diminution des dépenses liées à la vente, à l'administration et aux frais
généraux.

    Perspective de la société et sommaire

    Selon les attentes, les ventes d'équipement de la société devraient
diminuer de 21 pour cent sur l'ensemble de l'année, et de 34 pour cent pour le
quatrième trimestre, y compris les effets négatifs actuels de conversion des
devises pour l'année de près de 4 pour cent pour l'année et environ 1 pour
cent pour le trimestre. Le revenu net de Deere devrait totaliser environ 1,1
G$ pour 2009, et ce, malgré la plus importante diminution des ventes attendues
en une seule année depuis au moins 50 ans. Les réductions considérables de la
production qui sont imposées en raison de la demande du marché de détail
auront également une incidence sur les résultats du quatrième trimestre. Le
trimestre comprendra également des coûts pour la rationalisation des
activités, tel qu'annoncé précédemment.
    Malgré la conjoncture économique actuelle, la société croit que les
tendances sous-jacentes demeurent très prometteuses pour ses secteurs
d'activité. "John Deere occupe une bonne position pour répondre aux besoins
mondiaux croissants en termes de produits alimentaires, d'hébergement,
d'infrastructure et d'énergie par l'intermédiaire d'une importante gamme
d'équipement et de services avancés", a déclaré M. Allen. "En outre, nous
sommes confiants que notre capacité à ajuster la production aux marchés
dynamiques nous aidera à traverser cette période difficile tout en demeurant
solides et prêts à saisir les occasion futures de croissance."

    
                                 (*) (*) (*)

    Rendement de la division de l'équipement
    

    Agriculture et gazons. Les ventes ont diminué de 21 pour cent pour le
trimestre, et de 9 pour cent pour la période de neuf mois et ce,
principalement en raison de la diminution des volumes d'expédition et des
effets négatifs de conversion des devises, facteurs qui ont été contrebalancés
en partie par l'amélioration de la réalisation des prix. Le bénéfice
d'exploitation s'élevait à 480 M$ pour le trimestre, et à 1,472 G$ pour
l'année à ce jour, comparativement à 725 M$ et à 2,001 G$ pour les mêmes
périodes de l'année précédente. Le bénéfice d'exploitation enregistré au cours
des deux périodes étaient principalement dû à la diminution des volumes
d'expédition et de production et aux effets négatifs de conversion des
devises, qui ont été contrebalancés en partie par l'amélioration de la
réalisation des prix et la diminution des dépenses liées à la vente, à
l'administration et aux frais généraux. L'augmentation des prix des matières
premières a également eu un effet négatif sur les résultats pour la période de
neuf mois.
    Construction et foresterie. Les ventes du secteur de la construction et
de la foresterie ont diminué de 47 pour cent pour le trimestre, et de 45 pour
cent pour la période de neuf mois en raison de pertes opérationnelles de 28 M$
pour le trimestre, et de 85 M$ pour l'année à ce jour. L'année dernière, le
secteur a enregistré des bénéfices d'exploitation de 93 M$ et de 376 M$ pour
les mêmes périodes de l'année précédente. Ces diminutions sont principalement
dues à une importante diminution des volumes d'expédition et de production,
qui ont été contrebalancés en partie par une diminution des dépenses liés à la
vente, à l'administration et aux frais généraux, ainsi qu'à l'amélioration de
la réalisation des prix. L'augmentation des prix des matières premières a
également eu un effet négatif sur les résultats pour l'année à ce jour.

    Conditions et perspectives du marché

    Agriculture et gazons. Sur l'année, on prévoit une diminution de près de
15 pour cent des ventes du secteur Agriculture et gazons, ce qui comprend un
effet négatif de conversion des devises d'environ 5 pour cent. Au début du
troisième trimestre de 2009, la société a combiné les secteurs de l'équipement
agricole et de l'équipement commercial et grand public. Les départs
volontaires liés à la nouvelle structure organisationnelle ont entraîné des
frais avant impôt de 16 M$ pour le troisième trimestre, et seront d'environ 85
M$ pour le quatrième trimestre. Les économies annuelles engendrées par le
programme de départ volontaire devrait se situer entre 50 M$ et 60 M$ en 2010.
    Au niveau de l'industrie, les ventes de machinerie agricole aux
Etats-Unis et au Canada devraient diminuer légèrement pour l'année et ce, même
si l'on prévoit que les ventes de tracteurs lourds, de
moissonneuses-batteuses, de pulvérisateurs et d'équipement de semis seront
plus élevées. En ce qui concerne les autres régions du monde, on s'attend à ce
que les ventes de machinerie agricole de l'industrie en Europe occidentale
diminuent de 10 à 15 pour cent pour l'année. En outre, on s'attend à ce que
les marchés de l'Europe centrale et de la Communauté des Etats indépendants
connaissent une brusque diminution. En Amérique du Sud, on prévoit une baisse
des ventes de l'industrie de 20 à 30 pour cent pour l'année. Aux Etats-Unis et
au Canada, on prévoit une baisse des ventes d'équipement pour gazons et de
tracteurs utilitaires compacts de l'industrie d'environ 20 pour cent.
    Construction et foresterie. Une diminution d'environ 47 pour cent des
ventes mondiales d'équipement de construction et de foresterie de Deere est
prévue sur l'année. Cette diminution serait attribuable au ralentissement de
l'économie mondiale, aux niveaux historiquement bas d'activités de
construction aux Etats-Unis et à la poursuite de la détérioration des marchés
de la foresterie partout dans le monde.
    Crédit. Il est prévu que le revenu des activités de crédit de Deere pour
toute l'année 2009 atteigne environ 270 M$. Cette diminution attendue par
rapport à 2008 est principalement due à la réduction des écarts de
financement, à l'augmentation de la provision pour pertes sur créances et à la
diminution des commissions tirées de l'assurance-récolte, facteurs qui ont été
contrebalancés en partie par les avantages tirés des crédits d'impôt à
l'investissement associé aux projets d'énergie éolienne.

    John Deere Capital Corporation

    Les données suivantes sont présentées au nom de la filiale de crédit de
la société, John Deere Capital Corporation (JDCC), conjointement aux exigences
de présentation applicables à l'émission périodique de titres de créance par
la société dans le marché public.
    Le revenu net de JDCC totalise 59,1 M$ pour le troisième trimestre, et
128,1 M$ pour l'année à ce jour, comparativement à 70,1 M$ et à 224,6 M$ pour
les mêmes périodes de l'année précédente. Les résultats de ce trimestre sont
moins élevés en raison de l'augmentation de la provision pour pertes sur
créances et de la réduction des écarts de financement, facteurs qui ont été
contrebalancés en partie par les profits sur change et la diminution des
dépenses liées à la vente, à l'administration et aux frais généraux. Le revenu
net à neuf mois était moins élevé en raison de l'augmentation de la provision
pour pertes sur créances, de la diminution des écarts de financement et de la
diminution des commissions tirées de l'assurance-récolte, facteurs qui ont été
contrebalancés en partie par la diminution des dépenses liées à la vente, à
l'administration et aux frais généraux.
    Les créances et les baux nets financés par JDCC étaient de 19,336 G$ en
date du 31 juillet 2009, comparativement à 19,289 G$ pour l'année précédente.
Les créances et les baux nets administrés, qui incluent les créances
administrées mais non détenues, totalisaient 19,482 G$ en date du 31 juillet
2009, comparativement à 19,454 G$ pour l'année précédente.

    Règle refuge

    Règle refuge en vertu de la Private Securities Litigation Reform Act de
1995 : Les déclarations du présent communiqué faites sous les rubriques
"Perspective de la société et sommaire" et "Conditions et perspectives du
marché", ainsi que d'autres déclarations qui se rapportent aux périodes
d'exploitation futures sont assujetties à d'importants risques et incertitudes
qui pourraient entraîner un écart considérable entre les prévisions et les
résultats réels. Certains de ces risques et incertitudes pourraient entraîner
des répercussions pour certains secteurs d'activité, tandis que d'autres
pourraient entraîner des répercussions pour l'ensemble des activités de la
société.
    Les énoncés prospectifs impliquent certains facteurs qui risquent de
changer, dont, pour le segment d'équipement agricole de la société, les
nombreux facteurs liés entre eux qui influent sur la confiance des
agriculteurs. Ces facteurs incluent la conjoncture économique mondiale, la
demande pour des produits agricoles, les stocks mondiaux de grains, les
conditions météorologiques, l'état des sols, le rendement des récoltes, les
prix des produits de base et du bétail, les dépenses de production des
récoltes et du bétail, la disponibilité du transport pour les récoltes,
l'augmentation des usages non alimentaires pour certaines récoltes (y compris
la production d'éthanol et de biodiésel), les valeurs immobilières, la
superficie disponible pour les activités agricoles, les politiques foncières
de divers gouvernements, les modifications des programmes et politiques
agricoles des gouvernements (y compris celles des Etats-Unis et du Brésil), la
réaction internationale face à ces programmes, les accords de commerce
mondial, les maladies animales et leurs effets sur la consommation et les prix
de la volaille et du boeuf (y compris la grippe aviaire et l'encéphalopathie
spongiforme bovine, plus communément connue sous le nom de "maladie de la
vache folle"), les ravageurs et les maladies de culture (y compris la rouille
asiatique), et le niveau d'exportation des produits agricoles (y compris les
préoccupations relatives aux organismes génétiquement modifiés).
    Les facteurs touchant les perspectives du secteur de l'équipement pour
gazons et utilitaires incluent la conjoncture économique globale, la confiance
des consommateurs, les conditions météorologiques, la rentabilité des clients,
les comportements d'emprunt des consommateurs, les préférences d'achat des
consommateurs, les mises en chantier, les investissements en infrastructure,
les dépenses des municipalités et des clubs de golf, et les prix des facteurs
de production destinés à la consommation.
    La conjoncture économique générale, les comportements des consommateurs
en termes de dépenses, les prix des biens immobiliers et du logement, le
nombre de mises en chantier et les taux d'intérêt sont particulièrement
importants pour les ventes de l'équipement de construction et de foresterie de
la société. Les niveaux de construction publique et résidentielle ont
également une incidence sur les résultats du segment de construction et de
foresterie de la société. Les prix de la pulpe, du bois et des panneaux
structuraux sont importants pour les ventes d'équipement de foresterie.
    Tous les secteurs et les résultats présentés de la société sont touchés
par la conjoncture économique générale dans les marchés mondiaux au sein
desquels la société oeuvre, ainsi que par la stabilité politique et sociale de
ceux-ci, surtout en ce qui a trait aux changements considérables de l'activité
économique au sein de ces marchés; à la confiance des clients dans la
conjoncture économique générale; aux taux de change, particulièrement les
variations de la valeur du dollar américain, des taux d'intérêt et des taux
d'inflation et de déflation; aux bouleversements des marchés boursiers; aux
modifications importantes de la liquidité des marchés boursiers, de l'accès au
capital et des coûts de financement associés; aux retards et aux
bouleversements de la chaîne d'approvisionnement de la société en raison des
conditions météorologiques, de catastrophes naturelles ou de difficultés
financières, ou en raison de la perte de liquidité par les fournisseurs (y
compris les fournisseurs ordinaires auprès de l'industrie automobile); aux
modifications des politiques bancaires, monétaires et fiscales et des
programmes gouvernementaux dans certaines juridictions ou au profit de
certains secteurs et l'incidence de ces modifications; aux mesures prises par
les agences de cotation; à l'accès au capital pour les clients en ce qui a
trait aux achats des produits de la société, aux pratiques d'emprunt et de
remboursement, au nombre et à l'importance des défaillances et des défauts de
paiement, et aux crises de crédit du marché du logement; aux modifications des
valeurs financières des actifs d'investissement; aux difficultés en matière de
production, de conception et de technologie, y compris la capacité et les
contraintes et les prix de l'approvisionnement; la disponibilité et les prix
des matières, des composants et des marchandises en gros obtenus de manière
stratégique; aux démarrages de nouvelles usines et aux lancements de nouveaux
produits; au succès des nouvelles initiatives de produit et à l'acceptation
des nouveaux produits par les clients; aux coûts du pétrole et de l'énergie et
aux ressources disponibles; à la disponibilité et au prix des cargaisons; aux
politiques commerciales, monétaires et fiscales de divers pays (y compris les
politiques protectionnistes qui bouleversent le commerce international); aux
guerres et autres conflits internationaux et la menace de tels conflits; aux
mesures prises par le Federal Reserve Board des Etats-Unis et d'autres banques
centrales; aux mesures prises par la Securities and Exchange Commission des
Etats-Unis; aux mesures prises par les agences de réglementation dans les
secteurs de l'environnement, de la santé et de la sécurité, y compris les
mesures liées aux émissions des moteurs (en particulier les exigences en
termes d'émission de catégorie 4), au bruit et au risque de changement
climatique; aux mesures prises par les organismes de réglementation; aux
mesures prises par les entreprises concurrentes des diverses industries au
sein desquelles la société oeuvre, particulièrement les réductions de prix;
aux pratiques commerciales, surtout en ce qui a trait aux niveaux des
inventaires de produits neufs et usagés pour le terrain; aux relations et lois
pour le travail; aux modifications des normes comptables; aux changements des
taux d'imposition et des lois; aux effets des actes terroristes et aux
réactions par rapport à ceux-ci; et aux modifications des lois et
réglementations touchant les secteurs au sein desquels la société oeuvre. La
propagation d'épidémies majeures (dont la grippe H1N1 et d'autres grippes, le
SRAS, les fièvres et autres virus) pourraient également avoir une incidence
sur les résultats de la société. Les modifications des régimes climatiques
pourraient avoir une incidence sur les activités des clients et les résultats
de la société. Les résultats de la société peuvent également être touchés par
les modifications du niveau des prestations de retraite des employés, les
modifications des valeurs financières des actifs d'investissement et le niveau
des taux d'intérêt, qui influent sur les coûts des prestations de retraite, et
les modifications considérables des coûts des soins de santé. Parmi les autres
facteurs qui pourraient influer sur les résultats, on compte les acquisitions
et les dessaisissements d'entreprises, l'intégration de nouvelles entreprises,
la mise en place de changements organisationnels tels que la combinaison des
segments de l'équipement agricole et de l'équipement commercial et grand
public, les modifications des dividendes déclarés par la société et l'émission
et le rachat d'actions ordinaires.
    En ce qui concerne le ralentissement économique, des modifications des
politiques bancaires, monétaires et fiscales des gouvernements visant à
restituer les liquidités et accroître la disponibilité du crédit pourraient se
révéler inefficaces et avoir une incidence considérable sur les clients et les
marchés de la société. Des modifications importantes des conditions de
liquidités des marchés pourraient avoir une incidence sur l'accès au
financement ainsi que sur les coûts de financement associés, ce qui pourrait
diminuer le bénéfice net et les flux de trésorerie de la société. Les
activités de gestion des investissements de la société pourraient être
touchées négativement par des modifications des marchés des actions et des
obligations, ce qui aurait une incidence négative sur le bénéfice net.
    La conjoncture économique générale peut également influer sur la demande
pour l'équipement produit par la société. La conjoncture et les perspectives
négatives actuelles ont freiné la demande pour certains types d'équipement. De
plus, les programmes gouvernementaux offrant de l'aide à certains secteurs ou
industries pourraient avoir une incidence négative sur la position
concurrentielle de la société.
    Le ralentissement économique et l'instabilité des marchés observés
récemment ont eu une incidence négative sur l'industrie financière au sein de
laquelle John Deere Capital Corporation et d'autres filiales de crédit
(Crédit) oeuvrent. La liquidité et la rentabilité soutenue du secteur Crédit
dépendent largement de l'accès en temps opportun au capital, qui permettra de
répondre aux exigences futures en termes de flux de trésorerie et de financer
les activités ainsi que les coûts associés à la participation à des activités
de financement diversifiées, et qui permettra de financer les achats des
produits de la société. Si les bouleversements et l'instabilité des marchés se
poursuivent ou s'aggravent, ou que l'accès aux programmes gouvernementaux de
liquidité diminue, le financement pourrait être indisponible ou insuffisant.
De plus, en vertu des conditions actuelles des marchés, les niveaux de
confiance des clients pourraient entraîner des diminutions des demandes de
crédit et des augmentations des taux de défaillance et de défaut de paiement,
ce qui pourrait avoir une incidence considérable sur les radiations et les
provisions pour pertes sur créances du secteur Crédit.
    Les perspectives de la société sont fondées sur des hypothèses relatives
aux facteurs décrits ci-dessus, qui sont parfois fondées sur des estimations
et des données préparées par des agences gouvernementales. Ces données et
estimations sont souvent révisées. Sauf si la loi l'exige, la société rejette
toute responsabilité quant à la mise à jour ou à la révision de ses
perspectives, que ce soit à la suite de nouveaux développements ou autrement.
Pour obtenir de plus amples renseignements sur la société et ses secteurs
d'activité, y compris les facteurs qui pourraient potentiellement influer sur
les résultats financiers de la société, veuillez consulter le plus récent
rapport annuel de la société sur le formulaire 10-K (y compris les facteurs
discutés à l'article 1A. Facteurs de risque) et d'autres documents déposés
auprès de la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis.

    
           Communiqué de presse pour le troisième trimestre de 2009
                           (en millions de dollars)
                                 Non vérifié

                   Trois mois clos le 31 juillet Neuf mois clos le 31 juillet
                                             %                            %
                         2009      2008    Ecart     2009       2008    Ecart
    Chiffre d'affaires
     et revenus nets :
      Chiffre d'affaires
       net - Agriculture
       et gazons (xxx)   4 651 $   5 876 $   -21    14 057 $   15 500 $    -9
      Chiffre d'affaires
       net - Construction
       et foresterie       632     1 194     -47     1 973      3 570     -45

         Chiffre
          d'affaires net
          total (*)      5 283     7 070     -25    16 030     19 070     -16
      Revenus du crédit    501       550      -9     1 432      1 632     -12
      Autres revenus       101       119     -15       316        334      -5

         Total du chiffre
          d'affaires et
          des revenus
          nets(*)        5 885 $   7 739 $   -24    17 778 $   21 036 $   -15

    Bénéfice d'exploitation
     (perte) : (xx)
      Agriculture et
       gazons (xxx)        480 $     725 $   -34     1 472 $    2 001 $   -26
      Construction et
       foresterie          (28)       93               (85)       376
      Crédit                95       111     -14       206        376     -45
      Autre                  5         5                 9         12     -25

        Bénéfice d'exploitation
         total (*)         552       934     -41     1 602      2 765     -42
    Intérêts, frais généraux
     et impôt sur le
     revenu               (132)     (359)    -63      (506)    (1 057)    -52

        Revenu net         420 $     575 $   -27     1 096 $    1 708 $   -36

    (*)   Comprend les activités d'équipement à l'extérieur des Etats-Unis et
          du Canada comme suit :

          Chiffre d'affaires
           net           1 940 $   3 072 $   -37     5 912 $    7 942 $   -26
          Bénéfice
           d'exploitation   79 $     332 $   -76       245 $      925 $   -74

          La société divise ses activités en deux zones géographiques
          distinctes : "Etats-Unis et Canada" et "à l'extérieur des
          Etats-Unis et du Canada".

    (xx)  Le bénéfice d'exploitation (perte) est un revenu tiré des activités
          poursuivies avant intérêts débiteurs externes, certains profits et
          pertes sur change, impôt sur le revenu et frais généraux du siège
          social. Cependant, le bénéfice d'exploitation du secteur du crédit
          inclut l'effet des intérêts débiteurs et les profits et pertes sur
          change.
    (xxx) Au début du troisième trimestre de 2009, la société a combiné les
          secteurs de l'équipement agricole et de l'équipement commercial et
          grand public. Par conséquent, ces deux secteurs ont été combinés
          dans le segment Agriculture et gazons. Le chiffre d'affaires net et
          le bénéfice d'exploitation du segment Agriculture et gazons pour le
          troisième trimestre et les neuf premiers mois de 2009 sont indiqués
          ci-dessus. Voici les données pour les deux premiers trimestres de
          2009 et 2008 ainsi que pour les exercices 2008 et 2007 (en millions
          de dollars) :

    Agriculture et   Premier trimestre  Deuxième trimestre       Années
     gazons             2009     2008     2009     2008      2008      2007

    Chiffre d'affaires
     net               3 819 $  3 501 $  5 587 $  6 124 $  20 985 $  16 454 $
    Bénéfice
     d'exploitation      289      340      703      936     2 461     1 747
    





Renseignements :

Renseignements: Ken Golden, directeur des relations publiques
stratégiques de Deere & Company, (309) 765-5678


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.