Deere annonce des bénéfices records de 904 millions $ pour le deuxième trimestre

  • Le bénéfice augmente de 65 % suite à une augmentation de 25 % du chiffre d'affaires et des produits nets.
  • Les ventes et les profits atteignent des niveaux trimestriels records jamais atteints jusque-là.
  • La performance bénéficie de la forte demande pour la machinerie agricole.
  • La prévision des bénéfices a augmenté pour se situer à 2,65 milliards $.

MOLINE, IL, le 19 mai /CNW/ - Pour le deuxième trimestre clos le 30 avril, le bénéfice net de Deere & Company (NYSE: DE) est de 904,3 millions $ ou 2,12 $ par action comparé à 547,5 millions $ ou 1,28 $ par action pour la période équivalente de l'exercice précédent.

Les bénéfices du deuxième trimestre 2010 étaient de 677,0 millions $, soit 1,58 $ par action, diminués d'une charge fiscale de 129,5 millions $ ou 0,30 $ par action suite à l'entrée en vigueur de la législation sur l'assurance médicale aux États-Unis. (Les informations sur les mesures non PCGR sont incluses en annexe).

Pour le premier semestre de l'exercice, les produits nets de Deere & Company s'élèvent à 1,418 milliard $, soit 3,32 $ par action comparé à 790,7 millions $ ou 1,85 $ par action l'année dernière. Les résultats semestriels 2010 ont aussi subi l'impact de la charge fiscale.

Les ventes et les produits mondiaux ont augmenté de 25 % pour se situer à 8,910 milliards $ pour le deuxième trimestre et ont aussi connu une hausse de 26 % pendant le premier semestre en atteignant 15,029 milliards $. Le chiffre d'affaires net des activités liées aux équipements a atteint 8,328 milliards $ pour le trimestre et 13,841 milliards $ pour le semestre, comparé à 6,548 milliards $ et 10,785 milliards $ pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent.

« Avec cette performance record au deuxième trimestre, John Deere est bien placé pour obtenir des résultats exceptionnels cette année », déclare Samuel R. Allen, président du conseil d'administration et chef de la direction. « Notre réussite est la concrétisation d'une forte demande pour nos gammes innovantes d'équipements et la poursuite de l'application pleine de brio de nos plans commerciaux. Les actions de Deere visant à étendre sa compétitivité mondiale attirent de nouveaux clients dans le monde entier et sont un facteur majeur de nos résultats. »

Les ventes d'équipements agricoles lourds, en particulier aux États-Unis, au Canada et au Brésil, continuent de jouer un rôle important dans la performance de l'entreprise. Les livraisons d'équipements de construction augmentent malgré la faiblesse persistante des secteurs du BTP. « Le marchés des équipements de construction aux États-Unis et celui de la machinerie agricole en Europe sont aux stades précoces de la reprise », estime M. Allen. « Nous sommes optimistes en ce qui concerne les opportunités à long terme d'amélioration continue dans ces secteurs et dans d'autres domaines clés. »

Résumé des activités

Le chiffre d'affaires mondial net des activités liées aux équipements a augmenté de 27 % pour le trimestre et de 28 % pour le semestre comparé aux périodes équivalentes de l'exercice précédent. Les ventes incluent une incidence positive de la conversion des devises de 3 % pour le trimestre et de 2 % pour le semestre ainsi qu'une réalisation des prix de 4 % pour le trimestre et de 3 % en cumul annuel. Les ventes nettes d'équipement aux États-Unis et au Canada ont grimpé de 17 % pour le trimestre et de 24 % en cumul annuel. Les ventes nettes à l'extérieur des États-Unis et du Canada ont augmenté de 45 % pour le trimestre et de 36 % pour le semestre, en tenant compte d'une incidence positive de la conversion des devises de 8 % et de 4 % pour ces périodes.

Les activités liées à l'équipement de Deere ont présenté un bénéfice d'exploitation de 1,268 milliard $ pour le trimestre et de 1,914 milliard $ pour le semestre, comparativement à 988 millions $ et 1,303 milliard $ pour les périodes équivalentes de l'exercice précédent.

Cette hausse des résultats pour les deux périodes est attribuable principalement à l'impact positif de la croissance des volumes de livraison et de production ainsi qu'à l'amélioration des prix réalisés. La hausse des frais de ventes, des frais administratifs et généraux ainsi que des coûts des matières premières a eu pour effet de compenser partiellement cette progression.

Les activités liées à l'équipement de Deere ont présenté un bénéfice net de 797 millions $ pour le deuxième trimestre et de 1,193 milliard $ pour le premier semestre, comparativement à 454 millions $ et 623 millions $ pour les périodes équivalentes de l'exercice précédent. Les mêmes facteurs opérationnels que ceux susmentionnés, ainsi qu'un taux d'imposition effectif plus faible ont eu un impact sur les résultats trimestriels et semestriels. La baisse du taux d'imposition est principalement imputable à la charge fiscale 2010 précédemment mentionnée.

Les services financiers ont annoncé un bénéfice net attribuable à Deere & Company de 105,1 millions $ pour le trimestre et de 223,3 millions $ pour le semestre, comparativement à 86,9 millions $ et 172,0 millions pour les mêmes périodes l'an dernier. Les résultats sont à la hausse pour les deux périodes principalement à cause de la croissance du portefeuille et d'une réduction de la provision des pertes sur créances.

Perspectives de la société et résumé

L'augmentation des ventes d'équipement de la société devrait se situer entre 21 et 23 % pour l'exercice 2011 et jusqu'à 20 % pour le troisième trimestre comparé aux périodes identiques de l'exercice précédent. Cette prévision comprend un effet favorable de conversion d'environ 3 % pour l'exercice et d'environ 6 % pour le trimestre. Le bénéfice net imputable à Deere & Company devrait s'élever à environ 2,650 milliards $ pour tout l'exercice.

La prévision annuelle inclut l'impact négatif estimé à environ 300 millions $ en chiffre d'affaires et 70 millions $ en bénéfice d'exploitation suite au récent tremblement de terre et au tsunami au Japon.

D'après M. Allen, les solides performances financi��res de la société permettent de soutenir une croissance organique intense. « Nos investissements constants dans de nouveaux produits et l'expansion de notre capacité mondiale permet à la société d'envisager l'avenir avec sérénité », estime-il. « John Deere est par conséquent bien positionné pour faire face à la croissance de la demande mondiale en matière de produits agricoles, d'hébergement et d'infrastructure. Nous pensons que ces développements auront un impact positif sur la demande en matière d'équipements agricole et de construction au cours des années à venir et laissent envisager un avenir très prometteur. »

Performance de la division Équipements

Équipements agricole et gazons. Le chiffre d'affaires de la division s'est accru de 24 % pour le trimestre et de 23 % pour le semestre, en raison principalement des volumes de livraison plus élevés, des effets positifs de la conversion des devises et de l'amélioration des prix réalisés.

Le bénéfice d'exploitation a atteint 1,163 milliard $ pour le trimestre et de 1,720 milliard $ en cumul annuel, comparativement à 952 millions $ et 1,304 milliard $ respectivement l'année dernière. Cette hausse du bénéfice d'exploitation pour les deux périodes est attribuable principalement à l'impact positif de la croissance des volumes de livraison et de production ainsi qu'à l'amélioration des prix réalisés. La hausse des frais de ventes, des frais administratifs et généraux ainsi que des coûts des matières premières a eu pour effet de compenser partiellement cette progression.

Construction et foresterie. Le chiffre d'affaires de la division s'est accru de 46 % pour le trimestre et de 61 % pour le semestre, en raison principalement des volumes de livraison plus élevés et de l'amélioration des prix réalisés. Le bénéfice d'exploitation de la division est de 105 millions $ pour le trimestre et de 194 millions $ pour le semestre, comparativement à un bénéfice d'exploitation de 36 millions $ pour le trimestre et à une perte d'exploitation de 1 million $ pour le semestre de l'exercice précédent. Cette hausse du bénéfice d'exploitation pour les deux périodes est attribuable principalement à l'impact positif de la croissance des volumes de livraison et de production ainsi qu'à l'amélioration des prix réalisés. La hausse des frais de ventes, des frais administratifs et généraux ainsi que des coûts des matières premières a eu pour effet de compenser partiellement cette progression.

Perspectives et conjoncture du marché

Équipements agricole et gazons. À l'échelle mondiale, les prévisions d'augmentation des ventes d'équipements agricole et gazons est d'environ 20 % pour tout l'exercice 2011, grâce à une conjoncture agricole mondiale favorable et un effet positif de la conversion des devises d'environ 4 %.

Les exploitants agricoles dans la plupart des marchés mondiaux majeurs jouissent de revenus solides compte tenu de la forte demande mondiale pour les produits agricoles, de la faiblesse des stocks de céréales par rapport à leur utilisation et des cours relativement élevés des récoltes clés. Les prix des produits agricoles ont fortement augmenté depuis le début de l'année et leur moyenne pour 2011 devrait dépasser largement les niveaux des années antérieures.

Après des progrès considérables en 2010, les ventes de machinerie agricole aux États-Unis et au Canada devraient augmenter entre 5 et 10 % en 2011. Les conditions générales demeurent positives et la demande pour des équipements grande puissance reste importante. Néanmoins, les limites de la production et les problèmes de transition associés au lancement général d'équipements Interim Tier 4, conformes aux normes d'émission, devraient atténuer le potentiel de ventes à très court terme.

Les ventes de l'industrie dans les 27 pays de l'Union européenne, en Europe occidentale et centrale, devraient augmenter de 15 % alors que les ventes dans la Communauté des états indépendants devraient connaître des gains importants par rapport aux niveaux médiocres de l'exercice précédent. Les conditions agricoles s'améliorent dans les marchés européens et dans ceux de la CEI. Les ventes de l'industrie devraient connaître une croissance forte en Asie après les améliorations considérables de l'année dernière.

En Amérique du Sud, les ventes de l'industrie pour l'exercice devraient baisser de 5 à 10 % par rapport aux niveaux élevés de 2010. La faiblesse du créneau des petits tracteurs au Brésil et l'entrée en vigueur récente de politiques d'importation en Argentine ont contribué à cette chute. Les propres ventes de Deere dans cette région devraient profiter de l'introduction d'un éventail important de produits.

Les ventes de l'industrie d'équipement d'entretien des gazons et des tracteurs utilitaires aux États-Unis et au Canada devraient rester moroses après une reprise modeste en 2010.

Construction et foresterie. Les ventes mondiales d'équipement de construction et de foresterie de John Deere devraient connaître une hausse d'environ 35 % pour l'ensemble de l'exercice financier de 2011. Cette augmentation reflète les conditions du marché qui se sont quelque peu amélioré par rapport aux faibles niveaux de l'exercice précédent ainsi qu'une reprise de l'activité en dehors des États-Unis et du Canada. En outre, les ventes d'équipements de construction aux entreprises de location indépendantes devraient continuer d'augmenter. Les marchés mondiaux de la foresterie devraient continuer de s'améliorer suite à la forte augmentation des cours du bois et de la pâte à papier.

Services financiers. Le bénéfice net pour tout l'exercice 2011 imputable à Deere & Company pour les services financiers devrait s'élever à environ 435 millions $. Cette prévision à la hausse par rapport à 2010 est principalement due à la croissance du portefeuille et à la réduction de la provision des pertes sur créances.

John Deere Capital Corporation

Les renseignements suivants sont communiqués au nom de la filiale de crédit de la compagnie, John Deere Capital Corporation (JDCC), conformément aux exigences de présentation applicables à l'émission périodique de titres d'emprunt sur le marché public.

Le bénéfice net de John Deere Capital Corporation s'est chiffré à 85,9 millions $ pour le deuxième trimestre et 169,6 millions $ en cumul annuel, comparativement à 69,4 millions $ et 133,4 millions $ pour les périodes équivalentes de l'exercice précédent. Les résultats sont à la hausse pour les deux périodes principalement à cause de la croissance du portefeuille et d'une réduction de la provision des pertes sur créances.

Le montant net des comptes clients et des contrats de location financés par JDCC s'élève à 22,482 milliards $ au 30 avril 2011, comparé à 19,818 milliards US$ l'année dernière.

ANNEXE
DEERE & COMPANY
INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES SUR LE BÉNÉFICE CONSOLIDÉ
RAPPROCHEMENT DES MESURES FINANCIÈRES PCGR ET NON PCGR
(en millions, à l'exception des données par action)
(non vérifiés)


En supplément à la présentation des résultats financiers conformément aux principes comptables généralement reconnus (PCGR) aux États-Unis, la société présente aussi les mesures non PCGR excluant la charge fiscale encourue suite à l'entrée en vigueur de la législation américaine sur la couverture médicale au cours du deuxième trimestre de l'exercice 2010 de la société. Les mesures du bénéfice net de Deere & Company et des bénéfices par action après dilution diminués de cette charge ne sont pas conformes, ni ne remplacent, les mesures PCGR. La société considère que la présentation de ces résultats diminués de cette charge fiscale constitue une analyse utile des tendances actuelles d'exploitation.
Le tableau ci-dessous fournit un rapprochement de la mesure financière non PCGR à la mesure financière PCGR la plus directement comparable, pour le trimestre clos le 30 avril 2010.
 
  Trimestre clos le  
  30 avril 2010  
     
  Bénéfice net attribuable à  Deere & Company   Bénéfice par action après dilution  
         
         
Mesure PCGR $ 547,5   $ 1,28  
         
  Charge fiscale suite à l'entrée en vigueur de la loi Patient Protection and Affordable Care Act, ainsi que modifiée par la loi Patient Protection and Affordable Care Act de 2010 129,5   0,30  
           
             
Mesure non PCGR $ 677,0   $ 1,58  
   

Déclaration de règle refuge

Dispositions de règle refuge de la loi américaine Private Securities Litigation Reform Act de 1995 : les déclarations sous-jacentes aux rubriques « Perspectives de la compagnie », « Résumé de la compagnie », « Perspectives et conjoncture du marché », et autres déclarations du présent communiqué qui se rapportent aux périodes d'exploitation futures sont assujetties à des risques et à des incertitudes importants, susceptibles d'entraîner des écarts considérables entre les prévisions et les résultats réels. Certains de ces risques et incertitudes pourraient avoir des répercussions sur des secteurs d'activité bien précis, tandis que d'autres peuvent avoir une incidence sur l'ensemble des activités de la Compagnie.

Les opérations du matériel agricole de la société sont assujetties à certaines incertitudes, y compris de nombreux facteurs interdépendants qui peuvent avoir une incidence sur la confiance des agriculteurs. Ces facteurs comprennent la conjoncture économique à l'échelle mondiale, la demande à l'égard des produits agricoles, les stocks mondiaux de grains, les conditions météorologiques (y compris son incidence sur la plantation et la récolte en temps opportun), les conditions des sols, le rendement des récoltes, les prix des marchandises et du bétail, les dépenses liées aux récoltes et à la production de bétail, la disponibilité du transport des récoltes, l'accroissement de l'utilisation non alimentaire de certaines récoltes (y compris la production d'éthanol et de biodiésel), les valeurs des biens immobiliers, la surface disponible pour l'agriculture, les politiques gouvernementales en matière de propriété foncière, les changements dans les programmes d'élevage et les politiques du gouvernement (y compris les politiques applicables aux États-Unis, en Russie, en Argentine et au Brésil), les réactions à ces programmes à l'échelle internationale, les accords commerciaux internationaux, les maladies animales et leurs effets sur les prix et la consommation de volailles, de bœuf et de porc, les parasites agricoles et les maladies, et le volume des exportations de produits agricoles (notamment les préoccupations à l'égard des organismes génétiquement modifiés).

Parmi les facteurs pouvant avoir une incidence sur les activités de la division de l'équipement commercial et résidentiel de la Compagnie figurent la conjoncture économique générale, la confiance des consommateurs, les conditions météorologiques, la rentabilité de ses clients, leurs habitudes d'emprunt, leurs préférences d'achat, les mises en chantier, l'investissement dans les infrastructures, les dépenses des municipalités et des clubs de golf ainsi que les coûts des intrants consommables.

La conjoncture économique générale, les habitudes de consommation, les prix de l'immobilier et des logements, le nombre de mises en chantier et les taux d'intérêt sont des facteurs particulièrement importants pour les ventes de matériaux de construction et de foresterie de la société. En outre, les mises en chantier d'édifices publics et non résidentiels ont une incidence sur les résultats de la division de l'équipement forestier et de construction. Par ailleurs, les prix de la pâte, du bois d'œuvre et des panneaux de charpente ont des effets non négligeables sur les ventes d'équipement forestier.

L'ensemble des activités et des résultats de la société subit les répercussions des conditions économiques générales des marchés mondiaux où la Compagnie exerce ses activités, notamment les évolutions importantes de l'activité économique dans ces marches ; de la confiance des consommateurs à l'égard de la conjoncture économique générale ; des taux de change des devises étrangères et leur volatilité, particulièrement les fluctuations de la valeur du dollar américain ; les taux d'intérêt; les taux d'inflation et de déflation. La conjoncture économique générale peut également avoir une incidence sur la demande à l'égard de l'équipement de la société.

Les activités et les résultats des clients et de la société pourraient être influencés par des changements dans les régimes climatiques (y compris les effets de la sécheresse en France, en Allemagne et en Pologne et les effets des inondations aux États-Unis) ; la stabilité politique et sociale des marchés mondiaux dans lesquels la société exerce ses activités ; les effets du terrorisme et des menaces de sécurité ou les réactions qu'ils engendrent ; les guerres et autres conflits internationaux et le risque de guerres et de conflits ; et la propagation d'épidémies majeures.

D'importants changements dans l'état de la liquidité du marché et le non-respect des obligations financières associées aux accords de crédit pourraient avoir une incidence sur l'accès au financement et sur les coûts de financement associés, ce qui pourrait réduire les bénéfices et les flux de trésorerie de la société. Les conditions du marché pourraient aussi avoir une incidence négative sur l'accès du client au capital lui permettant d'acheter les produits de la société ; les habitudes d'emprunt et de remboursement ; et le nombre et l'ampleur du défaut de paiement ou du refus de remboursement de la part du client. Une crise de la dette souveraine, en Europe ou ailleurs, pourrait avoir une incidence négative sur les devises, les marchés financiers mondiaux, la stabilité sociale et politique, les sources et les coûts de financement, les clients, et les activités et résultats de l'entreprise. Une crise de la dette des états pourrait aussi influer négativement sur les clients, les fournisseurs, la demande d'équipement, ainsi que sur les opérations et les résultats de l'entreprise.  Les activités de gestion des investissements de la société pourraient être freinées par des changements au sein des marchés des actions et des obligations, ce qui aurait une incidence négative sur les bénéfices.

Les autres facteurs qui pourraient affecter de manière considérable les opérations, le financement, les dépenses et les résultats de la société incluent l'impact et les changements au niveau des politiques commerciales, bancaires, monétaires et fiscales du gouvernement, y compris la réforme de la réglementation financière et les programmes gouvernementaux dans des juridictions particulières ou au profit de certains secteurs ou industries (incluant les politiques protectionnistes et les restrictions dans le commerce et dans la concession de licences, qui pourraient perturber le commerce international) ; les actions entreprises par le Federal Reserve Board des États-Unis et d'autres banques centrales; les actions entreprises par la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, la Commodity Futures Trading Commission des États-Unis et d'autres organismes de réglementation financière ; les actions des organismes de réglementation sur l'environnement, la santé et la sécurité, y compris ceux liés aux émissions de gaz d'échappement (en particulier les normes d'émissions Interim Tier 4 et Final Tier 4), au bruit et au risque de changement climatique ; les changements des règlements sur le travail ; les changements des normes comptables; les changements dans les taux d'imposition et les règlements; et les actions menées par d'autres organismes de réglementation incluant les changements dans les lois et les règlements qui touchent les secteurs dans lesquels l'entreprise évolue.

Les autres facteurs qui pourraient influer négativement et de manière considérable les résultats sont les innovations et difficultés dans la production, le design et la technologie, y compris les prix et les contraintes liés à la capacité de production et à l'approvisionnement ; la disponibilité et les prix des matériaux, composants et produits en provenance de lieux stratégiques ; les retards et les perturbations dans la chaîne d'approvisionnement de la société en raison des intempéries, des catastrophes naturelles ou des difficultés financières ou la perte de solvabilité des fournisseurs (y compris l'impact du séisme japonais et des évènements associés) ; la création de nouvelles usines ou de nouveaux produits ; le succès d'initiatives visant à lancer de nouveaux produits et l'acceptation de ces nouveaux produits par la clientèle ; les changements du comportement d'achat du client en réaction à des changements dans le design des équipements pour satisfaire à des règlements gouvernementaux ou d'autres normes ; les prix et les niveaux d'approvisionnement du pétrole et de l'énergie ; la disponibilité et le coût du transport de marchandises ; les actions des concurrents dans les différentes industries où l'entreprise évolue, particulièrement les rabais sur les prix ; les pratiques des concessionnaires surtout en ce qui a trait aux niveaux d'inventaires sur le terrain de marchandises neuves et usagées ; les relations de travail; les acquisitions et les cessions d'entreprises, l'intégration de nouvelles activités; la mise en place de changements organisationnels; les difficultés associées à la conversion et la mise en place de systèmes de planification de ressources susceptibles de perturber les activités, affecter les fournitures ou la distribution ou engendrer des coûts plus élevés que prévu ; les changements des dividendes déclarés de l'entreprise, ainsi que les émissions et les rachats d'actions ordinaires.

Les résultats de la société sont également touchés par les modifications au niveau des rentes de retraite des employés, les changements dans les valeurs marchandes de l'actif d'investissement et dans le niveau des taux d'intérêt, qui influent sur les frais liés aux rentes de retraite, et les changements importants des frais liés aux soins de santé, y compris ceux qui pourraient provenir d'actions gouvernementales.

Les liquidités et le maintien de la rentabilité de John Deere Capital Corporation et autres filiales de crédit dépendent en grande partie de l'accès opportun au capital afin de répondre aux exigences futures en termes de flux de trésorerie et d'opérations de financement, ainsi que des frais associés à la participation à des activités de financement diversifiées et au financement des achats de produits de la société. Si l'incertitude du marché s'accroît et la conjoncture économique générale s'aggrave, le financement risquerait d'être indisponible ou insuffisant.  De plus, les niveaux de confiance des consommateurs sont susceptibles d'entraîner des diminutions des demandes de crédit et des augmentations des taux de défauts de paiement, ce qui pourrait avoir une incidence considérable sur les imputations et les provisions pour les pertes sur créances.

Les prévisions de la Compagnie sont fondées sur des hypothèses qui sont liées aux facteurs décrits précédemment, et qui reposent parfois sur des estimations et des données préparées par des organismes gouvernementaux. Ces estimations et les données sont souvent revues. Sauf obligation légale, la Société se dégage de toute responsabilité de remettre à jour ou de revoir ses prévisions, que ce soit suite à de nouveaux développements ou pour d'autres raisons. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la Compagnie et ses activités, de même que sur les facteurs qui pourraient influer sensiblement ses résultats financiers, veuillez consulter les autres documents de la société déposés auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis (y compris, entre autres, les facteurs mentionnés dans la rubrique 1A. Risk Factors du dernier rapport annuel de la société sur formulaire 10-K et les rapports trimestriels sur formulaire 10-Q).

   
Communiqué de presse du deuxième 2011  
(en millions de dollars)  
Non vérifié  
   
  Trimestres clos le
30 avril
  Semestres clos le
30 avril
 
         
    2011       2010     %
de variation
    2011       2010     %
de variation
 
                                         
Ventes nettes et produits :                                        
Agriculture et gazons $ 6 999     $ 5 637     +24   $ 11369     $ 9 245     +23  
Construction et foresterie 1,329     911     +46   2,472     1,540     +61  
                                 
Total des ventes nettes 8 328     6 548     +27   13 841     10 785     +28  
Services financiers* 491     499     -2   998     1 005     -1  
Autres produits 91     84     +8   190     176     +8  
                                         
Total des ventes nettes et  produits $ 8 910     $ 7 131     +25   $ 15029     $ 11966     +26  
                                 
                                 
                                 
                                 
Bénéfice (perte) d'exploitation **                                
  Agriculture et gazon $ 1 163     $ 952     +22   $ 1 720     $ 1 304     +32  
  Construction et foresterie 105     36     +192   194     (1)        
  Services financiers* 163     110     +48   335     212     +58  
                                 
  Total du bénéfice d'exploitation 1 431     1 098     +30   2 249     1 515     +48  
Autres éléments de rapprochement*** (527)     (551)     -4   (831)     (724)     +15  
                                 
  Bénéfice net imputable à 
Deere & Company
$ 904     $ 547     +65   $ 1 418     $ 791     +79  
                                 
                                 
                                 
                                 
Operations du segment équipement en dehors des
États-Unis et du Canada :
                               
  Ventes nettes $ 3 403     $ 2 341     +45   $ 5 496     $ 4 052     +36  
  Bénéfice d'exploitation 334     207     +61   548     325     +69  
                                 
                                         

* Au début du premier trimestre 2011, la Société a associé les chiffres du segment crédit et du segment « Autre » dans le segment Services financiers. Le segment « Autre » concernait une activité d'assurance associée aux polices de garantie étendues qui ne correspondaient au seuil de compte rendu. Les produits et les bénéfices d'exploitation des périodes précédentes ont été revus ainsi qu'indiqué plus haut ou de la façon suivante :  
     
      Troisième trimestre   Exercices        
                     
      2010   2010   2009        
                             
  Services financiers                             
  Produits     528     2 073     2 029          
  Bénéfice d'exploitation     148     499     242          
     
** Le bénéfice (perte) d'exploitation est le bénéfice des activités poursuivies sans les dépenses du siège, certains intérêts débiteurs externes, certains profits ou pertes sur change et les impôts sur le revenu. Le bénéfice d'exploitation du segment services financiers comprend l'impact des intérêts débiteurs et des profits ou pertes sur change.  
     
*** Les autres éléments de rapprochement sont, principalement, les dépenses du siège social, certains intérêts débiteurs externes, certains profits ou pertes sur change, les impôts sur le revenu et le bénéfice net imputable à la part des intérêts minoritaires.  
   
                                       

 

 

 

 

SOURCE DEERE

Renseignements :

Ken Golden, directeur des relations publiques mondiales de Deere & Company, +1-309-765-5678

Profil de l'entreprise

DEERE & COMPANY

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.