Déclarations de Sam Hamad sur les assistés sociaux - Le nouveau ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale commence bien mal son mandat



    QUEBEC, le 23 avril /CNW Telbec/ - Le Syndicat de la fonction publique du
Québec (SFPQ), qui représente les agents d'aide socioéconomique du ministère
de l'Emploi et de la Solidarité sociale (MESS), déplore les propos du ministre
Sam Hamad à l'égard des prestataires de la sécurité du revenu. Selon le
Syndicat, le ministre se montre particulièrement méprisant à leur endroit
lorsqu'il les compare aux "Bougon" de la populaire télésérie.
    "Ils ont tout", aurait dit le nouveau ministre de l'Emploi et de la
Solidarité sociale au représentant du Journal de Québec. "Est-ce que le
ministre a bien lu les "briefings books" que lui ont préparés ses
fonctionnaires? Sait-il que les prestataires de la sécurité du revenu n'ayant
pas de contraintes sévères à l'emploi doivent survivre avec 548 $ par mois,
soit un revenu de 6 576 $ par année? Comment le ministre peut-il penser que
l'aide de dernier recours offerte par l'Etat puisse être à ce point
confortable qu'elle favorise le maintien des assistés sociaux à la sécurité du
revenu. C'est complètement aberrant!", s'insurge le président général du SFPQ,
Michel Sawyer.
    Selon le SFPQ, le portrait dépeint par le ministre Sam Hamad est pour le
moins simpliste et porteur de préjugés. "Il est démontré depuis longtemps que
ce ne sont pas les mesures coercitives qui favorisent l'intégration à
l'emploi. C'est d'ailleurs pour cette raison que le MESS a abandonné cette
pratique l'an passé, à la faveur d'une loi adoptée sous l'actuel gouvernement
du Parti libéral", a poursuivit Michel Sawyer.
    S'il souhaite mettre de l'ordre dans son ministère, le SFPQ invite le
nouveau ministre à refaire ses devoirs et à regarder plutôt du côté des
mesures d'aide à l'emploi dispensées par ses sous-traitants. "M. Hamad y
découvrira qu'Emploi-Québec accorde chaque année pour près d'un demi-milliard
de dollars en contrats à plus de 550 organismes à but non lucratif (OBNL), et
ce, sans appel d'offres et sans véritable évaluation des besoins des
collectivités desservies. Il apprendra également que ces contrats sont
généralement renouvelés d'année en année et qu'ils comportent des clauses
garantissant le plein paiement des contrats, et ce, même si les services à la
population ne sont pas rendus! A cet égard, le ministre devrait faire la
lecture du dernier rapport du Vérificateur général; ce serait plus productif
que de casser du sucre sur le dos des prestataires de la sécurité du revenu et
cela démontrerait qu'il a appris quelque chose de son séjour sur les
banquettes réservées aux députés d'arrière-banc", a conclu Michel Sawyer.




Renseignements :

Renseignements: Stéphane Caron, Responsable des relations avec les
médias, (418) 623-2424, poste 338, Cell.: (418) 564-4150


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.