Déclaration de la ministre d'Etat (Condition féminine)



    OTTAWA, le 27 août /CNW Telbec/ - Voici le texte d'une déclaration de
l'honorable Helena Guergis, ministre d'Etat (Condition féminine), au sujet de
l'annonce du gouvernement du Manitoba d'établir, de concert avec le Service de
police de Winnipeg et la Gendarmerie royale du Canada (GRC), un groupe de
travail intégré pour enquêter sur le nombre croissant de disparitions et
d'assassinats de femmes autochtones.

    En ma qualité de ministre d'Etat à la Condition féminine, j'applaudis
l'annonce de créer ce groupe de travail qu'a faite le gouvernement du Manitoba
hier. Au palier fédéral, notre gouvernement poursuit son travail sur cette
question troublante avec ses partenaires autochtones, dont l'Assembly of
Manitoba Chiefs et l'Association des femmes autochtones du Canada. Mon
collègue, l'honorable Peter Van Loan, ministre de la Sécurité publique, salue
lui aussi la création de ce groupe de travail et reconnaît que nous aurons
fort à faire pour que justice soit enfin rendue pour les victimes et leurs
familles.
    L'automne dernier, notre gouvernement a officialisé son partenariat avec
l'Assembly of Manitoba Chiefs en lui accordant du financement pour son projet
Prevent Human Trafficking: Stop the Sexual Exploitation of First Nations Women
and Children (Prévention du trafic des personnes : Mettons fin à
l'exploitation sexuelle des femmes et des enfants des Premières nations). Ce
financement permettra à l'organisme de bâtir des réseaux de partenariat et de
prendre d'autres mesures visant à prévenir l'exploitation sexuelle et la
traite des personnes et à en protéger les femmes et les jeunes.
    Ma collègue, Mme Joy Smith, députée de Kildonan-St. Paul, s'est aussi
faite la championne de cette cause. Sa motion d'initiative parlementaire M-153
sur la traite des personnes, qui demande au Parlement de condamner "la traite
des femmes et des enfants entre pays" et "d'adopter immédiatement une
stratégie globale de lutte contre la traite des personnes partout dans le
monde", a été adoptée à l'unanimité à la Chambre des communes.
    C'est grâce au travail accompli avec nos partenaires autochtones, tels
que l'Association des femmes autochtones du Canada et l'Assembly of Manitoba
Chiefs, que tous les ordres de gouvernement, de même que le groupe de travail
nouvellement créé du Manitoba, ont pris conscience de cette question.
    Notre gouvernement travaille également avec l'Association des femmes
autochtones du Canada par l'entremise de l'initiative Soeurs par l'esprit.
Cette initiative menée par la collectivité autochtone est un exemple de
partenariat qui profite concrètement aux femmes autochtones. Soeurs par
l'esprit vise à déterminer le nombre exact de femmes autochtones qui sont
disparues ou qui ont été assassinées, et ce, en cernant les causes profondes
de la violence raciste et sexualisée et en menant une stratégie de
sensibilisation du public. Beverley Jacobs, présidente de l'Association des
femmes autochtones du Canada, s'est exprimée sur l'importance de Soeurs par
l'esprit en ces mots : "Soeurs par l'esprit repose sur le pouvoir de la
parole, a-t-elle déclaré. Auparavant, beaucoup de nos soeurs n'avaient pas
voix au chapitre, non plus que leurs familles. C'est là la raison d'être de
Soeurs par l'esprit."
    Soeurs par l'esprit mène des recherches approfondies sur la disparition
de centaines de femmes autochtones et met en place les protocoles nécessaires
pour aider les enquêteuses et les enquêteurs de police et leurs équipes à
élucider ces affaires.
    Notre gouvernement estime qu'il revient à l'ensemble de la population
canadienne de mettre fin à la violence faite aux femmes. Nous croyons que la
participation active et la coopération de l'ensemble des partenaires est le
seul moyen d'y arriver. La participation de nos homologues des provinces, des
enquêteuses et enquêteurs de police ainsi que de la GRC est donc nécessaire.
L'annonce d'hier au Manitoba témoigne de l'engagement continu de cette
province de s'attaquer à ce phénomène grandissant et inquiétant.
    La décision de créer des groupes de travail mixtes pour enquêter sur des
affaires non résolues se prend à l'échelon provincial et dépend de la
nécessité d'une telle mesure dans une province donnée.
    Par exemple, ce n'est pas la première fois que la GRC participe à un
groupe de travail mixte pour enquêter sur la disparition et l'assassinat de
femmes autochtones. De tels groupes existent actuellement en
Colombie-Britannique et en Alberta. En 2007, le Manitoba a quant à lui mené à
terme le projet "Disappear", qui a passé au peigne fin les affaires de femmes
disparues dans la province. En Colombie-Britannique, les travaux du "Joint
Missing Women Task Force" (le projet Evenhanded) (Groupe de travail conjoint
sur les femmes disparues) ont conduit à la condamnation de l'éleveur de porcs
Willie Pickton, qui a été impliqué dans la disparition et l'assassinat de
douzaines de femmes, y compris de femmes autochtones. En Alberta, un groupe de
travail mixte semblable (le projet Kare) enquête sur un certain nombre
d'affaires entourant la disparition de femmes autochtones dans cette province.
    Notre initiative Soeurs par l'esprit, qui est le fruit d'un partenariat
entre Condition féminine Canada et l'Association des femmes autochtones du
Canada, a été rendue possible grâce au soutien du gouvernement et à son appui
financier. Notre gouvernement est résolu à s'attaquer aux causes de la
violence faite aux femmes autochtones en travaillant expressément avec les
groupes autochtones. Nous appuyons actuellement l'initiative Soeurs par
l'esprit au moyen d'une contribution de 5 millions de dollars applicable à la
période qui s'achève en 2010. Nous poursuivrons également nos efforts sur
cette question de première importance de concert avec nos collègues des
provinces et les corps policiers partout au pays, à qui nous continuerons de
prodiguer notre soutien.




Renseignements :

Renseignements: Sherine Mansour, Directrice des communications, Bureau
de la Ministre d'Etat (Condition féminine), (819) 956-4000; Chris McCluskey,
Communications, Bureau du Ministre de la Santé publique, (613) 991-2865


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.