Déclaration de la ministre d'Etat (Condition féminine)



    OTTAWA, le 27 mai /CNW Telbec/ - Voici une déclaration de l'honorable
Helena Guergis, ministre d'Etat (Condition féminine), au sujet du projet de
loi C-8 concernant les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits
ou intérêts matrimoniaux :

    "J'abonde dans le même sens que mon collègue, l'honorable Chuck Strahl,
    ministre des Affaires indiennes et du Nord : j'appelle une discussion
    immédiate et ouverte en Chambre des communes.

    Les lois territoriales et provinciales en matière de droits matrimoniaux
    ne s'appliquent pas dans les réserves à l'heure actuelle. Par conséquent,
    la femme autochtone est souvent celle qui doit quitter le foyer conjugal
    en cas de rupture. Pire encore, les femmes autochtones qui tentent
    d'échapper à la violence d'un partenaire ne peuvent même pas demander
    une ordonnance de protection pour assurer leur sécurité physique et
    celle de leurs enfants tant qu'elles demeurent dans une réserve. Sans
    la loi proposée, le nombre de femmes autochtones sans-abri risque
    d'augmenter. Cela serait, en un mot, impardonnable.

    Tâchons d'éviter que d'autres femmes et enfants autochtones ne se
    retrouvent à la rue suivant une rupture à cause des manquements dans
    nos lois. En vérité, sans le projet de loi C-8, la plupart des femmes
    qui se séparent se retrouveront de fait sans domicile et deviendront
    des proies faciles pour la traite des personnes. Si, par chance, elles
    échappent à la traite, elles risquent d'être aux prises avec la pauvreté
    et des conflits, tout en devant pourvoir aux besoins de leurs enfants.

    Retarder davantage ces discussions cruciales, c'est, en somme, museler
    leurs appels à l'aide. En plus d'être fort embarrassant, cela
    équivaudrait à une atteinte à leurs droits fondamentaux.

    Le projet de Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et
    les droits ou intérêts matrimoniaux habiliterait les Premières nations à
    adopter leurs propres législations, tout en assurant la protection des
    femmes et des enfants en cas de rupture conjugale.

    Il est plus que temps d'offrir aux Autochtones les mêmes droits et la
    même protection dont bénéficient les autres Canadiennes. Le projet de
    loi C-8 révèle les injustices qui existent et que l'on ignore depuis
    trop longtemps.




Renseignements :

Renseignements: Sherine Mansour, Adjointe spéciale principale,
Communications, Bureau de la ministre d'Etat (Condition féminine), (819)
956-4222


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.