Déclaration de la FNEEQ à l'occasion de la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants, le 5 octobre - La reconnaissance de la profession enseignante, un facteur clé pour la réussite étudiante et la qualité de la formation



    MONTREAL, le 4 oct. /CNW Telbec/ - La Fédération nationale des
enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) fait entièrement sien le
thème retenu cette année par la direction politique de l'Internationale de
l'Education (IE) pour souligner la Journée mondiale des enseignantes et des
enseignants, soit "De meilleures conditions de travail pour les enseignants
impliquent de meilleures conditions d'apprentissage pour les élèves".
    La FNEEQ considère qu'il est tout à fait à propos le fait de mettre la
question de l'amélioration des conditions de travail du personnel ainsi que la
satisfaction des besoins en éducation au coeur de la reconnaissance et de la
valorisation de la profession enseignante. En effet, les conditions d'étude
des étudiantes et des étudiants sont intimement liées aux conditions de
travail du personnel enseignant. C'est la raison pour laquelle nous faisons
nôtres les six revendications mises de l'avant par l'IE à l'occasion de cette
Journée mondiale des enseignantes et des enseignants.

    
    - Un environnement de travail décent
    - Des salaires pour vivre
    - Traitement égal et équité des droits pour les femmes
    - Développement professionnel initial et continu
    - Implication dans l'élaboration de politique
    - Négociation collective pour défendre et renforcer les droits des
      enseignants
    

    Le 5 octobre a été instauré Journée mondiale des enseignantes et des
enseignants par l'UNESCO, en 1995. C'est un moment fort de mobilisation des
organisations syndicales affiliées à l'IE à chaque année. Elle constitue une
occasion privilégiée pour attirer l'attention publique sur le rôle primordial
joué par les enseignantes et les enseignants dans une société.
    Cette année, dans les suites du 5e congrès de l'IE tenu à Berlin en
juillet dernier auquel la FNEEQ a participé, l'accent est mis sur les
revendications syndicales afin d'indiquer que l'amélioration de la qualité de
la formation et la réussite étudiante sont largement tributaires de
l'amélioration des conditions de travail du personnel enseignant dans les
institutions.
    Mentionnons que plusieurs syndicats affiliés à la FNEEQ dans les
institutions d'enseignement privées sont en renouvellement de convention
collective et que la résistance à l'alourdissement de la tâche est un enjeu de
premier plan. Au cours des dernières années, plusieurs syndicats se sont butés
aux directions d'établissement sur le plan de la reconnaissance syndicale et
de leur droit d'association lors des négociations d'une première convention
collective.
    Par ailleurs, dans les universités, et dans un contexte de
sous-financement, les chargés-es de cours sont particulièrement sensibles aux
effets néfastes de la dévalorisation de leur travail. Les chargés-es de cours
sont des professionnels de l'enseignement et la ronde de négociation
regroupée, qui se poursuit dans quelques universités du réseau de l'Université
du Québec, doit leur permettre de poursuivre le mouvement de reconnaissance
amorcé il y a quelques années.
    Enfin, le personnel enseignant dans les cégeps est toujours en attente
des signes d'appui de la part du ministère de l'Education quant à
l'alourdissement de la tâche dont ils sentent les effets depuis quelques
années. Rappelons ici toute l'actualité des revendications suggérées par l'IE
sur le plan de la reconnaissance syndicale, alors que la dernière négociation
s'est conclue par l'adoption, le 15 décembre 2005, d'un décret, la loi 43, qui
est toujours en vigueur dans le secteur public. Rappelons aussi que ce
décret-loi ne faisait pas qu'imposer des conditions salariales inacceptables,
mais qu'il prévoit toujours de très lourdes pénalités pour celles et ceux qui
s'engageraient à manifester leur mécontentement, puisqu'aucune altération du
service, selon les dispositions prévues par cette loi, ne serait tolérée.
    Cette année, la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants
coincide avec la tenue d'une instance centrale de la FNEEQ, le bureau fédéral,
qui réunit des enseignantes et des enseignants des trois secteurs qui la
composent : les cégeps, les universités et les institutions privées. Cette
réunion sera l'occasion de faire le point sur cette importante journée de
valorisation de la profession enseignante et confirmera l'adhésion de la
fédération à la démarche proposée par l'IE pour cette journée.
    Sur le site de la FNEEQ ainsi que celui de l'IE, on trouvera de plus
amples informations sur les activités qui se tiennent durant cette journée un
peu partout dans le monde ainsi que sur les revendications principales
définies par l'IE pour l'occasion. Enfin, mentionnons qu'on pourra aussi
prendre connaissance d'une déclaration conjointe de l'IE, de l'UNESCO, du
PNUD, du BIT, de l'OIT et de l'UNICEF, pour souligner le 5 octobre.
    www.fneeq.qc.ca
    www.ei-ie.org

    La FNEEQ est l'organisation syndicale la plus représentative de
l'enseignement supérieur au Québec. Elle regroupe les enseignantes et les
enseignants de 36 syndicats dans les cégeps, le personnel de 30 établissements
privés ainsi que le grande majorité des chargé-es de cours des universités et
les tuteurs et tutrices de la Téluq.




Renseignements :

Renseignements: France Désaulniers, Conseillère aux communications,
FNEEQ-CSN, (514) 598-2169, (514) 219-2947 (Portable)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.