Décès d'un soudeur de Précis Plus AB de Drummondville : la CSST diffuse son rapport d'enquête



    TROIS-RIVIERES, QC, le 12 avril /CNW Telbec/ - La Commission de la santé
et de la sécurité du travail (CSST) rend publiques aujourd'hui les conclusions
de son enquête à la suite de l'accident du travail qui a entraîné le décès de
M. Sylvain Paquet, un travailleur de Précis Plus AB, une entreprise de
Drummondville spécialisée dans l'usinage de pièces métalliques. Le 16 janvier
2007, le travailleur a été heurté mortellement par un tube métallique projeté
alors qu'il tentait de redresser une plaque d'acier. Un montage dangereux
ainsi qu'une organisation du travail déficiente sont à l'origine de cet
accident.

    Rappel des événements
    ---------------------

    Le jour de l'accident, le travailleur doit effectuer le redressement
d'une épaisse plaque d'acier. Il ne peut se servir des presses hydrauliques de
l'atelier pour le faire en raison de la grande dimension de la plaque. Avec
l'aide d'un collègue, il a alors recours à un montage utilisant notamment deux
tubes de métal soudés bout à bout et fixés à la structure du plafond à une
extrémité. A l'autre extrémité, un vérin hydraulique sert à appliquer une
pression verticale sur la surface de la plaque déposée à plat sur des blocs
d'acier. Au moment où le travailleur actionne le vérin, les soudures cèdent et
le tube du bas est projeté violemment à la tête du travailleur.

    Constatations de la CSST
    ------------------------

    
    L'enquête a permis à la CSST de retenir deux causes pour expliquer cet
    accident:

        - le montage servant au redressement de la plaque d'acier est
          dangereux;

        - l'organisation du travail entourant cette tâche est déficiente.
    

    La CSST considère que l'employeur Précis Plus AB a agi de manière à
compromettre la sécurité des travailleurs. En conséquence, un constat
d'infraction a été délivré à cette entreprise. Pour cette infraction, l'amende
peut varier de 5 000 $ à 20 000 $ pour une première offense ou de 10 000 $ à
50 000 $ en cas de récidive.

    Exigences de la CSST
    --------------------

    A la suite de cet événement, la CSST a exigé le démantèlement du montage
servant au redressement de la plaque d'acier, de manière à éliminer la méthode
de travail employée. De plus, un ajout au programme de prévention a été requis
afin de revoir l'organisation du travail lors de contrats particuliers ou
inhabituels. L'employeur s'est conformé à ces exigences.

    Suivi de l'enquête
    ------------------

    Dans le but d'éviter qu'un tel accident se produise de nouveau, le
rapport d'enquête sera transmis à l'Association sectorielle paritaire du
secteur de la Fabrication de produits en métal et de produits électriques
ainsi qu'à l'Association sectorielle Fabrication d'équipement de transport et
de machines afin de sensibiliser les employeurs et les travailleurs de ces
secteurs d'activité.
    -%SU: SAN,LBR,LAW
    -%RE: 69




Renseignements :

Renseignements: Louis Brault, Direction régionale de la Mauricie et du
Centre-du-Québec - CSST, (819) 372-3400 ou 1-800-668-6210

Profil de l'entreprise

Commission de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.