DECES DE M. YVAN HOULE - L'IMPORTANCE DE RESPECTER LA POSOLOGIE DES MEDICAMENTS EN VENTE LIBRE



    QUEBEC, le 29 janv. /CNW Telbec/ - Le Bureau du coroner présente les
conclusions du rapport de la coroner Me Andrée Kronstrvm à la suite de
l'investigation tenue pour éclaircir les causes et les circonstances du décès
de M. Yvan Houle, 49 ans, survenu le 1er mars 2007 à Québec. M. Houle est
décédé d'une intoxication médicamenteuse.

    Les circonstances du décès

    M. Houle suit un programme d'éducation professionnelle dans la région de
Québec. Comme il ne s'est pas présenté à ses cours depuis presque une semaine,
un professeur avise les services d'urgence. Les policiers se présentent à
l'appartement de M. Houle et le découvrent couché dans son lit emmitouflé dans
ses couvertures. Les ambulanciers constatent que son corps est rigide. Il est
transporté dans un centre hospitalier où son décès est constaté. Il est
raisonnable de penser que le décès de M. Houle se soit produit quelques jours
avant la découverte de son corps. En effet, il avait contacté un membre de sa
famille le 25 février en mentionnant qu'il avait la grippe.

    Les causes du décès

    Pour la coroner, l'enjeu principal de l'investigation était de déterminer
de quoi était décédé M. Houle. A la suite de l'autopsie, on apprend que
M. Houle aurait pris une quantité au-delà du seuil thérapeutique des
substances suivantes : Guaifénésine (un expectorant),
pseudo-éphédrine/éphédrine et Dextrométorphan. Il faut savoir que la
Guaifénésine est un expectorant alors que la pseudo-éphédrine/éphédrine et le
Dextrométorphan sont des produits que l'on retrouve généralement dans des
décongestionnants. Tous ces produits sont accessibles sans prescription et
visent à contrer les manifestations grippales (notamment congestion, fièvre,
sécrétions, toux).
    Ainsi, M. Houle voulant se soulager de symptômes grippaux, aurait forcé
la dose de ces médicaments (décongestionnant et expectorant). Il ignorait
probablement qu'il pouvait intenter à sa vie en ne respectant pas la
posologie. Selon Me Kronstrvm, il s'agit donc d'un accident thérapeutique.

    Que peut-on faire pour qu'un tel décès ne se répète pas?

    Même si les médicaments de types décongestionnant ou expectorant, que
l'on trouve généralement dans les sirops et les capsules pour contrer les
manifestations grippales, sont en vente libre dans les pharmacies, ils peuvent
avoir des conséquences néfastes s'ils sont pris en trop grande quantité. En ce
sens, la coroner est d'avis que l'on devrait intensifier la publicité
concernant la gestion des médicaments par la population et insister sur le
fait que certains d'entre eux peuvent être parfois mortels s'ils ne sont pas
pris selon les indications.

    
                                   ANNEXE

                               RECOMMANDATION

    Afin d'assurer une meilleure protection de la vie humaine et d'éviter des
décès du même type, la coroner, Me Andrée Kronstrvm, recommande:

    - au ministère de la Santé et des Services sociaux de continuer sa
      campagne de publicité concernant la gestion des médicaments par la
      population et d'inciter sur le fait que certains d'entre eux peuvent
      être mortels s'ils ne sont pas pris selon la posologie.
    
    -%SU: SAN
    -%RE: 1,37




Renseignements :

Renseignements: Anne-Marie Lessard, Responsable des communications et
des relations avec les médias, (418) 643-1845, poste 225,
anne-marie.lessard@msp.gouv.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.