Décès de M. Raymond Laliberté - "Un syndicaliste exemplaire animé par de profondes valeurs de solidarité vient de nous quitter !" - Réjean Parent, président de la CSQ



    MONTREAL, le 12 juin /CNW Telbec/ - La Centrale des syndicats du Québec
(CSQ) a appris avec une profonde tristesse la disparition de M. Raymond
Laliberté, qui a été président, de 1965 à 1970, de la Corporation générale des
instituteurs et institutrices catholiques de la province de Québec (CIC),
ancêtre de la CSQ.
    Le président de la CSQ, M. Réjean Parent, rappelle que M. Raymond
Laliberté a été "l'un des piliers du syndicalisme de l'éducation durant la
période charnière de la Révolution tranquille".
    "Par les convictions de solidarité sociale qui guidaient ses actions et
l'engagement exemplaire qu'il a démontré dans ses efforts pour améliorer notre
société, Raymond Laliberté a marqué de façon durable notre organisation et le
syndicalisme de l'éducation. Nous garderons de lui le souvenir d'un militant
épris de liberté, de justice et de solidarité", affirme le président de la
CSQ, Réjean Parent.

    Une période très mouvementée

    M. Raymond Laliberté a assumé la présidence de la CIC durant un mandat de
cinq ans qui a été très riche en événements. C'est en effet au cours de cette
période que le syndicalisme enseignant a connu ses premiers affrontements avec
le gouvernement du Québec. Le droit de grève avait même été suspendu, ce qui
avait soulevé la réprobation de l'ensemble du mouvement syndical.
    "A titre de président, Raymond Laliberté a traversé une période très
mouvementée à la CIC. Il y a eu tout d'abord la déconfessionnalisation de la
CIC en 1967. Cette étape allait ouvrir un débat auquel il prendrait part afin
de trouver un nouveau nom à l'organisation. C'est ainsi que la CIC deviendra
la CEQ, dont le premier sens signifiait la Corporation des enseignants du
Québec", remémore M. Parent.

    Une première loi spéciale

    Le président de la CSQ précise que c'est sous la présidence de M. Raymond
Laliberté que les enseignantes et les enseignants se sont vus imposer par le
gouvernement une première loi spéciale leur ordonnant de mettre fin à une
grève.
    "Le Bill 25 avait été adopté en février 1967 par le gouvernement de
l'Union nationale du premier ministre Daniel Johnson. Cette loi instaurera
également un tout nouveau régime de négociations puisque celles-ci deviendront
alors provinciales. Raymond Laliberté mènera à partir de ce moment, avec son
équipe, la longue négociation de la première convention collective provinciale
des enseignantes et des enseignants. La négociation se poursuivra durant
28 mois pour finalement se conclure par une entente de principe le 4 Novembre
1969", raconte M. Réjean Parent.

    Un homme fidèle à ses convictions et valeurs

    M. Parent soutient que tout au cours de ses années d'engagement syndical,
de même que pour l'ensemble de sa vie, M. Raymond Laliberté a su demeurer
fidèle à ses convictions et à ses valeurs.
    "Il est fréquent de voir des gens dont les valeurs et les convictions
changent au gré des modes ou de l'opinion populaire. Raymond Laliberté n'était
pas ce genre de personne. Au contraire, il laisse le souvenir et l'exemple
d'un être franc et vrai, d'un homme animé par de profondes valeurs solidaires
dont la société québécoise d'aujourd'hui aurait grandement intérêt à se
laisser inspirer", assure le président de la CSQ.
    M. Raymond Laliberté a quitté la présidence de la CEQ en 1970 pour se
consacrer à des études qui l'amèneront à devenir professeur de sciences
sociales à la Faculté d'éducation de l'Université Laval. Outre son engagement
syndical, il a également été impliqué activement au sein de l'organisme
Solidarité populaire Québec.

    La CSQ offre ses plus sincères condoléances

    M. Réjean Parent termine en offrant, au nom de la Centrale des syndicats
du Québec et en son nom personnel, ses plus sincères condoléances à tous les
membres de la famille de M. Raymond Laliberté, ainsi qu'à ses amis.
    Veuillez noter qu'une cérémonie à la mémoire de G. Raymond Laliberté sera
célébrée le dimanche 15 juin, de 11 heures à 15 heures, au Centre funéraire du
Plateau, situé au 693, rue Nérée Tremblay, Sainte-Foy.

    Profil de la CSQ

    La CSQ représente quelque 160 000 membres, dont plus de 100 000 dans le
secteur public. Elle est l'organisation syndicale la plus importante en
éducation au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la
santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des
loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.




Renseignements :

Renseignements: Marjolaine Perreault, Attachée de presse CSQ, cell. :
(514) 235-5082, perreault.marjolaine@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.