DECES DE M. PASCAL LEPITRE - L'IMPORTANCE D'ACCROITRE LA SECURITE ET LA PROTECTION DES SKIEURS



    QUEBEC, le 12 fév. /CNW Telbec/ - Le Bureau du coroner annonce le dépôt
du rapport du coroner Dr Jacques Robinson à la suite de l'investigation tenue
pour éclaircir les causes et les circonstances du décès de M. Pascal Lepitre,
âgé de 41 ans, survenu le 16 janvier 2007 au Centre de ski Bromont en
Montérégie.

    Les circonstances du décès

    Le 16 janvier 2007, M. Lepitre skiait avec sa conjointe au Centre de ski
Bromont dans la piste Cowansville, piste classée difficile et il ne portait
pas de casque protecteur. Il était environ 19 h 45 et M. Lepitre, bon skieur,
en bonne condition physique, descendait devant sa conjointe du côté gauche et,
pour une raison inconnue, se retrouva du côté droit de la piste, côté fermé
par des balises en raison du peu de neige. Sa conjointe l'ayant perdu de vue,
s'élança à son tour et le retrouva, plus bas du côté droit de la piste, couché
sur la neige. En manoeuvrant du côté droit (fermé), il perdit le contrôle de
ses skis et aurait effectué un vol plané pour ensuite se retrouver tête
première dans un fossé qui traverse la piste du côté gauche, ses skis
détachés. De ce fait, il heurta violement de plein fouet des roches se
trouvant dans le fossé pour rebondir et s'arrêter à environ huit mètres plus
bas.
    Un témoin se porta immédiatement à son secours. Des patrouilleurs ainsi
qu'un médecin arrivèrent rapidement sur les lieux et des manoeuvres de
réanimation furent entreprises sans succès.

    Que peut-on faire pour qu'un tel décès ne se répète pas?

    A l'endroit où s'est produit l'accident, la piste Cowansville est très
large, soit 48 mètres et il y a un fossé d'environ 70 cm de profondeur par
20 mètres de largeur. Le soir de l'accident, à l'extrémité ouest du fossé, il
y avait trois balises pour indiquer aux skieurs la présence d'un danger. Il y
avait trois autres balises localisées respectivement à 30, 44 et 97 mètres au
sud du fossé, c'est-à-dire en amont (vers le haut de la montagne). Avant la
troisième balise, celle de 97 mètres, toute la piste était ouverte.
    Quant à la procédure de fermeture partielle d'une piste, plusieurs
centres de ski, y compris le Centre de ski Bromont, utilisent la même
méthode : lorsqu'il y a une zone à découvert, un petit ruisseau ou autre
obstacle, on met souvent une ou deux balises en croix pour prévenir les
skieurs de l'obstacle. Cela est suffisant dans bien des cas, mais d'autres
fois il faudrait ajouter soit une corde ou un ruban, de préférence de couleur
et même parfois un filet (spécialement dans les endroits à risque élevé).
    Il apparaît évident pour le coroner qu'il aurait été souhaitable de poser
une corde ou un ruban de couleur pour bien indiquer que cette partie de la
piste était bel et bien fermée puisqu'il devenait difficile, même pour un
skieur expérimenté, de freiner. De plus, les trois balises étaient côte à côte
à l'ouest du fossé alors qu'il aurait été préférable de les mettre en croix
devant le fossé.
    Quant au port du casque, dans ce type d'accident, le coroner croit qu'il
n'aurait certainement pas pu éviter les blessures au visage, mais il aurait pu
éviter le traumatisme crânien et M. Lepitre serait peut-être encore vivant
aujourd'hui.

    
                                   ANNEXE

                               RECOMMANDATIONS

    Afin d'assurer une meilleure protection de la vie humaine et d'éviter des
décès du même type, le coroner, Dr Jacques Robinson, recommande:

    - à la National Snow Industrie Association (NSIA), à l'Association des
      stations de ski du Québec (ASSQ), au ministre de l'Education, du Loisir
      et du Sport, au ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS), à
      l'Institut national de santé publique du Québec ainsi qu'au Directeur
      national de la santé publique d'intensifier les mesures encourageant le
      port du casque dans la pratique du ski et de la planche;
    - aux organisations de patrouille et au Centre de ski Bromont d'obliger
      leurs membres à porter le casque afin de donner l'exemple;
    - aux organismes ayant pour mandat la formation (notamment l'Alliance des
      moniteurs de ski du Canada et l'Alliance des moniteurs de surf du
      Québec, etc.) d'obliger les moniteurs et leurs élèves à porter le
      casque;
    - au Centre de ski Bromont de revoir sa procédure de fermeture partielle
      de pistes de façon à éviter toute confusion pour les skieurs.
    - à l'Association des stations de skis du Québec (ASSQ) de se pencher sur
      la question des fermetures de pistes de façon partielle (pour
      obstacles, pour zones découvertes ou manque de neige, etc.) afin de
      rendre les pistes plus sécuritaires;
    
    -%SU: LAW
    -%RE: 39




Renseignements :

Renseignements: Anne-Marie Lessard, Responsable des communications et
des relations avec les médias, (418) 643-1845, poste 225,
anne-marie.lessard@msp.gouv.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.