DECES DE M. CHRISTIAN DOYON - MISE EN GARDE CONTRE LA NAGE EN APNEE



    QUEBEC, le 30 juin /CNW Telbec/ - Le Bureau du coroner présente les
conclusions du rapport du coroner, Dr Jacques Ramsay, à la suite de
l'investigation tenue pour éclaircir les causes et les circonstances du décès
de M. Christian Doyon, 36 ans, survenu le 2 août 2007 à Gatineau. M. Doyon est
décédé à la suite d'une noyade.

    Les circonstances du décès

    Le 2 août, en après-midi, M. Doyon, accompagné de sa conjointe et de sa
fille, se rendent chez son beau-père pour passer la soirée en famille. A
18 heures, tout le monde sort de la piscine pour le souper. Autour de 18 h 45,
M. Doyon et sa conjointe retournent dans la piscine. Peu avant 20 h, cette
dernière quitte la piscine pour quelques minutes. M. Doyon reste alors seul
pour s'amuser à faire des longueurs sous l'eau. Il vient d'ajouter une
cinquième longueur à son record précédent de quatre longueurs.
    Lorsque sa conjointe revient, elle constate que M. Doyon semble inanimé
au fond de la piscine. Elle appelle à l'aide et initie les manoeuvres de
réanimation. En arrivant sur les lieux, les ambulanciers constatent que
M. Doyon a une activité électrique, mais sans pouls. Un Combitube est mis en
place pour assister la ventilation et l'on continue le massage cardiaque avant
d'emmener M. Doyon au Centre hospitalier de Gatineau.
    Grâce aux manoeuvres de réanimation avancées, on parvient à repartir le
coeur. Toutefois, il apparaît bien vite que les séquelles neurologiques sont
sévères. De fait, on constate le lendemain la mort cérébrale.

    Les dangers liés à la nage en apnée

    Nous sommes en présence d'un homme en excellente santé qui pratique la
nage en apnée pour tenter d'établir un nouvelle marque personnelle. Pour ce
faire, M. Doyon prend plusieurs grandes respirations, une technique appelée
hyperventilation, avant de plonger avec le soi-disant but d'augmenter sa
réserve en oxygène. Or, la quantité supplémentaire d'oxygène emmagasinée est
dérisoire dans la mesure où les possibilités de stockage sont déjà comblées à
100% par une ventilation normale. Par contre, l'hyperventilation diminue le
niveau de dioxyde de carbone dans l'organisme, ce qui atténue le réflexe de
respirer. Le nageur ne ressent donc pas le besoin de respirer même après avoir
utilisé toutes ses réserves en oxygène.
    M. Doyon vient tout juste de parcourir sous l'eau cinq longueurs de
piscine après avoir précédemment atteint les quatre longueurs. Pour faire
encore mieux, il prend plusieurs respirations profondes avant de s'exécuter à
nouveau. Après avoir complété plusieurs longueurs, il perd conscience
lorsqu'il est toujours sous l'eau. Inconscient, il aurait besoin d'aide pour
demeurer en surface. L'aide est à quelques mètres seulement, mais personne ne
surveille M. Doyon, reconnu comme un excellent nageur. Quelques instants
suffisent pour qu'il se noie sans jamais reprendre conscience.
    Afin d'éviter des décès semblables, le coroner est d'avis qu'il est
important, à l'approche de la saison estivale, de sensibiliser la population
aux risques de la nage en apnée afin que tous les bons nageurs ou
inexpérimentés, enfants ou adultes respectent quelques consignes de sécurité
simples:

    
    - Toujours pratiquer cette activité en compagnie d'une personne qui
      connaît les risques associés à l'apnée et qui soit en mesure de venir
      rapidement à votre rescousse.
    - Bannir l'hyperventilation avant d'entreprendre l'apnée.
    - Réduire le temps sous l'eau si l'on fait des efforts énergiques.


                                   ANNEXE

                               RECOMMANDATIONS

    Afin de préserver des vies humaines, le coroner, Dr Jacques Ramsay,
    recommande:

    - A la Société canadienne de la Croix-Rouge, qu'elle intègre à son
      programme d'enseignement aquatique, les facteurs de risque et les
      notions de prudence reliés à la pratique de l'apnée.
    - A la Société de sauvetage, qu'elle sensibilise les sauveteurs pour
      qu'ils interviennent de façon proactive avec les nageurs qui font de
      l'apnée, entre autres, en rappelant qu'il ne faut pas hyperventiler
      avant d'entrer sous l'eau.
    
    -%SU: LAW
    -%RE: 41




Renseignements :

Renseignements: Anne-Marie Lessard, Responsable des communications et
des relations avec les médias, (418) 643-1845, poste 225,
anne-marie.lessard@msp.gouv.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.