Débrayages étudiants dans les cégeps - La FNEEQ-CSN considère abusives les menaces de recours à la loi 43



    MONTREAL, le 12 nov. /CNW Telbec/ - Alors que se profilent des débrayages
des étudiantes et des étudiants dont les associations sont affiliées à
l'Association pour une solidarité étudiante (ASSE) et à la Fédération
étudiante collégiale du Québec (FECQ) cette semaine et la semaine prochaine,
certaines administrations de cégep brandissent les prescriptions de la loi 43,
laissant entendre qu'elles pourraient recourir aux sanctions qui y sont
prévues. Considérant comme abusive cette mise en garde de la part des
directions d'établissement, la FNEEQ exprime son appui total aux deux
formations par le biais d'une lettre qu'elle vient de leur faire parvenir.
L'application de la loi 43 contre les actions étudiantes serait un geste
démesuré, surtout en regard d'une loi qui n'a pas été conçue pour les
sanctionner. Les gestes posés par les directions d'établissement constituent
dans les faits une pression sur les étudiantes et les étudiants dans le but de
les dissuader d'agir.
    "Cette volonté de s'en tenir à la lettre de la loi, plutôt que d'assumer
une lecture souple au niveau de l'esprit, constitue pour nous une opposition
de fait aux luttes étudiantes concernant le coût des études post-secondaires
et l'amélioration des conditions d'études en général" indique Ronald Cameron,
président de la FNEEQ, dans une correspondance transmise ce matin aux deux
organisations étudiantes.
    La loi 43 a été mise en place en décembre 2005 pour mettre fin aux
négociations du personnel salarié dans le secteur public. Les dispositions
prévues, pour sévir contre des salariés qui perturbent le service normal d'un
établissement, comprennent de lourdes sanctions. Or, devant la possibilité que
les étudiantes et les étudiants perturbent des activités dans un collège,
plusieurs administrations prétendent qu'elles pourraient être dans
l'obligation de sévir, compte tenu de ces dispositions.
    Ce serait le comble que cette loi, de toute évidence anti-démocratique,
soit utilisée à l'endroit des usagers d'un service public. S'il est vrai
qu'une interprétation indirecte peut laisser croire que les étudiantes et les
étudiants sont inclus dans les groupes visés, nous considérons inacceptable
qu'on emprunte la voie de l'affrontement avec des groupes étudiants en
recourant à des sanctions totalement hors de proportion, en regard du droit
légitime qu'a le mouvement étudiant de s'exprimer.
    C'est pourquoi la FNEEQ invite les administrations de cégep à adopter une
attitude basée sur le dialogue avec les associations étudiantes et demande du
même souffle à toutes les enseignantes et à tous les enseignants membres des
syndicats qui lui sont affiliés, de prendre fait et cause pour les actions
étudiantes et d'agir, compte tenu des circonstances, dans le meilleur intérêt
de la réussite des étudiantes et des étudiants.




Renseignements :

Renseignements: France Désaulniers, Conseillère aux communications,
FNEEQ-CSN, (514) 219-2947 (portable)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.