De nouvelles recommandations qui pourraient considérablement réduire le nombre d'anomalies congénitales au Canada



    OTTAWA, le 12 déc. /CNW Telbec/ - Selon la nouvelle directive clinique
(s'adressant aux professionnels canadiens de la santé) qui a été publiée
aujourd'hui, pas moins de la moitié des cas mettant en jeu certaines anomalies
congénitales pourraient être prévenus si les femmes en âge de procréer
consommaient une quantité adéquate d'acide folique, que ce soit en mangeant
des quantités suffisantes d'aliments enrichis à l'acide folique ou en prenant
des suppléments vitaminiques.
    Rédigée par un groupe multidisciplinaire de spécialistes de la Société
des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) et du programme Motherisk
de l'Hospital for Sick Children de Toronto, cette directive clinique constitue
la nouvelle norme pour le Canada. Elle recommande l'accentuation de la
supplémentation en acide folique en vue d'abaisser encore plus les taux
d'anomalies du tube neural (telles que le spina bifida) et peut-être même ceux
d'autres anomalies congénitales courantes.
    Selon cette directive clinique (laquelle est fondée sur les résultats de
recherches récentes qui ont permis la mise à jour des connaissances médicales
précédentes au sujet du lien entre l'acide folique et les anomalies
congénitales), certaines des anomalies congénitales les plus prévalentes
pourraient connaître des baisses spectaculaires si les femmes accentuaient
leur apport en acide folique et en multivitamines pendant au moins trois mois
avant de devenir enceintes.
    "Quoi de plus éprouvant que d'assister à l'effondrement de l'enthousiasme
des femmes enceintes et de leur famille, et que de voir leur joie se
transformer en angoisse lorsqu'on leur apprend qu'une anomalie congénitale,
comme le spina bifida, a été constatée dans le cadre d'un examen de dépistage
ou au moment de la naissance", a affirmé le Dr Gideon Koren, directeur du
programme Motherisk et un des chercheurs principaux du SickKids Research
Institute. "Le concept selon lequel l'administration de simples vitamines
permettrait de prévenir de telles tragédies se doit d'être exploré à fond."
    Cette directive clinique affirme que les médecins devraient recommander
aux femmes qui planifient une grossesse d'adopter une supplémentation en acide
folique déterminée en fonction de divers facteurs liés à l'alimentation, à la
santé et au mode de vie. Plus particulièrement, pour protéger la plupart des
enfants contre les anomalies du tube neural, certaines femmes auront besoin de
5 mg d'acide folique par jour, plutôt que le 1 mg que comprend actuellement la
plupart des vitamines prénatales. La directive clinique exhorte également le
gouvernement fédéral d'envisager d'augmenter de près du double le niveau
d'enrichissement à l'acide folique qui est actuellement appliqué à toute une
gamme de produits dérivés de la farine.
    De nouvelles recherches indiquent que l'accentuation de l'apport en acide
folique, conjointement avec l'administration de multivitamines, favorisera la
baisse de l'incidence des anomalies congénitales, telles que les anomalies du
tube neural (ATN). De surcroît, bien que les directives cliniques précédentes
ne se soient centrées que sur les avantages de l'acide folique en ce qui a
trait à la prévention des ATN, de nouvelles données en soulignent le potentiel
en matière de réduction de l'incidence d'autres anomalies congénitales, telles
que la cardiopathie congénitale, les anomalies des voies urinaires, les fentes
orofaciales, les anomalies des membres et certains cancers pédiatriques
précoces.
    "Ce qui est rassurant, c'est qu'il est très facile de prévenir tout cela:
les femmes n'ont qu'à prendre des multivitamines contenant un peu plus d'acide
folique et elles doivent commencer à le faire au moins trois mois avant de
devenir enceintes", a affirmé le Dr Vyta Senikas, vice-présidente
administrative associée de la SOGC. Le Dr Senikas souligne également que cette
directive clinique permettra d'orienter les médecins de famille, les
sages-femmes et les obstétriciens-gynécologues de partout au Canada. "Pour bon
nombre de femmes, lorsqu'elles en viennent à savoir qu'elles sont enceintes,
il est tout simplement trop tard pour profiter pleinement des avantages
protecteurs de l'acide folique et des suppléments multivitaminiques; nous nous
devons donc de faire circuler cette information."
    Au Canada, grâce au dépistage prénatal et aux programmes de
sensibilisation à la supplémentation en acide folique, la prévalence des ATN à
la naissance est passée de 10 par 10 000 naissances vivantes en 1991 à 5,8 par
10 000 naissances totales (naissances vivantes et mortinaissances) en 1999.
Malgré ce progrès, le Dr Senikas souligne que ces anomalies congénitales
éminemment évitables constituent toujours des sources de tourments affectifs
et économiques pour les familles canadiennes et leurs enfants, sans parler des
frais supplémentaires qu'elles occasionnent pour le système national de santé.
    L'acide folique contribue à la production et au maintien de nouvelles
cellules, et constitue un facteur important pendant la période embryonnaire et
aux débuts de la période foetale (moments au cours desquels surviennent une
division et une croissance cellulaires rapides). Les auteurs de la directive
clinique estiment que pas moins de la moitié des cas mettant en jeu certaines
anomalies congénitales pourraient être prévenus si les femmes en âge de
procréer consommaient une quantité adéquate d'acide folique, que ce soit en
mangeant des quantités suffisantes d'aliments enrichis à l'acide folique ou en
prenant des suppléments vitaminiques.
    La nouvelle directive clinique se prononce avec grande précision en ce
qui a trait à la quantité d'acide folique requise et à la nécessité pour les
femmes d'accentuer leur apport en acide folique avant de devenir enceintes.
Contrairement aux documents d'orientation médicaux précédents, cette directive
clinique procède également à la différenciation des besoins des femmes en
fonction de leur état de santé global. L'âge, l'ethnicité, l'observance
potentielle d'une patiente donnée en ce qui trait à la prise de vitamines et
les antécédents de troubles génétiques ou d'anomalies congénitales sont tous
des facteurs qui sont pris en considération au moment de déterminer la
quantité d'acide folique recommandée. Nous conseillons aux femmes dont la
santé est compromise ou présentant des pathologies (telles que le diabète
insulino-dépendant) d'accentuer leur apport en acide folique de façon
significative. Nous conseillons également à toutes les femmes qui prévoient
avoir des enfants de commencer tôt à prendre une supplémentation en acide
folique.
    Cette directive clinique se centre particulièrement sur la sollicitation
de la participation des professionnels de la santé, de façon à ce qu'ils
puissent sensibiliser leurs patientes aux derniers résultats de la recherche
et à l'importance de la supplémentation en acide folique.
    "Il est difficile de s'assurer que les femmes consomment de l'acide
folique et des vitamines avant de devenir enceintes, et ce, parce que près de
la moitié de toutes les grossesses sont imprévues; de plus, l'état de santé
des femmes pourrait ne pas être optimal au moment de la conception", a affirmé
le Dr Senikas.
    Ainsi, la directive clinique suggère d'accentuer la supplémentation en
acide folique pour certains groupes de femmes. Elle demande également au
gouvernement fédéral de prendre en considération l'ajout d'une plus grande
quantité de folate à la farine. Depuis 1998, l'enrichissement à l'acide
folique de la farine blanche, des pâtes enrichies et de la farine de mais est
obligatoire au Canada.
    En plus d'une supplémentation en acide folique et en multivitamines, nous
conseillons aux femmes en âge de procréer d'adopter un régime alimentaire
sain, conformément aux recommandations du document "Bien manger avec le guide
alimentaire canadien" (Santé Canada). Parmi les sources (bonnes ou
excellentes) d'acide folique, on trouve les céréales enrichies, les pois
chiches, les asperges, le brocoli, les épinards, les pois, les choux de
Bruxelles, le mais, les lentilles et les oranges. Cependant, il est peu
probable que la seule modification du régime alimentaire permette l'obtention
des taux d'acide folique recommandés aux femmes qui planifient une grossesse.

    Un document d'information au sujet de cette directive clinique est
également disponible. Consultez le site Web www.sogc.org.

    A propos de la SOGC

    La SOGC est l'une des plus anciennes organisations nationales de
spécialité au Canada. Fondée en 1944, la Société a pour mandat de promouvoir
l'excellence dans la pratique de l'obstétrique-gynécologie et la santé des
femmes par le leadership, la défense des droits, la collaboration, la prise de
contact et l'éducation. La SOGC représente des obstétriciens-gynécologues, des
omnipraticiens, des infirmières, des sages-femmes et des professionnels
paramédicaux oeuvrant dans le domaine de la santé sexuelle et génésique. Pour
plus de renseignements, consultez le site Web www.sogc.org.

    A propos de Motherisk

    Le programme Motherisk de l'Hospital for Sick Children est un programme
clinique de recherche et d'enseignement voué aux médicaments, aux agents
chimiques et aux services de counseling sur les risques de maladie, en ce qui
concerne la période prénatale. Il est affilié à l'Université de Toronto. Créé
en 1985, le programme Motherisk offre des conseils et des renseignements
factuels sur l'innocuité de l'exposition maternelle (ou sur les risques qu'une
telle exposition engendre pour le foetus ou le nouveau-né) à des agents
chimiques, à des maladies, aux rayonnements et à des agents environnementaux.
Pour plus de renseignements, consultez le site www.motherisk.org.




Renseignements :

Renseignements: Andrée Paige, (613) 863-1828

Profil de l'entreprise

Société des obstétriciens et gynécologues du Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.