De l'énergie plein votre sac vert! - Inauguration d'une centrale électrique alimentée au biogaz en provenance du site d'enfouissement des déchets de Lachute



    LACHUTE, QC, le 15 juin /CNW Telbec/ - La Régie intermunicipale
d'Argenteuil Deux-Montagnes exploite un lieu d'enfouisssement sanitaire depuis
les années 70. On y déverse les déchets domestiques de l'Outaouais et de la
Rive-Nord de Montréal au rythme de quelque 400 000 tonnes par année. Durant
toutes ces années, les biogaz produits par la décomposition des déchets
étaient captés et brûlés sans aucune forme de valorisation. Considérant qu'il
y a tout à gagner pour l'environnement à mettre ces biogaz en valeur dans un
processus d'énergie verte, la RIADM a conclu avec la firme québécoise Lidya
Energie, une entente de partenariat public-privé ayant mené à la construction
de la Centrale électrique au biogaz de Lachute, une innovation au plan
technologique qui donnera une valeur économique à tous les biogaz produits.
    "Ce programme de valorisation des biogaz n'aurait pas été possible si la
Régie ne s'était montrée aussi réceptive à l'innovation et sans y avoir
introduit les techniques innovatrices qui nous permettent de le réaliser", de
dire messieurs Claude Vallée et Daniel Lefebvre, promoteurs du projet. Si la
production électrique à partir du biogaz n'est pas une nouveauté, la plupart
des expériences tentées à ce jour ont connu un succès très mitigé, en raison
des difficultés à obtenir une production gazière volumineuse, stable et
rentable. Lidya Energie a réussi à surmonter ces handicaps traditionnels en
recourant à une nouvelle technologie de production gazière, mise au point par
la firme canadienne SmartSoil Energie inc. "Il est désormais possible, en
utilisant cette technologie novatrice, de contrôler entièrement la production
gazière, de l'accélérer, de la ralentir ou encore de la maintenir constante,
quelque soit la saison. Plus encore, la nouvelle approche vise la
stabilisation accélérée des déchets sur une période de 5 à 10 ans par rapport
à la stabilisation sur 25 à 50 ans avec les technologies traditionnelles. Il
n'est pas exagéré de parler ici d'une percée technologique majeure", précise
M. Vallée.
    Selon lui, "L'approche utilisée à Lachute mérite d'être généralisée et
constitue un premier pas vers la réhabilitation des sites d'enfouissement
sanitaire, dont la réputation a été entachée par certaines nuisances tout à
fait réelles, mais qui peuvent être éliminées, comme nous venons d'en faire la
démonstration". Les promoteurs espèrent que l'expérience vécue et les
résultats obtenus à Lachute favoriseront une réévaluation des technologies
disponibles sur des bases aussi simples que les coûts de revient, les
bénéfices environnementaux et surtout l'universalité de la participation.

    Des bénéfices importants aux plans environnementaux et économiques

    La transformation en biogaz de la totalité de la matière organique
putrescible enfouie, la capture de plus de 98% des gaz produits, une charge
organique dix fois inférieure dans les eaux de lixiviation, la récupération de
près de 40% des volumes originalement occupés par la fraction putrescible
éliminée dans les sites, de même que la participation universelle plutôt que
volontaire des citoyens, sont autant éléments qui militent en faveur de
l'approche permise par la nouvelle percée technologique. A l'égard de la
réduction des gaz à effet de serre, les génératrices élimineront l'équivalent
de 350 000 tonnes de CO(2) pour la centrale actuelle. En phase ultérieure,
lorsque la production d'électricité de la centrale sera portée à 19,2 MW,
jusqu'à 600 000 tonnes de CO2 pourront alors être éliminées.
    Si les bénéfices environnementaux abondent, il en est aussi de même sur
le plan économique, à commencer par les coûts de disposition des déchets, qui
sont d'au moins 100% inférieurs aux autres solutions adoptées, telles que le
recyclage, le compostage et le réemploi. La capacité inhérente à prolonger la
vie des sites peut contribuer à tempérer la préoccupation du manque d'espace
dans le futur. Par cette nouvelle approche, le biogaz peut ainsi constituer un
actif précieux plutôt qu'une nuisance, comme cela a été le cas jusqu'à ce
jour. "Désormais le biogaz doit être considéré comme un actif précieux plutôt
qu'une nuisance, alors que nos poubelles regorgent d'énergie, d'une énergie
propre, verte et renouvelable", d'ajouter Claude Vallée.

    Des premières à répétition

    Au delà des possibilités élargies de l'approche de la stabilisation
accélérée, il y a lieu de s'arrêter aux innovations technologiques intégrées
au présent projet, d'expliquer les promoteurs. Le procédé de production
gazière de SmartSoil connaît sa première application commerciale à Lachute et
elle a servi d'élément déclencheur pour d'autres projets à l'étranger. Parmi
les particularités physiques du bioréacteur SmartSoil, il y a la capacité de
recycler une partie des gaz produits dans la biomasse, avec comme effet un
stockage des gaz, une uniformisation de la température et un accroissement de
l'activité biologique qui double à chaque gain de 10oC. La gestion efficace de
l'eau dans le site, ainsi que les logiciels de contrôle automatisée de la
production gazière, sont d'autres éléments inédits de leur technologie. Le
pré-traitement des biogaz, afin de les épurer des éléments nocifs, constitue
aussi une première canadienne alors que la taille des équipements utilisés
constitue une première pour le fabricant. Les génératrices de 1,6 MW de
Caterpillar sont de la nouvelle génération performante et constituent une
première pour le représentant Hewitt Energie. Finalement, le transfo à sec
installé dans la salle électrique est aussi par sa taille une première pour
son fabricant.

    La valorisation des biogaz: un vaste programme d'investissements

    La centrale électrique de 10 MW, inaugurée aujourd'hui, représente la
toute première phase du mandat de valorisation des biogaz confié à Lidya
Energie, société en commandite, propriété de deux entrepreneurs québécois,
Claude Vallée et Daniel Lefebvre. Avec la deuxième phase qui s'annonce, la
capacité totale de la centrale sera portée à 19,2 MW. S'y ajoutera un complexe
de serres de 8 acres, chauffées par l'énergie thermique récupérée des
équipements de production électrique. Finalement, il est aussi prévu de rendre
disponible aux industries de Lachute un biogaz épuré leur permettant d'avoir
accès à un combustible de chauffe à faible coût. La centrale actuelle implique
des investissements de l'ordre de 26 millions $ alors que les investissements
futurs représentent environ 30 millions $ supplémentaires. Sur le plan
économique local et régional, il faut aussi compter les redevances payées à la
RIADM, les achats, les salaires et frais d'exploitation, de même que les
ventes directes de biogaz aux industries ainsi que sur l'exploitation des
serres, qui généreront d'importants revenus.

    Conclusion

    Sur le plan politique national, et en raison de son caractère résolument
environnemental, le projet de Lidya est conforme aux volontés exprimées par
les gouvernements supérieurs, soit notamment de faire appel à des ressources
renouvelables plutôt qu'à des carburants fossiles et de réduire les émanations
des gaz à effet de serre par le captage efficace et par la destruction totale
du méthane. "On en arrive ainsi à obtenir une solution à la disposition finale
des déchets qui soit aussi avantageuse sur le plan environnemental que toutes
ces autres qui se pratiquent actuellement, à coût beaucoup moins élevé et avec
un taux de succès universel", de dire en conclusion messieurs Vallée et
Lefebvre.
    Pour le président de la RIADm et maire de Lachute, M. Daniel Mayer, "la
sensibilisation générale à la réduction des GES, les coûts énergétiques à la
hausse, l'épuisement des carburants fossiles et la volonté de faire mieux,
commandaient une valorisation des biogaz. Il y a cependant une marge entre
souhaiter une valorisation et la réaliser. Les études de rentabilité
effectuées dans ce contexte se sont avérées négatives et laissaient croire que
les biogaz n'auraient d'autre finalité que leur destruction à perpétuité par
une torchère, n'eût été de l'approche innovatrice préconisée par Lidya
Energie".

    A propos de Lidya Energie

    Lidya Energie, société en commandite, a pour mission de gérer et de
valoriser les biogaz produits au site d'enfouissement de la Régie
intermunicipale Argenteuil Deux-Montagnes. La firme et ses partenaires sont en
mesure d'offrir des solutions efficaces et modernes pour le contrôle de la
production ainsi que le captage à des fins d'élimination et de valorisation
des biogaz produits dans un site d'enfouissement. L'entreprise est aussi en
mesure d'offrir une expertise de pointe dans la gestion et le traitement des
eaux de lixiviation. Pour en connaître davantage sur le projet de centrale de
Lachute et sur l'entreprise, on peut consulter le site Internet de
Lidya-énergie, au www.lidya-energie.com.




Renseignements :

Renseignements: Céline Falardeau, Céline Falardeau Communications
stratégiques,(514) 863-5015, celine.falardeau@videotron.ca; Source: Lidya
Energie M., Daniel Lefebvre, associé, (450) 227-4343; Lidya Energie, M. Claude
Vallée, associé, (514) 984-0238

Profil de l'entreprise

LIDYA ENERGIE SOCIETE EN COMMANDITE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.