Davis + Henderson communique ses résultats du troisième trimestre de 2011

Symbole boursier : DH
Site Web : www.dhltd.com

TORONTO, le 9 nov. 2011 /CNW/ - Société Davis + Henderson (« D+H », l'« Entreprise », la « Société » ou « Davis + Henderson ») a communiqué aujourd'hui, pour le trimestre et la période de neuf mois clos le 30 septembre 2011, d'excellents résultats financiers qui sont conformes aux prévisions, ce qui est satisfaisant dans le contexte des activités entreprises en lien avec son programme stratégique. Le 18 janvier 2011, Davis + Henderson a conclu l'acquisition de la quasi-totalité des actifs d'ASSET Inc. (« ASSET ») puis, le 12 avril 2011, l'acquisition de Mortgagebot LLC (« Mortgagebot ») et, par conséquent, les résultats des entreprises acquises sont pris en compte dans les résultats consolidés depuis ces dates.

Faits saillants du troisième trimestre

  • Produits de 186,3 M$, en hausse de 22,0 M$, ou 13,4 %, comparativement au trimestre correspondant de 2010.
  • BAIIA1 de 46,2 M$, en hausse de 10,1 M$, ou 27,8 %, par rapport à 36,2 M$ pour le trimestre correspondant de 2010. Le BAIIA comprend des coûts liés aux acquisitions de 0,6 M$ pour le troisième trimestre de 2011 et une charge de restructuration ainsi que des coûts liés aux acquisitions totalisant 4,4 M$, pour le troisième trimestre de 2010.
  • Résultat net ajusté1 de 26,2 M$ (0,4429 $ par action) pour le troisième trimestre de 2011. Aucune information comparative n'est disponible pour le trimestre correspondant de 2010.
  • Résultat net de 15,1 M$ (0,2542 $ par action), soit une baisse en glissement annuel de 3,6 M$, ou 19,4 %, comparativement à 18,7 M$ (0,3512 $ par part) pour la période correspondante de 2010. Cette variation tient compte de la contribution positive des acquisitions et aussi des incidences des éléments liés aux acquisitions, du changement de taux d'impôt par suite de la conversion en société par actions en janvier 2011 ainsi que d'une perte latente hors trésorerie sur l'évaluation à la valeur de marché en lien avec la baisse des taux d'intérêt au troisième trimestre de 2011. Pour le trimestre clos le 30 septembre 2011 et pour les neuf premiers mois de 2011, le résultat net par action a également été influencé par l'émission de 6 millions d'actions en avril 2011 afin de financer en partie l'acquisition de Mortgagebot.
  • Au cours du trimestre, D+H a augmenté son dividende annuel cible de 0,04 $ par action (soit d'environ 3 %), le faisant passer de 1,20 $ par action à 1,24 $ par action sur une base annualisée.
  • Le 30 septembre 2011, la Société a versé un dividende de 0,31 $ par action à ses actionnaires dûment inscrits en date du 31 août 2011.
  • En septembre 2011, la Société a communiqué un plan de relève pour le poste de chef de la direction. Selon ce plan, Gerrard Schmid, qui est actuellement président et chef de l'exploitation, deviendra chef de la direction en février 2012 au moment du départ à la retraite de l'actuel chef de la direction, Bob Cronin.

Faits saillants de la période de neuf mois

  • Produits de 540,9 M$, en hausse de 53,7 M$, ou 11,0 %, comparativement à la même période de neuf mois en 2010.
  • BAIIA de 131,8 M$, en hausse de 14,2 M$, ou 12,0 %, par rapport à la même période en 2010. Le BAIIA inclut des coûts liés aux acquisitions de 3,1 M$ pour les neuf premiers mois de 2011 et des charges de restructuration ainsi que des coûts liés aux acquisitions totalisant 4,4 M$, pour les neuf premiers mois de 2010.
  • Le résultat net ajusté s'est situé à 83,8 M$ pour les neuf premiers mois de 2011, et il n'y a aucune information comparative disponible pour la période correspondante de 2010.
  • Résultat net de 74,6 M$ (1,3077 $ par action), soit une progression en glissement annuel de 7,8 M$, ou 11,7 %, par rapport à 66,8 M$ (1,2541 $ par part) pour la période correspondante de 2010. La hausse du résultat net tient compte de la comptabilisation, au premier trimestre de 2011, d'un recouvrement d'impôt hors trésorerie principalement lié à la conversion de D+H en société par actions et d'ajustements au titre des IFRS, ainsi que, pour le deuxième trimestre de 2011, dans le cadre de l'acquisition de Mortgagebot, d'un recouvrement d'impôt hors trésorerie relatif aux pertes de certaines filiales des États-Unis qui n'avaient pas été inscrites antérieurement et des diverses incidences des éléments liés aux acquisitions, conformément à ce qui est décrit précédemment .
  • Au cours des neuf premiers mois de 2011, un montant de 0,9133 $ par action a été versé aux actionnaires de D+H.

________________________________________

1 Les résultats financiers de D+H ont été préparés selon les IFRS. D+H présente plusieurs mesures financières non conformes aux IFRS, notamment le BAIIA et le résultat net ajusté dont il est question ci-dessus. Le résultat net ajusté correspond au résultat net, ajusté de manière à exclure certains éléments hors trésorerie et certains éléments à noter, notamment les coûts liés aux acquisitions et les activités abandonnées. Ces éléments sont exclus du calcul du résultat net ajusté, car ils ne sont pas considérés comme représentatifs du rendement financier de l'Entreprise pour la période à l'étude. Les mesures non conformes aux IFRS doivent être consultées à la lumière de mesures financières établies conformément aux IFRS. Elles ne doivent pas être prises en compte isolément ni perçues comme un substitut au résultat net ou aux flux de trésorerie établis conformément aux IFRS. Par ailleurs, il se peut que les mesures de D+H soient calculées différemment des mesures désignées de la même façon par d'autres sociétés. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ces termes.

Les états financiers consolidés non audités de D+H pour le troisième trimestre de 2011, ainsi que les notes afférentes aux états financiers, le rapport de gestion et les informations financières supplémentaires, seront disponibles dès demain à www.sedar.com et à www.dhltd.com.

Pour obtenir une analyse plus approfondie des résultats et des perspectives de la direction, il y a lieu de se reporter au rapport de gestion ci-après.

Mise en garde au sujet des énoncés prospectifs

Certains énoncés compris dans le présent communiqué constituent des renseignements prospectifs en vertu des lois sur les valeurs mobilières applicables (« énoncés prospectifs »). Les énoncés concernant les objectifs, les cibles, les stratégies, les intentions, les plans, les convictions, les attentes et les estimations de D+H, ainsi que son entreprise, ses activités, et sa performance et sa situation financières constituent des énoncés prospectifs. Des termes et expressions comme « croire », « s'attendre à », « prévoir », « estimer » et « avoir l'intention de » et « pouvoir », de même que d'autres mots et locutions similaires ou la forme négative de ces expressions, visent à signaler des énoncés prospectifs, mais ne devraient pas être considérés comme étant le seul moyen de le faire. D'importantes hypothèses sont posées dans le cadre des énoncés prospectifs, dont celles-ci en particulier : la capacité de D+H d'atteindre ses objectifs en matière de produits opérationnels et de BAIIA; les conditions générales du secteur et la conjoncture économique; l'évolution des relations que D+H entretient avec ses clients et ses fournisseurs; les pressions exercées sur les prix et d'autres facteurs concurrentiels; les effets prévus de l'acquisition de Mortgagebot sur la performance financière de D+H; et les avantages prévus de l'acquisition de Mortgagebot. D+H a aussi utilisé certaines hypothèses macroéconomiques et générales pour rédiger ces énoncés prospectifs. Bien que D+H soit d'avis que ces facteurs et hypothèses sont raisonnables sur la foi des renseignements disponibles en date des présentes, rien ne garantit que les résultats réels seront conformes à ces énoncés prospectifs.

Les énoncés prospectifs sont assujettis à des risques, à des incertitudes et à d'autres facteurs, connus et inconnus, qui pourraient faire en sorte que les résultats, le rendement et les accomplissements réels de l'Entreprise, ainsi que l'évolution réelle des secteurs d'activité de D+H, diffèrent de manière importante des résultats, du rendement, des accomplissements et de l'évolution prévus qui sont formulés, implicitement ou explicitement, dans ces énoncés prospectifs.

Les risques liés aux énoncés prospectifs comprennent, notamment, les défis liés à la diminution de l'utilisation de chèques par les consommateurs, la dépendance de la Société à l'égard d'un nombre limité de grandes institutions financières clientes ainsi qu'à l'accueil que celles-ci réservent à ses nouveaux programmes, les projets stratégiques entrepris par la Société dans le but d'atteindre ses objectifs financiers, la stabilité et la croissance des secteurs de l'immobilier, du crédit hypothécaire et du crédit en général, de même que la conjoncture générale des marchés, y compris la dynamique de l'économie et des taux d'intérêt. Compte tenu de ces incertitudes, le lecteur est avisé de ne pas accorder une confiance excessive à ces énoncés prospectifs. Les documents intégrés par renvoi aux présentes indiquent également des facteurs pouvant avoir une incidence sur les résultats opérationnels et la performance financière de la Société. Les énoncés prospectifs sont fondés sur les projets, estimations, projections, convictions et opinions actuels de la direction, et D+H ne s'engage aucunement à mettre à jour les énoncés prospectifs si les hypothèses qui sous-tendent ces projets, estimations, projections, convictions et opinions venaient à changer, à l'exception de ce qui est prévu par les lois applicables sur les valeurs mobilières.

Tous les énoncés prospectifs formulés dans le présent communiqué et dans les documents intégrés par renvoi aux présentes sont visés par cette mise en garde ainsi que par d'autres mises en garde et facteurs indiqués aux présentes, et il n'existe aucune garantie que les résultats ou événements réels seront conformes à ceux-ci. Même s'ils se révélaient conformes, en totalité ou en partie, il n'existe aucune garantie qu'ils auront les résultats attendus pour la Société.

Conférence téléphonique

Davis + Henderson analysera ses résultats financiers du trimestre et de la période de neuf mois clos le 30 septembre 2011 dans le cadre d'une conférence téléphonique qu'elle tiendra le mercredi 9 novembre 2011, à 10 h HE (heure de Toronto). Le numéro à composer pour cette conférence est le 647-427-7450, pour les personnes qui appellent de la région de Toronto et de l'étranger, ou le 1-888-231-8191, pour les personnes qui appellent des États-Unis et du Canada. La conférence sera animée par Bob Cronin, chef de la direction, et par Brian Kyle, chef des finances. La conférence téléphonique sera également accessible sur le site Web de Groupe CNW, à l'adresse www.newswire.ca/webcast/. Un enregistrement de la conférence sera offert aux personnes qui ne peuvent écouter l'événement à l'heure prévue. Il leur suffira de composer le 416-849-0833, dans la région de Toronto, ou le 1-855-859-2056, à l'extérieur de Toronto, et d'entrer le code d'accès 17263564. La rediffusion sera accessible jusqu'au mercredi 23 novembre 2011. La téléconférence sera également archivée à l'adresse Web susmentionnée pendant un mois, et une transcription de la conférence pourra être consultée sur le site www.dhltd.com.

RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES

D'autres renseignements relatifs à la Société, y compris ceux figurant dans la plus récente notice annuelle qu'elle a déposée, peuvent être consultés sur le site de SEDAR, au www.sedar.com.

RAPPORT DE GESTION

Le rapport de gestion du troisième trimestre de 2011 de Société Davis + Henderson (la « Société », l'« Entreprise », « Davis + Henderson » ou « D+H »), appelée auparavant le Fonds de revenu Davis + Henderson (le « Fonds »), a été préparé en date du 8 novembre 2011 et il doit être lu en parallèle avec le rapport de gestion figurant dans le rapport annuel de l'exercice clos le 31 décembre 2010, daté du 8 mars 2011, et les états financiers consolidés non audités intermédiaires ci-joints pour le trimestre et la période de neuf mois clos le 30 septembre 2011. Les facteurs externes, qu'ils soient de nature économique ou propres au secteur d'activité, demeurent essentiellement les mêmes que ceux qui sont décrits dans le rapport de gestion annuel et dans la plus récente notice annuelle déposée par la Société, exception faite de ce qui est mentionné dans les présentes.

Adoption des IFRS

Les sociétés ouvertes canadiennes sont tenues de dresser leurs états financiers selon les Normes internationales d'information financière (« IFRS »), publiées par le Conseil des normes comptables internationales (l'« IASB »), pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011. Comme les entités doivent présenter l'information financière comparative, la date réelle de transition est le 1er janvier 2010. À compter du 1er janvier 2011, les états financiers de la Société ont été dressés selon ces normes, et ils comprennent les chiffres de la période correspondante de 2010 qui ont été retraités conformément aux dispositions des IFRS.

Conversion de la fiducie de revenu en société par actions

Le 1er janvier 2011, conformément à un plan d'arrangement (l'« arrangement »), la structure de fiducie de revenu du Fonds a été convertie en celle d'une société par actions, et cette société cotée en bourse est désormais connue sous la raison sociale de Société Davis + Henderson (la « Société »). Aux termes de l'arrangement, les porteurs de parts du Fonds ont reçu, sur la base d'un transfert à imposition différée, une action ordinaire de la Société pour chaque part du Fonds détenue. Les actions ordinaires de Société Davis + Henderson ont commencé à être négociées à la Bourse de Toronto le 4 janvier 2011, sous le symbole DH.

Dans le cadre de la conversion, la Société a également entrepris une réorganisation interne visant à simplifier ses activités en regroupant les diverses entreprises qu'elle exploitait auparavant en tant qu'entités distinctes. La plupart des entreprises regroupées exercent maintenant leurs activités au sein de Société en commandite D+H. La conversion a été traitée comme un changement de forme d'entreprise et comptabilisée selon la méthode de la continuité des intérêts communs. À ce titre, la valeur comptable des actifs, des passifs et des capitaux propres attribuables aux porteurs de parts figurant dans les états financiers consolidés du Fonds immédiatement avant la conversion est demeurée identique à la valeur comptable de Société Davis + Henderson immédiatement après la conversion. Depuis le 1er janvier 2011, le capital social de Société Davis + Henderson, eu égard aux actions ordinaires, a été réduit pour tenir compte du solde du déficit du Fonds au 31 décembre 2010.

Malgré les modifications à sa structure et à ses distributions en raison des éléments mentionnés dans les présentes, l'Entreprise maintient ses stratégies et ses objectifs.

STRATÉGIE

D+H est un important fournisseur de solutions au secteur des services financiers. Elle offre plusieurs services comptant parmi les meilleurs au Canada, notamment : son programme d'approvisionnement en chèques; les services de prêts aux étudiants; les services d'enregistrement, services de recouvrement et services connexes pour les prêts garantis; et les solutions technologiques de crédit destinées au secteur du crédit hypothécaire. En outre, grâce à la récente acquisition de Mortgagebot, D+H est maintenant un important fournisseur de solutions en ligne au point de vente aux États-Unis et elle propose une vaste gamme de solutions de montage de prêts hypothécaires pour les consommateurs, les responsables des prêts ainsi que les succursales et les centres d'appels à plus de 1 000 banques et coopératives d'épargne et de crédit. Elle offre aussi des solutions technologiques générales aux secteurs du crédit commercial, des prêts aux petites entreprises et de la location, des solutions de services au secteur des cartes de crédit et d'autres services d'impartition à un certain nombre de secteurs spécialisés.

La stratégie de D+H consiste à devenir un chef de file sur le marché en visant des créneaux bien définis et en croissance au sein du secteur des services financiers, ainsi qu'à élargir davantage sa gamme de services en améliorant les activités qu'elle exerce au nom de ses clients. La Société prévoit mettre en œuvre cette stratégie au moyen de projets internes, d'associations avec des tiers et d'acquisitions ciblées. L'objectif financier à long terme de D+H consiste à dégager des résultats durables et en croissance au moyen de la croissance interne soutenue des produits et d'acquisitions stratégiques. L'Entreprise a élaboré trois principales stratégies afin d'atteindre cet objectif. Ces stratégies consistent i) à faire progresser et à accroître la valeur du programme d'approvisionnement en chèques et les services pour cartes de crédit, ii) à élargir les services de soutien technologique relatifs au crédit à la consommation, aux prêts aux étudiants, au crédit commercial et à la location, et iii) à tirer avantage d'occasions dans d'autres domaines du secteur des services financiers.

Au cours des derniers exercices, D+H a mis en œuvre sa stratégie en améliorant les programmes offerts aux titulaires de comptes de chèques, en réalisant plusieurs acquisitions, notamment celles de Resolve Business Outsourcing Income Fund (« Resolve ») en 2009, de la quasi-totalité des actifs d'ASSET Inc. (« ASSET ») en janvier 2011, et de Mortgagebot LLC (« Mortgagebot ») en avril 2011, ainsi qu'en améliorant davantage ses services et ses capacités. Ainsi, elle offre aujourd'hui une gamme diversifiée de services comptant parmi les meilleurs sur le marché.

Pour obtenir une analyse plus approfondie des résultats du troisième trimestre de 2011, connaître les perspectives de la direction et les facteurs de risque et consulter la mise en garde concernant les énoncés prospectifs, il y a lieu de se reporter aux rubriques s'y rapportant.

PRINCIPES COMPTABLES ET PRÉSENTATION DE L'INFORMATION FINANCIÈRE

Toutes les informations financières présentées dans le présent rapport de gestion ont été établies et sont présentées conformément aux IFRS, publiées par l'IASB, à moins d'indication contraire. Toutes les informations comparatives présentées pour les périodes de déclaration de 2010 ont été reclassées pour tenir compte du mode de présentation conforme aux IFRS, à moins d'indication contraire. Tous les montants sont présentés en dollars canadiens, à moins d'indication contraire.

Depuis le 1er janvier 2011, la Société dresse ses états financiers consolidés selon les IFRS. Avant le 1er janvier 2011, elle préparait ses états financiers consolidés conformément aux principes comptables généralement reconnus du Canada (« PCGR du Canada ») et, par conséquent, les données des périodes comparatives de 2010 ont été retraitées afin de les rendre conformes aux IFRS. Les chiffres des périodes comparatives avant le 1er janvier 2010 figurant dans le présent rapport de gestion n'ont pas fait l'objet d'un retraitement aux termes des IFRS et ils sont présentés selon les PCGR canadiens.

Les informations comparatives des périodes antérieures au 1er janvier 2011 se rapportent au Fonds, et les résultats des périodes postérieures au 1er janvier 2011 sont ceux de la Société. Par conséquent, dans le présent rapport de gestion, toute mention des distributions, des porteurs de parts et des montants par part se rapporte aux périodes antérieures au 1er janvier 2011, alors que tout renvoi aux dividendes, aux actionnaires et aux montants par action fait référence aux périodes postérieures au 1er janvier 2011.

La note 24 afférente aux états financiers de la Société pour le trimestre et la période de neuf mois clos le 30 septembre 2011 présente des rapprochements et des descriptions de l'incidence du passage des PCGR du Canada aux IFRS sur les capitaux propres, le résultat et le résultat global, y compris un rapprochement de chaque poste de l'état de la situation financière au 30 septembre 2010, ainsi que de l'état des résultats pour le trimestre et la période de neuf mois clos le 30 septembre 2010. La Société a décrit antérieurement les ajustements qui devaient découler du passage des PCGR du Canada aux IFRS. L'adoption des IFRS étant terminée, les ajustements définitifs ont été établis et révisés au besoin, et ils sont présentés à la note 24.

RÉSULTATS OPÉRATIONNELS CONSOLIDÉS DU TROISIÈME TRIMESTRE

Les données du tableau présenté ci-après sont tirées des états consolidés des résultats, et elles doivent être lues à la lumière de ceux-ci. Certaines de ces données ont été établies au moyen de mesures financières non conformes aux IFRS. La direction est d'avis que ce supplément d'informations fournit des renseignements additionnels utiles. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une description des mesures non conformes aux IFRS utilisées.

Les résultats consolidés incluent ceux d'ASSET depuis le 18 janvier 2011 et ceux de Mortgagebot, depuis le 12 avril 2011.

Résultats opérationnels et résultats financiers1

(en milliers de dollars canadiens, sauf les montants par action, non audité)

  Trimestres clos les 30 septembre     Périodes de neuf mois closes les 30 septembre
     2011 2010   2011 2010
Produits 186 275 $ 164 319 $   540 943 $ 487 241 $
Charges 2 140 050 128 147   409 118 369 586
BAIIA 2, 3 46 225 36 172   131 825 117 655
            
Amortissement des immobilisations corporelles et des immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions 5 820 5 030   17 151 14 661
Amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions 11 040 6 925   29 722 21 180
Charges d'intérêts 4 792 3 517   14 053 10 583
Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés 4 3 991 1 566   3 531 1 993
Charge (recouvrement) d'impôt sur le résultat 7 5 522 (1 447)   (7 051) (148)
Résultat lié aux activités poursuivies 15 060 20 581   74 419 69 386
Résultat provenant des activités abandonnées, après impôt 5  - (1 886)   140 (2 627)
Résultat net 15 060 18 695   74 559 66 759
              
Ajustements :          
  Éléments hors trésorerie :          
      Amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions 11 040     29 722  
      Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés 4 3 991     3 531  
  Autres éléments à noter :          
      Éléments liés à des acquisitions 2 610     3 116  
    Activités abandonnées, après impôt 5 -     (140)  
  Incidence fiscale des ajustements ci-dessus (compte non tenu des activités abandonnées) 7 (4 465)     (9 854)  
  Incidence fiscale de la conversion en société par actions, des acquisitions et des ajustements au titre des IFRS 6 -     (17 137)  
              
Résultat net ajusté 3 26 236 $     83 797 $  
              
              
Résultat net ajusté par action, de base et dilué 3, 8, 9 0,4429 $ n. m.   1,4698 $ n. m.
Résultat net par action, de base et dilué 8, 9 0,2542 $ 0,3512 $   1,3077 $ 1,2541 $
  Trimestre clos le 30 septembre 2011 p/r au   Période de neuf mois close le 30 septembre 2011 p/r à la
  trimestre correspondant de 2010     période correspondante de 2010
        Variation en %     Variation en %
Produits   13,4 %     11,0 %
BAIIA 2, 3   27,8 %     12,0 %
Résultat net ajusté par action 3, 6, 8   n. m.     n. m.

n. m. = non mesurable

1 Les résultats du trimestre et de la période de neuf mois clos le 30 septembre 2011 incluent ceux d'ASSET et de Mortgagebot à partir des dates d'acquisition, soit le 18 janvier 2011 et le 12 avril 2011, respectivement.
2 Les charges pour 2011 incluent des éléments liés aux acquisitions tels que les coûts de transaction et certains paiements, notamment des primes de maintien en poste et de performance en lien avec l'acquisition de Mortgagebot et, pour 2010, une charge de restructuration ainsi que des coûts liés aux acquisitions totalisant 4,4 M$, qui ont été comptabilisés au troisième trimestre.
3 Le BAIIA et le résultat net ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ces termes. Les périodes antérieures au 1er janvier 2011 n'ont pas de mesures comparables en ce qui a trait au résultat net ajusté, en raison des différences en matière d'imposition de D+H à titre de fiducie de revenu avant le 1er janvier 2011 et en tant que société par actions après cette date.
4 Comprend (i) les ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt qui étaient en place au 30 septembre 2011 et qui ne sont pas désignés comme des couvertures aux fins de la comptabilité de couverture, toute variation de la juste valeur de ces contrats étant comptabilisée en résultat; et (ii) l'amortissement de l'ajustement à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt en lien avec le montant net cumulatif des profits et des pertes qui étaient différés avant le 1er janvier 2007, lorsque la Société appliquait la comptabilité de couverture.
5 L'Entreprise a vendu la partie non stratégique de ses activités de centres d'appels en octobre 2010 et elle a conclu avec l'acheteur une convention de transition qui est venue à échéance le 1er avril 2011. Les résultats de ces activités sont présentés à titre d'activités abandonnées.
6 Les ajustements pour les neuf premiers mois de 2011 comprennent les éléments suivants : (i) la comptabilisation, au deuxième trimestre de 2011, dans le cadre de l'acquisition de Mortgagebot, d'un recouvrement d'impôt hors trésorerie relatif aux pertes de certaines filiales des États-Unis qui avaient été comptabilisées antérieurement; et (ii) la comptabilisation, au premier trimestre de 2011, de recouvrements d'impôt hors trésorerie en lien notamment avec la conversion en société par actions et l'adoption des IFRS.
7 Les ajustements suivants du résultat net tiennent compte de l'incidence fiscale de leur taux d'impôt respectif : (i) l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions, (ii) l'ajustement à la valeur de marché des instruments dérivés; et (iii) les coûts liés aux acquisitions.
8 Le résultat net par action dilué et le résultat net ajusté par action dilué (mesures non conformes aux IFRS) tiennent compte de l'incidence des options en circulation. Si le prix des options est inférieur au cours moyen du marché durant la période, alors les options ne sont pas incluses dans le calcul de la dilution.
9 Le nombre moyen pondéré d'actions en circulation au cours du trimestre clos le 30 septembre 2011 était de 59,2 millions et, au cours de la période de neuf mois close le 30 septembre 2011, de 57,0 millions.

Survol

D+H a enregistré au cours du troisième trimestre de 2011 d'excellents résultats opérationnels qui ont été conformes à ses attentes, et elle est satisfaite de ces résultats dans le contexte des activités qui ont été menées dans le cadre des projets stratégiques. Dans l'ensemble, pour les neuf premiers mois de 2011, l'Entreprise a enregistré une progression des produits et du BAIIA par rapport à la même période en 2010, ce qui s'explique principalement par la prise en compte d'ASSET et de Mortgagebot, de même que par les incidences des coûts liés aux acquisitions et des charges de restructuration. Pour obtenir une description plus complète des produits et des charges, il y a lieu de consulter les rubriques ci-dessous.

Produits

Le tableau ci-dessous présente la taille relative actuelle de chacun des principaux secteurs d'activité en pourcentage du total des produits pour une période de 12 mois consécutifs.

     
Répartition des produits par secteur d'activité 1   % des produits
Produits      
  Programmes destinés aux titulaires de comptes de chèques   42 %
  Services d'enregistrement et de recouvrement de prêts   21 %
  Services de prêts   19 %
  Services technologiques de crédit   13 %
  Autres   5 %
      100 %

1 La répartition repose sur les produits de douze mois consécutifs, soit du quatrième trimestre de 2010 au troisième trimestre de 2011.

Les programmes pour les comptes de chèques comprennent : (1) le programme d'approvisionnement en chèques destiné aux particuliers et aux petites entreprises qui détiennent des comptes auprès des institutions financières clientes de la Société; et (2) divers services de moindre envergure pour l'ouverture des comptes, la protection de l'identité et d'autres services de protection améliorée, qui sont notamment destinés aux titulaires de cartes de crédit. Ces services de moindre envergure (exception faite des éléments des services de protection améliorée et de protection de l'identité qui sont intégrés aux commandes de chèques) représentent actuellement une petite partie des produits de cette catégorie. En général, les volumes de commandes de chèques dans ce secteur d'activité ont décliné par le passé, car les consommateurs et les petites entreprises ont recours à d'autres modes de paiement.

Les services d'enregistrement et de recouvrement de prêts servent à soutenir les activités des institutions financières clientes de la Société en matière de crédit à la consommation et de crédit commercial. Ces services comprennent l'enregistrement et la gestion de données liées à des créances garanties dans le secteur des prêts personnels et hypothécaires, ainsi que le recouvrement de créances garanties et non garanties. Les services d'enregistrement représentent de 55 % à 65 % des produits de cette catégorie, ce qui en fait la principale activité de ce secteur, tandis que les services de recouvrement comptent pour environ 25 % à 35 % des produits. Dans les deux cas, les prêts pour l'achat de véhicules sont un facteur d'activité important et peuvent, par conséquent, être variables. En général, les services d'enregistrement sont tributaires des cycles économiques et du caractère saisonnier des activités, alors que les services de recouvrement sont, généralement, de nature anticyclique. Les autres services de cette catégorie de produits incluent les services de mainlevée d'hypothèques et divers services en matière de recherche que la Société fournit au nom de ses institutions financières clientes.

Les programmes de services de prêts, incluent les services d'administration de prêts aux étudiants, que la Société procure aux institutions financières et aux gouvernements, ainsi que les services de cartes de crédit offerts aux sociétés émettrices. Les services en matière de prêts aux étudiants comptent actuellement pour 75 % à 85 % des produits de cette catégorie.

Les services technologiques de crédit sont conçus pour le marché hypothécaire du Canada et depuis peu, pour celui des États-Unis, grâce à l'acquisition de Mortgagebot en avril 2011. De plus, la Société fournit des produits et des services technologiques en matière de location, de crédit commercial et de prêts aux petites entreprises dans les deux pays. Les produits liés au marché hypothécaire représentent actuellement de 85 % à 95 % des produits de cette catégorie, dont 65 % à 75 % sont tirés d'honoraires sur les transactions de montage de prêts hypothécaires au Canada. Les honoraires tirés des services de montage de prêts hypothécaires peuvent varier en fonction de nombreux facteurs, dont l'économie, le marché de l'habitation et les taux d'intérêt.

Les autres produits sont liés à un certain nombre de services de moindre envergure, principalement des activités confiées en sous-traitance à la Société par une clientèle diversifiée, notamment des clients œuvrant dans d'autres secteurs que celui des services financiers.

Produits - Troisième trimestre et cumul annuel

Les produits consolidés se sont élevés à 186,3 M$ au troisième trimestre de 2011, en hausse de 22,0 M$, ou 13,4 %, par rapport au trimestre correspondant de 2010. Pour les neuf premiers mois de 2011, les produits consolidés ont atteint 540,9 M$, en hausse de 53,7 M$, ou 11,0 %, comparativement à la même période en 2010. Ces hausses découlent principalement de la prise en compte d'ASSET, acquise le 18 janvier 2011, et de Mortgagebot, acquise le 12 avril 2011. Les augmentations et les diminutions des produits consolidés des autres secteurs d'activité sont décrites plus loin.

Les services fournis par l'Entreprise sont assujettis aux fluctuations saisonnières, notamment en ce qui a trait aux commissions gagnées dans le cadre des services liés au montage de prêts hypothécaires et des services d'enregistrement de prêts automobiles, qui sont habituellement plus élevées aux deuxième et troisième trimestres qu'aux premier et quatrième trimestres.

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

      Trimestres clos les 30 septembre Périodes de neuf mois closes les
30 septembre
      2011 2010 2011 2010
Produits            
  Programmes destinés aux titulaires de comptes de chèques     74 095 $ 72 994 $ 222 564 $ 220 819 $
  Services d'enregistrement et de recouvrement de prêts     42 002 29 646 121 417 85 736
  Services de prêts     32 426 32 738 97 771 92 772
  Services technologiques de crédit     29 026 19 392 70 883 57 334
  Autres1     8 726 9 549 28 308 30 580
      186 275 $ 164 319 $ 540 943 $ 487 241 $

1 Les activités abandonnées ont été exclues des montants présentés.

Les produits tirés des programmes destinés aux titulaires de comptes de chèques se sont chiffrés à 74,1 M$ au troisième trimestre de 2011, en hausse de 1,1 M$, ou 1,5 %, par rapport au même trimestre en 2010. Les produits de ce secteur se sont établis à 222,6 M$ pour les neuf premiers mois de 2011, en hausse de 1,7 M$, ou 0,8 %, comparativement à la période correspondante de 2010. Les produits du troisième trimestre de 2011 ont profité d'un redressement des volumes de commandes, lesquelles avaient été précédemment touchées par la grève des postes au deuxième trimestre de 2011, et de l'augmentation de la valeur moyenne des commandes, qui demeure un facteur positif, mais en partie annulé par le déclin des volumes. La légère hausse observée pour les neuf premiers mois de 2011 est également en grande partie attribuable aux modifications apportées aux programmes ainsi qu'aux améliorations des produits et des services qui ont permis d'accroître la valeur moyenne des commandes, ce qui a été partiellement annulé par la baisse des volumes de commandes de chèques. La direction estime que la tendance historique à long terme quant à l'actuel déclin des commandes de chèques demeure relativement stable et continue à se chiffrer à quelques points de pourcentage. Cependant, la volatilité des volumes de commandes s'est accrue au cours des derniers trimestres.

Pour le troisième trimestre de 2011, les produits tirés des services d'enregistrement et de recouvrement de prêts ont atteint 42,0 M$, en hausse de 12,4 M$, ou 41,7 %, comparativement au trimestre correspondant de 2010. Pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2011, les produits se sont situés à 121,4 M$, en hausse de 35,7 M$, ou 41,6 %, par rapport à la même période en 2010. Pour les deux périodes, la hausse est essentiellement liée à la prise en compte d'ASSET, qui a été acquise le 18 janvier 2011. Les volumes de ce secteur peuvent varier en raison de l'évolution du contexte économique, de perturbations des marchés de l'automobile et des prêts automobiles et de fluctuations saisonnières. Ce secteur enregistre habituellement des volumes plus importants aux deuxième et troisième trimestres qu'aux premier et quatrième trimestres, puisque les consommateurs achètent des voitures et contractent des prêts pour ces achats plus souvent au printemps et à l'été. En général, les honoraires tirés des services de recouvrement d'ASSET ont été conformes aux attentes.

Les produits tirés des services de prêts se sont situés à 32,4 M$ au troisième trimestre, en baisse de 0,3 M$, ou 1,0 %, par rapport au trimestre correspondant de 2010. Les produits tirés des services d'administration de prêts aux étudiants, qui constituent la majeure partie des produits de ce secteur, sont demeurés relativement stables par rapport à 2010 pour les deux périodes. Pour les neuf premiers mois de 2011, les produits se sont élevés à 97,8 M$, en hausse de 5,0 M$, ou 5,4 %, comparativement à la même période en 2010. L'augmentation des produits de ce secteur en cumul annuel est, en majeure partie, attribuable au secteur des services de cartes de crédit, et ce, essentiellement en raison de projets propres à des clients qui ont eu pour effet d'accroître les produits et les charges sans avoir une incidence notable sur la rentabilité. Les volumes de ce secteur devraient être relativement stables et en légère progression à court terme, et des mesures de gestion des coûts visent à atténuer l'incidence de la réduction des prix et des honoraires liés à certains clients, notamment les honoraires que la Société gagnera alors qu'un de ses clients intégrera la prestation des services à son portefeuille à ceux d'un autre client de D+H.

Pour le troisième trimestre de 2011, les produits tirés des services technologiques de crédit se sont chiffrés à 29,0 M$ million, en hausse de 9,6 M$, ou 49,7 %, par rapport au trimestre correspondant de 2010. Pour les neuf premiers mois de 2011, les produits de ce secteur se sont établis à 70,9 M$, en hausse de 13,5 M$, ou 23,6 %, comparativement à la même période en 2010. La hausse observée au troisième trimestre de 2011 est largement due à la prise en compte de Mortgagebot et elle a été en partie annulée par la baisse des honoraires dans les autres secteurs d'activité. Le fait qu'un client de la Société a repris à sa charge certains services qu'elle lui procurait jusque-là a eu une incidence sur les honoraires tirés des services de montage de prêts hypothécaires. Pour la période de neuf mois, l'augmentation des produits nets découle de la prise en compte de Mortgagebot et elle a été partiellement neutralisée par des réductions dans plusieurs autres secteurs. De façon générale, les analystes du secteur prévoient que les marchés canadiens de l'immobilier seront relativement stables tout au long de 2012.

Les autres produits se sont fixés à 8,7 M$ au troisième trimestre de 2011, comparativement à 9,5 M$ pour le trimestre correspondant de 2010. Pour les neuf premiers mois de 2011, les produits de cette catégorie ont été de 28,3 M$, par rapport à 30,6 M$ pour la même période en 2010. En général, la Société a subi et prévoit continuer de subir certaines baisses dans ce secteur, car quelques clients rapatrient certaines activités données en impartition. Le 7 octobre 2010, l'Entreprise a vendu la partie non stratégique de ses activités de centres d'appels et elle a conclu avec l'acheteur une convention de transition qui est venue à échéance le 1er avril 2011. Les résultats de ces activités, qui étaient précédemment comptabilisés dans cette catégorie de produits, sont communiqués à titre d'activités abandonnées pour les périodes comparatives présentées.

Charges1

Les charges consolidées se sont établies à 140,1 M$ au troisième trimestre de 2011, en hausse de 11,9 M$, ou 9,3 %, par rapport au trimestre correspondant de 2010. Pour les neuf premiers mois de 2011, les charges consolidées se sont chiffrées à 409,1 M$, en hausse de 39,5 M$, ou 10,7 %, comparativement à la même période en 2010. La hausse est surtout liée à la prise en compte des charges d'ASSET et de Mortgagebot ainsi qu'aux coûts couramment engagés dans les activités de transformation et d'intégration dans le secteur des services technologiques, ce qui a été en partie compensé par les mesures de gestion des coûts et d'autres économies nettes, notamment en lien avec la réduction des charges de restructuration et des coûts liés aux acquisitions.

         
    Trimestres clos les 30 septembre   Périodes de neuf mois closes les
30 septembre
(en milliers de dollars canadiens, non audité)    2011 2010 2011 2010
Charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel 2   57 810 $ 51 166 $ 165 057 $ 146 502 $
Charges directes autres que de rémunération 3   59 290 52 387 174 805 153 919
Autres charges opérationnelles 4   22 950 24 594 69 256 69 165
    140 050 $ 128 147 $ 409 118 $ 369 586 $

1 Les activités abandonnées ont été exclues des montants présentés.
2 Les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel incluent les coûts liés aux acquisitions, notamment des primes de maintient en poste et de performance en lien avec l'acquisition de Mortgagebot, et elles sont présentées après déduction de certains avantages fiscaux liés au personnel et des montants inscrits à l'actif en lien avec la mise au point de logiciels. Certaines données comparatives ont été reclassées et ajustées afin qu'elles soient conformes au mode de présentation de la période à l'étude. Ce reclassement n'a entraîné aucune variation du total des charges.
3 Les charges directes autres que de rémunération comprennent les coûts des matières, de même que les frais de livraison et de vente et les débours directs en faveur de tiers. Certaines données comparatives ont été reclassées et ajustées afin qu'elles soient conformes au mode de présentation de la période à l'étude. Ce reclassement n'a entraîné aucune variation du total des charges.
4 Les autres charges opérationnelles comprennent les frais d'occupation, les frais liés aux communications, les droits de permis, les honoraires professionnels, les honoraires d'entrepreneurs, les coûts de transaction liés aux acquisitions et les charges n'ayant pas été incluses dans d'autres catégories. Certaines données comparatives ont été reclassées et ajustées afin qu'elles soient conformes au mode de présentation de la période à l'étude. Ce reclassement n'a entraîné aucune variation du total des charges.

Les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel se sont situées à 57,8 M$ pour le troisième trimestre de 2011, en hausse de 6,6 M$, ou 13,0 %, par rapport au trimestre correspondant de 2010. Pour les neuf premiers mois de 2011, les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel ont atteint 165,1 M$, en hausse de 18,6 M$, ou 12,7 %, comparativement à la même période en 2010. La hausse est principalement attribuable à la prise en compte des charges d'ASSET et de Mortgagebot ainsi qu'à l'accroissement général des niveaux des salaires; elle a été en partie neutralisée par les avantages tirés du programme d'apprentissage. De plus, les charges du troisième trimestre de 2010 comprenaient des coûts de restructuration liés aux activités de transformation et d'intégration. En outre, la Société a remplacé des travailleurs contractuels (comptabilisés dans les autres charges opérationnelles) par des employés à temps plein à mesure que la nature et la certitude du travail dans certains secteurs se confirment.

Les charges directes autres que de rémunération se sont fixées à 59,3 M$ pour le troisième trimestre de 2011, en hausse de 6,9 M$, ou 13,2 %, comparativement au trimestre correspondant de 2010. Pour les neuf premiers mois de 2011, les charges directes autres que de rémunération se sont élevées à 174,8 M$, en hausse de 20,9 M$, ou 13,6 %, par rapport à la même période en 2010. La hausse découle surtout des débours directs en faveur de tiers liés aux activités d'ASSET. En général, ces charges fluctuent dans le même sens que les produits.

Pour le troisième trimestre de 2011, les autres charges opérationnelles se sont établies à 23,0 M$, en baisse de 1,6 M$, ou 6,7 % comparativement au trimestre correspondant de 2010. Pour les neuf premiers mois de 2011, les autres charges opérationnelles ont été de 69,3 M$, en hausse de 0,1 M$, ou 0,1 %, par rapport à la même période en 2010. La diminution des autres charges opérationnelles s'explique par la réduction des coûts dans plusieurs secteurs, ce qui comprend les économies de coûts réalisées en lien avec les projets de transformation et d'intégration.

BAIIA

Le BAIIA s'est chiffré à 46,2 M$ au troisième trimestre de 2011, en hausse de 10,1 M$, ou 27,8 %, par rapport au trimestre correspondant de 2010. Cette hausse est en majeure partie attribuable aux acquisitions d'ASSET et de Mortgagebot, de même qu'à l'incidence des charges de restructuration et des coûts liés aux acquisitions sur le BAIIA du troisième trimestre de 2010. Pour les neuf premiers mois de 2011, le BAIIA a atteint 131,8 M$, en hausse de 14,2 M$, ou 12,0 %, par rapport à la même période en 2010, ce qui est relativement en phase avec l'augmentation des produits. Le BAIIA a été réduit de 0,6 M$ et 3,1 M$, respectivement, par les coûts liés aux acquisitions au troisième trimestre de 2011 et pour les neuf premiers mois de 2011, tandis qu'il avait été réduit par une charge de restructuration et des coûts liés aux acquisitions totalisant 4,4 M$ au troisième trimestre de 2010 et pour les neuf premiers mois de 2010.

Amortissement des immobilisations corporelles et des immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions

L'amortissement des immobilisations corporelles et des immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions a augmenté de 0,8 M$, ou 15,7 %, au troisième trimestre de 2011 par rapport au troisième trimestre de 2010, et de 2,5 M$, ou 17,0 % pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à la période correspondante de 2010. Ces hausses sont principalement liées aux acquisitions d'immobilisations corporelles et à la prise en compte des activités d'ASSET et de Mortgagebot.

Amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions

L'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions a augmenté de 4,1 M$ au troisième trimestre de 2011 et de 8,5 M$ pour les neuf premiers mois de 2011, par rapport aux périodes correspondantes de 2010, en raison de l'ajout des immobilisations incorporelles liées aux acquisitions d'ASSET et de Mortgagebot.

Charges d'intérêts

Les charges d'intérêts ont augmenté de 1,3 M$ au troisième trimestre de 2011, par rapport au trimestre correspondant de 2010, et de 3,5 M$ pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2011, comparativement à la même période en 2010, en raison de l'augmentation des emprunts attribuable aux acquisitions d'ASSET et de Mortgagebot.

Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés

Swaps de taux d'intérêt

Une perte latente d'un montant net de 4,0 M$ sur les swaps de taux d'intérêt a été constatée au troisième trimestre de 2011 (perte latente d'un montant net de 1,6 M$ au troisième trimestre de 2010), ce qui correspond aux ajustements à la valeur de marché liés aux variations des taux d'intérêt du marché entre le 30 juin 2011 et le 30 septembre 2011. Les montants indiqués pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2011 ainsi que pour les périodes correspondantes de 2010 tiennent également compte de l'amortissement du montant net cumulatif des profits et des pertes qui étaient différés avant le 1er janvier 2007, date à laquelle D+H appliquait encore la comptabilité de couverture.

Les profits et les pertes latents sont imputés aux résultats, puisque ces swaps de taux d'intérêt ne sont pas désignés comme couvertures aux fins de la comptabilité. En général, une perte sur les swaps de taux d'intérêt est constatée lorsque les taux d'intérêt ont baissé par rapport à certaines périodes antérieures et un profit est enregistré dans le cas contraire. Tant que la Société n'annule pas ses swaps de taux d'intérêt, les montants latents représenteront un profit latent ou une perte latente hors trésorerie qui sera par la suite viré aux résultats à l'échéance des swaps en question. Par le passé, la Société a conservé ses contrats dérivés jusqu'à leur échéance.

Avec prise d'effet le 1er janvier 2011, la Société a adopté pour politique d'appliquer de manière prospective la comptabilité de couverture à tout nouvel instrument dérivé conclu après le 1er janvier 2011. Au 30 septembre 2011, la Société n'avait conclu aucun nouveau swap de taux d'intérêt, et les ajustements à la juste valeur des swaps de taux d'intérêt existants continuent d'être constatés dans l'état consolidé des résultats.

Contrats de change à terme

Au cours du troisième trimestre de 2011, la Société a conclu quatre contrats de change à terme avec un de ses prêteurs, pour un montant total de 12,0 M$ US. Conformément à la politique adoptée par D+H en date du 1er janvier 2011, laquelle consiste à appliquer de manière prospective la comptabilité de couverture à tout nouvel instrument dérivé conclu après le 1er janvier 2011, ces contrats de change ont été désignés, aux termes des IFRS, comme couvertures aux fins de la comptabilité et la Société les comptabilise en tant que couvertures de flux de trésorerie selon IAS 39. La variation de la juste valeur des instruments de couverture (contrats de change à terme), pour autant qu'ils soient efficaces, est comptabilisée dans les autres éléments du résultat global. La tranche inefficace du profit ou de la perte sur l'instrument de couverture est comptabilisée dans le résultat net. Au cours du troisième trimestre de 2011, les variations de la juste valeur ont été comptabilisées dans les autres éléments du résultat global, car la relation de couverture a été considérée comme efficace, tant au moment de la mise en place de ces couvertures qu'à la date de clôture.

Charge (recouvrement) d'impôt sur le résultat

Pour le troisième trimestre de 2011, la Société a comptabilisé une charge d'impôt sur le résultat hors trésorerie de 5,5 M$ (recouvrement de 1,4 M$ au troisième trimestre de 2010). Comme la Société continue de profiter de certaines pertes fiscales et de soldes d'impôt non amortis, elle ne prévoit payer aucun impôt en 2011. Puisque sa structure est celle d'une société par actions, qu'elle peut se prévaloir de certaines pertes fiscales et qu'elle ne dispose d'aucune base d'acompte provisionnel, la Société ne prévoit pas payer d'impôt en espèces en 2012. En 2013, la Société s'attend à payer l'impôt pour 2012 et commencer à verser des acomptes provisionnels sur une base régulière. La charge d'impôt différée a été en partie annulée par un recouvrement lié à des écarts temporaires et à des écarts permanents entre les soldes d'impôt et les soldes comptables. Le recouvrement d'impôt pour la période de neuf mois comprend un recouvrement d'impôt lié à la comptabilisation d'un actif d'impôt différé attribuable aux pertes de certaines filiales des États-Unis qui devraient maintenant être réalisées en lien avec l'acquisition de Mortgagebot ainsi que la constatation d'un actif d'impôt différé associé aux immobilisations incorporelles qui devraient maintenant être réalisées par suite de la conversion en société par actions et d'une réorganisation interne.

Résultat net

Pour le troisième trimestre de 2011, le résultat net s'est fixé à 15,1 M$, en baisse de 3,6 M$, ou 19,4 %, comparativement à la même période en 2010. Pour les neuf premiers mois de 2011, le résultat net a atteint 74,6 M$, en hausse de 7,8 M$, ou 11,7 %, par rapport à la période correspondante de 2010. La variation du résultat au troisième trimestre de 2011 est principalement attribuable à l'incidence des acquisitions d'ASSET et de Mortgagebot, au changement de statut fiscal de l'Entreprise par suite de la conversion de la fiducie de revenu en société par actions, aux pertes latentes hors trésorerie sur les swaps de taux d'intérêt et aux diverses incidences des éléments liés aux acquisitions, conformément à ce qui a été décrit précédemment. Pour les neuf premiers mois de 2011, la hausse du résultat net découle surtout des facteurs susmentionnés et des recouvrements d'impôt hors trésorerie également décrits précédemment.

Résultat net ajusté

Le 1er janvier 2011, par suite de la conversion de la fiducie de revenu en société par actions, l'Entreprise a commencé à utiliser le résultat net ajusté comme mesure d'évaluation de ses résultats financiers. Le résultat net ajusté est une mesure financière non conforme aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ce terme. Les périodes antérieures au 1er janvier 2011 n'ont pas des mesures comparables en ce qui a trait au résultat net ajusté.

Le résultat net ajusté ne tient pas compte des deux éléments suivants : i) les incidences hors trésorerie d'éléments tels que les profits et les pertes liés à l'évaluation à la valeur de marché des instruments dérivés, l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions (et pour les neuf premiers mois de 2011, le recouvrement d'impôt sur le résultat découlant de la constatation d'un actif d'impôt différé attribuable aux pertes de certaines filiales des États-Unis qui n'avaient pas été comptabilisées auparavant ainsi que les recouvrements d'impôt liés à la conversion en société par actions et aux ajustements au titre des IFRS) et ii) d'autres éléments à noter, notamment les coûts liés aux acquisitions dont il est fait mention ci-dessous et les activités abandonnées. Le résultat net ajusté s'est chiffré à 26,2 M$ au troisième trimestre de 2011 et à 83,8 M$ pour les neuf premiers mois de 2011. Le résultat net est également ajusté pour tenir compte de l'incidence fiscale des ajustements effectués aux fins du calcul du résultat net ajusté.

Coûts liés aux acquisitions

Pour le troisième trimestre de 2011, la Société a comptabilisé des coûts liés aux acquisitions de 0,6 M$, lesquels comprennent certains paiements, notamment des primes de maintien en poste et de performance en lien avec Mortgagebot. Pour les neuf premiers mois de 2011, les coûts liés aux acquisitions ont été de 3,1 M$, ce qui comprend également, outre les paiements en lien avec des primes de maintien en poste et de performance, les coûts de transaction.

Au cours du troisième trimestre de 2010, la Société a finalisé la comptabilisation de l'acquisition de Resolve aux termes des PCGR du Canada. En vertu des IFRS, certaines charges n'ont pu être prises en compte de manière équivalente. Ainsi, des coûts liés aux acquisitions de 2,3 M$ ont été comptabilisés au titre des activités poursuivies et un montant de 1,9 M$ (avant impôt), au titre des activités abandonnées.

SOMMAIRE DES ÉTATS CONSOLIDÉS DES RÉSULTATS DES HUIT DERNIERS TRIMESTRES 1, 9 (en milliers de dollars canadiens, sauf les montants par action, non audité)

                     
      IFRS  PCGR du Canada
      2011 2010 2009
      T3 T2 T1 T4 T3 T2 T1 T4
Produits 186 275 $ 185 120 $ 169 548 $ 162 474 $ 164 319 $ 167 093 $ 155 829 $ 151 521 $
Charges2 140 050 137 023 132 045 133 018 128 147 123 319 118 120 114 467
BAIIA 2, 3 46 225 48 097 37 503 29 456 36 172 43 774 37 709 37 054
                     
Amortissement des immobilisations corporelles et des immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions   5 820 5 827 5 504 5 643 5 030 4 962 4 669 4 514
Amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions 11 040 10 590 8 092 7 108 6 925 7 158 7 097 7 330
Charges d'intérêts 4 792 5 272 3 989 3 405 3 517 3 692 3 374 3 326
Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés 4 3 991 1 227 (1 687) (2 796) 1 566 1 797 (1 370) (1 517)
Charge (recouvrement) d'impôt sur le résultat 5 522 1 717 (14 290) 3 448 (1 447) 395 904 (2 605)
Résultat lié aux activités poursuivies 15 060 23 464 35 895 12 648 20 581 25 770 23 035 26 006
Résultat provenant des activités abandonnées, après impôt 5 - - 140 (620) (1 886) (531) (210) (405)
Résultat net 15 060 $ 23 464 $ 36 035 $ 12 028 $ 18 695 $ 25 239 $ 22 825 $ 25 601 $
Ajustements :                 
  Éléments hors trésorerie :                  
    Amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions 11 040 10 590 8 092          
    Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés 4 991 1 227 (1 687)          
  Autres éléments à noter :                  
    Éléments liés à des acquisitions 2 610 707 1 799          
    Activités abandonnées, après impôt 5 - - (140)          
  Incidence fiscale des ajustements ci-dessus (compte non tenu des activités abandonnées) 7 (4 465) (3 256) (2 133)            
  Incidence fiscale de la conversion en société par actions, des acquisitions et des ajustements au titre des IFRS 6 - (3 628) (13 509)            
Résultat net ajusté 3 26 236 $ 29 104 $ 28 457 $          
                    
Résultat net ajusté par action, de base et dilué 3, 8 0,4429 $ 0,4974 $ 0,5346 $ n. m. n. m. n. m. n. m. n. m.
Résultat net par action, de base et dilué 8 0,2542 $ 0,4010 $ 0,6769 $ 0,2260 $ 0,3512 $ 0,4741 $ 0,4288 $ 0,4809 $

n. m. = non mesurable

1 Les résultats de 2011 incluent ceux d'ASSET, à compter de la date d'acquisition, soit le 18 janvier 2011, et ceux de Mortgagebot, depuis la date d'acquisition, soit le 12 avril 2011. Certaines données comparatives ont été reclassées et ajustées afin qu'elles soient conformes au mode de présentation de la période à l'étude.
2 Les charges pour 2011 incluent des éléments liés aux acquisitions tels que les coûts de transaction et certains paiements, notamment des primes de maintien en poste et de performance en lien avec l'acquisition de Mortgagebot et, pour 2010, une charge de restructuration et des coûts liés aux acquisitions totalisant 4,4 M$, qui ont été comptabilisés au troisième trimestre.
3 Le BAIIA et le résultat net ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ces termes. Les périodes antérieures au 1er janvier 2011 n'ont pas de mesures comparables en ce qui a trait au résultat net ajusté, en raison des différences en matière d��imposition de D+H à titre de fiducie de revenu avant le 1er janvier 2011 et en tant que société par actions après cette date.
4 Comprend : (i) l'amortissement de l'ajustement à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt en lien avec l'amortissement du montant net cumulatif des profits et des pertes qui étaient différés avant le 1er janvier 2007, lorsque la Société appliquait la comptabilité de couverture; et (ii) l'ajustement à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt qui étaient en place au 30 septembre 2011 et qui ne sont pas désignés comme des couvertures aux fins de la comptabilité de couverture, toute variation de la juste valeur de ces contrats étant comptabilisée en résultat.
5 L'Entreprise a vendu la partie non stratégique de ses activités de centres d'appels en octobre 2010 et elle a conclu avec l'acheteur une convention de transition qui est venue à échéance le 1er avril 2011. Les résultats de ces activités sont communiqués à titre d'activités abandonnées pour les périodes comparatives présentées.
6 Les ajustements pour le deuxième trimestre de 2011 comprennent la comptabilisation, dans le cadre de l'acquisition de Mortgagebot, d'un recouvrement d'impôt hors trésorerie relatif aux pertes de certaines filiales des États-Unis qui n'étaient pas comptabilisées antérieurement. Les ajustements pour le premier trimestre de 2011 incluent des recouvrements d'impôt hors trésorerie en lien notamment avec la conversion en société par actions et l'adoption des IFRS.
7 Les ajustements suivants du résultat net tiennent compte de l'incidence fiscale de leur taux d'impôt respectif : (i) l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions; (ii) l'amortissement et l'ajustement à la juste valeur des instruments dérivés; et (iii) les coûts liés aux acquisitions.
8 Le résultat net par action dilué et le résultat net ajusté par action dilué (mesures non conformes aux IFRS) tiennent compte de l'incidence des options en circulation. Si le prix des options est inférieur au cours moyen du marché durant la période, alors les options ne sont pas incluses dans le calcul de la dilution.
9 Les données comparatives de 2010 ont été retraitées à la suite de l'adoption des IFRS. Le rapprochement des données selon les PCGR du Canada et les IFRS est présenté ci-dessous pour les quatre trimestres de 2010.

                         
                         
  T1 2010  T2 2010  T3 2010  T4 2010 
    PCGR
du
Canada
Incidence
du
passage
aux IFRS
IFRS PCGR
du Canada
Incidence
du
passage
aux IFRS
IFRS PCGR
du Canada
Incidence
du
passage
aux IFRS
IFRS PCGR
du Canada
Incidence
du
passage
aux IFRS
  IFRS
Produits 1 153 698 $ 2 131 $ 155 829 $ 164 319 $ 2 774 $ 167 093 $ 161 900 $ 2 419 $ 164 319 $ 160 457 $ 2 017 $ 162 474 $
Charges 1 115 989 2 131 118 120 120 545 2 774 123 319 121 311 6 836 128 147 124 733 8 285 133 018
Charges de restructuration 2 - - - - - - 2 160 (2 160) - 6 268 (6 268) -
BAIIA 5 37 709 - 37 709 43 774 - 43 774 38 429 (2 257) 36 172 29 456 - 29 456
                         
Amortissement des immobilisations corporelles et des immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions 4 669 - 4 669 4 962 - 4 962 5 030 - 5 030 5 643 - 5 643
Amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions 7 097 - 7 097 7 158 - 7 158 6 925 - 6 925 7 108 - 7 108
Charges d'intérêts 3 374 - 3 374 3 692 - 3 692 3 517 - 3 517 3 405 - 3 405
Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés (1 370) - (1 370) 1 797 - 1 797 1 566 - 1 566 (2 796) - (2 796)
Charge (recouvrement) d'impôt sur le résultat 3 661 243 904 603 (208) 395 (645) (802) (1 447) 2 620 828 3 448
Résultat lié aux activités poursuivies 23 278 (243) 23 035 25 562 208 25 770 22 036 (1 455) 20 581 13 476 (828) 12 648
Résultat provenant des activités abandonnées, après impôt 4 (210) - (210) (531) - (531) (465) (1 421) (1 886) (620) - (620)
Résultat net 23 068 $ (243)$ 22 825 $ 25 031 $ 208 $ 25 239 $ 21 571 $ (2 876)$ 18 695 $ 12 856 $ (828)$ 12 028 $
Résultat net par part, de base et dilué 0,4333 $ (0,0046)$ 0,4288 $ 0,4702 $ 0,0039 $ 0,4741 $ 0,4052 $ (0,0540)$ 0,3512 $ 0,2415 $ (0,0156)$ 0,2260 $

1 En vertu des IFRS, des règles uniformes doivent être suivies à l'égard des opérations et des événements semblables au sein.de la Société. La Société a déterminé que les opérations génératrices de produits liées aux services d'enregistrement et de recouvrement de prêts doivent être présentées sur la base du montant brut facturé aux clients. Une filiale comptabilisait auparavant ces opérations sur la base de leur montant net. Dans le cadre de la conversion aux IFRS, la filiale a conformé son traitement de ces opérations à celui de la Société, ce qui a eu pour effet de faire augmenter les produits et les charges, mais il n'y a eu aucune incidence sur le résultat net.
2 Selon les IFRS, les éléments non récurrents ne sont pas classés comme des postes distincts. Pour les troisième et quatrième trimestres de 2010, cette méthode a entraîné le reclassement des charges de restructuration dans les charges de catégories appropriées sans aucune incidence sur le résultat net.
3 L'incidence de la transition aux IFRS sur la charge (le recouvrement) d'impôt sur le résultat est liée aux taux d'impôt servant au calcul des actifs et des passifs d'impôt différé selon les PCGR du Canada comparativement à ceux en vertu des IFRS.
4 Au cours du troisième trimestre de 2010, la Société a finalisé la comptabilisation de l'acquisition de Resolve aux termes des PCGR du Canada. En vertu des IFRS, certaines charges n'ont pu être prises en compte de manière équivalente. Ces charges se sont chiffrées à 4 177 $, dont une tranche de 2 257 $ a été comptabilisée au titre des activités poursuivies et une tranche de 1 421 $ au titre des activités abandonnées (1 920 $ avant impôt) aux fins des IFRS.
5 Le BAIIA est une mesure non conforme aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ce terme.

Les produits trimestriels de l'Entreprise ont été relativement stables, en général, mais croissants, d'un exercice à l'autre. Toutefois, les changements survenus récemment en ce qui a trait à la conjoncture économique en général, et au sein des marchés de l'immobilier et des prêts hypothécaires ainsi que des prêts automobiles, plus particulièrement, ont entraîné une plus grande volatilité. Les produits peuvent également varier d'un trimestre à l'autre, puisqu'ils sont soumis aux fluctuations saisonnières et sont habituellement plus élevés aux deuxième et troisième trimestres. L'acquisition de Resolve a entraîné une augmentation considérable de tous les soldes présentés depuis l'acquisition le 27 juillet 2009, à l'exception des montants par action, qui ont subi en plus l'incidence de l'émission de 9 286 581 parts additionnelles du Fonds de revenu Davis + Henderson au troisième trimestre de 2009 pour financer cette acquisition. De plus, l'acquisition d'ASSET le 18 janvier 2011 et celle de Mortgagebot, le 12 avril 2011, ont également entraîné une hausse des produits et des charges. Les montants par action ont également été touchés par l'émission de 6 000 000 nouvelles actions de Société Davis + Henderson en avril 2011 afin de financer en partie l'acquisition de Mortgagebot.

Le 1er janvier 2011, par suite de la conversion de la fiducie de revenu en société par actions, l'Entreprise a commencé à utiliser le résultat net ajusté comme mesure d'évaluation de ses résultats. Le résultat net ajusté est une mesure financière non conforme aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ce terme. Les périodes antérieures au 1er janvier 2011 n'ont pas des mesures comparables en ce qui a trait au résultat net ajusté.

Le résultat net a été un peu moins stable puisqu'il a été touché par les diverses variations des éléments hors trésorerie, comme les ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt, l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions et les variations des autres éléments fiscaux hors trésorerie.

FLUX DE TRÉSORERIE ET LIQUIDITÉS

Les données du tableau ci-dessous sont tirées des tableaux consolidés des flux de trésorerie et elles doivent être lues à la lumière de ceux-ci. La direction est d'avis que ce supplément d'informations fournit d'autres renseignements utiles sur les flux de trésorerie de la Société, les remboursements sur la dette et les autres activités d'investissement.

Sommaire des flux de trésorerie
(en milliers de dollars canadiens, non audité)

      Trimestres clos les 30 septembre Périodes de neuf mois closes les
30 septembre
      2011 2010 2011 2010
Trésorerie et équivalents de trésorerie liés aux activités suivantes :              
                
ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES            
Résultat net découlant des activités poursuivies     15 060 $ 20 581 $ 74 419 $ 69 386 $
Amortissement d'actifs     16 860 11 955 46 873 35 841
Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés     3 991 1 566 3 531 1 993
Ajustements liés aux regroupements d'entreprises     - 2 257 - 2 257
Écart entre les charges d'intérêts et les intérêts en espèces payés     282 (894) 1 015 767
Charges hors trésorerie liées à l'impôt sur le résultat et aux options     5 627 (1 447) (6 897) (148)
      41 820 34 018  118 941 110 096
Diminution (augmentation) des éléments hors trésorerie du fonds de roulement     1 036 2 789 (29 767) (17 128)
Variations des autres actifs et passifs opérationnels et des activités abandonnées     1 130 (64) 2 467 1 369
Flux de trésorerie nets liés aux activités opérationnelles     43 986 $ 36 743 $ 91 641 $ 94 337 $
                
ACTIVITÉS DE FINANCEMENT            
Variation nette de la dette à long terme     (15 000) (5 000)  169 505 (5 000)
Frais d'émission, titre de participation et d'emprunt     (103) - (9 900) (2 564)
Produit de l'émission d'actions     - - 121 800 -
Distributions et dividendes payés au cours de la période     (18 362) (24 482) (52 278) (73 446)
Flux de trésorerie nets liés aux activités de financement     (33 465) (29 482) 229 127 (81 010)
                
ACTIVITÉS D'INVESTISSEMENT            
Dépenses d'investissement     (7 073) (7 079) (24 724) (16 348)
Acquisitions     - 167 (292 993) 167
Flux de trésorerie nets liés aux activités d'investissement     (7 073) (6 912) (317 717) (16 181)
Augmentation (diminution) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie pour la période     3 448 349 3 051 (2 854)
Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de la période     747 675 1 144 3 878
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période     4 195 $ 1 024 $ 4 195 $ 1 024 $

Dépenses d'investissement

Comparativement à la même période en 2010, les dépenses d'investissement totales ont été stables au troisième trimestre de 2011 et elles ont augmenté de 8,4 M$ et atteint 24,7 M$ pour les neuf premiers mois de 2011. Les dépenses d'investissement comprennent également certains paiements contractuels liés à diverses obligations de paiements aux termes de contrats conclus avec des clients et des partenaires, notamment des contrats qui prévoient le versement de montants fixes à la signature de l'entente ou à l'adhésion à un programme ainsi que des paiements annuels pendant toute la durée des contrats. Ces paiements contractuels tiennent compte, notamment, du degré élevé d'intégration et de partage entre D+H et ses clients et partenaires quant aux nombreuses activités liées aux commandes, au traitement des données, au service à la clientèle, à l'accès des clients et à d'autres activités.

La hausse des dépenses d'investissement par rapport à la période de neuf mois de 2010 s'explique principalement par l'intensification des activités d'intégration et de mise à niveau, ce qui cadre avec l'augmentation des dépenses d'investissement au cours des derniers mois de l'exercice 2010, et par les investissements dans la mise au point de produits technologiques et le développement des capacités.

Le programme de dépenses d'investissement de l'Entreprise assure le financement des dépenses courantes à même les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles.

Dividendes

Comme elle l'avait annoncé en 2010 concernant son intention de verser des dividendes trimestriels selon un taux annualisé initial correspondant à 1,20 $ par action à compter de 2011, D+H a payé environ 0,30 $ par action aux premier et deuxième trimestres de 2011. Pour le troisième trimestre de 2011, D+H a versé 0,31 $ par action, car elle a augmenté le montant de son dividende annuel cible de 0,04 $ par action, le faisant passer à 1,24 $ par action. Le dividende a été versé le 30 septembre 2011 aux actionnaires dûment inscrits en date du 31 août 2011.

Pour le troisième trimestre de 2010, les distributions en espèces déclarées et versées s'étaient chiffrées à 0,4599 $ par part (24,5 M$) et pour les neuf premiers mois de 2010, à 1,3797 $ par part (73,4 M$).

Les dividendes versés par D+H à ses actionnaires sont comptabilisés lorsqu'ils sont déclarés. Les dividendes réels seront déclarés au gré du conseil d'administration de D+H et il se pourrait que ces dividendes varient par rapport à ceux qui avaient été prévus. Pour déterminer le montant des dividendes réellement déclarés, le conseil d'administration tiendra notamment compte du rendement financier, des plans d'investissements, des plans d'acquisitions, des prévisions sur la conjoncture économique et d'autres facteurs.

Au 30 septembre 2011 et au 8 novembre 2011, il y avait 59 233 373 actions ordinaires en circulation, en raison de l'émission de 6 millions de nouvelles actions ordinaires en avril 2011 pour financier l'acquisition de Mortgagebot (53 233 373 parts de fiducie au 30 septembre 2010).

Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement et d'autres éléments

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

    Trimestres clos les 30 septembre Périodes de neuf mois closes les
30 septembre
    2011 2010 2011 2010
Diminution (augmentation) des éléments hors trésorerie du fonds de roulement   1 036 $ 2 789 $ (29 767)$ (17 128)$
Diminution (augmentation) des autres actifs et passifs opérationnels et des activités abandonnées   1 130 (64) 2 467 1 369
Diminution (augmentation) des éléments hors trésorerie du fonds de roulement et d'autres éléments   2 166 $ 2 725 $ (27 300)$ (15 759)$

 

La baisse nette des éléments hors trésorerie du fonds de roulement pour le troisième trimestre de 2011 est attribuable à plusieurs éléments, notamment une diminution des créances clients en raison de la hausse des recouvrements au troisième trimestre de 2011, ce qui s'explique par l'incidence de la grève des postes sur les paiements au cours du deuxième trimestre de 2011, et une augmentation des comptes fournisseurs, en partie neutralisée par une hausse des charges payées d'avance.

La Société prévoit que les éléments hors trésorerie du fonds de roulement demeureront variables en raison de la nature et du calendrier des services fournis relativement aux entreprises acquises récemment.

Acquisitions

Le 12 avril 2011, D+H a conclu l'acquisition de Mortgagebot pour un prix d'achat de 232,7 M$ US, exception faite des coûts de transaction. L'acquisition a été financée par l'émission de 121,8 M$ en nouveaux titres de capitaux propres (6 millions d'actions ordinaires à 20,30 $ l'action), et le reste par des emprunts. Mortgagebot, important fournisseur de solutions en matière de montage de prêts hypothécaires en ligne au point de vente aux États-Unis, propose une vaste gamme de solutions de montage de prêts hypothécaires pour les consommateurs, les responsables des prêts ainsi que les succursales et les centres d'appels à plus de 1 000 banques et coopératives d'épargne et de crédit.

Le 18 janvier 2011, D+H a acquis les actifs et les activités d'ASSET pour une somme de 74,9 M$, exception faite des coûts de transaction. Cette acquisition a été financée en utilisant une augmentation des facilités de crédit garanties de la Société. ASSET est le plus important fournisseur canadien de solutions technologiques de gestion en matière d'insolvabilité et de recouvrement d'actifs auprès du secteur des services financiers canadiens.

Pour en savoir plus sur les acquisitions, il y a lieu de se reporter à la note 8 afférente aux états financiers consolidés de la Société pour le trimestre et la période de neuf mois clos le 30 septembre 2011.

La direction n'a pas encore terminé son évaluation des actifs acquis et des passifs pris en charge dans le cadre de ces acquisitions. Par conséquent, les informations présentées quant aux prix d'achat pourraient changer.

Soldes de trésorerie et dette à long terme

Au 30 septembre 2011, la trésorerie et les équivalents de trésorerie totalisaient 4,2 M$, comparativement à 1,1 M$ au 31 décembre 2010.

La dette à long terme est inscrite à l'état consolidé de la situation financière, déduction faite de frais de financement différés non amortis de 6,5 M$ au 30 septembre 2011. La dette à long terme, avant la déduction des frais de financement différés non amortis, était de 374,0 M$ au 30 septembre 2011, par rapport à 199,0 M$ au 31 décembre 2010. Au cours du troisième trimestre de 2011, l'Entreprise a remboursé 15,0 M$ sur ses facilités de crédit.

La dette à long terme tient compte des prélèvements de 228,0 M$ effectués aux termes d'une septième convention de crédit modifiée et mise à jour en date du 12 avril 2011 (la « convention de crédit »). Le total des facilités de crédit garanties de premier rang consenties aux termes de cette convention de crédit s'établissait à 355,0 M$ au 30 septembre 2011 et celles-ci se composaient d'une facilité de crédit renouvelable qui vient à échéance le 12 avril 2016. L'Entreprise est autorisée à faire des prélèvements sur le solde disponible de 127,0 M$ de sa facilité renouvelable pour financer ses dépenses d'investissement ou ses autres besoins généraux. La convention de crédit renferme un certain nombre de clauses restrictives et de restrictions, dont une qui oblige la Société à maintenir certains ratios financiers et à atteindre certains objectifs pour ce qui est de sa situation financière. Les clauses restrictives de nature financière comprennent l'atteinte d'objectifs en matière d'endettement et de ratio de couverture des charges fixes ainsi qu'une limite en ce qui a trait au montant maximal du résultat et des capitaux propres qui peut être distribué par Société Davis + Henderson à ses actionnaires au cours de chaque période de quatre trimestres consécutifs. À la fin du dernier trimestre, la Société respectait la totalité des clauses restrictives de nature financière et sa situation financière était conforme aux objectifs. Un exemplaire de la convention de crédit peut être consulté sur SEDAR, au www.sedar.com.

Au 30 septembre 2011 et au 8 novembre 2011, la dette à long terme comprenait également des obligations à taux fixe de 80,0 M$ émises aux termes d'une deuxième convention préalable privée d'achat de billets modifiée et mise à jour datée du 12 avril 2011 (la « convention d'achat de billets »), dont une tranche de 50,0 M$ émise aux termes de la convention d'achat de billets garantis de premier rang à un taux d'intérêt fixe de 5,99 % et une tranche de 30,0 M$ à 5,17 %, les deux arrivant à échéance le 30 juin 2017. En outre, l'Entreprise a également conclu une convention préalable privée d'achat de billets qui arrive à échéance le 12 avril 2021 et en vertu de laquelle la Société a émis des billets garantis de premier rang de 63 M$ US à un taux d'intérêt de 5,59 % pour financer en partie l'acquisition de Mortgagebot.

Les obligations ont égalité de rang à tous les égards avec les montants impayés aux termes de la convention de crédit et tout contrat de couverture connexe et toute facilité de gestion de la trésorerie. En outre, les obligations sont assorties des mêmes clauses restrictives financières que la convention de crédit décrite plus haut. Les conventions d'achat de billets peuvent être consultées sur SEDAR, au www.sedar.com.

Par le passé, dans le but de réduire le risque d'illiquidité, la direction a toujours renouvelé la dette à long terme de la Société avant que celle-ci n'arrive à échéance, et la Société a toujours maintenu des ratios financiers modérés en regard des clauses restrictives de nature financière s'appliquant aux ententes de financement. Afin d'améliorer sa situation de trésorerie, la Société a effectué, au cours des exercices antérieurs, de nombreux remboursements volontaires sur l'encours de sa dette à long terme, et une tranche de ses facilités de crédit à terme consenties n'est toujours pas utilisée.

Au 30 septembre 2011 et au 8 novembre 2011, la convention de crédit prévoit une facilité de crédit non engagée supplémentaire pouvant atteindre 150,0 M$ et la convention préalable privée d'achat de billets prévoit une facilité de crédit non engagée supplémentaire pouvant atteindre 37,0 M$ US. L'utilisation de ces facilités est assujettie à l'approbation préalable des prêteurs concernés et dépend des frais, des écarts et des autres modalités devant être négociés à ce moment.

Par le passé, la Société s'est couverte contre les hausses des taux d'intérêt du marché s'appliquant à certains titres d'emprunt en ayant recours à des swaps de taux d'intérêt et, plus récemment, en émettant des obligations à long terme à taux fixe. Au 30 septembre 2011, en ce qui a trait aux contrats de couverture sous forme de swaps de taux d'intérêt conclus avec les prêteurs de la Société aux termes de la convention de crédit, les taux applicables sur 41,7 % de l'encours de sa dette à long terme étaient de fait, pour les périodes se terminant aux dates indiquées, fixés aux taux suivants :

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

       
    Juste valeur des swaps de taux d'intérêt  
Date d'échéance Montant nominal Actif Passif Taux d'intérêt ¹
  18 décembre 2014 25 000 $ - $ 1 225 $ 2,720 %
  18 mars 2015 25 000 - 1 464 2,940 %
  18 mars 2017 25 000 - 2 301 3,350 %
  20 mars 2017 20 000 - 1 858 3,366 %
  95 000 $ - $ 6 848 $  
         

1 Les taux d'intérêt présentés excluent les commissions relatives aux acceptations bancaires en vigueur et les écarts de taux préférentiels en vigueur. Ces commissions et ces écarts pourraient augmenter ou diminuer en fonction du niveau d'endettement de la Société par rapport à certains niveaux établis dans la convention de crédit. Au 30 septembre 2011, la dette bancaire à long terme de la Société était assujettie à des commissions relatives aux acceptations bancaires de 2,25 % appliquées au taux des acceptations bancaires et à des écarts de taux préférentiels de 1,25 % sur le taux préférentiel.

Au 30 septembre 2011, la Société aurait eu à payer la juste valeur de 6,8 M$ si elle avait mis fin à la totalité de ses swaps de taux d'intérêt inscrits à l'état consolidé de la situation financière. À l'heure actuelle, la direction n'a pas l'intention de mettre fin à ces contrats. Par le passé, la Société a conservé ses contrats dérivés jusqu'à leur échéance.

Au 30 septembre 2011, le taux d'intérêt effectif moyen sur la dette totale de la Société était d'environ 4,8 %.

La Société conclut également des contrats de change visant à fixer les taux de change s'appliquant à ses opérations sur devises, qui sont relativement mineures. Au cours du troisième trimestre de 2011, D+H a conclu quatre contrats de change à terme avec un de ses prêteurs, pour un montant total de 12,0 M$ US.

(en milliers de dollars canadiens, sauf indication contraire, non audité)

       
  Montant Juste valeur des contrats de change  
Date d'échéance nominal ($ US) Actif Passif Taux de change
         
  15 décembre 2011 3 000 $ - $ 42 $ 1,0324
  15 mars 2012 3 000 - 42 1,0334
  15 juin 2012 3 000 - 43 1,0339
  14 septembre 2012 3 000 - 42 1,0347
    12 000 $ - $ 169 $  
         

En vertu de ces contrats, la Société est tenue de verser le montant en dollars américains convenu en contrepartie du montant en dollars canadiens prévu dans chaque contrat. Au 30 septembre 2011, si la Société avait mis fin aux contrats de change, elle aurait dû payer la juste valeur de 0,2 M$. La direction n'a pas l'intention de mettre fin à ces contrats à l'heure actuelle. Par le passé, la Société a conservé ses contrats dérivés jusqu'à leur échéance. Ces contrats de change ont été désignés, aux termes des IFRS, comme des couvertures aux fins de la comptabilité.

D+H est d'avis que ses clients, fournisseurs et prêteurs, bien qu'ils soient touchés par la volatilité économique, maintiendront à l'égard de la Société des modalités semblables à celles actuellement en place. Par ailleurs, malgré l'incidence que l'évolution de la conjoncture économique pourrait avoir sur ses produits et ses services, la Société prévoit demeurer rentable et continuer à générer des flux de trésorerie positifs.

Les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, les soldes de fonds en caisse et la tranche inutilisée des facilités de crédit à terme devraient suffire pour financer les besoins opérationnels, les dépenses d'investissement, les obligations contractuelles et les dividendes prévus de l'Entreprise.

MESURES FINANCIÈRES NON CONFORMES AUX IFRS

Les données présentées dans les tableaux du présent rapport de gestion incluent certaines mesures financières ajustées comme le « BAIIA » (bénéfice avant les intérêts, l'impôt et l'amortissement), le « résultat net ajusté » (résultat net avant certaines charges hors trésorerie et certains éléments à noter comme les coûts liés aux acquisitions et les activités abandonnées) et le « résultat net ajusté par action », mais aucune d'entre elles n'est définie selon les IFRS. Ces mesures financières non conformes aux IFRS sont tirées des états consolidés des résultats et elles doivent être lues à la lumière de ceux-ci. Il y a lieu de se reporter au rapprochement du BAIIA et du résultat net ajusté avec les mesures les plus directement comparables selon les IFRS à la rubrique « Résultats opérationnels » du présent rapport de gestion.

La direction est d'avis que ce supplément d'informations fournit des renseignements additionnels utiles sur les résultats opérationnels de la Société. Ces totaux partiels sont utilisés par la direction à titre de mesures de la performance financière ainsi que comme complément aux états consolidés des résultats. Les investisseurs sont priés de noter que ces mesures ne devraient pas être interprétées comme un substitut au résultat net en tant que mesure de la rentabilité ni comme un substitut aux états consolidés des résultats dress��s selon les IFRS ou à tout autre état financier établi conformément aux IFRS. De plus, la méthode de calcul utilisée par D+H pour établir chaque solde pourrait ne pas être comparable à celle qu'utilisent d'autres sociétés pour calculer des éléments dont l'appellation est identique.

BAIIA

En plus d'être utilisé par la direction comme indicateur interne de la performance financière, le BAIIA sert à mesurer (au moyen d'ajustements) la conformité à certaines clauses restrictives de nature financière prévues aux termes de la facilité de crédit de la Société. Le BAIIA est aussi couramment utilisé par D+H et d'autres entités afin d'évaluer la performance et la valeur d'une entreprise. Le BAIIA comporte certaines limites en tant qu'instrument d'analyse, et le lecteur ne devrait pas le considérer isolément ni comme un substitut à une analyse des résultats présentés conformément aux IFRS.

Résultat net ajusté et résultat net ajusté par action

Le 1er janvier 2011, par suite de la conversion de la fiducie de revenu en société par actions, l'Entreprise a commencé à utiliser le résultat net ajusté et le résultat net ajusté par action comme mesures d'évaluation de ses résultats. Les périodes antérieures au 1er janvier 2011 n'ont pas de mesures comparables.

Le résultat net ajusté est une mesure de la performance interne semblable au résultat net, mais il est calculé de manière à exclure l'incidence de certains éléments non récurrents dans le cours normal des activités, comme les coûts liés aux acquisitions, les activités abandonnées et certains éléments hors trésorerie tels que l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions et les ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt. Ces éléments sont exclus du calcul du résultat net ajusté puisqu'ils ne sont pas considérés comme représentatifs de la performance financière de l'Entreprise pour la période considérée.

MODIFICATIONS DES CONVENTIONS COMPTABLES

La Société surveille de près l'élaboration des normes publiées par l'IASB et le Conseil des normes comptables (« CNC ») du Canada ainsi que les nouveautés en matière de réglementation publiées par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (« ACVM »).

Conformément à ce qui est décrit précédemment, depuis le 1er janvier 2011, la Société a comme politique d'appliquer de manière prospective la comptabilité de couverture à tout nouvel instrument dérivé conclu après le 1er janvier 2011.

Contrats de change à terme

Chacun des contrats de change à terme existants de la Société a été désigné dans son intégralité au moment de sa mise en place comme couverture d'un montant déterminé des entrées de trésorerie prévues. La Société comptabilise cette couverture comme une couverture de flux de trésorerie aux termes d'IAS 39. La variation de la juste valeur de l'instrument de couverture (contrats de change à terme), pour autant qu'il soit efficace, est comptabilisée dans les autres éléments du résultat global. La tranche inefficace du profit ou de la perte sur l'instrument de couverture est comptabilisée dans le résultat net.

Pour chaque relation de couverture, à chaque date de clôture au cours de la durée de cette relation de couverture, le solde du cumul des autres éléments du résultat global associés à l'élément couvert sera ajusté au plus faible (en valeur absolue) des montants suivants :

(i) le profit ou la perte cumulé dégagé sur l'instrument de couverture depuis le commencement de la couverture, et

(ii) la variation cumulée de la juste valeur (valeur actuelle) des flux de trésorerie futurs prévus sur le montant net de l'élément couvert (entrées de trésorerie) depuis le commencement de la couverture.

Dans la mesure où (i) est plus élevé que (ii), la relation de couverture débouchera sur une inefficacité qui sera comptabilisée dans l'état des résultats de la période de déclaration.

Au moment de la mise en place de la relation de couverture et au cours de sa durée de vie, on s'attend à ce qu'une couverture admissible soit hautement efficace dans la compensation des variations de la juste valeur de l'instrument de couverture et de la variabilité des flux de trésorerie attribuables à l'élément couvert. D+H conclura que la couverture est efficace si les variations de la juste valeur du contrat de change représentent de 80 % à 125 % de la valeur actuelle des variations des flux de trésorerie sur les flux de trésorerie couverts qui sont attribuables à des variations du taux de change déterminé.

D+H évaluera l'efficacité de façon prospective au moment de la mise en place de chaque couverture et elle soumettra à des tests prospectifs et rétrospectifs chaque couverture en cours à la fin de chaque période de déclaration. Tous les tests d'efficacité seront effectués en utilisant l'analyse de régression. À chaque date de clôture suivant le commencement de la couverture, l'analyse de régression effectuée pour démontrer l'efficacité de manière rétrospective sera également utilisée pour évaluer l'efficacité de manière prospective.

Swaps de taux d'intérêt

Au 30 septembre 2011, la Société n'avait conclu aucun nouveau swap de taux d'intérêt et les ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt existants continuent d'être comptabilisés dans l'état consolidé des résultats.

Adoption des IFRS

À compter du 1er janvier 2011, les états financiers de la Société sont dressés selon les IFRS, et les données comparatives de 2010 ont été retraitées afin de les rendre conformes aux IFRS.

Plan d'adoption des IFRS

La Société a terminé la phase finale de son plan d'adoption des IFRS. Le projet d'adoption comportait trois phases principales : (1) la délimitation de la portée et le diagnostic, (2) l'analyse des incidences et la conception, et (3) la mise en œuvre et le contrôle. Dans le cadre de ce plan de transition, la Société a mené à terme les tâches suivantes :

  • Réalisation d'une analyse détaillée des conventions et méthodes comptables actuelles en les mettant en parallèle avec les IFRS et les interprétations pertinentes.
  • Choix des conventions comptables, notamment celles permises par IFRS 1, Première application des Normes internationales d'information financière (« IFRS 1 »).
  • Définition et mise en œuvre des modifications aux conventions comptables actuelles, aux systèmes de données, aux processus opérationnels, aux contrôles internes à l'égard de l'information financière et aux contrôles de communication de l'information financière.
    • Ces changements ont fait l'objet de tests adéquats avant la présentation de l'information financière du premier trimestre de 2011.
    • La Société a terminé la conception, la mise en œuvre et la documentation des contrôles internes à l'égard du processus de passage aux IFRS en appliquant son cadre de contrôle existant. Tous les choix et modifications de conventions comptables ainsi que les incidences de la transition sur les états financiers ont été soumis pour examen à la haute direction et au comité d'audit du conseil d'administration.

Parmi les principales différences mises en évidence entre les PCGR du Canada et les IFRS qui auront une incidence sur l'état consolidé de la situation financière de la Société, il y a lieu de noter la comptabilisation des regroupements d'entreprises, les changements des taux d'impôt utilisés dans le calcul des actifs et passifs d'impôt différé et la comptabilisation des coûts des services passés pour lesquels les droits sont acquis. Les différences relevées n'ont pas eu d'incidence importante sur les fonctions administratives de la Société.

Exemptions aux termes d'IFRS 1

Après avoir évalué les options qui s'offrent à elle en vertu d'IFRS 1, D+H a choisi de se prévaloir des exemptions suivantes :

Regroupements d'entreprises

Une entité qui adopte les IFRS peut choisir de ne pas appliquer IFRS 3 de manière rétrospective aux regroupements d'entreprises réalisés avant la date de transition aux IFRS. L'application rétrospective obligerait l'entité à retraiter tous les regroupements d'entreprises réalisés avant la date de transition. La Société a décidé de ne pas appliquer IFRS 3 de manière rétrospective aux regroupements d'entreprises réalisés avant la date de transition et, par conséquent, ces regroupements d'entreprises ne seront pas retraités. Compte tenu de l'application de ces exemptions, à l'exception des cas prévus à IFRS 1, aucun goodwill découlant des regroupements d'entreprises réalisés avant la date de transition n'a été ajusté par rapport à la valeur comptable calculée précédemment selon les PCGR du Canada.

Juste valeur en tant que coût présumé

Selon IFRS 1, une entité peut, à la date de transition, évaluer à sa juste valeur une immobilisation corporelle ou une immobilisation incorporelle répondant aux critères spécifiés dans IAS 38 et utiliser cette valeur en tant que coût pr��sumé, ou l'évaluer au coût historique établi aux termes des PCGR antérieurs. La Société continue de comptabiliser les immobilisations corporelles et les immobilisations incorporelles selon le modèle du coût et elle ne les a pas retraitées à la juste valeur selon les IFRS. La Société continue d'utiliser le coût historique établi aux termes des PCGR du Canada en tant que coût présumé selon les IFRS à la date de transition.

Avantages sociaux futurs

Une entité qui adopte les IFRS peut choisir de constater tous les écarts actuariels cumulés à la date de transition aux IFRS, même si elle utilise la méthode du corridor pour comptabiliser les écarts actuariels générés ultérieurement. La Société a choisi de se prévaloir de l'exemption à la date de transition.

Principales différences relevées entre les PCGR du Canada et les IFRS

Les principales différences relevées par la Société par rapport aux conventions comptables conformes aux PCGR du Canada sont les suivantes (il y a lieu de se reporter à la note 24 afférente aux états financiers de la Société pour le trimestre et la période de neuf mois clos le 30 septembre 2011. Cette note fournit des rapprochements et des descriptions de l'incidence du passage des PCGR du Canada aux IFRS sur les capitaux propres, le résultat et le résultat global, notamment le rapprochement de chaque poste de l'état de la situation financière au 30 septembre 2010 ainsi que de l'état des résultats pour le trimestre et la période de neuf mois clos le 30 septembre 2010) :

Regroupements d'entreprises

Comme il est décrit précédemment, la Société a choisi, conformément à IFRS 1, de ne pas appliquer IFRS 3, Regroupements d'entreprises, de manière rétrospective aux regroupements d'entreprises réalisés avant la date de transition, soit le 1er janvier 2010.

Avantages sociaux futurs

Écarts actuariels cumulés : La Société a choisi, conformément à IFRS 1, de constater tous les écarts actuariels cumulés en lien avec les avantages sociaux différés aux termes des PCGR du Canada dans le solde d'ouverture des résultats non distribués à la date de transition.

Coûts des services passés : Selon les IFRS, si les droits au titre des services passés ne sont pas conditionnels aux services futurs et sont donc acquis immédiatement, alors la charge et la variation de l'obligation doivent être constatées immédiatement en totalité. Selon les PCGR du Canada, les passifs et les charges liés au titre des services passés acquis et non acquis sont amortis selon la méthode de l'amortissement linéaire sur la durée résiduelle d'activité des membres du personnel.

Impôts sur le résultat

Pour les périodes antérieures au 1er janvier 2011, soit avant la conversion de la fiducie de revenu en société par actions, selon IAS 12, les actifs et passifs d'impôt exigible et différé doivent être évalués au taux d'impôt applicable aux bénéfices non distribués jusqu'à ce que la distribution doive finalement être versée. Les PCGR du Canada permettent à une entité d'anticiper les distributions futures, si certaines conditions sont respectées, et donc d'utiliser le taux d'impôt applicable aux bénéfices distribués. Conformément aux règles fiscales s'appliquant aux fiducies de revenu, les distributions d'une fiducie d'investissement à participation unitaire sont imposées au taux d'impôt des sociétés, alors que les bénéfices non distribués sont imposés au taux marginal maximal d'impôt sur le revenu des particuliers. Ainsi, selon les IFRS, le montant net du passif d'impôt différé des entités intermédiaires doit être comptabilisé au taux d'impôt marginal maximal pour les résidants de l'Ontario, qui est d'environ 46,4 %, plutôt qu'au taux d'impôt des sociétés, qui est inférieur à 30 %.

Incidence sur les contrôles internes à l'égard de l'information financière et sur les contrôles de communication de l'information financière

La Société a terminé son évaluation de l'incidence du passage aux IFRS sur les contrôles internes à l'égard de l'information financière et sur les contrôles de communication de l'information financière et elle a déterminé que son infrastructure informatique, ses systèmes de données et ses capacités de présentation de l'information sont actuellement adéquats pour soutenir la Société pendant et après le passage aux IFRS.

Changements futurs en matière de conventions comptables et d'information financière

La Société continuera de surveiller les modifications apportées aux IFRS au cours des prochaines périodes. Les organismes responsables de l'établissement des IFRS ont d'importants projets en cours qui pourraient influer sur les conventions comptables conformes aux IFRS que D+H a choisi d'appliquer. Plus particulièrement, il pourrait y avoir de nouvelles normes ou des normes révisées sur la comptabilisation des produits, la consolidation, les instruments financiers, la comptabilité de couverture, les activités abandonnées, les contrats de location et les avantages du personnel. La Société a mis en place des processus qui lui permettront de surveiller, d'évaluer et de mettre en œuvre d'éventuelles modifications des IFRS en temps utile.

CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L'INFORMATION ET CONTRÔLES INTERNES À L'ÉGARD DE L'INFORMATION FINANCIÈRE

La Société et ses filiales ont conçu et mis en œuvre un ensemble de contrôles et procédures de communication de l'information qui visent à garantir que les informations à fournir dans les documents d'information aux termes du Règlement 52-109 sont enregistrées, traitées, synthétisées et présentées dans les délais précisés dans les règlements et les formulaires des Autorités canadiennes en valeurs mobilières.

La Société et ses filiales ont aussi conçu et mis en œuvre un ensemble de contrôles internes à l'égard de l'information financière qui visent à fournir l'assurance raisonnable que l'information financière est fiable et que les états financiers ont été dressés, aux fins de leur publication, aux IFRS pour les périodes ouvertes à compter du 1er janvier 2011.

En revanche, la direction de D+H a limité son attestation concernant l'étendue de la conception des contrôles et procédures de communication de l'information et des contrôles internes à l'égard de l'information financière de manière à exclure les contrôles, les politiques et les procédures d'ASSET, entreprise acquise le 18 janvier 2011, et de Mortgagebot, entreprise acquise le 12 avril 2011.

Le tableau suivant présente un résumé de certaines données financières relatives aux activités d'ASSET et de Mortgagebot :

    Au 30 septembre 2011
Actifs    
  Actifs courants   16 079 $
  Immobilisations corporelles et immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions   2 739
    18 818 $
Passifs    
  Passifs courants   11 060 $
     
    11 060 $
     
  Engagements   1 789 $
     
    Trimestre clos le 30 septembre 2011
     
  Produits   21 436 $
  Charges   14 501
  Amortissement   309

À l'exception de l'acquisition de Mortgagebot, il n'y a eu aucun autre changement dans les contrôles internes à l'égard de l'information financière de la Société pendant le trimestre clos le 30 septembre 2011 qui a eu, ou qui pourrait raisonnablement avoir, une incidence importante sur ces contrôles.

RISQUES D'ENTREPRISE

Un exposé plus complet des risques d'entreprise est présenté dans la plus récente notice annuelle de la Société déposée sur SEDAR, au www.sedar.com. En ce qui a trait à l'acquisition de Mortgagebot, une analyse plus complète de l'entreprise et de ses risques est présentée dans le prospectus de la Société en date du 6 avril 2011 déposé sur SEDAR, au www.sedar.com. Hormis les risques liés à Mortgagebot dont il est fait mention ci-dessus, les risques et les incertitudes relatifs à la Société n'ont pas changé depuis le dépôt du rapport de gestion annuel et de la notice annuelle de 2010.

PERSPECTIVES

L'objectif financier à long terme de D+H consiste à dégager des résultats durables et en croissance au moyen de la croissance interne soutenue des produits et d'acquisitions stratégiques. En janvier et avril 2011, respectivement, la Société a conclu les acquisitions d'ASSET et Mortgagebot, et ces acquisitions feront augmenter les produits et les charges des périodes futures comparativement aux périodes précédentes. Ces acquisitions permettront également de diversifier encore davantage les produits et soutiendront la stratégie à long terme de la Société.

De plus, dans l'immédiat, la Société mettra l'accent sur la réalisation de ses projets de croissance interne, l'intégration des activités de l'Entreprise et le maintien d'une gestion diligente des coûts par l'entremise de ses programmes de transformation et d'intégration. À plus long terme, la Société est d'avis que sa prépondérance sur le marché et ses capacités combinées permettront à D+H de consolider sa position sur les marchés qu'elle sert et de prospérer conformément à ses objectifs à long terme.

Tel qu'il est établi dans son énoncé de stratégie, l'Entreprise veut accroître ses activités grâce à une combinaison de projets internes, d'associations avec des tiers et d'acquisitions ciblées. Ses projets internes sont nombreux et incluent i) l'amélioration continue et l'évolution de ses programmes d'approvisionnement en chèques et de cartes de crédit par l'ajout de services à valeur ajout��e; ii) l'expansion de ses services courants dans les secteurs des prêts aux étudiants, du crédit commercial et du crédit à la consommation (y compris les secteurs du crédit hypothécaire, des cartes de crédit et des biens personnels); iii) la vente et la prestation de solutions technologiques de crédit à de nouveaux clients; et iv) la combinaison des capacités de D+H avec celles des entreprises acquises récemment pour élaborer de nouveaux services à l'intention des institutions financières clientes. La stratégie d'acquisition de la Société consiste principalement à acquérir des entreprises qui lui permettent d'élargir la gamme de services offerts au secteur des services financiers ou d'en offrir de nouveaux. Les plans d'acquisition de D+H peuvent continuer de consister à étendre ses activités en dehors du marché canadien, conformément aux stratégies d'expansion de ses principaux clients canadiens.

Compte tenu de l'ajout de plusieurs nouveaux secteurs de services au cours des dernières années, D+H s'attend à ce que ses produits, son résultat et ses flux de trésorerie trimestriels continuent de varier quelque peu d'un exercice à l'autre en raison i) de la fluctuation des volumes au sein du secteur des services d'enregistrement de privilèges et de montage de prêts hypothécaires, ii) de la variabilité du travail au sein du secteur des services professionnels, et iii) des commissions et des frais engagés en lien avec les acquisitions d'entreprises et les activités d'intégration connexes. La Société est d'avis qu'en général, les produits générés au début de 2010 ont été avantagés par les volumes plus élevés découlant du rétablissement des marchés de l'habitation et du crédit hypothécaire, du crédit automobile et du crédit à la consommation après que ceux-ci eurent subi des contractions. Pour les neuf premiers mois de 2011 et les quelques trimestres suivants, les résultats de la Société se compareront à ceux de périodes antérieures marquées par le dynamisme des marchés de l'immobilier, du crédit hypothécaire et d'autres marchés du crédit où l'on s'attend maintenant à ce que l'activité soit plus modérée.

Pour 2011 et pour 2012, la Société prévoit que ses dépenses d'investissement seront de l'ordre de 32,0 M$ à 35,0 M$ et de 35,0 M$ à 40,0 M$, respectivement, ce qui tient compte des besoins en capital d'ASSET et de Mortgagebot.

Mise en garde au sujet des énoncés prospectifs

Certains énoncés compris dans le présent rapport de gestion constituent des renseignements prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables (les « énoncés prospectifs »). Les énoncés concernant les objectifs, les cibles, les stratégies, les intentions, les plans, les convictions, les attentes et les estimations de D+H, ainsi que son entreprise, ses activités, et sa performance et sa situation financières constituent des énoncés prospectifs. Des termes et expressions comme « croire », « s'attendre à », « prévoir », « estimer » et « avoir l'intention de », aux formes présente, future ou conditionnelle, de même que d'autres mots et locutions similaires ou la forme négative de ces expressions visent à signaler des énoncés prospectifs, mais ne devraient pas être considérés comme étant le seul moyen de le faire. D'importantes hypothèses sont posées dans le cadre des énoncés prospectifs, dont celles-ci en particulier : la capacité de D+H d'atteindre ses objectifs en matière de produits opérationnels et de BAIIA; les conditions générales du secteur et la conjoncture économique; l'évolution des relations que D+H entretient avec ses clients et ses fournisseurs; les pressions exercées sur les prix et d'autres facteurs concurrentiels; les effets prévus de l'acquisition de Mortgagebot sur la performance financière de D+H; et les avantages prévus de l'acquisition de Mortgagebot. D+H a aussi utilisé certaines hypothèses macroéconomiques et générales pour rédiger ces énoncés prospectifs. Bien que D+H soit d'avis que ces facteurs et hypothèses sont raisonnables sur la foi des renseignements disponibles en date des présentes, rien ne garantit que les résultats réels seront conformes à ces énoncés prospectifs.

Les énoncés prospectifs sont assujettis à des risques, à des incertitudes et à d'autres facteurs, connus et inconnus, qui pourraient faire en sorte que les résultats, le rendement et les accomplissements réels de l'Entreprise, ainsi que l'évolution réelle des secteurs d'activité de D+H, diffèrent de manière importante des résultats, du rendement, des accomplissements et de l'évolution prévus qui sont formulés, implicitement ou explicitement, dans ces énoncés prospectifs.

Les risques liés aux énoncés prospectifs comprennent, notamment, les défis liés à la diminution de l'utilisation de chèques par les consommateurs, la dépendance de la Société à l'égard d'un nombre limité de grandes institutions financières clientes ainsi qu'à l'accueil que celles-ci réservent à ses nouveaux programmes, les projets stratégiques entrepris par la Société dans le but d'atteindre ses objectifs financiers, la stabilité et la croissance des secteurs de l'immobilier, du crédit hypothécaire et du crédit en général, de même que la conjoncture générale des marchés, y compris la dynamique de l'économie et des taux d'intérêt. Compte tenu de ces incertitudes, le lecteur est avisé de ne pas accorder une confiance excessive à ces énoncés prospectifs. Les documents intégrés par renvoi aux présentes indiquent également des facteurs pouvant avoir une incidence sur les résultats opérationnels et la performance financière de la Société. Les énoncés prospectifs sont fondés sur les projets, estimations, projections, convictions et opinions actuels de la direction, et D+H ne s'engage aucunement à mettre à jour les énoncés prospectifs si les hypothèses qui sous-tendent ces projets, estimations, projections, convictions et opinions venaient à changer, à l'exception de ce qui est prévu par les lois applicables sur les valeurs mobilières.

Tous les énoncés prospectifs formulés dans le présent rapport de gestion et dans les documents intégrés par renvoi aux présentes sont visés par cette mise en garde ainsi que par d'autres mises en garde et facteurs indiqués aux présentes, et il n'existe aucune garantie que les résultats ou événements réels seront conformes à ceux-ci. Même s'ils se révélaient conformes, en totalité ou en partie, il n'existe aucune garantie qu'ils auront les résultats attendus pour la Société.

RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES

D'autres renseignements relatifs à la Société, y compris ceux figurant dans la plus récente notice annuelle qu'elle a déposée, peuvent être consultés sur le site de SEDAR, au www.sedar.com.

     
ÉTATS CONSOLIDÉS DE LA SITUATION FINANCIÈRE    
(en milliers de dollars canadiens, non audité)        
         
     
    30 septembre 2011   31 décembre 2010
         
ACTIFS        
Trésorerie et équivalents de trésorerie   4 195 $   1 144 $
Clients et autres débiteurs   85 946   63 902
Stocks   5 131   6 006
Paiements anticipés   10 598   7 552
Total des actifs courants   105 870   78 604
Actifs d'impôt différé   46 076   31 079
Immobilisations corporelles   32 891   32 289
Immobilisations incorporelles   455 640   266 837
Goodwill   669 411   524 228
Total des actifs non courants   1 204 018   854 433
Total des actifs   1 309 888 $   933 037 $
         
PASSIFS        
Fournisseurs et charges à payer   90 824 $   79 569 $
Dividendes (distributions) à payer   -   8 161
Provisions   4 404   12 358
Produits différés   8 318   6 338
Total des passifs courants   103 546   106 426
         
Prêts et emprunts   367 573   196 215
Passifs dérivés détenus à des fins de gestion des risques   7 017   3 403
Produits différés   9 633   9 226
Autres passifs à long terme   8 722   7 290
Passifs d'impôt différé   95 788   55 327
Total des passifs non courants   488 733   271 461
Total des passifs   592 279   377 887
         
CAPITAUX PROPRES        
Capital social   673 007   -
Parts de fiducie   -   595 859
Résultats non distribués (déficit)   30 442   (40 623)
Cumul des autres éléments du résultat global   14 160   (86)
Total des capitaux propres   717 609   555 150
         
Engagements        
Total des passifs et des capitaux propres   1 309 888 $   933 037 $
         
         

ÉTATS CONSOLIDÉS DES RÉSULTATS              
(en milliers de dollars canadiens, sauf les montants par action, non audité)              
                 
  Trimestres clos les   Périodes de neuf mois closes les
    30 septembre
2011
  30 septembre
2010
  30 septembre
2011
  30 septembre
2010
Produits   186 275 $   164 319 $   540 943 $   487 241 $
Rémunération et avantages du personnel   57 810   51 166   165 057   146 502
Charges directes autres que de rémunération   59 290   52 387   174 805   153 919
Autres charges opérationnelles   22 950   24 594   69 256   69 165
    46 225   36 172   131 825   117 655
                 
Amortissement des immobilisations corporelles   2 570   2 391   7 504   6 751
Amortissement des immobilisations incorporelles   14 290   9 564   39 369   29 090
Résultats des activités opérationnelles   29 365   24 217   84 952   81 814
                 
Charges financières :                
Amortissement et ajustement à la juste valeur des instruments dérivés   3 991   1 566   3 531   1 993
Charges d'intérêts   4 792   3 517   14 053   10 583
Résultat lié aux activités poursuivies avant impôt sur le résultat   20 582   19 134   67 368   69 238
                 
Charge (recouvrement) d'impôt sur le résultat   5 522   (1 447)   (7 051)   (148)
Résultat lié aux activités poursuivies   15 060   20 581   74 419   69 386
                 
Résultat provenant des activités abandonnées, après impôt   -   (1 886)   140   (2 627)
Résultat net   15 060 $   18 695 $   74 559 $   66 759 $
    0,2542 $   0,3866 $   1,3053 $   1,3034 $
Résultat net par action (part) lié aux activités poursuivies, de base et dilué   - $   (0,0354)$   0,0025 $   (0,0493)$
Résultat net par action (part) provenant des activités abandonnées, de base et dilué   0,2542 $   0,3512 $   1,3077 $   1,2541 $
                 

ÉTATS CONSOLIDÉS DU RÉSULTAT GLOBAL                
(en milliers de dollars canadiens, non audité)                 
    Trimestres clos les   Périodes de neuf mois closes les
      30 septembre
2011
  30 septembre
2010
  30 septembre
2011
  30 septembre
2010
                   
Résultat net   15 060 $   18 695 $   74 559 $   66 759 $
                   
Autres éléments du résultat global :                
Amortissement des ajustements à la valeur de marché des                
instruments dérivés   -   52   86   344
Gain de change   13 493   -   14 160   -
Résultat global total   28 553 $   18 747 $   88 805 $   67 103 $
                   

ÉTATS CONSOLIDÉS DES VARIATIONS DES CAPITAUX PROPRES
(en milliers de dollars canadiens, non audité)                    
                     
            Trimestre clos le 30 septembre 2011
    Capital
social
  Réserve de
conversion
  Profit (perte)
latent sur les
couvertures de
flux de trésorerie
  Résultats
non distribués
(déficit)
  Total des
capitaux
propres
                     
Solde au 30 juin 2011   672 902 $   667 $   - $   33 744 $   707 313 $
Résultat net de la période   -   -   -   15 060   15 060
Gain de change   -   13 493   -   -   13 493
Amortissement des ajustements à la
valeur de marché des instruments dérivés
  -   -   -   -   -
Dividendes   -   -   -   (18 362)   (18 362)
Options   105   -   -   -   105
Solde au 30 septembre 2011   673 007 $   14 160 $   - $   30 442 $   717 609 $
                     
            Trimestre clos le 30 septembre 2010
    Capital
social
  Réserve de
conversion
  Profit (perte)
latent sur les
couvertures de
flux de trésorerie
  Résultats
non distribués
(déficit)
  Total des
capitaux
propres
                     
Solde au 30 juin 2010   595 859 $   - $   (190)$   (22 382)$   573 287 $
Résultat net de la période   -   -   -   18 695   18 695
Amortissement des ajustements à la                    
valeur de marché des instruments dérivés   -   -   52   -   52
Distributions   -   -   -   (24 482)   (24 482)
Solde au 30 septembre 2010   595 859 $   - $   (138)$   (28 169)$   567 552 $
                     
            Période de neuf mois close le 30 septembre 2011
    Capital
social
  Réserve de
conversion
  Profit (perte)
latent sur les
couvertures de
flux de trésorerie
  Résultats
non distribués
(déficit)
  Total des
capitaux
propres
                     
Solde au 1er janvier 2011   595 859 $   - $   (86)$   (40 623)$   555 150 $
Résultat net de la période   -   -   -   74 559   74 559
Gain de change   -   14 160   -   -   14 160
Amortissement des ajustements à la                    
valeur de marché des instruments dérivés   -   -   86   -   86
Réduction du capital dans le cadre de l'arrangement   (40 623)   -   -   40 623   -
Émission d'actions   117 617   -   -   -   117 617
Dividendes   -   -   -   (44 117)   (44 117)
Options   154   -   -   -   154
Solde au 30 septembre 2011   673 007 $   14 160 $   - $   30 442 $   717 609 $
                     
            Période de neuf mois close le 30 septembre 2010
    Capital
social
  Réserve de
conversion
  Profit (perte)
latent sur les
couvertures de
flux de trésorerie
  Résultats
non distribués
(déficit)
  Total des
capitaux
propres
                     
Solde au 1er janvier 2010   595 859 $   - $   (482)$   (21 482)$   573 895 $
Résultat net de la période   -   -   -   66 759   66 759
Amortissement des ajustements à la                    
valeur de marché des instruments dérivés   -   -   344   -   344
Distributions   -   -   -   (73 446)   (73 446)
Solde au 30 septembre 2010   595 859 $   - $   (138)$   (28 169)$   567 552 $
                     
                     

 

ÉTATS CONSOLIDÉS DES FLUX DE TRÉSORERIE                
(en milliers de dollars canadiens, non audité)                
                 
        Trimestres clos les   Périodes de neuf mois closes les
    30 septembre
2011
  30 septembre
2010
  30 septembre
2011
  30 septembre
2010
                 
Trésorerie et équivalents de trésorerie liés aux activités suivantes :                
                 
ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES                
Résultat net découlant des activités poursuivies   15 060 $   20 581 $   74 419 $   69 386 $
Ajustements pour les éléments suivants :                
  Amortissement des immobilisations corporelles   2 570   2 391   7 504   6 751
  Amortissement des immobilisations incorporelles   14 290   9 564   39 369   29 090
  Amortissement des ajustements à la                
  valeur de marché des instruments dérivés   -   52   86   344
  Ajustement à la juste valeur des instruments dérivés   3 991   1 514   3 445   1 649
  Ajustements liés aux regroupements d'entreprises   -   2 257   -   2 257
  Frais de financement   4 792   3 517   14 053   10 583
  Intérêts en espèces payés   (4 510)   (4 411)   (13 038)   (9 816)
  Charge (recouvrement) d'impôt sur le résultat hors trésorerie   5 522   (1 447)   (7 051)   (148)
  Charge liée aux options   105   -   154   -
    41 820   34 018   118 941   110 096
                 
Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement   1 036   2 789   (29 767)   (17 128)
Variations des autres actifs et passifs opérationnels   1 130   524   2 278   2 881
Flux de trésorerie liés aux activités abandonnées     (588)   189   (1 512)
Flux de trésorerie nets liés aux activités opérationnelles   43 986   36 743   91 641   94 337
                 
ACTIVITÉS DE FINANCEMENT                
Remboursements sur la dette à long terme   (15 000)   (5 000)   (232 000)   (77 900)
Produits tirés de la dette à long terme   -   -   401 505   72 900
Frais d'émission de la dette à long terme   (103)   -   (4 439)   (2 564)
Émission d'actions   -   -   121 800   -
Frais d'émission des actions   -   -   (5 461)   -
Dividendes (distributions) payés   (18 362)   (24 482)   (52 278)   (73 446)
Flux de trésorerie nets liés aux activités de financement   (33 465)   (29 482)   229 127   (81 010)
                 
ACTIVITÉS D'INVESTISSEMENT                
Dépenses liées aux immobilisations corporelles   (1 912)   (2 496)   (5 859)   (4 437)
Dépenses liées aux immobilisations incorporelles   (5 161)   (4 583)   (18 865)   (11 911)
Acquisition de filiales et ajustements connexes   -   167   (292 993)   167
Flux de trésorerie nets liés aux activités d'investissement   (7 073)   (6 912)   (317 717)   (16 181)
                 
Augmentation (diminution) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie                
pour la période   3 448   349   3 051   (2 854)
Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de la période   747   675   1 144   3 878
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période   4 195 $   1 024 $   4 195 $   1 024 $

SOURCE Société Davis + Henderson

Renseignements :

Brian Kyle, chef des finances, Société Davis + Henderson, 416-696-7700, poste 5690, brian.kyle@dhltd.com

Profil de l'entreprise

Société Davis + Henderson

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.