Dans son avis sur les connaissances dans le bulletin - Le Conseil supérieur de l'éducation va à l'encontre des volontés de la ministre



    MONTREAL, le 27 mars /CNW Telbec/ - La Fédération autonome de
l'enseignement (FAE) a réagi aujourd'hui à l'avis formulé par le Conseil
supérieur de l'éducation (CSE) sur la façon de rendre compte des connaissances
dans les bulletins scolaires des élèves du primaire et du secondaire.
    "Non seulement le Conseil ne répond pas au mandat que lui a confié la
ministre de l'Education en février dernier, il s'aligne à 180degrees de toutes
les mesures qu'elle a mises en place depuis septembre 2007, telles le retour
du bulletin en pourcentage, du redoublement, l'importance accordée aux
connaissances, notamment dans ses modifications au programme de français. Le
CSE est obnubilé par la réforme et il prend tous les moyens possibles pour
éviter qu'on la modifie totalement ou partiellement," de commenter M. Pierre
St-Germain, président de la FAE.
    Au moment de modifier considérablement les programmes d'enseignement du
français et de s'attaquer aux autres programmes pour faire une place plus
grande à l'acquisition des connaissances, la ministre Courchesne avait
compris, à juste titre, que toutes ces mesures ne touchaient que
l'enseignement. Ces modifications n'avaient aucun effet sur la façon de rendre
compte de l'acquisition des connaissances. C'est dans ce contexte qu'elle a
mandaté le CSE afin qu'il lui fournisse un avis sur les changements à apporter
au processus actuel pour rendre compte efficacement aux parents du niveau
d'acquisition des connaissances.
    "Le CSE a détourné son mandat. Plutôt que de trouver des solutions aux
attentes de la ministre et de remettre en question ce qui empêche de rendre
compte clairement et efficacement du niveau de connaissances de l'élève,
soient, les programmes de formation de l'école québécoise et la politique
d'évaluation des apprentissages, le Conseil s'est appuyé sur ces deux
documents ministériels pour conclure qu'il ne fallait rien changer. Les
programmes, tout comme la politique d'évaluation sont centrés exclusivement
sur le développement des compétences. Il n'y a rien dans ces documents
fondamentaux de la réforme qui traitent de l'enseignement, de l'évaluation et
de la façon de rendre compte des connaissances," d'ajouter M. St-Germain.
    Le Conseil supérieur de l'éducation est à tout le moins paradoxal dans
ses propositions et ses justifications. La solution d'un bulletin qui rendrait
compte à la fois du développement des compétences et de l'acquisition des
connaissances est rejetée parce que, selon eux, elle nécessiterait trop de
travail pour les enseignantes et enseignants. Par contre, toujours selon le
CSE, le fait de proposer "d'autres stratégies ou outils" comme l'agenda de
l'élève, le portfolio et le dossier d'apprentissage en sus du bulletin ne
mèneraient pas à une surcharge de travail pour les profs. En fait, ces
prescriptions cohabitent avec une recommandation de décentraliser la manière
de rendre compte des connaissances pour que chaque école détermine ses outils
de communications. Tout ce qu'il faut pour maintenir le flou sur l'évaluation
des connaissances. "La chose et son contraire !", de poursuivre le président
de la FAE.
    De plus, comme si c'était devenu un mantra du CSE, cet avis, comme la
plupart des avis du Conseil supérieur de l'éducation depuis quelques années,
recommande l'accompagnement du personnel enseignant dans son appropriation du
Programme de formation de l'école québécoise. "Dans le déni total, le CSE
radote en recommandant constamment de la formation ou du perfectionnement pour
les profs afin qu'ils comprennent mieux la réforme. Ca fait longtemps que les
enseignantes et enseignants, comme les parents d'ailleurs, ont compris que la
réforme ne fonctionnait pas, donc qu'ils n'avait pas lieu de continuer en ce
sens," de renchérir M. St-Germain.

    La FAE regroupe neuf syndicats de l'enseignement qui représentent quelque
27 000 enseignantes et enseignants (le tiers du personnel enseignant au
Québec) du préscolaire, primaire, secondaire, du milieu carcéral, de la
formation professionnelle et de l'éducation des adultes ainsi que le personnel
scolaire des écoles Peter Hall et du Centre académique Fournier.




Renseignements :

Renseignements: Yves Parenteau, (514) 666-7763-bureau, (514)
910-3195-cellulaire; Source: Fédération autonome de l'enseignement


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.