Crise forestière: Les scieries indépendantes du Québec sont les grandes oubliées



    QUEBEC, le 10 août /CNW Telbec/ - Les scieries indépendantes regroupées
dans l'Association des producteurs de copeaux du Québec (APCQ) sonnent
l'alarme face à l'effondrement du marché des copeaux, ce qui menace toutes
leurs activités de production de bois d'oeuvre aux quatre coins du Québec,
effet collatéral de la situation des grands producteurs de pâtes et papiers
québécois. Ce sont des entreprises privées québécoises profondément enracinées
dans leur milieu, certaines ayant plus de 100 ans d'histoire.
    Elles sont présentement grandement fragilisées par les difficultés de
leurs clients qui consomment leurs copeaux. Sans débouchés pour ces produits,
elles ne peuvent continuer à opérer. Certaines risquent même de dépasser les
délais légaux d'inactivité de six mois et de se faire couper leurs contrats
d'approvisionnement (CAAF) par le gouvernement. Ces scieries dites
"indépendantes" sont dans la réalité de plus en plus dépendantes de leurs
clients consommateurs de copeaux.
    Le gouvernement du Québec a fait tout ce qui était en son pouvoir pour
supporter les fabricants de pâtes et papiers ces derniers mois. "Alors que
plusieurs programmes et mesures qui concernent les géants de l'industrie
forestière ont été mis en place, bien peu a été fait pour les petits joueurs,
les scieries privées indépendantes, explique le président et directeur général
de l'APCQ, M. Xavier Robidas. Par exemple, des garanties de prêt récemment
octroyées et le dernier programme fédéral qui ne concerne que les fabricants
de pâtes et papiers."
    Le pire semble cependant à venir, avec trois des sept papetières actives
au Québec sous la protection des tribunaux de la faillite. Elles doivent
présenter sous peu des plans de restructuration qui risquent de diminuer
davantage la demande de copeaux avec des fermetures appréhendées d'usines de
pâtes et papiers. "Une nouvelle baisse de la demande des copeaux suivant ces
fermetures attendues d'usine de pâtes et papiers sont susceptibles de
provoquer des arrêts de production importants chez l'ensemble des membres de
l'APCQ", poursuit M. Robidas. De fait, elles seraient privées d'une partie
fort significative de leurs revenus, essentielle au maintien de leurs
activités.
    Le MRNF et le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ) estiment
qu'on comptera sous peu plus d'un demi million de tonnes de copeaux en
surplus, suffisamment pour remplir le stade olympique en une seule année. Pour
atténuer les effets dévastateurs anticipés, les scieries indépendantes
regroupées dans l'APCQ formulent des demandes au gouvernement du Québec :
    
    a. Une prise en compte de leur situation spécifique par le gouvernement
       dans la gestion d'éventuelles fermetures d'usines des gros joueurs.
    b. De la rigueur dans la gestion du marché des copeaux de la part du
       gouvernement pour préserver ce qui peut l'être, par exemple de limiter
       la mise en copeaux de bois rond.
    c. Un plan d'action pour la consommation de copeaux, puisque le ministère
       des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) contrôle la demande de
       copeaux par l'émission de permis.
    d. De ne pas couper les contrats d'approvisionnement (CAAF) des scieries
       membres de l'APCQ si, faute de marché pour leurs copeaux, elles ne
       peuvent opérer pour une période de plus de 6 mois.
    e. De favoriser des projets de bioénergies comme la cogénération aux
       Iles-de-la-Madeleine pour remplacer le mazout en permettant d'utiliser
       la biomasse des scieries.
    
    Ces inquiétudes et ces revendications ont par ailleurs fait l'objet d'une
correspondance transmise à la ministre des Ressources naturelles et de la
Faune, Mme Nathalie Normandeau le 6 août dernier. "Nous avons confiance en la
ministre Normandeau pour qu'elle pose les actions nécessaires à la protection
de nos membres. Elle fait preuve d'une écoute attentive et d'une rigueur qui
seront essentielles pour éviter la dévitalisation des remparts de l'industrie
forestière québécois que sont ces scieries indépendantes", a conclu M.
Robidas.

    L'APCQ qui existe depuis 1988 regroupe aujourd'hui 24 scieries
indépendantes déployées aux 4 coins du Québec. Elles génèrent environ 800 000
tonnes de copeaux annuellement, assez pour alimenter en fibre 3 usines de
pâtes et papiers moyennes du Québec.




Renseignements :

Renseignements: Xavier Robidas, ing.f. MBA, Président, directeur
général, Association des Producteurs de Copeaux du Québec, (418) 657-2568,
apcq@apcqinc.com

Profil de l'entreprise

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE COPEAUX DU QUEBEC

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.