Crise forestière - La CSN et les acteurs politiques régionaux rencontrent la communauté de Saint-Michel-des-Saints



    MONTREAL, le 27 fév. /CNW Telbec/ - La Confédération des syndicats
nationaux (CSN) tenait ce mercredi 27 février, une assemblée publique à
Saint-Michel-des-Saints afin de rencontrer les 250 travailleurs qui ont perdu
leur emploi à la scierie et à l'usine de panneaux gaufrés Louisiana Pacific,
ainsi que la population. La présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, le
vice-président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du papier et
de la forêt (FTPF-CSN), Michel Fortin, et le président du conseil central CSN
de Lanaudière, Daniel Tessier, ont présenté la campagne de la centrale
syndicale visant à maintenir les emplois dans le secteur forestier et à
soutenir les travailleurs touchés par la pire crise forestière de l'histoire
du Québec.
    Le comité régional de relance, composé des représentants syndicaux ainsi
que du député fédéral de Joliette, Pierre Paquette (Bloc Québécois), du député
provincial, François Benjamin (ADQ), du maire de Saint-Michel-des-Saints,
Jean-Pierre Bellerose, de la mairesse de St-Zénon, Suzanne Richard, et du
préfet de la MRC de Matawinie, Gaetan Morin, ont également fait le point sur
les perspectives dans ce dossier.
    L'employeur, Louisiana Pacific, a signifié en octobre dernier aux
travailleurs que l'usine serait définitivement fermée, alors que la scierie
est à vendre. Au total, 250 personnes ont été mises à pied. Indirectement, ce
sont plus de 1000 emplois qui ont été perdus. Ces fermetures représentent
également un véritable drame pour les populations entières de
Saint-Michel-des-Saint (2500 personnes) et de Saint-Zénon (1200 personnes),
qui dépendent des emplois reliés aux deux usines.
    "Malgré les mauvaises nouvelles qui s'accumulent à
Saint-Michel-des-Saints comme dans plusieurs communautés du Québec depuis
plusieurs mois, il est hors de question de baisser les bras, a déclaré la
présidente de la CSN, Claudette Carbonneau. Nous faisons tout en notre
possible pour conserver des emplois de qualité dans l'industrie forestière.
Cependant, cela passe par une participation active de tous les paliers de
gouvernement et de l'industrie. Il est hors de question qu'on laisse des gens
dans l'incertitude sans agir."
    Depuis le début de février, la centrale a entrepris une importante
campagne visant à consolider les emplois et à soutenir les travailleurs
touchés par la crise du secteur forestier, dans une perspective de
préservation et de régénération de la forêt. La CSN revendique notamment au
gouvernement fédéral la création d'un véritable programme de soutien du revenu
pour les travailleurs âgés, la mise sur pied d'un programme de prêt et de
garantie de prêts pour les entreprises, la remise sur pied du fonds de
diversification des économies forestières, des sommes additionnelles pour la
recherche et le développement ainsi que des améliorations au régime
d'assurance-emploi.
    Par ailleurs, la CSN considère que le montant d'un milliard de dollars
injecté par le gouvernement fédéral pour soutenir l'industrie manufacturière
et forestière partout au Canada est largement insuffisant et injuste
puisqu'une province en pleine prospérité comme l'Alberta pourra s'abreuver à
ce fonds. Le Québec, où l'industrie forestière est largement concentrée,
n'obtient que 216 millions. De plus, le budget fédéral déposé hier n'apportera
rien de plus pour l'industrie forestière, qui en a pourtant bien besoin. C'est
une véritable tragédie : le gouvernement choisit de verser dix milliards au
remboursement de la dette, tout en laissant les travailleurs de la forêt sans
perspectives d'améliorer leur sort.
    La CSN estime également que le régime forestier doit subir une réforme en
profondeur afin d'assurer entre autres, la pérennité de la ressource. L'état
de la forêt est préoccupant alors que des milliers de familles vivent des
drames au quotidien. Quelque 15 000 travailleurs ont perdu leur emploi depuis
quatre ans, d'une façon définitive ou temporaire.
    Le vice-président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du
papier et de la forêt (FTPF-CSN), Michel Fortin estime que l'industrie doit
faire preuve de plus de transparence : "il faut impliquer préalablement les
travailleurs et les travailleuses dans les démarches de consolidation des
entreprises, notamment par des plans de gestion prévisionnelle de la
main-d'oeuvre." Par ailleurs, M. Fortin croit qu'il faut prendre un virage
majeur afin de favoriser la sylviculture, de manière à s'assurer de la
régénération de la forêt pour les années à venir tout en améliorant de façon
substantielle les conditions d'emploi des travailleurs sylvicoles.
    Selon le président du Conseil central de Lanaudière (CSN), Daniel
Tessier, ce conflit soulève l'importance de la formation des travailleurs, et
ce, peu importe le secteur d'activité. "A travers cette situation très
difficile vécue à Saint-Michel-des-Saints, la région a développé des solutions
originales : avec Emploi-Québec, la CSN a élaboré un vaste programme de
formation pour les travailleurs mis à pied. Cela leur a permis d'augmenter
leurs chances de se retrouver un emploi, en plus d'un revenu correct pendant
les 19 semaines que durait cette formation. C'est deux millions de dollars qui
ont été investis."
    Au cours des prochains mois, la population et les travailleurs seront
invités à participer à des assemblées syndicales et populaires pour discuter
de la situation et des solutions à apporter pour sortir de la crise. De plus,
la CSN poursuivra sa réflexion sur l'avenir du régime forestier. Les députés
de Québec et d'Ottawa seront rencontrés afin de leur faire partager les
préoccupations des travailleurs touchés par la pire crise de l'industrie
forestière au Québec et réclamer une implication de l'Etat dans ce dossier.
Manifestement, le gouvernement Harper manque totalement à ses responsabilités.

    La CSN représente plus de 300 000 travailleuses et travailleurs, dont
quelque 13 000 dans le secteur du papier, de la forêt et des imprimeries dans
185 syndicats.




Renseignements :

Renseignements: Pierre-Luc Bilodeau, Service de l'information de la CSN,
(514) 774-0775


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.