Crise dans les urgences - LES UNITES DE DEBORDEMENT SE MULTIPLIENT



    QUEBEC, le 13 mai /CNW Telbec/ - Le député de Marie-Victorin et
porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, Bernard
Drainville, s'inquiète du fait que le nombre d'unités de débordement dans les
urgences du Québec ait doublé en un an et demi, passant de 26 à 54 unités.
    "Les unités de débordement, ce sont les petites roulottes, les
garde-robes où le ministre de la Santé cache des patients pour éviter qu'ils
soient comptabilisés dans les statistiques officielles dans les urgences. Il y
a 18 mois, Philippe Couillard disait que les 26 unités étaient temporaires et
vouées à disparaître. Or, ce qui devait être ponctuel devient désormais
permanent", a fait savoir le député de Marie-Victorin.
    "Avec Yves Bolduc, c'est plutôt l'inverse : l'actuel ministre de la Santé
semble voir un avenir prometteur à cette tactique puisque leur nombre a doublé
depuis qu'il est en poste. Désormais, c'est 54 hôpitaux qui utilisent cette
stratégie, une stratégie efficace qui sert aux statistiques et à l'image du
ministre plutôt qu'aux patients", a déploré Bernard Drainville.
    Pour le Parti Québécois, le ministre de la Santé aurait intérêt à se
pencher sérieusement sur la situation dans les urgences, partout au Québec.
Hier, le député Drainville notait que la moyenne d'attente sur civière dans
les urgences était passée de 16,5 heures l'an dernier à 17 heures cette année.
Dans certaines urgences, à Saint-Jérôme, à Saint-Eustache, à Québec, à
Baie-Comeau et à Rivière-du-Loup, la situation est telle que les patients
attendent entre deux et quatre heures de plus que l'an dernier.
    "Le ministre Bolduc se plait à dire qu'il a fait une visite cet hiver
dans une douzaine d'urgences au Québec. Le problème, c'est que la situation se
dégrade. Malgré la multiplication des unités de débordement, les statistiques
semblent confirmer que le ministre a renoncé aux ambitions de son Directeur
national des urgences. Au lieu de vouloir réduire l'attente, il crée des
unités de débordement. Il a abdiqué ses responsabilités. Il serait temps qu'il
se ressaisisse. Il voulait être ministre de la Santé, qu'il assume la
responsabilité qui vient avec", a conclu Bernard Drainville.
    -%SU: SAN
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 643-2743


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.