Cri du cœur du personnel professionnel dédié aux personnes âgées

LONGUEUIL, QC, le 14 févr. /CNW Telbec/ - Le personnel spécialisé en travail social, en nutrition, en physiothérapie et en ergothérapie qui travaille au quotidien auprès des personnes âgées n'en peut plus de les voir ballottées au gré des réformes et des nouveaux programmes mis en place au cours des dernières années.  

Le bilan que fait l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de la mise en œuvre des nouvelles orientations de l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal en matière de services d'hébergement pour les personnes âgées est désespérant.

Depuis la mise en place par l'Agence du Programme d'hébergement pour évaluation (PHPE ou Programme 68), un programme qui s'inscrit dans le Plan d'action 2005-2010 sur les services aux aînés en perte d'autonomie : Un défi de solidarité, les plaintes concernant les déplacements inutiles et préjudiciables à l'état de santé physique et psychologique des personnes âgées ont été nombreuses. L'Agence devait corriger cet état de fait. Or, les intervenants membres de l'APTS constatent sur le terrain que rien n'a été fait pour réduire le nombre de déplacements ni pour assouplir un cheminement administratif kafkaïen, source d'angoisse pour les personnes vulnérables obligées de s'y soumettre.

Rappelons que l'Agence s'est engagée à éliminer progressivement les lits des unités de soins de longue durée dans les hôpitaux, à développer des ressources d'hébergement dans la communauté et à desservir plus de personnes à domicile. Le PHPE a été créé en vue d'évaluer les besoins de services des personnes qui doivent quitter les hôpitaux. Il prévoit que, de l'hôpital à son lieu d'hébergement permanent, la personne passe par un lit d'évaluation pendant quelques semaines et par un lit de transition, le temps qu'une place se libère là où elle doit s'installer. Faute de place, les délais prévus sont souvent prolongés de quelques semaines à plusieurs mois. Malheur à celle qui fait une rechute durant ce cheminement : si elle retourne à l'hôpital, elle devra alors recommencer la démarche du début.

L'objectif initial, de désengorger les urgences et de libérer les lits actuellement occupés par des patients en attente d'hébergement pour leur donner un véritable milieu de vie, était louable. Or, faute de budget, les lits libérés, bien souvent, ne sont pas davantage disponibles à des fins d'hospitalisation et l'attente pour un hébergement permanent prend plus que jamais des allures de cauchemar.

Un manque de services à plusieurs niveaux

Plusieurs témoignages rendus publics au cours des derniers mois ont bien illustré l'impact de la multiplication de ces déménagements. À cela s'ajoute les nombreuses failles observées par les membres de l'APTS dans la planification des transferts.

« En centre d'hébergement, explique Francis Collin, ergothérapeute et répondant politique pour la région de Montréal à l'APTS, nous accueillons pour les périodes d'évaluation ou de transition des personnes dont nous ne savons rien, et qui ont besoin d'équipement dont nous ne disposons pas. »

De plus, les personnes âgées ont été sorties des hôpitaux, où elles avaient toute une panoplie de services, pour se retrouver, à l'étape d'évaluation, dans des centres d'hébergement où, du fait de leur statut temporaire, elles ne bénéficient pas des services de réadaptation (ergothérapie, physiothérapie) qui assurent le maintien de leur autonomie. « Dans ces conditions, déplore Francis Collin, les périodes d'évaluation et de transition se traduisent par une détérioration de leur état. »

Quant aux personnes qui sont jugées aptes à retourner dans leur domicile après une hospitalisation, les services qui leur sont offerts sont nettement insuffisants. Les intervenantes chargées du soutien psychosocial, de la réadaptation ou de la nutrition sont accablées par le fardeau croissant des tâches administratives qui leur est imposé. Le temps qu'elles passent auprès de leur clientèle à domicile s'en trouve considérablement limité.

« Les gestionnaires qui élaborent des beaux programmes sur papier à partir des statistiques détaillées qu'ils nous demandent de produire gagneraient à aller visiter nos clientèles là où elles vivent, estime le porte-parole de l'APTS; ils comprendraient mieux nos appels à revoir leurs priorités. »

À propos de l'APTS

L'APTS est une organisation syndicale qui regroupe 27 000 personnes, occupant des postes professionnels et techniques dans le réseau de la santé et des services sociaux dont des technologistes médicales, des archivistes médicales, des technologues en radiologie, des physiothérapeutes, des ergothérapeutes, des thérapeutes en réadaptation physique, des travailleurs sociaux, des psychologues, des techniciennes en diététique, des diététistes et des techniciens en loisirs.

SOURCE ALLIANCE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET TECHNIQUE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX (APTS)

Renseignements :

Chantal Mantha, conseillère en communication et en relations publiques
Téléphone : 514.236-9287 (cell.)

Profil de l'entreprise

ALLIANCE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET TECHNIQUE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX (APTS)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.