Contre la violence à l'école - La CSQ demande des mesures concrètes et propose un guide de prévention et d'intervention



    MONTREAL, le 12 sept. /CNW Telbec/ - La Centrale des syndicats du Québec
(CSQ) et le Centre de recherche et d'intervention sur la réussite scolaire
(CRIRES) lancent aujourd'hui le guide de prévention et d'intervention contre
la violence envers le personnel de l'éducation Vous entrez dans une zone sans
violence. Ce guide s'adresse au personnel enseignant, professionnel, de
soutien ainsi qu'aux membres de la direction. Il a pour but de les
sensibiliser au phénomène de la violence dans leur milieu de travail et de
leur proposer des pistes d'actions concrètes pour intervenir. De plus, la CSQ
interpelle la ministre de l'Education, du Loisir et du Sport (MESL), madame
Michelle Courchesne, afin que soit mis en application, dès à présent, le plan
d'action pour prévenir et contrer la violence dans les écoles primaires et
secondaires annoncé par son prédécesseur et demeuré lettre morte.

    Du personnel de l'éducation parfois démuni

    Pour la CSQ, ce guide de prévention et d'intervention était devenu
nécessaire compte tenu des nombreux commentaires et de l'insécurité exprimée
quant aux multiples formes de violence auxquelles le personnel de l'éducation
est exposé. De plus, depuis décembre 2006, la CSQ et la Fédération des
syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ) donnent des sessions de formation dans
toutes les régions sur l'insertion professionnelle et la violence en milieu
scolaire. Il en ressort clairement que le personnel a besoin d'un outil pour
prévenir et intervenir lorsqu'il y a manifestation de la violence. La tournée
d'information se poursuivra au cours des prochaines semaines dans plusieurs
régions du Québec.
    Au Québec, une enquête réalisée par la CSQ en 1998 (anciennement CEQ)
indiquait qu'environ un enseignant sur dix avait vécu une situation violente
dans son milieu de travail. Une étude plus récente (Girard, Laliberté et
Dompierre, 2003) associait la violence physique vécue par le personnel
scolaire à 15 % des événements déclarés, comparativement à 80 % pour la
violence psychologique et à 6 % pour la violence à caractère sexuel. Dans 89 %
des situations de violence physique, l'agresseur était un élève et un collègue
dans 5 % des cas. En ce qui a trait à la violence psychologique, l'auteur
était un élève (39 %), un collègue (25 %), un parent (18 %) ou une personne en
autorité (7 %).

    La nature a horreur du vide : le MELS doit intervenir

    La Centrale tient à rappeler que le gouvernement précédent avait annoncé
l'obligation pour toutes les écoles de se doter d'un plan d'action contre
l'intimidation. Ce plan est malheureusement tombé dans l'oubli sous le
gouvernement libéral. De plus, en 2005, le vérificateur général avait jugé
très négativement le travail des écoles secondaires en mentionnant qu'elles ne
faisaient pas assez d'effort pour combattre la violence au quotidien. Le
vérificateur mentionnait que les écoles ignoraient le phénomène de violence et
ne pouvaient donc pas y mettre fin. "Nous croyons que le plan d'action du
ministère doit prévoir un portrait de la situation en plus des mesures et des
moyens concrets pour soutenir le travail des institutions d'enseignement et
celui du personnel" de dire Réjean Parent.
    La Centrale est d'avis que la violence est l'un des motifs principaux qui
incite les jeunes enseignants à quitter la profession. Les dernières données
démontrent que 20 % d'entre eux abandonnent la profession avant de terminer
leur cinquième année de carrière. De plus, il est clair que la violence peut
avoir des conséquences sur le climat de l'école, sur la réussite des élèves et
peut même en pousser certains à décrocher. Les recherches indiquent également
qu'elle est présente autant dans les écoles publiques que privées.

    De nouvelles formes de violence

    La CSQ est extrêmement préoccupée par les formes de violence en émergence
telles que la cyberintimidation. Plusieurs cas récents ont été rapportés, d'où
l'importance que le plan d'action ministériel s'attaque aussi à cette
question. Elle indique que ces phénomènes nouveaux doivent être mieux
documentés, car il existe très peu de données à l'heure actuelle au Québec. De
son côté, la CSQ examinera cette problématique spécifique auprès de ses
membres et évaluera la possibilité d'effectuer des travaux de recherche en ce
qui a trait à l'impact de la cyberagression sur la réussite des élèves et sur
la santé du personnel de l'éducation.
    "Nous sommes très heureux de présenter ce guide, car il répond à un
besoin exprimé et il propose des solutions concrètes pour intervenir. Nous
croyons toutefois que le problème de la violence est éminemment complexe et
touche différentes facettes de la vie scolaire, d'où la nécessité d'une
intervention gouvernementale rapide et structurée. Pourquoi le gouvernement
refuse-t-il de mettre en application son plan d'action alors que tout indique
qu'il est prêt ? Il est plus que temps que le gouvernement arrête de
tergiverser" de conclure Réjean Parent.
    La Centrale tient à remercier les professeures et chercheures
spécialisées sur cette question qui ont collaboré à la rédaction de ce guide,
notamment Danielle Leclerc, Line Massé et Michelle Dumont, de l'Université du
Québec à Trois Rivières et Claire Beaumont de l'Université Laval. Il faut
également souligner l'apport de Luc Allaire conseiller à la recherche et
Pierre Lefebvre, en santé et sécurité du travail à la CSQ.

    Profil de la CSQ

    La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) représente quelque 155 000
membres, dont plus de 100 000 dans le secteur public, la grande majorité
travaillant dans le domaine de l'éducation. Elle est membre de la Table
provinciale de concertation sur la violence, les jeunes et le milieu scolaire
et collabore avec l'Institut Pacifique. Elle compte en ses rangs plus de 1000
Etablissements verts Brundtland, une création de la CSQ, qui font la promotion
du pacifisme. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et
des services sociaux, des services de garde, des loisirs, de la culture, du
municipal, du communautaire et des communications.




Renseignements :

Renseignements: Marjolaine Perreault, Attachée de presse, CSQ, (514)
235-5082


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.