Contestation judiciaire à l'égard de la loi 104 - POURQUOI JEAN CHAREST REFUSE-T-IL DE CONDAMNER LE GESTE DES COMMISSIONS SCOLAIRES ANGLOPHONES?



    QUEBEC, le 20 mars /CNW Telbec/ - Le député de Borduas et porte-parole du
Parti Québécois en matière de culture, de communications et de langue, Pierre
Curzi, déplore le silence du premier ministre du Québec, Jean Charest, alors
qu'il était questionné, pour la deuxième journée par la chef du Parti
Québécois, Pauline Marois, à l'effet que les commissions scolaires anglophones
consacrent des milliers de dollars pour contester la Charte de la langue
française.
    "Hier, la ministre de l'Education, Michelle Courchesne, s'est montrée
troublée et inquiète. Aujourd'hui, c'était au tour de la ministre Christine
St-Pierre. Pourquoi Jean Charest n'a-t-il pas senti le besoin d'intervenir et
n'a pas voulu se commettre? Doit-on comprendre qu'il endosse une telle
pratique? Son silence est inquiétant", a affirmé Pierre Curzi.
    Par ailleurs, le député de Borduas se montre perplexe devant le plan
d'action présenté aujourd'hui par la ministre St-Pierre pour promouvoir,
valoriser et défendre la langue française. "Il s'agit d'un plan sans vision et
incohérent qui ne répond en rien aux inquiétudes légitimes soulevées par les
études cachées depuis des mois. Ce n'est certainement pas en investissant dans
des claviers d'ordinateurs, comme l'a suggéré la ministre St-Pierre, que l'on
va parvenir aux objectifs. Encore faudrait-il que ce gouvernement en ait", a
ironisé M. Curzi.
    Pour lui, il s'avère de plus en plus clair que le gouvernement cherche à
fuir ses responsabilités et à fuir le débat linguistique. "La ministre
St-Pierre a délibérément caché des études pendant des mois. Pourquoi ne pas
avoir pris l'initiative de les transmettre au Conseil supérieur de la langue
française qui aurait bien aimé les consulter pour l'éclairer. Or, elle a
préféré rester dans le noir, de sorte que l'avis du Conseil, prévu en juin,
risque de prendre le chemin de la déchiqueteuse, malheureusement", a déploré
M. Curzi. Selon lui, il aurait été plus avisé d'avoir un plan d'action après
réception de l'avis du Conseil plutôt qu'avant.
    Le porte-parole du Parti Québécois tient aussi à rappeler que l'embauche
de 20 personnes prévue dans ce plan d'action ne viendra que corriger l'effet
de coupures de postes faites par le gouvernement Charest depuis qu'il est au
pouvoir. En effet, 11 postes ont été abolis à l'Office québécois de la langue
française (OQLF) depuis 2003. M. Curzi s'étonne par ailleurs de cet intérêt
soudain à doter l'OQLF de nouvelles ressources, des "conseillers à la
francisation", puisque l'an dernier, à l'occasion de l'étude des crédits, la
présidente de l'OQLF, France Boucher, soutenait que les employés "suffisaient
amplement" à la tâche...
    -%SU: EDU,CLT
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 644-9318


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.