Consultations prébudgétaires 2009-2010 - Un piège à contribuables



    QUEBEC, le 19 févr. /CNW Telbec/ - Le Collectif pour un Québec sans
pauvreté proteste contre la consultation en ligne piégée menée par la ministre
des Finances, Monique Jérôme-Forget, qui tente de faire valider par la
population la réduction des services gouvernementaux et la hausse des tarifs
publics.
    En effet, pour avancer dans la consultation au-delà de la troisième
question, les citoyenNEs se voient obligéEs de souscrire, bien malgré eux, aux
trois priorités déterminées par la ministre: la réduction des dépenses en
programmes et services, l'augmentation de la tarification de services publics
et la suspension des versements au Fonds des générations. C'est une manoeuvre
inacceptable. Le Collectif pour un Québec sans pauvreté dénonce l'absence de
consultation prébudgétaire démocratique et manifeste son profond désaccord
avec les priorités ainsi imposées.
    La réduction des dépenses et la hausse des tarifs sont justifiées dans la
consultation par "les rentrées fiscales plus faibles en raison du
ralentissement économique". Pas un mot sur les importantes baisses d'impôts
des dernières années qui privent aujourd'hui l'Etat québécois d'une marge de
manoeuvre de plusieurs milliards.
    De plus, la ministre ignore l'avis du Comité consultatif de lutte à la
pauvreté et à l'exclusion sociale, qui s'est fortement prononcé l'année
dernière contre les hausses tarifaires. Elle lui a préféré le douteux rapport
Montmarquette, favorable à ces hausses qui minent de l'intérieur l'action
gouvernementale contre la pauvreté, voire enfreignent la Loi visant à lutter
contre la pauvreté et l'exclusion sociale. Prétendre qu'elles sont fixées par
des organismes supposément apolitiques comme la Régie de l'énergie relève de
la complaisance et d'un manque de courage politique.

    Un refus catégorique, des choix plus logiques

    Le Collectif réitère son opposition à des hausses tarifaires nuisibles
aux plus pauvres, à des coupes planifiées dans les programmes et services et à
des baisses d'impôts inutiles et même nuisibles à la relance. La crise
économique actuelle doit plutôt être l'occasion de revaloriser l'impôt comme
outil collectif de justice sociale. Les statistiques fiscales publiées cette
semaine rappellent que plus de 40% des QuébécoiSEs disposent d'un revenu
inférieur à 20 000 $. Le Collectif appelle d'abord à une meilleure
distribution de la richesse à la source, notamment par la hausse substantielle
du salaire minimum, et à une meilleure re-distribution en faveur des laisséEs
pour compte à travers les protections publiques. Il affirme, surtout en temps
de crise, la nécessité de maintenir et même d'améliorer les programmes de
soutien du revenu et les services à la population. La société québécoise ne
sortira réellement gagnante et plus riche de la crise économique qu'en
améliorant les conditions de vie et de travail de touTEs ses membres.

    Actif depuis 1998, le Collectif pour un Québec sans pauvreté regroupe 32
organisations nationales québécoises, populaires, communautaires, syndicales,
religieuses, féministes, étudiantes, coopératives ainsi que des collectifs
régionaux dans quinze régions du Québec. Toutes ces organisations ont dans
leur mission la lutte à la pauvreté, la défense de droits et la promotion de
la justice sociale. Des centaines d'organisations et d'individuEs de plusieurs
secteurs de la société civile forment son réseau d'appui.




Renseignements :

Renseignements: Solène Tanguay, responsable des communications,
Cellulaire: (418) 254-7238, communications@pauvrete.qc.ca; Site Internet:
www.pauvrete.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.