Consultation publique sur les conditions de vie des personnes aînées - LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE EMET SES RECOMMANDATIONS POUR AMELIORER LE RESPECT DES AINES



    MONTREAL, le 12 nov. /CNW Telbec/ - La Commission des droits de la
personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) dépose aujourd'hui son mémoire
dans le cadre de la Consultation publique sur les conditions de vie des
personnes aînées. Elle salue l'initiative gouvernementale de se pencher sur
l'amélioration des conditions de vie de nos aînés. Dans son document, la
Commission rappelle son rôle et ses mandats en matière de défense des droits
des personnes âgées et réitère certaines recommandations concrètes qu'elle
avait émises en 2001, afin de prévenir toutes les formes d'exploitation de
cette population.

    La formation des intervenants, point clé de l'amélioration des conditions
    de vie

    La Commission estime ainsi que la question de la formation des
intervenants oeuvrant auprès de nos aînés, tant dans le réseau privé que
public, est primordiale pour leur assurer une meilleure qualité de vie. Un
certain nombre de progrès ont pu être constatés au cours des six dernières
années, mais des améliorations doivent être encore apportées. Cette formation
doit permettre au personnel en charge de personnes âgées d'appréhender les
réalités physiques, psychologiques et psychosociales liées au vieillissement
et à la perte d'autonomie.
    A ce titre, M. Gaétan Cousineau, le président de la CDPDJ souligne que
"le ministère de la Santé et des Services sociaux a adopté en 2006 un
programme de formation afin de réduire le recours à la contention et à
l'isolement dans les établissements publics spécialisés. Il s'agit d'un
progrès notoire que nous nous devons de souligner." "Par ailleurs, remarque
M. Cousineau, la Commission déplore que les nouvelles normes régissant les
résidences pour personnes âgées soient muettes à l'égard de la sensibilisation
et la formation que devraient recevoir les administrateurs et les membres du
personnel afin de répondre adéquatement aux besoins de leur clientèle."
    En outre, la Commission rappelle les recommandations qu'elle avait émises
dans le rapport du Groupe de travail mixte contre l'homophobie, concernant
l'adaptation du réseau de santé et des services sociaux aux besoins des
personnes aînées issues des minorités sexuelles.

    La nécessité d'un logement décent et adapté

    La Commission souligne également l'importance de bonnes conditions de
logement pour nos aînés. Elle se réjouit qu'un mécanisme de certification des
résidences pour personnes âgées ait été mis en oeuvre, mais souligne que des
efforts restent à consentir en matière d'accès au logement, de normes de
construction et d'aménagement pour répondre aux besoins spécifiques de cette
tranche de la population. En ce sens, elle réitère que les municipalités
devraient avoir l'obligation d'adopter des règlements prévoyant des normes de
construction et des règles d'aménagement de ces résidences.
    La CDPDJ reste également très préoccupée par les difficultés rencontrées
par une part importante des personnes âgées pour intégrer un logement adapté à
leurs conditions de vie. Elle encourage donc le gouvernement à doter les
programmes AccèsLogis Québec et Logement abordable Québec de fonds suffisant
afin de répondre adéquatement aux besoins des aînés les plus démunis.

    Un soutien plus affirmé aux proches aidants

    Enfin, la Commission salue l'intérêt que porte la consultation au statut
des proches aidants et recommande que leur apport, essentiel, fasse l'objet
d'une reconnaissance réelle sous la forme d'une politique de rétribution.
Cette première mesure devrait être complétée par la possibilité pour les
proches aidants de recourir à des services d'information, de formation, de
soutien et d'entraide. De même, des mesures destinées à protéger leur
situation d'emploi devraient être adoptées afin de leur assurer un plein
soutien dans leur action auprès des personnes âgées.
    "Nous avions déjà reconnu l'apport et les besoins des proches aidants
lors de notre consultation en 2000, assure M. Cousineau, il est temps de leur
donner les garanties suffisantes pour exercer pleinement leur mandat."

    Les aînés protégés par la Charte

    La Commission souhaite également profiter de cette consultation publique
pour rappeler les protections envers les personnes âgées contenues dans la
Charte des droits et libertés de la personne. Elle rappelle ainsi que l'âge
est l'un des treize motifs de discrimination interdite contenus dans l'article
10 de la Charte. En dehors de cette protection de portée générale, la Charte
énonce deux droits qui visent spécifiquement nos aînés : le droit à la
protection contre l'exploitation et le droit à la protection et à la sécurité.
    L'exploitation au sens de la Charte est le fait de profiter de l'état de
vulnérabilité ou de dépendance d'une personne, qu'elle soit physique,
économique ou psychologique, pour la priver de ses droits.
    La CDPDJ tient à rappeler son rôle et les recours possibles pour les
aînés lorsque leurs droits ne sont pas respectés. Ainsi, c'est elle qui est
chargée de faire enquête à la suite du dépôt d'une plainte pour discrimination
fondée sur l'âge ou pour un cas d'exploitation.
    Les enquêtes en matière d'exploitation sont traitées de manière
prioritaire et la Commission est tenue de signaler au Curateur public du
Québec tout besoin de protection qu'elle estime être de la compétence de
celui-ci.
    En conclusion, la Commission appelle de ses voeux l'adoption d'un
véritable plan d'action en matière de vieillissement, au-delà de la
consultation publique. Et ce afin que tous les ministères concernés adoptent
et assurent l'application de mesures concrètes assurant le respect des droits
des personnes âgées.
    Le mémoire de la Commission des droits de la personne et des droits de la
jeunesse pour la Consultation publique sur les conditions de vie des personnes
aînées peut être consulté sur le site de la Commission : www.cdpdj.qc.ca.

    
    Source :  Mme Ginette L'Heureux
              (514) 249-6181
              M. Robert Sylvestre
              (514) 873-5146 ou 1 800 361-6477, poste 253
              M. Clément Moulet
              (514) 873-5146 ou 1 800 361-6477, poste 358
    
    -%SU: SOC,LAW,CPN
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Mme Ginette L'Heureux, (514) 249-6181; M. Robert
Sylvestre, (514) 873-5146, 1 800 361-6477, poste 253; M. Clément Moulet, (514)
873-5146, 1 800 361-6477, poste 358


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.