CONSEIL SUPERIEUR DE LA LANGUE FRANCAISE - CEREMONIE DE REMISE DES INSIGNES DE L'ORDRE DES FRANCOPHONES D'AMERIQUE, DU PRIX DU 3-JUILLET-1608 ET DU PRIX EMILE-OLLIVIER A L'ASSEMBLEE NATIONALE



    QUEBEC, le 12 mars /CNW Telbec/ - "Pour la trentième fois cette année, le
Conseil supérieur de la langue française souligne le mérite de ceux et celles
qui ont permis que la langue française s'implante au Québec, en Acadie, en
Ontario, dans l'Ouest canadien, ailleurs en Amérique et sur d'autres
continents. C'est pour reconnaître l'engagement exemplaire de toutes ces
personnes que le Conseil décerne chaque année l'Ordre des francophones
d'Amérique et le Prix du 3-Juillet-1608", a déclaré le président du Conseil
supérieur de la langue française, monsieur Conrad Ouellon.
    Dans une cérémonie officielle se déroulant à la salle du Conseil
législatif de l'hôtel du Parlement, l'Ordre des francophones d'Amérique a été
décerné à sept personnalités :

    Québec

    Madame Diane Blais, associée chez Ernst et Young
    Monsieur Jacques Laurin, professeur

    Acadie

    Monsieur René Cormier, directeur des Etats généraux des arts et de la
    culture dans la société acadienne au Nouveau-Brunswick

    Ontario

    Madame Claudette Paquin, directrice générale de l'Office des
    télécommunications éducatives de langue française de l'Ontario

    Ouest canadien

    Madame Jeanne Leblanc, bénévole

    Amériques

    Monsieur Albert Valdman, professeur émérite

    Autres continents

    Monsieur Lars Damkjaer, inspecteur général au ministère de l'Education du
    Danemark

    Le Prix du 3-Juillet-1608, pour sa part, a été attribué à l'Association
québécoise des professeurs de français. La présidente de cet organisme,
madame Arlette Pilote, a reçu le prix au nom de l'Association.
    Finalement, le prix littéraire Emile-Ollivier a été remis à madame Andrée
Christensen, pour son roman Depuis toujours, j'entendais la mer, publié aux
Editions David (2007).
    Le Conseil supérieur de la langue française remet l'Ordre des
francophones d'Amérique et le Prix du 3-Juillet-1608 depuis trente ans.
L'Ordre est considéré comme une haute distinction dans le monde de la
francophonie et le Prix commémore la fondation de Québec par Samuel de
Champlain, tout en rappelant l'importance historique de la ville de Québec
pour les francophones d'Amérique. Le prix Emile-Ollivier, créé en 2004 par le
Conseil en collaboration avec le Secrétariat aux affaires
intergouvernementales canadiennes, récompense l'auteur d'une oeuvre littéraire
publiée en français par une maison d'édition canadienne située à l'extérieur
du Québec.

    P.-S. - Voir en annexe les notices biographiques des récipiendaires et la
présentation des lauréats;


    Annexe

    Notices biographiques des récipiendaires de l'Ordre des francophones
    d'Amérique et présentation des lauréats du Prix du 3-Juillet-1608 et du
    prix Emile-Ollivier

    Diane Blais, Québec

    Madame Diane Blais est associée au sein de la société Ernst et Young et,
parmi ses fonctions, elle dirige les services de traduction et de
communication. Elle a développé ces services qui ont été les premiers en leur
genre dans une société d'experts-comptables et qui s'imposent dorénavant comme
chefs de file à l'échelle internationale pour la qualité de la langue
d'affaires française.
    Au nombre des réalisations de madame Blais, mentionnons la création de
l'Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec, en
1992. Convaincue que ces derniers ont un important rôle à jouer dans l'emploi
et le rayonnement d'une langue française de grande qualité, madame Blais a
chaudement lutté pour la création de l'Ordre et en a assuré la présidence au
cours des deux premières années. Elle est par la suite devenue membre du
Conseil interprofessionnel du Québec; elle a aussi participé à l'inauguration
de la première journée mondiale de la traduction à Ottawa, en plus de présider
de 1994 à 1996 le Conseil des Traducteurs et Interprètes du Canada.
    Pour sa détermination à faire passer le français du statut de langue de
traduction à celui de langue d'expression et pour avoir su imposer avec fierté
la culture et la langue françaises dans le monde parfois aride des affaires,
le Conseil supérieur de la langue française est heureux de décerner l'Ordre
des francophones d'Amérique, dans la catégorie Québec, à madame Diane Blais.

    Jacques Laurin, Québec

    Docteur en linguistique diplômé de l'Université de Strasbourg, monsieur
Jacques Laurin est bien connu du public, qui a pu tirer profit durant vingt
ans de ses chroniques à la radio et à la télévision. Professeur de français
pendant trente ans, directeur général du Conservatoire Lassalle de 1985 à
1995, il a aussi occupé diverses fonctions prestigieuses aux Editions de
l'Homme. Conseiller en communication reconnu, il a oeuvré dans de grandes
stations de télévision, en plus d'être président du jury québécois de la
Dictée de Bernard Pivot, membre du jury de la Dictée des Amériques ainsi que
de la Dictée Paul-Gérin-Lajoie.
    Eminent pédagogue, monsieur Laurin a fait durant toute sa carrière un
travail d'éducation populaire; entre 1970 et 2007, il a publié une dizaine
d'ouvrages sur le français et tous ont obtenu un vif succès. Depuis 2000, il
enseigne chaque été à l'Université Fu Jen de Taipei, en République de Chine.
    Pour son ardeur à défendre et à enseigner la langue française dans la
francophonie, pour être devenu un modèle aux yeux de l'ensemble des
enseignants, le Conseil supérieur de la langue française est heureux de
décerner l'Ordre des francophones d'Amérique, dans la catégorie Québec, à
monsieur Jacques Laurin.

    René Cormier, Acadie

    Diplômé en musique de l'Université du Québec à Montréal et formé à
l'Ecole internationale de théâtre Jacques Lecoq à Paris, monsieur René Cormier
a multiplié les expériences professionnelles à titre de directeur artistique,
de metteur en scène, de compositeur, d'acteur, d'animateur et de musicien. Il
a aussi assuré la direction artistique et générale du Théâtre populaire
d'Acadie de 1993 à 2005 et a contribué à la naissance de nombreux organismes
culturels, notamment l'Association acadienne des artistes professionnel.le.s
du Nouveau-Brunswick, le Conseil des arts du Nouveau-Brunswick et le Centre
culturel de Caraquet.
    Son engagement indéfectible envers la communauté francophone acadienne se
reflète dans son action communautaire au sein de la francophonie. Il a été
président de l'Association des théâtres francophones du Canada de 1994 à 1998,
de la Commission internationale du théâtre francophone de 2001 à 2005 et de la
Fédération culturelle canadienne-française de 2005 à 2007. Il a également
siégé aux conseils d'administration de TV5 Québec-Canada et de la Conférence
canadienne des arts.
    Depuis 2005, monsieur Cormier dirige le bureau des Etats généraux des
arts et de la culture dans la société acadienne au Nouveau-Brunswick. Il est
en outre le directeur artistique des Grands Rassemblements du Congrès mondial
acadien 2009.
    Pour avoir consacré son existence à l'épanouissement de la vie artistique
et culturelle de l'Acadie, le Conseil supérieur de la langue française est
heureux de décerner l'Ordre des francophones d'Amérique, dans la catégorie
Acadie, à monsieur René Cormier.

    Claudette Paquin, Ontario

    Titulaire d'une maîtrise en administration des affaires de l'Université
Queen's, madame Claudette Paquin est une femme d'affaires franco-ontarienne
reconnue.
    Après avoir occupé diverses fonctions dans le milieu communautaire
francophone et pour le ministère des Services sociaux et communautaires,
madame Paquin fait son entrée à TVOntario en 1990. Dix ans plus tard, on la
nomme à la direction de la chaîne publique éducative de langue française TFO,
alors gérée par l'agence anglophone TVOntario. En avril 2007, le gouvernement
ontarien accorde la pleine autonomie à la chaîne française TFO et crée, pour
ce faire, l'Office des télécommunications éducatives de langue française de
l'Ontario. La direction générale de cet organisme est alors confiée à madame
Paquin. TFO est aujourd'hui un producteur et un diffuseur d'émissions
éducatives et culturelles de réputation internationale, dont les contenus sont
utilisés dans toute la francophonie.
    Pour avoir fait de la télévision francophone un instrument qui concourt à
l'éducation des enfants, pour son engagement communautaire auprès de plusieurs
organismes voués à la francophonie, le Conseil supérieur de la langue
française est heureux de décerner l'Ordre des francophones d'Amérique, dans la
catégorie Ontario, à madame Claudette Paquin.

    Jeanne Leblanc, Ouest canadien

    Native du Québec mais installée en Saskatchewan depuis l'âge de vingt
ans, madame Jeanne Leblanc a oeuvré tout au long de sa vie pour doter les
francophones de la Saskatchewan d'organisations communautaires. Après avoir
mis sur pied un premier organisme regroupant des femmes canadiennes-
françaises dans la municipalité de Zenon Park, madame Leblanc a étendu le
rayonnement de l'organisme pour fonder la Fédération des femmes
canadiennes-françaises du nord de la Saskatchewan.
    En 1983, madame Leblanc oriente ses efforts vers le troisième âge et
fonde la Fédération des aînés fransaskois, qui compte aujourd'hui treize clubs
affiliés. Sous son influence, le programme canadien Nouveaux Horizons pour les
aînés, qui finance des projets communautaires destinés aux aînés, a accepté de
franciser son bureau de Regina. Ces efforts valent par la suite à madame
Leblanc d'être nommée au conseil d'administration de l'Association
internationale francophone des aînés.
    Pour son engagement et sa détermination à rassembler la communauté
francophone malgré les barrières physiques imposées par le territoire de sa
province, pour avoir contribué au mieux-être de centaines d'aînés fransaskois,
le Conseil supérieur de la langue française est heureux de décerner l'Ordre
des francophones d'Amérique, dans la catégorie Ouest canadien, à madame Jeanne
Leblanc.

    Albert Valdman, Amériques

    Eminent docteur en linguistique française, diplômé de l'Université
Cornell, le professeur Albert Valdman a dédié sa carrière exceptionnelle à la
langue française d'Amérique du Nord. Ne pouvant accepter que les variétés de
français parlées par les millions de francophones d'Amérique soient
considérées comme inférieures à d'autres variétés de français, il a consacré
ses énergies à en étudier les caractéristiques et à plaider pour leur
reconnaissance.
    Il est à l'origine de la création du plus grand centre de recherche des
Etats-Unis sur les français nord- américains, à l'Université d'Indiana. De
plus, le professeur Valdman a collaboré à la rédaction de nombreux articles et
ouvrages portant sur l'enseignement du français, de même qu'à l'organisation
de nombreux colloques internationaux qui ont permis aux français d'Amérique
d'être reconnus. Il a également été vice- président, puis président de la
prestigieuse Association américaine des professeurs de français de 1991 à
1998.
    Pour sa précieuse contribution à la reconnaissance de la spécificité des
français nord-américains dans la francophonie, pour son engagement
communautaire et son action bénévole qui débordent largement le cadre de sa
carrière universitaire, le Conseil supérieur de la langue française est
heureux de décerner l'Ordre des francophones d'Amérique, dans la catégorie
Amériques, au professeur Albert Valdman.

    Lars Damkjaer, Autres continents

    Très tôt dans sa carrière, le professeur danois Lars Damkjaer se prend de
passion pour la langue française, ce qui le pousse naturellement à
s'intéresser au Québec. Il ne tarde pas par la suite à vouloir faire connaître
la culture et la littérature québécoises à ses compatriotes danois. D'abord
professeur titulaire au lycée de Soldrod en 1979, puis chargé de cours de
français à l'université pédagogique du Danemark de 1988 à 1995, il est ensuite
nommé inspecteur général du français au ministère de l'Education du Danemark
en 1995, puis promu inspecteur de l'enseignement auprès des Ecoles européennes
à l'été 2004.
    Par la rédaction de nombreux ouvrages consacrés à l'enseignement du
français, par la création d'émissions de radio et de télévision et par la
publication d'articles, le professeur Damkjaer a contribué à faire découvrir
les réalités et la culture québécoises au peuple danois. Une des grandes
réalisations de sa carrière demeure toutefois la mise en place, en 1987, d'un
programme de stages bisannuels permettant, jusqu'à ce jour, à plus de trois
cents Danois enseignant le français d'être en contact direct avec le Québec,
son peuple et sa culture.
    Pour son engagement en faveur de la langue française et pour avoir fait
connaître et rayonner la littérature et la culture québécoises sur le
territoire scandinave ainsi que dans la communauté européenne, le Conseil
supérieur de la langue française est heureux de décerner l'Ordre des
francophones d'Amérique, dans la catégorie Autres continents, au professeur
Lars Damkjaer.

    Association québécoise des professeurs de français - Lauréate du Prix du
    3-Juillet-1608

    Fondée à Montréal en 1967, l'Association québécoise des professeurs de
français (AQPF) regroupe des intervenants du milieu l'enseignement du
français; les membres y adhèrent librement, quel que soit l'ordre
d'enseignement auquel ils sont rattachés ou la sphère d'activité dans laquelle
ils évoluent. Au fil des ans, l'AQPF a maintenu le cap sur sa mission
première, qui est de défendre et de promouvoir la langue française ainsi que
de veiller à la qualité de son enseignement.
    Depuis sa création, l'Association vise un objectif principal, soit celui
de contribuer au progrès de l'enseignement du français. D'un dynamisme
remarquable, elle use de plusieurs moyens pour y parvenir, notamment grâce à
la revue Québec français, à la recherche, à la diffusion d'information et à
l'organisation de diverses activités, dont des journées de réflexion, des
colloques, des congrès et un concours de poésie.
    Depuis quarante ans, l'AQPF s'engage pédagogiquement, socialement et
politiquement dans la défense et la valorisation de la langue française au
Québec, et met en oeuvre des moyens pour faire connaître la culture québécoise
et la francophonie. Son rayonnement s'étend au-delà des frontières
québécoises, favorisant l'enseignement de la littérature québécoise dans toute
la francophonie.

    Andrée Christensen - Lauréate du prix Emile-Ollivier

    Originaire de Vanier, en Ontario, madame Andrée Christensen a publié onze
recueils de poésie, un récit et cinq traductions littéraires. Certains de ses
ouvrages ont été traduits en anglais et en roumain. Elle a réalisé cinq livres
d'artistes avec des collaborateurs visuels de l'Ontario et du Québec. Sa
sensibilité artistique s'étend également à l'art de la photographie, du
collage et des jardins.
    Le prix Emile-Ollivier lui est décerné pour son roman Depuis toujours,
j'entendais la mer, publié aux Editions David.
    L'oeuvre de madame Christensen se distingue par sa grande inventivité. Le
roman se démarque par une impressionnante complexité de composition et par une
densité émotive saisissante qui puise sa source à travers les images fortes et
belles inspirée des paysages brumeux des mers du Nord.
    -%SU: CLT,EDU
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Marie-Andrée Mill, (418) 643-2956; Source: Conseil
supérieur de la langue française, www.cslf.gouv.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.