Conseil de presse du Québec - Comité des plaintes et de l'éthique de l'information - Décision - Numéro de dossier: D2008-10-018



    
    -------------------------------------------------------------------------
    Numéro de dossier:   D2008-10-018

    Plaignante           Mme Marie-Claude Montpetit

    et

    Mis-en-cause         M. Claude Poirier, journaliste et animateur
                         M. Martin Cloutier, directeur général
                         L'émission "Le vrai négociateur"
                         Le Groupe TVA-LCN
    -------------------------------------------------------------------------
    

    MONTREAL, le 19 mai /CNW Telbec/ -

    RESUME DE LA PLAINTE

    Mme Marie-Claude Montpetit porte plainte contre M. Claude Poirier et la
chaîne télévisée LCN. Lors de l'émission "Le vrai négociateur" du 1er octobre
2008, l'animateur aurait qualifié une personne de "chien sale". La plaignante
lui reproche d'avoir tenu des propos discriminatoires, transmis de
l'information inexacte et usé de sensationnalisme.

    
    GRIEFS DE LA PLAIGNANTE

    1.  Mme Marie-Claude Montpetit rapporte que lors de l'édition du 1er
        octobre 2008, de l'émission "Le vrai négociateur", dans le cadre
        d'une émission conduite avec Me Marc Bellemare et sa cliente, Mme
        Céline Moisan, l'animateur Claude Poirier a traité une troisième
        personne liée au sujet de cette entrevue de "chien sale".
    2.  Ce faisant, M. Poirier aurait prononcé des propos discriminatoires,
        transmis de l'information inexacte et usé de sensationnalisme.

    COMMENTAIRES DES MIS-EN-CAUSE

    Commentaires de MeVéronique Dubois, conseillère juridique
    ---------------------------------------------------------

    3.  La conseillère juridique précise d'abord le contexte dans lequel
        l'expression contestée a été utilisée, soit celui de l'émission "Le
        vrai négociateur" : "M. Poirier, dans le cadre de cette émission, a
        réalisé une entrevue avec Me Bellemare, l'avocat de Madame Céline
        Moisan, qui a été victime d'une agression sexuelle violente en 2001
        et dont l'agresseur a été trouvé coupable et emprisonné. Mme Moisan
        se bat maintenant pour empêcher que son agresseur soit libéré
        conditionnellement."
    4.  Me Dubois poursuit : "Madame Moisan a décrit les sévices dont elle a
        été victime, notamment des agressions sexuelles à plus de cinq
        reprises, lesquelles ont laissé de graves séquelles. Elle a ainsi
        expliqué qu'elle avait maintenant une invalidité à 85 %, des
        vertèbres endommagées et qu'elle souffrait toujours d'un choc
        post-traumatique. Dans ce contexte, monsieur Poirier a alors
        effectivement utilisé le terme "chien sale" lorsque madame a fini de
        décrire toutes les séquelles dont elle a été victime. Il a ainsi
        mentionné sous forme de question "à cause de ce chien sale? "".
    5.  La conseillère juridique admet "que M. Poirier a effectivement
        utilisé un langage coloré, lequel caractérise cependant le style de
        M. Poirier qui ponctue ses propos d'expression imagée et parfois
        populiste".
    6.  Me Dubois ajoute que, dans le cadre de l'émission "Le vrai
        négociateur", M. Poirier exerce un journalisme de type
        "commentaires", lequel, selon le guide des Droits et responsabilités
        de la presse du Conseil de presse, accorde aux journalistes une
        grande latitude dans l'expression de points de vue, commentaires et
        critiques. Ainsi, selon elle, les commentaires de M. Poirier ne
        contreviendraient pas, dans ce contexte, aux principes énoncés dans
        le guide du Conseil.

    REPLIQUE DE LA PLAIGNANTE

    7.  Mme Montpetit rappelle d'abord les trois manquements professionnels
        qu'elle reproche aux mis-en-cause : 1) avoir prononcé et permis la
        mise en ondes de propos discriminatoires et non conformes aux droits
        de la presse au Québec; 2) avoir prononcé et permis la mise en ondes
        de propos non conformes à l'obligation de la presse de traiter
        l'information équitablement et avec équilibre; 3) avoir prononcé et
        permis la mise en ondes de propos sensationnalistes.
    8.  En ce qui a trait à la "nature discriminatoire des propos litigieux",
        la plaignante affirme d'abord que la personne visée par les propos
        contestés était l'agresseur de Mme Moisan, ce qui aurait d'ailleurs
        été admis par les mis-en-cause. Il s'agit donc, selon Mme Montpetit,
        "d'une personne apparemment criminalisée et qui fut effectivement
        condamnée par les autorités judiciaires relativement aux accusations
        déposées par suite de la plainte de madame Moisan. C'est là, la
        condition sociale de cette personne ou le groupe social auquel sa
        condamnation l'a associé." La plaignante déplore que les propos du
        journaliste "réaffirmaient non seulement ces conditions et
        appartenance, mais ils laissaient aussi tendancieusement croire que
        toute personne criminalisée serait un "beau chien sale"". Or, selon
        elle, "la Charte des droits et libertés de la personne du Québec
        prohibe ce genre d'association et de traitement" fondé notamment sur
        la condition sociale.
    9.  En outre, selon elle, les règles établies par le Conseil de presse
        réaffirment que : "Les médias et les professionnels de l'information
        doivent éviter de cultiver ou d'entretenir les préjugés. Ils doivent
        impérativement éviter d'utiliser, à l'endroit des personnes ou des
        groupes, des représentations ou des termes qui tendent à soulever la
        haine et le mépris, à encourager la violence ou encore à heurter la
        dignité d'une personne ou d'une catégorie de personnes en raison d'un
        motif discriminatoire."
    10. Ayant ensuite précisé que, selon le guide de principes du Conseil, il
        n'est pas interdit à un journaliste de faire état des
        caractéristiques qui différencient les personnes ou les groupes, mais
        que cette mention doit être pertinente et d'intérêt public. Elle dit
        ne pas concevoir en quoi les propos tenus par M. Poirier ont put être
        pertinents et d'intérêt public, ou être une condition essentielle à
        la compréhension de l'information.
    11. Au chapitre du "traitement équitable et équilibré de l'information",
        selon Mme Montpetit, même si les mis-en-cause prétendent avoir
        "présenté la situation factuelle judiciaire avant de la commenter",
        l'extrait de l'émission fourni en preuve démontre que, seuls les
        arguments et prétentions de la partie poursuivante et de la victime
        ont été mis en ondes. Pour la plaignante, l'omission de présenter
        l'ensemble de la situation judiciaire a pour effet de priver le
        public d'une information complète, rigoureuse et conforme aux faits
        et aux événements.
    12. La plaignante aborde ensuite ce qu'elle appelle "le type de
        journalisme pratiqué par Claude Poirier". Elle rappelle d'abord que
        "selon les mis-en-cause, Claude Poirier exercerait du journalisme de
        type "commentaire", soit un style permettant l'utilisation d'un
        "langage coloré" et "d'expression imagée et populiste"".
    13. La plaignante répond que ce style de journalisme est également soumis
        à des règles et ne peut pas servir à cautionner les abus de langage
        ou toute autre forme de manquement professionnel. Après avoir rappelé
        un article du Conseil concernant la latitude reconnue aux
        journalistes, Mme Montpetit rappelle qu'un autre article précise ce
        qui est acceptable : "Les auteurs de chroniques, de billets et de
        critiques ne sauraient se soustraire aux exigences de rigueur et
        d'exactitude. Ils doivent éviter, tant par le ton que par le
        vocabulaire qu'ils emploient, de donner aux événements une
        signification qu'ils n'ont pas ou de laisser planer des malentendus
        qui risquent de discréditer les personnes ou les groupes."
    14. Sur la base de cet extrait du guide Droits et responsabilités de la
        presse du Conseil, la plaignante ajoute : "il semble que
        l'utilisation des termes "c'te beau chien sale-là" équivaudrait plus
        à un manquement, qu'à la figure de style que le représentant des mis-
        en-cause tente d'accorder à Claude Poirier." Pour la plaignante,
        "cette règle trouve particulièrement application dans le cas de
        Claude Poirier qui utilise quotidiennement l'insulte et les
        grossièretés de manière outrancière dans le cadre de ses prestations
        de commentateur".
    15. La plaignante termine en citant une quinzaine de décisions du Conseil
        qui illustreraient ses propos.

    DECISION

    16. Mme Marie-Claude Montpetit reproche au journaliste M. Claude Poirier
        d'avoir prononcé et permis la mise en ondes de propos
        discriminatoires et non conformes au droit de la presse au Québec, de
        propos non conformes à l'obligation de la presse de traiter
        l'information équitablement et, enfin, de propos sensationnalistes.

    -------------------------------------------------------------------------
                      Grief 1 : propos discriminatoires
    -------------------------------------------------------------------------

    17. Selon la plaignante, les propos du journaliste réaffirment la
        condition sociale de l'agresseur ou le groupe social auquel sa
        condamnation l'a associé, et laissent tendancieusement croire que
        toute personne criminalisée serait un "beau chien sale".
    18. Toutefois, le guide des Droits et responsabilités de la presse (DERP)
        du Conseil indique qu'il "n'est pas interdit aux médias de faire état
        des caractéristiques qui différencient les personnes ou les groupes"
        à condition que cette mention soit "pertinente et d'intérêt public"
        ou soit "une condition essentielle à la compréhension et à la
        cohérence de l'information". DERP, p. 41
    19. Le Conseil estime que, dans le présent cas, il était impossible de
        présenter les raisons de l'opposition de Mme Moisan et de Me
        Bellemare à la libération du prisonnier sans exposer minimalement ses
        gestes et le fait qu'il avait été condamné. Rapporter le fait que
        l'agresseur avait été condamné et incarcéré était donc pertinent,
        nécessaire à la compréhension du sujet et d'intérêt public.
    20. En ce qui a trait à l'utilisation du qualificatif de "beau chien
        sale", le Conseil estime que, malgré la force de l'expression, il
        s'agissait d'une réaction d'indignation en réaction aux souffrances
        et aux sévices que venait de décrire la victime et non d'un jugement
        visant à caractériser un ensemble de personnes. Le grief est donc
        rejeté.

    -------------------------------------------------------------------------
                   Grief 2 : manque d'équilibre et d'équité
    -------------------------------------------------------------------------

    21. Mme Montpetit reproche ensuite aux mis-en-cause d'avoir prononcé et
        permis la mise en ondes de propos non conformes à l'obligation de la
        presse de traiter l'information avec équilibre et équité. Selon la
        plaignante, l'omission par les mis-en-cause de présenter l'ensemble
        de la situation judiciaire a eu pour effet de priver le public d'une
        information complète et rigoureuse, conforme aux faits et aux
        événements et, par conséquent, de transmettre une information
        inexacte.
    22. Après examen, le Conseil constate que les entrevues diffusées ne
        présentent pas la partie des faits favorables à l'agresseur.
        Cependant, le Conseil considère que le sujet des entrevues de
        l'animateur avec Mme Moisan et son procureur n'est pas le procès
        antérieur de Richard Charlish, mais bien l'exposé des raisons qui
        justifieraient actuellement de s'opposer à sa libération
        conditionnelle.
    23. En vertu du principe de liberté rédactionnelle reconnu dans le guide
        DERP du Conseil, les mis-en-cause ont le droit de choisir le sujet de
        leur entrevue et donc, leur angle de traitement journalistique : "Les
        médias et les professionnels de l'information doivent être libres de
        relater les événements et de les commenter sans entraves ni menaces
        ou représailles. La presse n'a pas à se plier à un modèle idéologique
        unique : elle peut donc choisir ses propres sujets et décider de
        l'importance qu'elle entend leur accorder." DERP, p. 22
    24. L'angle choisi n'étant pas le récit du procès, l'entrevue n'exigeait
        pas qu'on présente l'accusation et la défense. L'individu impliqué
        était déjà condamné et incarcéré. Ainsi, selon le Conseil, puisque
        l'angle de traitement des entrevues avait été clairement défini au
        départ par la présentation de l'animateur, il était tout à fait
        légitime pour les mis-en-cause d'aborder le sujet comme ils l'ont
        fait. Le grief est donc rejeté.

    -------------------------------------------------------------------------
                         Grief 3 : sensationnalisme
    -------------------------------------------------------------------------

    25. Mme Montpetit reproche aux mis-en-cause "d'avoir prononcé et permis
        la mise en ondes de propos sensationnalistes".
    26. A ce propos, le guide DERP du Conseil indique : "Les médias et les
        professionnels de l'information doivent traiter l'information
        recueillie sans déformer la réalité. Le recours au sensationnalisme
        et à l' "information-spectacle" risque de donner lieu à une
        exagération et à une interprétation abusive des faits et des
        événements et, d'induire le public en erreur quant à la valeur et à
        la portée réelles des informations qui lui sont transmises." DERP,
        p. 22
    27. Selon le Conseil, un sujet comme celui des souffrances de la victime
        peut être très touchant, sans être pour autant sensationnaliste.
        D'autre part, les fonctions de chroniqueur et de commentateur
        appartiennent à un genre journalistique qui permet à son auteur
        l'utilisation d'expressions colorées. Le Conseil observe qu'au-delà
        de l'affirmer, la plaignante ne précise pas en quoi les propos de M.
        Poirier ou de ses invités seraient sensationnalistes. Rien non plus,
        dans l'étude du dossier, ne permet d'arriver à cette conclusion de la
        plaignante. Par conséquent, le grief n'est pas retenu.

    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    28. Pour l'ensemble de ces raisons, le Conseil de presse rejette la
        plainte de Mme Marie-Claude Montpetit contre M. Claude Poirier,
        journaliste, et la chaîne télévisée LCN.


    Guy Amyot, secrétaire général
    Au nom du comité des plaintes et de l'éthique de l'information
    




Renseignements :

Renseignements: Guy Amyot, secrétaire général, Conseil de presse du
Québec, (514) 529-2818, info@conseildepresse.qc.ca

Profil de l'entreprise

Conseil de presse du Québec

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.