Conseil de presse du Québec - Comité des plaintes et de l'éthique de l'information - Décision - Numéro de dossier: D2008-09-013



    
    -------------------------------------------------------------------------
    Numéro de dossier :   D2008-09-013

    Plaignant             M. Yves Drapeau, cinéaste

    et

    Mis-en-cause          M. Nicolas Falcimaigne, président de la Coopérative
                          de solidarité d'information des Basques
                          M. Serge Gagnon, directeur de la publication
                          Le mensuel L'Horizon
    -------------------------------------------------------------------------
    

    MONTREAL, le 1er avr. /CNW Telbec/ -

    RESUME DE LA PLAINTE

    Le cinéaste M. Yves Drapeau porte plainte contre le journal de la
coopérative des Basques, L'Horizon, dirigé par M. Nicolas Falcimaigne,
président et le directeur de la publication du mensuel, M. Serge Gagnon. Il
leur reproche de ne pas avoir publié d'articles relatifs à son projet, alors
qu'il avait invité des journalistes à une conférence de presse sur ce sujet.
Selon le plaignant, ce choix rédactionnel s'expliquerait par un conflit
d'intérêts dans lequel se serait placé le directeur de la publication du
mensuel, M. Serge Gagnon.

    
    GRIEFS DU PLAIGNANT

    1.  Le plaignant, M. Yves Drapeau, reproche au mensuel L'Horizon de ne
        pas avoir traité de son projet de film qu'il a présenté lors d'une
        conférence de presse. Il accuse le directeur du journal d'avoir fait
        un choix rédactionnel biaisé par un conflit d'intérêts.
    2.  Le plaignant reproche au mensuel L'Horizon son "silence complice" au
        suivi de la conférence de presse qu'il a organisée en juillet
        dernier, relativement à son projet de film et le manque de soutien
        des élus locaux.
    3.  Le plaignant explique ce choix rédactionnel par un conflit d'intérêts
        mettant en cause le directeur de publication M. Serge Gagnon qui
        serait, en même temps, graphiste pour la Ville de Trois-Pistoles et
        du centre local de développement (CLD). Le plaignant demande la
        démission du directeur du journal.

    COMMENTAIRES DES MIS-EN-CAUSE

    Commentaires de M. Nicolas Falcimaigne, président de la Coopérative de
    ----------------------------------------------------------------------
    solidarité d'information des Basques
    ------------------------------------

    4.  Le président de la Coopérative, mise en cause dans ce dossier, avoue
        n'avoir pris connaissance du dossier de M. Drapeau que lorsqu'il
        s'est retrouvé devant le Conseil de presse. Pour autant, il prétend
        connaître le plaignant dans la mesure où celui-ci aurait déjà été
        publié dans la rubrique "Idées" du mensuel.
    5.  Le mis-en-cause justifie le fait de ne pas avoir choisi de publier
        d'articles sur la conférence de presse par le fait qu'ils ne peuvent
        pas tout traiter. La rédaction a choisi de privilégier l'information
        sur l'opinion, c'est-à-dire "une information exempte d'éléments
        litigieux ou erronés tels que ceux défendus par M. Drapeau lors de la
        conférence de presse en question". Il précise aussi que l'équipe de
        rédaction choisit et priorise les sujets couverts en fonction de
        l'intérêt général des citoyens du territoire de distribution.
    6.  Relativement à l'accusation de conflit d'intérêts à l'égard du
        directeur de la publication, le président répond que la participation
        de ce dernier a été essentielle dans la création du journal,
        notamment en raison de son expertise. Il ajoute que le mis-en-cause
        est en poste pour un an afin d'assurer le démarrage du journal et que
        la direction forme actuellement une personne afin de lui succéder.
    7.  Le président récuse l'accusation d'apparence de conflit d'intérêts
        dans la mesure où le journal n'est en aucune manière soutenu par la
        Ville de Trois-Pistoles et rencontre même des difficultés dans ses
        relations avec elle. Il souligne que l'indépendance de la rédaction
        est un principe majeur pour l'entreprise de presse qu'il préside.

    REPLIQUE DU PLAIGNANT

    8.  Le plaignant réfute plusieurs affirmations faites par le mis-en-
        cause.
    9.  Tout d'abord, il assure n'avoir eu aucun contact avec le président de
        la Coopérative si ce n'est que ce dernier aurait assisté à une
        réunion d'une organisation sans but lucratif (OSBL) du mis-en-cause.
    10. Le plaignant n'aurait pas envoyé un texte d'opinion non signé.
    11. Il affirme que, si le journal prétend réellement faire de
        l'information, il aurait au moins pu accorder un encart informatif
        sur le projet cinématographique du plaignant, dans la mesure où il
        traite du territoire couvert par le journal.
    12. Le plaignant se plaint une nouvelle fois d'être victime d'une sorte
        de complot. Il rétorque au mis-en-cause qu'un journal ne peut passer
        outre les polémiques et controverses qui émergent sur son territoire.
    13. Il réaffirme que ce "silence complice" dont fait preuve le mensuel
        est lié au conflit d'intérêts du directeur de la publication qui a
        "toujours une main plongée dans le "beurrier" du CLD et l'autre dans
        celui de la Ville de Trois-Pistoles". Il renouvelle son appel à la
        démission de M. Serge Gagnon qui, selon lui, reste en situation de
        conflit d'intérêts.

    DECISION

    14. Le plaignant reprochait au mensuel L'Horizon de ne pas avoir traité
        de son projet cinématographique, dont il fut question dans une
        conférence de presse. Le plaignant contestait ce choix rédactionnel
        qui s'expliquerait par le conflit d'intérêts dans lequel se
        trouverait le directeur de la publication, puisqu'il occuperait
        également des fonctions de graphiste à la Ville de Trois-Pistoles.
        Or, cette municipalité était critiquée lors de la conférence de
        presse du plaignant.

                       Grief 1 : absence de couverture

    15. Tout d'abord, le plaignant reprochait au journal de ne pas avoir
        traité de son projet cinématographique, présenté lors d'une
        conférence de presse couverte par une des journalistes du mensuel. Il
        invoque l'intérêt public de son projet et sa portée culturelle pour
        toute la région.
    16. En matière de choix rédactionnel, le guide de déontologie du Conseil
        de presse stipule clairement qu'il relève de la liberté des salles de
        rédaction, d'autant que chaque édition fait nécessairement l'objet de
        choix : "Le choix des faits et des événements rapportés, de même que
        celui des questions d'intérêt public traitées, relèvent de la
        discrétion des directions des salles de nouvelles des organes de
        presse et des journalistes." DERP, p. 14
    17. Au vu de ce qui précède, le Conseil rejette le grief relatif à
        l'absence de couverture du mensuel.

                         Grief 2 : conflit d'intérêts

    18. Ensuite, le plaignant reprochait au directeur de la publication
        d'être en conflit d'intérêts, ce qui expliquerait le choix
        rédactionnel le discriminant. Le directeur de la publication serait
        parallèlement graphiste pour la Ville de Trois-Pistoles, dont le
        plaignant critiquait le comportement lors de la conférence de presse.
    19. En matière de conflit d'intérêts, le guide de déontologie des Droits
        et responsabilités de la presse exprime : "Les entreprises de presse
        et les journalistes doivent éviter les conflits d'intérêts. Ils
        doivent, au surplus, éviter toute situation qui risque de les faire
        paraître en conflit d'intérêts, ou donner l'impression qu'ils ont
        partie liée avec des intérêts particuliers ou quelque pouvoir
        politique, financier ou autre." DERP, p. 24
    20. Le Conseil estime que le mis-en-cause est en conflit d'intérêts en
        exerçant une fonction de responsable dans une entreprise de presse et
        de contractuel pour une municipalité. Le mensuel est régulièrement
        appelé à couvrir des sujets concernant la municipalité. Cette
        situation met en cause la crédibilité du journal. Le Conseil retient
        le grief pour conflit d'intérêts.
    21. Au vu de tout ce qui précède, le Conseil de presse retient la plainte
        de M. Yves Drapeau, contre le mensuel L'Horizon et son directeur de
        la publication, M. Serge Gagnon pour conflit d'intérêts.
    

    Guy Amyot, secrétaire général
    Au nom du comité des plaintes et de l'éthique de l'information




Renseignements :

Renseignements: Guy Amyot, secrétaire général, Conseil de presse du
Québec, (514) 529-2818, info@conseildepresse.qc.ca

Profil de l'entreprise

Conseil de presse du Québec

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.