Conseil de presse du Québec - Comité des plaintes et de l'éthique de l'information - Décision - Numéro de dossier D2006-08-006



    
    -------------------------------------------------------------------------
    Numéro de dossier : D2006-08-006

    Plaignant                     L'Association québécoise des personnes
                                  de petite taille
                                  M. Jocelyn Bertrand, président

    et


    Mis-en-cause                  Mme Louise Cousineau, journaliste
                                  M. Eric Trottier, directeur de
                                  l'information
                                  Le quotidien La Presse
    -------------------------------------------------------------------------
    
    MONTREAL, le 5 mars /CNW Telbec/ -

    RESUME DE LA PLAINTE

    M. Jocelyn Bertrand, président de l'Association québécoise des personnes
de petite taille, porte plainte contre Mme Louise Cousineau, concernant sa
critique, de l'émission télévisée "François en série", parue le 10 janvier
2006 dans le quotidien La Presse, pour avoir insisté sur la condition physique
de l'acteur Paul Cagelet, qui souffre de nanisme, et avoir ainsi visé toutes
les personnes de petite taille.


    GRIEFS DU PLAIGNANT

    Le plaignant, M. Jocelyn Bertrand, président de l'Association québécoise
des personnes de petites taille (AQPPT), porte plainte contre Mme Louise
Cousineau, pour avoir insisté, dans la critique d'une émission télévisée,
parue le 10 janvier 2006 dans le quotidien La Presse, sur le fait qu'un des
acteurs était une personne de petite taille, en utilisant trois fois le mot
"nain" en l'espace de trois phrases.
    Alors qu'elle décrivait et commentait un épisode de l'émission télévisée
intitulée "François en série", Mme Cousineau écrivait, dans sa chronique "Arts
et culture" : "Mais le fait de tomber amoureux déclenche chez François un
étrange phénomène lié à sa profession : il se met à se poser des questions sur
lui-même. (...) Apparaissent alors dans son appartement différentes facettes
de sa personnalité. Une bonne demi-douzaine. (...) Personnifié par Paul
Cagelet."Un nain!" crie François frappé d'horreur de voir son coté homme si
petit. Soit dit en passant, M. Cagelet n'aime pas être traité de nain et me
l'a signifié impérativement. Mais dans ce texte, il est traité de nain."
    Selon le plaignant, elle aurait répété ces propos au 98.5 FM, lors de
l'émission de M. Paul Arcand où elle présente régulièrement une chronique.
    M. Bertrand ne se plaint pas de la réaction du personnage principal,
François, qui s'exclamait "Un nain!", mais de l'insistance répétée de Mme
Cousineau à identifier M. Cagelet à sa condition. Selon lui, ce n'est pas la
première fois que Mme Cousineau réfère à la condition de M. Cagelet dans la
presse écrite. M. Bertrand explique cela par une possible situation de conflit
entre la journaliste et M. Cagelet. Toutefois, il saisit mal que Mme Cousineau
s'acharne à identifier une personne pas sa condition de nain. Il demande si
elle se permettrait de parler d'un autre artiste en disant "le noir" ou "la
grosse".
    Le plaignant précise que les administrateurs de l'AQPPT partagent
l'impression d'un règlement de compte entre la journaliste et M. Cagelet, mais
ils considèrent que lorsque Mme Cousineau insiste pour identifier une personne
par sa déficience physique, elle interpelle toutes les personnes ayant cette
déficience.
    M. Bertrand ajoute quelques précisions concernant le nanisme. Il explique
les difficultés de vivre avec le nanisme, pour des raisons autant pratiques
que médicales et psychologiques. Il précise que le terme de nain est péjoratif
notamment à cause des références auxquelles il renvoie : le cirque, les contes
féeriques... etc. Ainsi, lorsque dans les médias, quiconque utilise le terme
"nain", il ne s'agit plus pour les personnes de petite taille d'être l'objet
de l'humour durant quelques minutes, car, à la suite de l'utilisation de ce
terme, celui-ci les suivra et partout il y aura quelqu'un pour reprendre la
blague diffusée par ces médias. L'AQPPT estime que le simple emploi du mot
"nain" peut donc avoir des répercussions tangibles sur un enfant ou un
adolescent de petite taille et augmenter la difficulté de vivre des personnes
de petite taille en général.
    Enfin, pour le plaignant, Mme Cousineau a une responsabilité envers la
population et il lui semble qu'il est injuste, voire discriminatoire, de
qualifier une personne par sa condition physique, qui plus est, à répétition
et sur la place publique.


    COMMENTAIRES DES MIS-EN-CAUSE

    Commentaires de M Eric Trottier, directeur de l'information
    -----------------------------------------------------------

    M. Trottier estime que dans sa chronique, Mme Cousineau a cité le texte
d'une émission de télévision et a précisé à ses lecteurs que M. Cagelet
n'aimait pas être traité de nain, sans plus insister.
    A partir de cette citation, et du fait qu'elle aurait répété ces propos
dans l'émission de M. Paul Arcand le même jour, l'AQPPT en vient à la
conclusion qu'il s'agit d'un règlement de compte entre la journaliste et
M. Cagelet. Or, selon M. Trottier, Mme Cousineau reprend tous les jours les
grandes lignes de sa chronique à l'émission de M. Paul Arcand. De plus, Mme
Cousineau n'aurait cité le nom de M. Cagelet que deux fois en cinq ans, chaque
fois pour noter sa participation à une émission.
    Par ailleurs, M. Trottier estime qu'il ne faut pas cesser de parler des
personnes de petite taille, tout comme il a fallu parler ouvertement des
homosexuels dans les médias pour que la société canadienne s'ouvre à
l'homosexualité. Selon lui, la démarche de l'AQPPT relève de la political
correctness, démarche à laquelle il s'oppose. Il ne considère pas que l'on
puisse faire avancer la cause des nains en empêchant les journalistes d'écrire
le mot "nain". Au contraire, pour lui, cacher ce mot et obliger les
journalistes à employer un euphémisme ne ferait qu'isoler davantage les
personnes naines.

    REPLIQUE DU PLAIGNANT

    Les administrateurs de l'AQPPT jugent que la réponse de M. Trottier est
empreinte de légèreté et d'arrogance. Ils auraient cru qu'il répondrait sur la
base des règles d'éthique journalistique.
    Aussi, M. Bertrand a relevé quelques passages du Guide de déontologie de
la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, concernant notamment
les valeurs fondamentales du journalisme (l'équité, le respect du public,
l'honnêteté, l'ouverture d'esprit), mais aussi la vérité et la rigueur ainsi
que les droits de la personne, dans le traitement de l'information.
    M. Bertrand ajoute que la rectitude politique que M. Trottier semble
mépriser a pourtant largement contribué à l'évolution des mentalités et au
respect de groupes minoritaires. Ainsi, on parle des gais ou des homosexuels,
mais on n'emploie pas le mot "tapette". Aussi, si l'AQPPT se donne la peine
d'informer les médias sur les conséquences de l'emploi du terme "nain", c'est
que les personnes de petite taille aspirent au respect, notamment de la part
des médias qui ont une large influence sur les mentalités.
    Ainsi, l'AQPPT espère que La Presse informera ses journalistes de leur
demande, c'est-à-dire de ne plus employer le mot "nain" en parlant des
personnes de petite taille.

    DECISION

    M. Jocelyn Bertrand, président de l'Association québécoise des personnes
de petite taille, portait plainte contre Mme Louise Cousineau, pour avoir
insisté sur la condition physique de l'acteur Paul Cagelet, atteint de
nanisme, dans une de ses chroniques, parue dans le journal La Presse le 10
janvier 2006, puis répétée à l'émission radiodiffusée de M. Paul Arcand
quelques jours plus tard. Il considère qu'elle aurait ainsi manqué de respect
à l'ensemble des personnes de petite taille.
    Le Conseil ne se prononcera dans la présente décision qu'au sujet de
l'article de Mme Cousineau paru dans La Presse.
    Le plaignant reprochait d'abord à Mme Cousineau d'avoir indûment insisté
sur le fait que M. Cagelet était une personne de petite taille en utilisant le
terme "nain" plusieurs fois. Or, si la journaliste utilisait trois fois ce
terme, c'était pour citer le texte et commenter l'utilisation de ce mot dans
ce texte, dans la mesure de sa liberté rédactionnelle. En outre, comme
l'émission faisant l'objet de la critique de Mme Cousineau se servait
explicitement du fait que M. Cagelet est une personne de petite taille, et
comme M. Cagelet a lui-même accepté de jouer ce rôle, il était légitime, pour
la journaliste, de s'exprimer sur le sujet. Les griefs d'insistance indue et
de mention de l'appartenance sont donc rejetés.
    Le plaignant reprochait ensuite à la journaliste de discriminer les
personnes de petite taille en utilisant et en répétant le terme "nain". Pour
lui, cela ne fait qu'accroître leur difficulté à vivre comme tout un chacun,
sans avoir à subir les répercussions de l'usage de ce terme dans les médias.
Or, Mme Cousineau n'a fait que préciser que, dans la vie quotidienne,
M. Cagelet n'aime pas être traité de "nain", mais que c'était de cette manière
qu'il était traité dans l'émission. Le Conseil estime que ce commentaire n'est
irrespectueux ni envers M. Cagelet, ni envers toutes les personnes de petite
taille. Ainsi, les griefs pour discrimination et propos irresponsables sont
rejetés.
    Pour l'ensemble des motifs exposés, le Conseil rejette la plainte de
M. Jocelyn Bertrand contre la journaliste Louise Cousineau et le quotidien La
Presse.

    Nathalie Verge, secrétaire générale
    Au nom du comité des plaintes et de l'éthique de l'information




Renseignements :

Renseignements: Nathalie Verge, secrétaire générale, Conseil de presse
du Québec, (514) 529-2818, info@conseildepresse.qc.ca

Profil de l'entreprise

Conseil de presse du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.