Conseil de presse du Québec - Comité des plaintes et de l'éthique de l'information - Décision - Numéro de dossier : D2008-10-023



    
    -------------------------------------------------------------------------
    Numéro de dossier :  D2008-10-023

    Plaignant            M. Michel Laroche

    et

    Mise-en-cause        Mme Isabelle Guilbeault, commentateur-interviewer
                         La Société Radio-Canada - Québec
    -------------------------------------------------------------------------
    

    MONTREAL, le 19 mai /CNW Telbec/ -

    RESUME DE LA PLAINTE

    M. Michel Laroche reproche à Mme Isabelle Guilbeault d'avoir pris part à
une vidéo, diffusée sur un site Internet, aux visées politiques avouées et ce,
alors qu'elle exerce parallèlement des fonctions journalistiques pour la
Société Radio-Canada.

    
    GRIEFS DU PLAIGNANT

    1.  De l'avis de M. Laroche, Mme Isabelle Guilbeault aurait enfreint ses
        obligations d'ordre déontologique en prenant part à une vidéo que
        l'on retrouve sur le site Internet "Unissons nos voix". Elle aurait
        ainsi exprimé explicitement ses vues politiques.

    COMMENTAIRES DE LA MISE-EN-CAUSE

          Commentaires de Mme Isabelle Guilbeault, commentateur-interviewer
          -----------------------------------------------------------------

    2.  Mme Isabelle Guilbeault explique, en premier lieu, qu'elle est
        commentateur-interviewer pour la SRC, ce que confirme la copie de son
        contrat d'embauche qu'elle joint à ses commentaires. Elle ajoute que
        son titre exact est chroniqueuse culturelle à l'émission matinale de
        la Première Chaîne. A son avis, la confusion entourant ses fonctions
        tient en ce qu'elle a été identifiée comme étant journaliste sur le
        site Internet "Unissons nos voix" et que, bien qu'elle ait demandé à
        ce que l'erreur soit corrigée, ce ne fut pas le cas.
    3.  Mme Guilbeault explique ensuite qu'elle pensait que le site Internet
        dont il est question visait à protester contre les compressions dans
        le milieu culturel. Elle ajoute qu'elle souhaitait par ses propos
        lancer un message à ceux et celles qui s'en prennent aux artistes,
        pour leur expliquer que tout le monde profite des subventions
        culturelles.
    4.  Elle joint à sa plainte un message de M. Richard Ouellet, auditeur de
        Radio-Canada, qui soutient son point de vue.

    REPLIQUE DU PLAIGNANT

    5.  Selon M. Laroche, ce n'est pas parce que Mme Guilbeault détient le
        titre de commentateur-interviewer qu'elle n'est pas journaliste. Pour
        appuyer son argument, il fait référence à la définition du terme
        "journaliste" présentée à l'article 1 du guide de déontologie de la
        Fédération professionnelle des journalistes du Québec.
    6.  Le plaignant ajoute que, même si Mme Guilbeault ne fait à aucun
        moment référence à la politique dans la vidéo, l'objectif du site
        www.unissonsnosvoix.ca est d'encourager les gens à ne pas voter
        conservateur. D'après lui et en raison du mandat de ce site Internet,
        la mise-en-cause se trouvait en conflit d'intérêts.

    COMMENTAIRES A LA REPLIQUE

          Commentaires à la réplique de M. Claude-René Piette, chef des
          -------------------------------------------------------------
          programmes pour Radio-Canada Québec
          -----------------------------------

    7.  M. Piette précise que la Société Radio-Canada a publiquement déclaré,
        en octobre 2008, qu'elle s'engageait à respecter l'intitulé des
        "Normes et pratiques journalistiques" et qu'elle attendait de ses
        employés qu'ils tiennent le même engagement.
    8.  Il ajoute que Mme Guilbeaut était absente de son travail au moment de
        son intervention sur le site Internet et qu'il s'agissait d'une
        absence planifiée au préalable. M. Piette précise que la mise-en-
        cause n'est pas revenue au travail depuis ces événements et conclut
        que la discussion à laquelle il sera procédé à son retour est de
        l'ordre des relations de travail.

    DECISION

    9.  M. Michel Laroche reproche à Mme Isabelle Guilbeault d'avoir pris
        part à une vidéo, diffusée sur un site Internet dont les visées
        politiques sont avouées et ce, alors qu'elle exerce des fonctions
        journalistiques pour la Société Radio-Canada - Québec. La mise-en-
        cause répliquait, quant à elle, être chroniqueuse et non journaliste
        et affirmait ignorer les visées partisanes du site Internet sur
        lequel elle a exprimé des propos apolitiques.

    -------------------------------------------------------------------------
                         Grief 1 : conflit d'intérêts
    -------------------------------------------------------------------------

    10. Le plaignant invoque un grief du ressort du conflit d'intérêts. Sur
        cette même question, le guide de déontologie du Conseil, les Droits
        et responsabilités de la presse précise que : "les entreprises de
        presse et les journalistes doivent éviter toute situation qui risque
        de les faire paraître en conflit d'intérêts, ou donner l'impression
        qu'ils ont partie liée avec des intérêts particuliers ou quelque
        pouvoir politique". DERP, p. 24
    11. Le Conseil ajoute que, même si l'information transmise respecte les
        critères d'intégrité et d'impartialité, "il est important de
        souligner que l'apparence de conflit d'intérêts s'avère aussi
        préjudiciable que les conflits d'intérêts réels et qu'afin de
        préserver leur crédibilité professionnelle, les journalistes sont
        tenus à un devoir de réserve quant à leur implication personnelle
        dans diverses sphères d'activités sociales, politiques qui pourrait
        interférer avec leurs obligations de neutralité et d'indépendance".
        DERP, p. 25
    12. Après analyse, le Conseil constate que, bien que Mme Guilbeault soit,
        au titre de son contrat avec la Société Radio-Canada, engagée en tant
        que commentateur-interviewer, elle exerce des fonctions de
        chroniqueuse culturelle et que, ce faisant, elle exerce des fonctions
        qui sont pleinement soumises aux règles de déontologie
        journalistique. Par ailleurs, puisque les propos de la mise-en-cause,
        relatifs aux subventions octroyées par le gouvernement au milieu
        culturel, furent publiés au sein d'un média partisan, Mme Guilbeault
        se liait ainsi à un groupe qui défendait activement un intérêt
        politique et se plaçait, par conséquent, en apparence de conflit
        d'intérêts.

    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    13. Au vu de ce qui précède, le Conseil de presse retient la plainte de
        M. Michel Laroche contre Mme Isabelle Guilbeault pour apparence de
        conflit d'intérêts.
    

    Guy Amyot, secrétaire général
    Au nom du comité des plaintes et de l'éthique de l'information




Renseignements :

Renseignements: Guy Amyot, secrétaire général, Conseil de presse du
Québec, (514) 529-2818, info@conseildepresse.qc.ca

Profil de l'entreprise

Conseil de presse du Québec

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.