Conseil de presse du Québec - Comité des plaintes et de l'éthique de l'information - Décision - Numéro de dossier : D2008-06-089



    MONTREAL, le 24 févr. /CNW Telbec/ -

    
    -------------------------------------------------------------------------
    Numéro de dossier : D2008-06-089

    Plaignante        Mme Annie Chélin

    et

    Mis-en-cause      M. Hugo Lemay, directeur de l'information
                      Mme Patricia Ann Beaulieu, éditrice
                      L'hebdomadaire L'Express d'Outremont
    -------------------------------------------------------------------------

    RESUME DE LA PLAINTE

    Mme Annie Chélin porte plainte contre l'hebdomadaire L'Express
d'Outremont. Elle reproche à l'éditrice, Mme Patricia Ann Beaulieu et au
directeur de l'information, M. Hugo Lemay, d'avoir publié des lettres
diffamatoires à l'égard de la plaignante. De plus, le journal n'aurait pas
publié les répliques de la plaignante dans ses versions papier et
électronique.

    GRIEFS DE LA PLAIGNANTE

    1.  La plaignante porte plainte contre L'Express d'Outremont, pour avoir
        publié deux lettres portant atteinte à sa réputation dans l'espace
        réservé aux citoyens, "Tribune libre". Elle accuse également le
        directeur de l'information et l'éditrice de ne pas avoir mis en ligne
        ou de ne pas avoir publié deux lettres de réplique qu'elle leur avait
        envoyées.
    2.  En premier lieu, la plaignante accuse le journal d'avoir publié des
        lettres de lecteurs portant atteinte à sa réputation en la visant et
        la nommant personnellement. Elle atteste, de plus, que le contenu de
        ces lettres publiées dans la "Tribune libre" est "allusif et
        mensonger".
    3.  La plaignante mentionne le texte mis en ligne le 4 juin 2008 :
        "Benevolus : bonne volonté" écrit par six résidents d'Outremont.
    4.  La plaignante vise aussi le texte mis en ligne le même jour, écrit
        par la mairesse d'Outremont, Mme Marie Cinq-Mars, et intitulé :
        "Comités consultatifs : précisions de la mairesse. Au sujet des
        remarques, récriminations et insinuations de Mme Chélin concernant
        les comités consultatifs". Ce texte a été publié dans la version
        papier du journal le 5 juin 2008.
    5.  De plus, la plaignante reproche au journal de ne pas avoir respecté
        son droit de réplique en ne publiant pas deux de ses textes. L'un,
        intitulé "Huis clos et conflits d'intérêts?" était en réponse à la
        lettre des résidents d'Outremont, "Benevolus : bonne volonté".
    6.  Le deuxième, titré "Ouverture, transparence et intégrité" était la
        réplique adressée au texte de Mme Marie Cinq-Mars, "Comités
        consultatifs : précisions de la mairesse. Au sujet des remarques,
        récriminations et insinuations de Mme Chélin concernant les comités
        consultatifs".

    COMMENTAIRES DES MIS-EN-CAUSE

    Commentaires de M. Hugo Lemay, directeur de l'information et de Mme
    Patricia Ann Beaulieu, éditrice
    -------------------------------------------------------------------

    7.  Les mis-en-cause rappellent en premier lieu qu'une lettre de la
        plaignante a été mise en ligne le 14 mai 2008 et publiée le 29 mai
        2008. Elle s'intitulait selon eux, "Huis clos et conflits
        d'intérêts?". Les représentants du journal précisent qu'ils ont fait
        le choix de la publier car la lettre était susceptible d'alimenter le
        débat public.
    8.  Dès lors, ils ont aussi fait le choix de donner le droit de réplique
        à Mme Marie Cinq-Mars, visée par la lettre, et à M. Bélanger,
        accompagné de quelques cosignataires.
    9.  Les mis-en-cause n'ont pas choisi de publier les lettres suivantes de
        Mme Annie Chélin. Selon eux, ils "considéraient et considèrent
        toujours les réponses apportées satisfaisantes". Le journal a donc
        décidé de clore le dossier.
    10. Les répliques de la plaignante n'apportaient pas suffisamment
        d'éléments nouveaux et sensibles de nature à élever le débat, selon
        eux.
    11. Les représentants du journal répondent également que L'Express
        d'Outremont publie un faible nombre de lettres de ses lecteurs. Ils
        rappellent que le journal n'a pas "à servir d'interface passive pour
        les débats entre groupes et individus".
    12. Les mis-en-cause expriment aussi leurs doutes quant aux griefs
        concernant le contenu des lettres adressées à la plaignante.
    13. Le journal souligne, en citant le guide de déontologie du Conseil de
        presse, que le public n'a pas accès de plein droit aux pages des
        médias écrits ou aux ondes de stations de radios et de télévision.
    14. Finalement, les mis-en-cause suggèrent à la plaignante d'utiliser
        d'autres tribunes pour faire valoir ses opinions, tel que son propre
        blogue.
    15. En annexe, les mis-en-cause transmettent au Conseil de presse des
        dossiers de plainte que la plaignante a déjà ouverts devant
        l'institution pour les mêmes motifs et contre le même hebdomadaire,
        L'Express d'Outremont : D2006-03-049 et D2006-06-068. A chaque fois,
        la plainte avait été rejetée par le Conseil de presse.

    REPLIQUE DE LA PLAIGNANTE

    16. La plaignante rectifie que sa lettre, publiée le 29 mai et mise en
        ligne le 14 mai, ne s'intitulait pas "Huis clos et conflits
        d'intérêts?" comme le prétendent les mis-en-cause, mais "Huis clos un
        jour, huis clos toujours".
    17. Le texte cité par les mis-en-cause n'a jamais été publié, mais était
        une des répliques de la plaignante vis-à-vis la lettre "Benevolus :
        bonne volonté" écrite par des résidents d'Outremont.
    18. Aux dires de la plaignante, en publiant le texte, "Benevolus : bonne
        volonté", coécrit par Jean-Richard Bélanger, "organisateur politique
        de Mme Cinq-Mars", L'Express d'Outremont aurait également "manqué à
        son devoir de réserve".
    19. Elle accuse en plus la mairesse d'Outremont, d'avoir utilisé "une
        rhétorique abusive (...) fallacieuse et déviante (...) douteuse" dans
        son texte intitulé : "Comités consultatifs : précisions de la
        mairesse. Au sujet des remarques, récriminations et insinuations de
        Mme Chélin concernant les comités consultatifs".
    20. La plaignante demande finalement à L'Express d'Outremont de publier
        dans les meilleurs délais une rectification et une mise au point.

    DECISION

    21. Mme Annie Chélin portait plainte contre L'Express d'Outremont, son
        éditrice, Mme Patricia Ann Beaulieu et son directeur de l'information
        M. Hugo Lemay. Elle leur reprochait d'avoir publié des lettres de
        lecteurs, insultantes à son égard et d'avoir refusé de publier ses
        répliques.
    22. La plaignante accusait d'abord le journal d'avoir publié des lettres
        de lecteurs, mensongères portant atteinte à sa réputation. Il s'agit
        des textes suivants : l'un mis en ligne le 4 juin 2008 et intitulé
        "Benevolus : bonne volonté", écrit par six résidents d'Outremont, et
        le second "Comités consultatifs : précisions de la mairesse. Au sujet
        des remarques, récriminations et insinuations de Mme Chélin
        concernant les comités consultatifs" publié dans la version papier du
        journal le 5 juin 2008 et mis en ligne le 4 juin 2008.
    23. Les deux textes ci-dessus, sont des répliques à celui de Mme Annie
        Chélin, intitulé "Huis clos un jour, huis clos toujours", mis en
        ligne le 14 mai 2008 et publié le 29 mai 2008.
    24. En matière de publication des lettres du public, le guide de
        déontologie du Conseil de presse, Droits et responsabilités de la
        presse (DERP), stipule que les organes de presse sont responsables de
        tout ce qu'ils publient ou diffusent. Dès lors, ils se doivent de
        veiller à ce que les lettres ne véhiculent pas de propos outranciers
        ou insultants et qu'elles ne soient pas préjudiciables aux personnes.
    25. Dans ce cas, après examen des lettres publiées, le Conseil remarque
        que les propos ne sont, sur le fond et dans la forme, ni injurieux ni
        outranciers et que la publication de ces lettres ne portait pas
        atteinte à la réputation de la plaignante. Le Conseil rejette le
        grief pour texte mensonger et atteinte à la réputation.
    26. En second lieu, la plaignante reprochait au journal de n'avoir pas
        publié les deux répliques qu'elle avait envoyées.
    27. Le journal a choisi de clore le dossier d'opinions ouvert par la
        lettre de Mme Annie Chélin et complété par les répliques de la
        mairesse et de six résidents d'Outremont. Selon l'éditrice et le
        directeur de l'information, cette décision prévenait le risque que le
        journal ne devienne une "interface passive pour les débats entre
        groupes et individus".
    28. Le guide DERP du Conseil indique, au sujet de la liberté
        rédactionnelle des éditeurs, que bien qu'ils doivent encourager la
        libre circulation des idées, ces derniers peuvent refuser de publier
        certains textes. Le public n'a pas accès de plein droit aux pages des
        médias écrits.
    29. Le guide de principes indique également que "Les médias et les
        journalistes ont le devoir de favoriser un droit de réplique
        raisonnable du public face à l'information qu'ils ont publiée ou
        diffusée." (DERP, p. 38). Estimant que les mis-en-cause ont souscrit
        à ces principes, le Conseil rejette le grief relatif au droit de
        réplique.
    30. Pour l'ensemble de ces raisons, le Conseil de presse rejette la
        plainte de Mme Annie Chélin contre l'hebdomadaire l'Express
        d'Outremont et sa direction.
    

    Guy Amyot, secrétaire général
    Au nom du comité des plaintes et de l'éthique de l'information




Renseignements :

Renseignements: Guy Amyot, secrétaire général, Conseil de presse du
Québec, (514) 529-2818, info@conseildepresse.qc.ca

Profil de l'entreprise

Conseil de presse du Québec

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.