Conseil de presse du Québec - Comité des plaintes et de l'éthique de l'information - Décision - Numéro de dossier : D2008-02-046



    MONTREAL, le 11 juill. /CNW Telbec/ -

    
    -------------------------------------------------------------------------
    Numéro de dossier : D2008-02-046

    Plaignantes         Mme Marie-Eve Courchesne, directrice de l'information
                        Mme Nathalie Vaillancourt, journaliste
                        Le bihebdomadaire Courriel Laval

    et

    Mis-en-cause        M. Yves Poirier, journaliste
                        M. Martin Cloutier, directeur général du service de
                        l'information de TVA et LCN
                        L'émission "Le TVA 18 heures"
    -------------------------------------------------------------------------
    

    RESUME DE LA PLAINTE

    Mme Marie-Eve Courchesne, directrice de l'information pour le
bihebdomadaire le Courrier Laval porte plainte contre M. Yves Poirier,
journaliste pour le réseau TVA, pour avoir repiqué les conclusions d'une
enquête exclusive du Courrier Laval sur le rejet du contenu des fosses
septiques dans la rivière des Milles Iles à l'est de Laval sans en mentionner
la provenance.

    GRIEFS DES PLAIGNANTES

    Le reportage diffusé par le réseau de télévision TVA en ouverture de son
bulletin de nouvelles de 18 h 00 le 15 octobre 2007 aurait repiqué les
conclusions d'une série de cinq articles publiés par le Courrier Laval au
terme d'une enquête réalisée par la journaliste Nathalie Villeneuve. La
plaignante précise que les articles portaient sur le rejet du contenu des
fosses septiques dans la rivière des Mille Iles dans l'est de Laval et ont été
réalisés avec la collaboration du Conseil régional de l'environnement (CRE) de
la région.
    Pour Mme Courchesne, le mis-en-cause, M. Yves Poirier, se serait contenté
de tourner des images sur place et de faire intervenir le directeur du CRE qui
essentiellement répète ce qu'il avait dit au Courrier Laval. De l'avis de la
plaignante, aucun complément d'information, aucun suivi, aucune réaction ou
analyse exclusive ne venait enrichir le sujet développé par Mme Villeneuve.
Elle ajoute qu'à aucun moment la provenance des informations utilisées dans ce
reportage n'a été mentionnée.
    Elle explique que l'analyse des rejets de fosses a été commandée et payée
par le Courrier Laval et ajoute que cette information a été clairement
présentée en une du bihebdomadaire.
    Mme Courchesne rapporte que lorsque M. Poirier a contacté pour la
première fois Mme Villeneuve, soit le 15 octobre 2007, ce dernier l'aurait
félicité pour la qualité de ses articles. M. Poirier aurait, par ailleurs,
assuré à Mme Villeneuve que le réseau TVA citerait le Courrier Laval.
    A la suite de cette conversation, Mme Villeneuve aurait recontacté le
mis-en-cause pour s'assurer que ce dernier avait bien eu les coordonnées du
photographe. M. Poirier lui aurait, une nouvelle fois, affirmé que le Courrier
Laval serait cité.
    Lors d'un troisième entretien téléphonique avec Mme Villeneuve, le
lendemain de la diffusion du reportage sur le réseau TVA, M. Poirier aurait
expliqué à cette dernière que, puisqu'il n'était pas parvenu à une entente
avec le photographe, il avait pris la décision de ne rien diffuser et aurait
précisé qu'il n'y avait dès lors plus lieu de citer le Courrier Laval.
    De l'avis de Mme Courchesne, le reportage du mis-en-cause serait basé sur
une prétendue affirmation du directeur du CRE Laval à l'effet que les analyses
ont été commandées par son organisme. Le directeur aurait d'ailleurs contacté
M. Poirier, à la suite de la diffusion du reportage, pour démentir
l'information. Elle ajoute que celui-ci affirme avoir montré au journaliste le
rapport d'analyses sur lequel figure le nom du client soit la journaliste du
Courrier Laval, Mme Villeneuve.
    En appui à la plainte de Mme Couchesne, le directeur du CRE Laval affirme
dans une correspondance avoir mentionné à M. Poirier, lors de l'entrevue, que
l'enquête concernant la qualité des eaux fut réalisée grâce à la contribution
financière du Courrier Laval et en collaboration avec le CRE Laval.
    La plaignante explique ensuite avoir effectué une série de démarches afin
d'obtenir réparation de la part du réseau TVA. Elle aurait à cet effet
contacté M. Martin Cloutier, directeur général du service de l'information de
TVA et LCN pour la diffusion d'une rectification au bulletin de nouvelles du
soir. Ce dernier l'aurait recontacté le lendemain pour lui expliquer qu'il ne
pouvait faire d'erratum en ouverture du bulletin de nouvelles. Après
discussion, elle aurait aussi demandé à M. Cloutier de corriger l'erreur sur
le portail Canve.ca, ce qu'il fera.

    COMMENTAIRES DES MIS-EN-CAUSE

    Commentaires de Véronique Dubois, conseillère juridique principale pour
    le réseau TVA
    -----------------------------------------------------------------------

    Pour la représentante des mis-en-cause, la plainte formulée par
Mme Courchesne n'est pas fondée. Elle explique que l'information diffusée dans
le Courrier Laval était du domaine public et que ce sont ses articles qui ont
servi de point de départ à M. Yves Poirier dans sa démarche journalistique.
    Mme Dubois mentionne que lorsque le mis-en-cause a communiqué avec
Mme Villeneuve, c'était afin d'obtenir le nom du photographe qui avait pris
les photos publiées au soutien des articles. Il aurait bien mentionné à ce
dernier que le crédit serait donné au Courrier Laval mais ce, uniquement dans
l'optique d'une utilisation des photos similaires à celle du bihebdomadaire.
Or, les photos n'ont pas été utilisées.
    Pour la représentante des mis-en-cause, l'approche de M. Poirier se
voulait moins scientifique que celle du Courrier Laval puisqu'il abordait la
question sous un angle plus pratique. Dans le cadre de sa démarche, le
journaliste a rencontré le directeur du CRE de Laval et est allé avec lui sur
les berges de la rivières des Milles Iles où furent "enregistrées des images
exclusives au réseau TVA".
    Lors de l'entrevue avec le directeur du CRE Laval, ce dernier aurait
ajouté des éléments qui ne se retrouvaient pas dans les textes du Courrier
Laval. Lors de cette même entrevue, il aurait utilisé l'expression "notre
étude", ce qui aurait donné au journaliste l'impression que les analyses
avaient été faites à l'initiative du CRE Laval.
    Selon Me Dubois, le journaliste n'a jamais laissé entendre que les
analyses avaient été faites à la demande du réseau TVA. Il ne peut ainsi
nullement être question de plagiat puisque le réseau ne s'est pas attribué
quelque chose qui ne lui appartenait pas.
    La représentante des mis-en-cause ajoute que lorsque la plaignante a
contacté M. Cloutier afin d'obtenir réparation pour ne pas avoir donné tout le
crédit nécessaire au Courrier Laval, ce dernier a démontré rapidement sa bonne
foi en modifiant les textes de présentation du reportage sur le portail de
Canve.ca.
    Me Dubois conclut que, pour toutes ces raisons, la plainte de
Mme Courchesne n'est pas fondée.

    REPLIQUE DES PLAIGNANTES

    De l'avis de Mme Courchesne, ce qui fut diffusé au "TVA 18 heures" le
15 octobre 2007 ne contenait rien de nouveau ni d'exclusif par rapport à ce
que le Courrier Laval avait publié la veille à l'exception de la mention faite
par M. Poirier à la fin du reportage que la Ville de Laval se donnait deux ans
pour corriger la situation. Pour elle, cet ajout ne transformait pas
l'information de telle façon qu'elle en devenait fort différente dans sa forme
et son contenu.
    Selon Mme Courchesne, le travail déjà réalisé par le Courrier Laval n'a
nullement constitué un point de départ pour le journaliste mais un point
d'arrivée puisque ce dernier ce serait limité à marcher dans les traces du
bihebdomadaire sans jamais le citer, tel que l'impose pourtant la déontologie.
    Pour la plaignante, peu importait que les photographies soient ou non
publiées, le Courrier Laval devait être cité. Elle ajoute que le reportage
s'ouvrait d'ailleurs sur la même image que celle publiée en une du
bihebdomadaire le 14 octobre 2007.
    Pour elle, l'angle adopté par M. Poirier n'était en rien différent de
celui choisi par le bihebdomadaire puisque, dans les deux cas, il s'agissait
de mettre au jour un problème de contamination des berges et de l'eau de la
rivière des Mille Iles et d'en mentionner les conséquences possibles pour la
santé publique. Selon Mme Courchesne, le mis-en-cause a présenté un résumé de
l'enquête dans son reportage, ce qui n'est en soi pas, pour elle, une démarche
journalistique.
    M. Poirier affirmait que les deux entrevues qu'il a réalisées apportaient
des éléments nouveaux à l'information publiée par le Courrier Laval, idée que
Mme Courchesne rejette compte tenu du fait que ces deux intervenants ont
également été interrogés par le bihebdomadaire et reprennent essentiellement
les mêmes propos.
    Pour la plaignante, le fait que le directeur du CRE Laval ait utilisé
l'expression "notre étude" ne dégage pas le journaliste de la responsabilité
qu'il avait de poser des questions et de clarifier les choses si besoin était.
    De son avis, peu importe que le mis-en-cause ne se soit jamais attribué
les conclusions de l'enquête, il a néanmoins omis de mentionner sa source, ce
qui, pour la plaignante, reviendrait à s'attribuer un contenu diffusé par un
autre média.
    Le réseau TVA aurait fait les modifications relatives au texte de
présentation de son reportage sur le site Canve.ca trop tard, ce qui aurait eu
pour conséquence que plusieurs plateformes de Quebecor auraient relayé
l'information sans faire jamais mention du Courrier Laval. Pour véritablement
rétablir les faits d'une façon équitable, Mme Courchesne soutient qu'il aurait
fallu que la correction soit faite dès le lendemain et dans le cadre de la
même émission.
    La plaignante conclut en expliquant que bien que l'enquête réalisée par
le bihebdomadaire était du domaine public, cela ne signifiait nullement qu'un
autre média pouvait reproduire celle-ci sans en mentionner la provenance.

    DECISION

    Mme Marie-Eve Courchesne, directrice de l'information pour le Courrier
Laval portait plainte contre M. Yves Poirier, journaliste pour le réseau TVA.
Elle lui reprochait dans un premier temps d'avoir repiqué les conclusions
d'une enquête exclusive au Courrier Laval sur le rejet du contenu de fosses
septiques dans la rivière des Milles Iles à l'est de Laval et ce, sans en
avoir mentionné la provenance.
    L'information diffusée dans les médias est du domaine public. On peut
donc s'y référer, en rapporter la substance ou la citer. L'information rendue
publique par un organe de presse peut parfois, dans le cadre de la démarche de
recherche et de collecte des données d'un journaliste, servir de source
d'information, de point de départ ou de complément de renseignements pour
aller plus loin, faire un suivi, obtenir des réactions et déboucher sur
d'autres perspectives, selon le cas. L'information qui en résulte
généralement, fort différente dans sa forme et son contenu, ne relève en rien
du plagiat ou du pillage d'un concurrent. Toutefois, le fait qu'une
information soit diffusée dans un média ne justifie en aucun cas un autre
média de la copier ou de la reproduire impunément sans en mentionner la
provenance ou sans l'autorisation de l'auteur.
    Après analyse, le Conseil constate qu'une seule information présentée
dans le cadre du reportage de M. Poirier, et ayant trait au délai que se
donnait la Ville de Laval pour corriger la situation, ne se retrouvait pas
dans les articles publiés la veille par le Courrier Laval. Par conséquent, le
Conseil conclut que le journaliste n'a pas utilisé les informations que
fournissaient le journal comme point de départ à un reportage comportant des
éléments d'analyse ou des compléments d'informations mais bien comme point
d'arrivée. Par conséquent et compte tenu du fait que la majorité des
informations diffusées provenait d'autres sources, le journaliste avait pour
obligation de faire mention de la provenance de celles-ci, soit une étude
payée par le Courrier Laval et ce, afin de ne pas laisser aux téléspectateurs
l'impression erronée que le réseau TVA avait découvert la nouvelle annoncée à
l'ouverture du bulletin de nouvelles.
    Par ailleurs Mme Courchesne reprochait au réseau TVA de ne pas avoir
diffusé un erratum au reportage de M. Poirier dans le cadre de l'édition
ultérieure du "TVA 22 heures" et de n'avoir fait les rectifications
nécessaires sur le site Internet Canoe.ca que le lendemain de la diffusion.
    Il relève de la responsabilité des médias de trouver les meilleurs moyens
pour corriger leurs manquements et leurs erreurs à l'égard de personnes, de
groupes ou d'instances mis en cause dans leurs productions journalistiques,
que celles-ci relèvent de l'information ou de l'opinion. Les rétractations et
les rectifications devraient être faites de façon à remédier pleinement et
avec diligence au tort causé. Les médias n'ont aucune excuse pour se
soustraire à l'obligation de réparer leurs erreurs, que les victimes l'exigent
ou non, et ils doivent consacrer aux rétractations et aux rectifications
qu'ils publient ou diffusent une forme, un espace, et une importance de nature
à permettre au public de faire la part des choses.
    En regard de la faute commise par le journaliste et précédemment
identifiée, le Conseil est d'avis que le réseau TVA se devait d'accéder à la
demande de réparation initialement formulée par la plaignante. Or, le
directeur du service de l'information de TVA et LCN a proposé à la plaignante
d'effectuer cette correction uniquement si celle-ci acceptait de partager avec
le réseau TVA la primeur de la suite des articles sur la rivière des Milles
Iles à paraître dans le Courrier Laval la semaine suivante, ce que le Conseil
déplore. Ainsi, bien que la mesure consistant à publier un rectificatif sur le
portail du réseau, là où l'information demeurait disponible, pouvait permettre
de réparer le tort causé, le Conseil conclut que TVA aurait aussi dû rectifier
son erreur lors du bulletin de nouvelles, tel que proposé initialement à la
plaignante.

    Sur la base de ce qui précède, le Conseil de presse retient la plainte de
Mme Marie-Eve Courchesne, directrice de l'information pour le Courrier Laval
et blâme M. Yves Poirier, journaliste et M. Martin Cloutier, directeur du
service de l'information de TVA et LCN.

    Nathalie Verge, secrétaire générale
    Au nom du comité des plaintes et de l'éthique de l'information




Renseignements :

Renseignements: Nathalie Verge, secrétaire générale, Conseil de presse
du Québec, (514) 529-2818, info@conseildepresse.qc.ca

Profil de l'entreprise

Conseil de presse du Québec

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.