Conseil de presse du Québec - Comité des plaintes et de l'éthique de l'information - Décision - Numéro de dossier : D2006-08-013



    MONTREAL, le 24 avril /CNW Telbec/ -

    
    -------------------------------------------------------------------------
    Numéro de dossier : D2006-08-013

    Plaignant       M. Raymond Viger, rédacteur en chef
                    Le bimensuel Reflet de Société - Journal de la rue

    et

    Mis-en-cause    M. Jean-Claude Grenier, journaliste
                    Mme Corinne Sorin, rédactrice en chef
                    Le quotidien 24 heures
    -------------------------------------------------------------------------
    

    RESUME DE LA PLAINTE

    M. Raymond Viger, rédacteur en chef du magazine Reflet de Société -
Journal de la rue, porte plainte contre M. Jean-Claude Grenier et le journal
24 heures, concernant un article paru le 15 août 2006, sous le titre "Une
stratégie qui sera inefficace", aux motifs d'avoir plagié un article de
Radio-Canada paru sur Internet, d'avoir omis d'en mentionner la source, d'y
avoir ajouté des informations inexactes et ne pas avoir effectué une
rectification satisfaisante.

    GRIEFS DU PLAIGNANT

    M. Raymond Viger, rédacteur en chef du magazine Reflet de Société -
Journal de la rue porte plainte contre le journaliste Jean-Claude Grenier et
le journal 24 heures pour plagiat, information inexacte, absence de source et
rectification insatisfaisante.
    Le 8 août 2006 paraissait sur le site Internet de Radio-Canada un article
de Mme Ariane Desrochers dans lequel étaient citées l'opinion du plaignant et
celle d'un graffiteur surnommé OTAK concernant une proposition du maire de
Montréal d'interdire la vente de bombes de peinture en aérosol aux mineurs. Le
15 août 2006, M. Grenier aurait repris dans le 24 heures l'article de Mme
Desrochers, en le synthétisant et en citant les mêmes passages des entrevues.
    Or, selon le plaignant, ni lui, ni le graffiteur n'ont parlé avec M.
Grenier et aucune mention n'est faite que les déclarations aient été reprises
de l'article de Radio-Canada. M. Viger considère ainsi que le mis-en-cause a
laissé entendre qu'il a rencontré OTAK et lui-même, et qu'il est à l'origine
de l'article, alors qu'il l'aurait copié.
    M. Viger précise que M. Grenier aurait ajouté une information inexacte
dans son article. En effet, dans celui-ci, il serait mentionné que OTAK est un
graffiteur connu dans le centre-ville de Montréal, ce que le plaignant
conteste puisque OTAK est un jeune graffiteur de Lasalle dont la réputation
reste à faire.

    COMMENTAIRES DES MIS-EN-CAUSE

    Commentaires de Mme Corinne Sorin, rédactrice en chef
    -----------------------------------------------------

    Mme Corinne Sorin reconnaît son tort et celui de M. Grenier dans ce
dossier. Elle ajoute que celui-ci aurait dû clairement identifier sa source.
Enfin, elle précise que le reproche a été fait à M. Grenier et que ce manque
de vigilance ne se reproduira plus.
    Un rectificatif a été publié dans l'édition du 24 heures du 8 décembre
2006. On peut lire dans celui-ci : "Dans notre édition du 9 août dernier, la
rédaction du 24 heures avait publié une nouvelle relative à une éventuelle loi
contre les graffitis. Cet article avait été inspiré d'un reportage d'Ariane
Desrochers de la radio de Radio-Canada."

    REPLIQUE DU PLAIGNANT

    M. Viger considère que le rectificatif publié par la rédaction du 24
heures n'est pas satisfaisant.
    Selon le plaignant, la nouvelle de Radio-Canada reprise dans le 24 heures
serait la même. Ainsi, l'article du 24 heures ne se serait pas "inspiré" de
celui de Radio-Canada, mais l'aurait plagié.
    De plus, le plaignant réitère son reproche selon lequel la seule
information ajoutée par M. Grenier par rapport à l'article de Radio-Canada, à
savoir que OTAK est "un graffiteur bien connu dans le centre-ville", est non
fondée.

    DECISION

    M. Raymond Viger reprochait d'abord à M. Jean-Claude Grenier d'avoir
plagié un article de Mme Ariane Desrochers paru sur le site Internet de
Radio-Canada.
    En comparant les articles de M. Grenier et de Mme Desrochers, le Conseil
a observé qu'ils étaient très ressemblants autant en ce qui a trait au contenu
qu'en ce qui concerne la structure et la formulation. Aussi, M. Grenier n'a
apporté aucun contenu original, différent de celui de Radio-Canada, et le
Conseil estime qu'il l'a plagié.
    De plus, M. Grenier a gravement manqué à l'éthique journalistique en
omettant de préciser qu'il reprenait l'article du site Internet de
Radio-Canada et de fait, qu'il utilisait les citations issues des entretiens
avec le plaignant et le graffiteur. En effet, si un journaliste peut
s'inspirer et utiliser le travail d'un autre, il doit cependant en mentionner
la source.
    Afin de corriger ces manquements importants de la part de M. Grenier, la
rédaction de 24 heures a publié un rectificatif le 8 décembre 2006 : "Cet
article avait été inspiré d'un reportage d'Ariane Desrochers de la radio de
Radio-Canada." La jurisprudence du Conseil indique que l'usage en pareil cas
est de considérer que même si la rectification ne peut jamais réparer
complètement le préjudice causé par l'erreur d'un journaliste, elle peut
libérer les mis-en-cause d'un blâme de sa part. Le Conseil considère ainsi que
ce rectificatif corrige le grave manquement du journaliste, concernant la
source de l'information et des citations, mais qu'il est insuffisant quant au
plagiat. Le grief relatif au plagiat a donc été retenu.
    Par ailleurs, le plaignant dénonçait le fait que dans son article M.
Grenier rapportait des informations inexactes concernant le graffiteur OTAK.
Le Conseil estime que le mis-en-cause a effectivement rapporté des faits
inexacts. Bien que ces erreurs soient mineures et n'altèrent pas la
compréhension générale de l'article, il n'en demeure pas moins que rapporter
des faits avec exactitude est essentiel, d'autant plus que M. Grenier a écrit
son article d'après celui de Radio-Canada.
    Pour toutes ces considérations, le Conseil déplore les inexactitudes
contenues dans l'article et retient partiellement la plainte de M. Raymond
Viger contre M. Jean-Claude Grenier et le journal 24 heures, aux motifs de
plagiat et de rectificatif insatisfaisant.

    Nathalie Verge, secrétaire générale
    Au nom du comité des plaintes et de l'éthique de l'information




Renseignements :

Renseignements: Nathalie Verge, secrétaire générale, Conseil de presse
du Québec, (514) 529-2818, info@conseildepresse.qc.ca

Profil de l'entreprise

Conseil de presse du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.