Conseil de presse du Québec - Comité des plaintes et de l'éthique de l'information - Décision - Numéro de dossier : D2006-08-010



    MONTREAL, le 24 avril /CNW Telbec/ -

    
    -------------------------------------------------------------------------
    Numéro de dossier : D2006-08-010

    Plaignant           M. David Lefrançois

    et

    Mis-en-cause        M. Patrick Campeau, chroniqueur
                        M. Richard Monfette, rédacteur en chef
                        Le magazine Sentier Chasse-Pêche
    -------------------------------------------------------------------------
    

    RESUME DE LA PLAINTE

    M. David Lefrançois, porte plainte contre le magazine Sentier
Chasse-Pêche, son rédacteur en chef, M. Richard Monfette, et le chroniqueur
M. Patrick Campeau, concernant principalement le manque d'indépendance entre
l'information et la publicité, les conflits d'intérêts et la
non-identification de publireportages. La plainte vise particulièrement deux
articles rédigés et illustrés par M. Campeau, soit "Deux techniques
productives", paru dans le numéro de mars 2006, et "Sélection de leurres...
pour moins de 100 $", publié dans l'édition d'avril 2006.

    GRIEFS DU PLAIGNANT

    M. David Lefrançois dépose une plainte contre M. Patrick Campeau,
journaliste, M. Richard Monfette, rédacteur en chef, et le magazine Sentier
Chasse-Pêche, pour le manque d'indépendance entre le secteur de l'information
et de la publicité et l'apparence de conflit d'intérêts.
    Le plaignant allègue que les exemples illustrant ces manquements éthiques
sont nombreux, mais il concentre sa plainte sur deux articles spécifiques
signés et illustrés par M. Patrick Campeau. Le premier, intitulé "Deux
techniques productives", fut publié dans l'édition de mars 2006 de Sentier
Chasse-Pêche et le second "Sélection de leurres... pour moins de 100 $" fut
publié en avril 2006.
    M. Lefrançois reproche aux responsables du magazine d'avoir publié ces
articles, sans les identifier comme publireportages. De plus, le journaliste
se serait placé en conflit d'intérêts en signant ces articles. Le plaignant
déplore également que M. Monfette autorise certains de ses collaborateurs à
signer des articles et à faire de la publicité pour des intérêts privés à
l'intérieur de son magazine.
    M. Lefrançois cible d'abord l'article "Deux techniques productives" qui
constitue, selon lui, un publireportage. M. Campeau y présente de nouvelles
techniques de pêche à la truite mouchetée et une série d'équipements et de
leurres. Le plaignant dénonce que la majorité des produits qui y sont
présentés soient fabriqués par des compagnies qui commanditent le journaliste.
La majorité des produits mentionnés dans l'article seraient distribués par
Berkley, une des compagnies qui commandite M. Campeau, à titre de pêcheur
professionnel. Cette compagnie figurerait également parmi les commanditaires
de M. Claude Roy, qui lui aurait fait découvrir les deux techniques de pêche
expliquées dans l'article. Le plaignant précise que les produits des
compagnies présentées dans l'article et qui commanditent le chroniqueur, soit
Berkley, Pure Fishing et Williams, ne sont assurément pas les seuls qui
puissent servir pour la pratique des deux techniques expliquées et qu'il
s'agissait d'un choix des mis-en-cause de ne présenter que les produits de ces
trois compagnies.
    De plus, cet article ne serait pas le seul à constituer un publireportage
non identifié et à placer le chroniqueur en conflit d'intérêts. M. Lefrançois
cible à cet effet une série de textes parus entre avril et juillet 2006, sous
le titre "Sélection de leurres... pour moins de 100 $", dans lesquels l'auteur
recommandait l'achat de plusieurs leurres fabriqués par les compagnies qui le
commanditent.
    La plaignant invoque ensuite un extrait du code de déontologie de la
Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) qui stipule que
"les journalistes doivent s'abstenir d'effectuer, en dehors du journalisme,
des tâches reliées aux communications : relations publiques, publicité,
promotion, (...)", ce à quoi contreviendrait en plusieurs points les
chroniqueurs du magazine Sentier Chasse-Pêche. Ainsi, aux moins deux des
collaborateurs du périodique, MM. Campeau et Larose, représenteraient
différents fabricants qui offrent des produits pour la pêche, dans des
publicités publiées dans les pages de Sentier Chasse-Pêche. Dans la seule
édition de mars 2006, M. Campeau apparaîtrait notamment avec une casquette de
la compagnie Williams en couverture du magazine puis, en page cinq, il ferait
la promotion de la compagnie Rapala, en page neuf il apparaîtrait dans les
publicités de la compagnie Shimano, en page 27, il figurerait comme l'un des
intervenants principaux d'un salon de chasse et pêche et en page 110, il
paraîtrait dans une publicité pour son propre site Internet où est répertoriée
sa douzaine de commanditaires. Cette situation serait la même dans les autres
éditions de Sentier Chasse-Pêche, notamment celle d'avril 2006.
    Le plaignant explique que les entorses déontologiques qu'il dénonce ne
sont pas simplement accidentelles et isolées, mais représentent plutôt les
politiques de la direction du magazine qui favoriserait la promotion aux
dépens du droit du public à l'information.
    M. Lefrançois signale également qu'il a tenté de communiquer avec
M. Monfette, en décembre 2005, "pour connaître les règles d'éthiques
journalistiques appliquées au magazine", mais qu'il n'a obtenu aucune réponse
de sa part. Il ajoute avoir également envoyé une lettre ouverte à M. Monfette
par courriel, le 27 février 2006, et à M. Campeau dans les jours suivants, via
son propre site Internet, au sujet de l'article "Deux techniques productives".
M. Lefrançois déplore n'avoir jamais reçu d'accusé de réception de leur part.

    COMMENTAIRES DES MIS-EN-CAUSE

    Commentaires de Me Louis-François Asselin, représentant les intérêts de
    -----------------------------------------------------------------------
    M. Patrick Campeau, journaliste
    -------------------------------

    Me Asselin indique d'abord que son client fut surpris et touché par les
allégations avancées dans la plainte de M. Lefrançois, qui connaît bien le
domaine de la pêche sportive au Québec et gère à cet effet un blogue sur le
site www.peche-reportage.com. M. Campeau oeuvre depuis plus de quinze ans dans
le domaine de la pêche au Québec et, selon son représentant, il a su se
démarquer par ses valeurs, dont l'honnêteté et la transparence.
    Le représentant du mis-en-cause assure d'abord que ce dernier s'est mis à
l'abri de tout conflit d'intérêts "en affichant une transparence totale de ses
activités commerciales et de son travail de pêcheur professionnel", activités
qui l'ont ensuite emmené à devenir un chroniqueur spécialisé reconnu.
Me Asselin assure que le journaliste a toujours agi avec "le souci que le
public ou le lecteur raisonnable soit clairement informé de ses engagements et
de ses contrats personnels".
    Rappelant le parcours professionnel de M. Campeau et les nombreux prix
qu'il s'est mérité pour ses talents de pêcheur, Me Asselin explique que ces
titres ont attiré l'attention de plusieurs commanditaires. Ainsi, depuis plus
de vingt ans, M. Campeau "apparaît sur des centaines de publicités de
différents commanditaires dans le domaine de la pêche récréative et sportive
au Québec, et ce dans plus d'une dizaine de publications spécialisées". De
plus, en avril 2002, le magazine Outdoor Canada a nommé M. Campeau l'une des
trente personnalités ayant le plus grand impact sur la chasse, la pêche et la
conservation au Canada, depuis 1972. Me Asselin souligne que, depuis plus de
quinze ans, on retrouve des centaines de textes et de chroniques dans ces
revues spécialisées, signées par M. Campeau. Il ajoute que ces textes portent
autant sur des produits vendus par des corporations liées contractuellement
avec lui que sur tout autre produit provenant d'autres entreprises.
    Selon l'avocat, M. Campeau n'a jamais manqué de transparence dans ses
activités et ses associations à différents publicitaires ont toujours été
clairement identifiées dans chacune des publications auxquelles il a pris
part. Il ajoute que, depuis 1992, le chroniqueur publie un encadré
publicitaire spécifique, regroupant l'ensemble de ses commanditaires. Pour la
seule année de 2005, il indique que cet encadré publicitaire spécifique fut
publié plus de 75 fois dans des publications spécialisées. Me Asselin retrace
aussi l'ensemble des activités du professionnel de la pêche pour l'année 2005,
qui a agit en de nombreuses occasions dans divers médias et pour différentes
fonctions. Il ajoute que le parcours de son client pour l'année 2006 est
semblable à celui de 2005. Le représentant du mis-en-cause reconnaît qu'il :
"apparaît donc clairement que depuis plusieurs années, monsieur Patrick
Campeau possède des contrats publicitaires au sens de l'article 5D du Guide de
Déontologie et agi (sic) comme relationniste et promoteur au sens de
l'article 9 du Guide de Déontologie". Cependant, Me Asselin allègue que ce
contexte n'empêche nullement M. Campeau d'agir comme journaliste.
    Le représentant du mis-en-cause déclare que le public est ainsi confronté
annuellement à plus d'un millier de situations diverses où il peut associer
M. Campeau à ses contrats personnels. Pour Me Asselin, la probabilité que le
public, le lecteur, ou l'amateur chevronné soit induit en erreur est nulle. Il
croit que cette situation est celle que devrait attendre le Conseil de presse
d'un professionnel d'un secteur sportif spécifique qui agit comme chroniqueur
dans une revue spécialisée.
    Quant aux articles cités dans la plainte, Me Asselin souligne que près de
la moitié des produits qui y sont mentionnés ne sont aucunement reliés à des
commanditaires de M. Campeau. En regard de l'affirmation de M. Lefrançois à
l'effet que les produits de Berkley, Pure Fishing et Williams ne sont
assurément pas les seuls que l'on puisse utiliser pour pratiquer les
techniques présentées dans l'article, le représentant du chroniqueur répond
qu'il est clair, à la lecture de l'article, que d'autres produits ou même
d'autres techniques peuvent être utilisés.
    Selon Me Asselin, le véritable questionnement en regard de ces articles
consiste à savoir si l'auteur a le droit de signer une chronique sur la gamme
de produits de son choix. A cet effet, Me Asselin rappelle le principe de
liberté de presse et de liberté d'expression et signale qu'à cet effet les
restrictions imposées aux journalistes doivent être le plus limitées possible.
Selon lui, la déontologie n'empêche pas un auteur d'écrire sur le sujet de son
choix, même sur un sujet se rapportant à certains de ses engagements
personnels, à condition que les liens de l'auteur avec les contrats ou le
commanditaire en question apparaissent clairement et en toute transparence,
afin que le public ou le lecteur raisonnable soient en mesure d'apprécier
adéquatement le texte et le contexte entourant sa rédaction.
    En regard du grief évoqué par le plaignant à l'effet que le chroniqueur
effectuerait des fonctions incompatibles en étant à la fois journaliste,
photographe, responsable des communications et de relations publiques,
Me Asselin répond que même si le code de déontologie stipule que les
journalistes doivent s'abstenir d'effectuer, en dehors du journalisme, des
tâches reliées aux communications, rien n'empêche un individu qui gagne sa vie
à titre de promoteur et comme porte-parole de divers événements et compagnies,
d'écrire certains textes dans un magazine spécialisé.
    En terminant, Me Asselin indique que plusieurs autres professionnels de
pêche ont un profil de travail semblable à M. Campeau et qu'être au sommet de
son sport ne devrait pas empêcher un professionnel de signer une rubrique
parlant de différents produits incluant ceux des compagnies qu'il représente.
Il rappelle le caractère singulier de la situation de M. Campeau et le souci
particulier de ce dernier à rester transparent, étant le seul au Québec à
publier systématiquement des encadrés le reliant à ses commanditaires et ce,
dans toutes les publications où il signe un texte. Me Asselin ajoute que
jamais, en près de vingt ans, le chroniqueur n'a été rémunéré par un
commanditaire pour procéder à l'écriture d'un texte ou d'une chronique. Il
affirme que les seuls revenus que M. Campeau tire de ces textes sont ceux
provenant du magazine.

    Commentaires de M. Richard Monfette, rédacteur en chef
    ------------------------------------------------------

    M. Richard Monfette explique d'abord que s'il n'a jamais donné suite, par
le passé, aux commentaires de M. Lefrançois, c'est parce que celui-ci désirait
susciter un débat sur son blogue, grâce aux réponses des mis-en-cause, et
ainsi donner de l'importance à son site Internet. A cet effet, il ajoute que
la politique du magazine est claire et qu'il n'a pas l'intention de participer
à tout forum, blogue ou site du genre.
    Le rédacteur en chef signale ensuite que c'est la première fois, en plus
de 35 ans, que le magazine Sentier Chasse-Pêche doit faire face à une telle
plainte, qui n'est pas fondée selon lui.
    Le mis-en-cause répond d'abord aux récriminations exprimées par le
plaignant en regard de l'article "Deux techniques productives" publié en mars
2006. Il réfute premièrement les allégations du plaignant à l'effet que cet
article constituerait un publireportage. Le mis-en-cause étaye cette
affirmation en expliquant que, par définition, un publireportage présente "un
texte payé par son annonceur". Dans un tel cas, il précise que le magazine se
fait un devoir d'en informer les lecteurs. Toutefois, M. Monfette soutient
que, dans le cas de l'article mis en cause, il s'agissait simplement d'un
texte choisi par l'équipe de rédaction pour son intérêt. Il ajoute que la
mention de produits de pêche spécifiques provenant de certaines compagnies ne
constitue pas de la désinformation, mais qu'au contraire les lecteurs désirent
ces mentions précises qui les guident dans le choix de certains leurres, en
regard de techniques particulières.
    Concernant la première technique évoquée dans cet article de mars 2006,
M. Monfette soutient que les Power Trout Worm de Berkley sont les seuls
leurres qui possèdent toutes les qualités nécessaires à la pratique de la
méthode présentée par l'auteur, en plus d'être les plus répandus sur le
marché. Le rédacteur en chef ajoute que M. Campeau suggère également
différents types de bas de lignes et mentionne qu'une "multitude de cuillères
fonctionnent bien avec ces leurres de plastique souple" et peuvent compléter
le montage servant à pratiquer cette technique, tout en évoquant deux modèles
en particulier.
    Pour ce qui est de la deuxième technique enseignée dans le reportage,
M. Monfette allègue qu'à sa connaissance aucun autre fabriquant ne produit
commercialement un leurre comme le hybride Blade Dancer, qui fait office à la
fois de cuillère et de poisson-nageur. Le rédacteur en chef affirme que les
explications de M. Campeau sur les méthodes d'utilisation de ce leurre, qu'il
a expérimentées et avec lesquelles il a connu du succès, étaient pertinentes à
décrire, comme ce leurre est relativement nouveau et méconnu. Ceci ne
constituait pas pour autant une publicité déguisée.
    Quant aux leurres mentionnés dans cet article, le mis-en-cause reconnaît
que ce sont principalement des produits de la compagnie Berkley. Toutefois, il
explique cette situation par le fait que Berkley soit l'un des plus importants
fabricants de leurres de plastique souple offrant ses produits sur le marché
québécois. De plus, pour les deux techniques mentionnées, Berkley est une des
seules compagnies à produire les minis leurres dont il est question.
M. Monfette soutient qu'en empêchant M. Campeau de parler de ses
commanditaires, dont Berkley, le magazine n'aurait pu présenter ces deux
techniques de pêche, ce qui était hors de question vu leur intérêt et leur
utilité pour les lecteurs. Il indique aussi qu'un auteur doit avoir
expérimenté les leurres ou les accessoires pour en parler.
    M. Monfette ajoute qu'à chaque numéro, Sentier Chasse-Pêche présente le
point de vue et les choix de différents auteurs sur les leurres de pêche et
que, dans le numéro de mars 2006, en plus des deux techniques de pêche
suggérées par M. Campeau, on trouve également un article sur les devons et un
texte sur les poissons-nageurs, qui présentent divers produits avec des
explications sur leur utilité et les meilleures façons de les employer. Dans
un autre article de cette même édition, un collaborateur fait part de ses
préférences de couleurs pour les cuillères ondulantes destinées à la pêche au
touladi. Il y présente aussi certains produits particuliers, dans le but
d'informer le lecteur. Le rédacteur en chef croit que la diversité des sujets
couverts dans chaque numéro, dont celui de mars 2006, et la variété des textes
permettent aux lecteurs d'avoir une vision globale des différents produits et
techniques, de les comparer et d'adopter ceux qui leur conviennent.
    Le mis-en-cause précise que les articles sont choisis pour leur
pertinence en rapport à l'ensemble du magazine. Il signale également que la
majorité des auteurs qui produisent des textes pour Sentier Chasse-Pêche sont
des pigistes et non des journalistes attitrés et que, de ce fait, la direction
du magazine n'a "pas de contrôle sur leurs occupations principales ou
secondaires". Le magazine compte à son emploi uniquement trois journalistes à
temps complet. Le mis-en-cause soutient qu'aucun d'entre eux n'est lié de
quelque façon que ce soit à une autre compagnie.
    Comme le domaine de la chasse et de la pêche est très spécialisé évoluant
dans un marché publicitaire restreint, le rédacteur en chef soutient qu'on ne
doit pas se surprendre que certains des collaborateurs du magazine soient
commandités par différentes compagnies annonçant dans les pages du mensuel.
    Quant au grief concernant le nombre de pages de publicité sur lesquelles
apparaissent deux des collaborateurs du magazine, dans l'édition de mars 2006,
M. Monfette affirme que le plaignant a choisi le numéro, dans toute l'histoire
de Sentier Chasse-Pêche, qui se prête le mieux à ses prétentions. Le
mis-en-cause regrette la situation dénoncée par le plaignant et reconnaît que,
par un concours de circonstances qui a échappé à l'équipe de rédaction, M.
Campeau est apparu dans cinq publicités, en plus de photos dans le sommaire,
dans un article et à la une, sans que l'équipe de production ne puisse
intervenir. M. Monfette explique cette situation, par le fait que le
chroniqueur est le porte-parole de plus d'une quinzaine de compagnies dans le
domaine de la chasse et de la pêche au Québec, dont plusieurs annoncent dans
le magazine. Le rédacteur en chef assure que s'il avait pris conscience avant
de cette situation, le portrait de M. Campeau n'aurait pas fait partie du
contenu rédactionnel de cette édition. Il assure enfin, que les responsables
du magazine feront tout leur possible pour que cette situation ne se
reproduise plus.
    M. Monfette croit enfin que, pour répondre aux exigences du plaignant en
regard de la publicité, le magazine devrait soit ne jamais mentionner de
compagnies dans ses articles, soit nommer toutes les compagnies offrant chacun
des produits en question ou ne mentionner aucun produit ou compagnie
représenté par un de ses annonceurs, ce qui est, dans tous les cas, impossible
et priverait les lecteurs d'informations essentielles.

    REPLIQUE DU PLAIGNANT

    M. David Lefrançois répond premièrement aux commentaires de Me Asselin.
Le plaignant indique qu'il ne met pas en doute les qualités et la renommée de
M. Campeau en tant que pêcheur professionnel, mais qu'il maintient toutefois
qu'à titre de chroniqueur spécialisé, il se retrouve régulièrement en
situation de conflit d'intérêts ou d'apparence de conflit d'intérêts. Il
signale que le domaine de la pêche sportive n'a rien de particulier en regard
de la déontologie journalistique et que les journalistes issus de tous les
secteurs d'activités doivent se soumettrent aux mêmes règles d'éthique
professionnelle.
    M. Lefrançois estime que bien que le public puisse être en mesure de
reconnaître les commanditaires de M. Campeau, "cela ne change rien au fait
qu'il soit en conflit d'intérêts lorsqu'il signe un article".
    Le plaignant rappelle que, outre le conflit ou l'apparence de conflit
d'intérêts, le mis-en-cause a manqué à plusieurs des principes déontologiques
lors de la rédaction de ses articles, ce qui a conduit au manque
d'indépendance entre l'information et la publicité dans le magazine.
M. Lefrançois se questionne à savoir comment ne pas présumer que M. Campeau
fait de la publicité pour ses commanditaires en échange d'un contrat ou
d'avantages qui lui seraient destinés ou destinés à l'entreprise de presse qui
l'emploie. Le plaignant ajoute que même si, comme il le prétend, le
chroniqueur n'a jamais touché d'argent directement de ses commanditaires pour
mentionner leurs produits dans ses articles, cela ne change rien au fait qu'il
se trouve encore une fois en apparence de conflit d'intérêts, ce que
reconnaîtrait Me Asselin dans ses commentaires. M. Lefrançois ajoute que la
mise en page de l'article de mars 2006 ne permettait pas au lecteur de
distinguer le genre publicitaire de celui de l'information.
    M. Lefrançois réitère également ses doléances à l'effet que M. Campeau
occupe des fonctions incompatibles, particulièrement en regard des relations
publiques et du journalisme. A ce propos, le plaignant rappelle les
commentaires de Me Asselin, à savoir que M. Campeau apparaît annuellement à
plus d'un millier d'occasions avec ses commanditaires dans diverses
publications, ce qui susciterait la confusion chez le public entre les
informations partisanes et impartiales et sur la crédibilité et l'intégrité du
journaliste. Le plaignant ajoute que plusieurs des textes fournit en annexe
aux commentaires comportent, encore une fois, les même éléments reprochables
que ceux présentés dans la plainte. Ce serait le cas du texte "Technique
subtile pour poissons difficiles", fourni en annexe 9 et paru en février 2001
dans l'ancien hebdomadaire Info Plein-Air, qui serait également un
publireportage déguisé en chronique. M. Lefrançois ajoute que, dans ce dernier
article, tous les produits mentionnés sont offerts par Berkley ou Shimano,
deux compagnies qui commanditent M. Campeau.
    Le plaignant maintient que, contrairement à ce que prétend Me Asselin,
l'article "Deux techniques productives", qui est l'objet de la présente
plainte, suggère presque exclusivement des produits fabriqués par des
commanditaires de M. Campeau, à l'exception des hameçons Octopus qui sont
fabriqués par plusieurs compagnies. Le plaignant précise également que
l'exemple relié à la série d'articles "Sélection de leurres... pour moins de
100 $" cherche à démontrer que le chroniqueur se trouve régulièrement en
situation d'apparence de conflit d'intérêts et qu'il est pratique courante de
mentionner de nombreux produits vendus par ses commanditaires dans ses
articles.
    Le plaignant raconte enfin qu'il a écrit un article sur l'éthique des
chroniqueurs de chasse et de pêche au Québec sur le site
www.peche-reportage.com et qu'il y a mentionné les conflits d'intérêts dans
lesquels se trouvait M. Campeau en signant l'article "Deux techniques
productives", ce qu'il avait déjà fait en février 2006 sur son blogue. Il
explique avoir été sommé par Me Asselin, le 27 septembre 2006, à l'intérieur
d'une mise en demeure, de retirer sans délai, sur le blogue et le site
Internet, toute allusion à M. Campeau, sous peine de poursuites. M. Lefrançois
considère que cette mise en demeure cherchait à lui faire peur et à
l'intimider, pour l'emmener à retirer sa plainte devant le Conseil de presse.
Le plaignant affirme que sa démarche ne constitue nullement une attaque
personnelle envers M. Campeau.
    Dans un second temps, le plaignant répond aux commentaires de M. Richard
Monfette, rédacteur en chef du magazine Sentier Chasse-Pêche. M. Lefrançois
conteste la définition d'un publireportage de M. Monfette et indique que le
Grand dictionnaire terminologique de la langue française définit un
publireportage comme une "Information publicitaire qui s'apparente par la
forme et le style à l'éditorial d'un journal" et que la définition du
dictionnaire du logiciel Antidote de Druide informatique qui qualifie le
publireportage comme un "Message publicitaire qui prend la forme d'un
reportage" et un message publicitaire comme un "Ensemble d'informations
destiné à faire connaître un produit ou un service pour en augmenter la
vente", diffère elle aussi de celle du mis-en-cause. Le plaignant souligne
qu'aucune de ces définitions ne mentionne qu'un échange monétaire est
nécessaire pour définir un publireportage.
    Le plaignant soutient que le texte intitulé "Deux techniques productives"
est conforme à ces définitions du publireportage et que si les produits
mentionnés dans cet article sont tous des marques de commerce fabriquées par
Berkley, Williams ou leur compagnie mère, il ne s'agit pas du fruit du hasard,
mais plutôt d'une intention ferme du chroniqueur de faire augmenter les ventes
de produits distribués par ses commanditaires et que cette situation fut
approuvée par son rédacteur en chef.
    M. Lefrançois remarque également que les mises en contexte du magazine ne
présentent jamais le mode d'opération des journalistes. Il donne l'exemple de
l'article "Kenauk : Le secret le mieux gardé", publié en mars 2006 à la suite
de l'article "Deux techniques productives" et dont les textes et les photos
sont produits par M. Monfette. Selon le plaignant, ce texte adoptant un ton
très positif constituerait encore une fois un publireportage pour la
Pourvoirie Kenauk. Il remarque principalement qu'aucune mention n'y figure
pour indiquer que l'auteur fut invité à cette pourvoirie ou que celle-ci a
contribué en partie aux frais nécessaires à la réalisation du reportage.
    Quant à l'affirmation de M. Monfette à l'effet que l'article "Deux
techniques productives" fut choisi par l'équipe de rédaction vu son intérêt
pour le lecteur, M. Lefrançois répond que le droit du public à un information
juste et impartiale aurait été mieux servi si la rédaction avait affecté un
collaborateur n'ayant aucun lien commercial avec des fabricants de matériel de
pêche pour la rédaction de ce texte.
    Le plaignant critique également les prétentions du rédacteur en chef à
l'effet que la majorité des auteurs qui écrivent dans Sentier Chasse-Pêche
sont des pigistes et non des journalistes attitrés, ce qui empêcherait les
responsables du magazine d'avoir un contrôle sur leurs occupations
extérieures. Le plaignant rappelle que, selon la déontologie journalistique,
les médias sont responsables de tout ce qu'ils publient ou diffusent. Il
soutient aussi que le fait que M. Campeau ne soit pas journaliste à temps
plein ne diminue en rien les responsabilités éthiques des mis-en-cause.
    M. Lefrançois regrette que la situation qu'il dénonce se poursuive dans
le magazine, il invoque à cet effet un article publié en octobre 2006 dans
Sentier Chasse-Pêche, sous le titre "Gadgets et accessoires indispensables",
dont les textes et les photos sont de M. Campeau. Cet article illustrerait de
nouveau une panoplie d'objets fabriqués par les commanditaires du chroniqueur
ou de leur compagnies mères.
    Pour conclure, M. Lefrançois démontre la part de marché importante que
représente la chasse et la pêche au Canada et l'influence du magazine Sentier
Chasse-Pêche dans ce secteur, ce qui augmenterait les conséquences des
manquements reprochés au magazine, en regard de la confusion entre
l'information et la publicité et des conflits d'intérêts.

    DECISION

    Dans sa plainte, visant particulièrement deux articles rédigés et
illustrés par le chroniqueur, M. Patrick Campeau, et publiés dans le magazine
Sentier Chasse-Pêche, M. David Lefrançois formulait plusieurs reproches au
chapitre de l'indépendance entre les secteurs de l'information et de la
publicité ainsi que de l'apparence de conflit d'intérêts. Pour fins d'analyse,
ils ont été regroupés en trois principaux griefs.
    Le plaignant soutient premièrement que M. Campeau se place en situation
de conflit d'intérêts, lorsqu'il signe des articles d'information dans
lesquels il conseille certains produits spécifiques pour la pêche, vendus par
ses commanditaires. Il lui reproche également d'occuper plusieurs fonctions
incompatibles avec son rôle de chroniqueur.
    Les entreprises de presse et les journalistes doivent éviter les conflits
d'intérêts. Ils doivent, au surplus, éviter toute situation qui risque de les
faire paraître en conflit d'intérêts, ou donner l'impression qu'ils ont partie
liée avec des intérêts particuliers. Il en va de la confiance du public quant
à l'indépendance et à l'intégrité de l'information. Afin de préserver leur
crédibilité professionnelle, les journalistes sont aussi tenus à un devoir de
réserve quant à leur implication personnelle dans diverses sphères d'activités
sociales, politiques ou autres qui pourrait interférer avec leurs obligations
de neutralité et d'indépendance.
    M. Campeau occupe à la fois un rôle de pêcheur professionnel, pour lequel
il est commandité par de nombreuses compagnies, et un rôle de porte-parole
pour ces compagnies, en paraissant régulièrement dans diverses publicités,
notamment diffusées dans les pages du magazine pour lequel il est chroniqueur.
Bien que le Conseil note l'effort visible de M. Campeau pour informer le
public de ses diverses fonctions et sa bonne foi, cette situation risque de le
placer en apparence de conflit d'intérêts. Aussi, les exigences de neutralité
et le devoir de réserve liés à la position journalistique des chroniqueurs
devraient obliger le mis-en-cause à faire un choix entre la fonction
promotionnelle et la fonction journalistique.
    Bien que conscient du secteur restreint et spécialisé dans lequel évolue
le magazine Sentier Chasse-Pêche, le Conseil tient à rappeler que cette
publication demeure soumise aux mêmes règles de rigueur que toute autre
publication journalistique. De plus, les collaborateurs extérieurs du magazine
sont soumis au même devoir de réserve et d'indépendance que l'équipe
permanente. La politique du magazine devrait être claire en ce sens. Cette
politique éditoriale devrait notamment prévoir d'informer le public, lorsque
l'information sur un produit est liée à un voyage gratuit ou à certains
privilèges accordés aux journalistes pour en faire l'essai. Cette mesure est
d'autant plus importante puisque le Conseil a relevé que les collaborateurs
signent, pour une même édition, nombre de textes journalistiques et de
publicités.
    Le second grief exprimé par M. Lefrançois concerne la publicité déguisée
en information et la non-identification d'un publireportage.
    La déontologie du Conseil de presse stipule que les médias doivent
s'écarter de toute pratique qui pourrait inciter les lecteurs à confondre
publicité et information. Cette distinction entre l'information et la
publicité doit s'établir clairement et sur tous les plans : contenu,
présentation, illustration.
    Comme le désaccord entre le plaignant et les mis-en-cause se situe
premièrement au niveau de la définition d'un publireportage, le Conseil tient
d'abord à rappeler qu'un publireportage est un message publicitaire,
empruntant la forme d'un reportage régulier, inséré dans un magazine à des
fins publicitaires. Par définition, il n'est pas nécessaire d'être directement
rémunéré par un annonceur pour produire un publireportage. A cet effet, le
communiqué "Publireportage : Le Conseil de presse sonne l'alarme", émis en
1990, précise également "que le message publicitaire a pour but de vendre ou
de promouvoir un bien ou un service; et que l'article d'un journal, de son
côté, a pour but d'informer la population sur des questions d'intérêt public".
    Le Conseil a étudié attentivement le contenu de chacun des textes en
cause ainsi que les annexes jointes à la plainte et a observé que parmi les
articles de pêche suggérés par M. Campeau, la majorité des produits présentés
étaient distribués par ses commanditaires. De plus, le Conseil a pu établir
que, pour la majorité du matériel de pêche en question, plusieurs compagnies
offraient des produits destinés aux mêmes fins. Compte tenu du nombre de
produits mentionnés dans les articles en cause, provenant majoritairement des
commanditaires directs de M. Campeau, qui annoncent également dans le magazine
Sentier Chasse-Pêche, il est possible de conclure à une information à
caractère promotionnel. Le Conseil considère aussi que le ton positif de
chacun des textes vient appuyer cette impression de publireportages non
identifiés. Enfin, le Conseil a relevé que dans la majorité des illustrations
des articles en cause, les logos de certains des commanditaires du journaliste
étaient mis en évidence, ce qui créait également une confusion entre
l'information et la publicité au niveau de l'illustration. Conséquemment, le
Conseil retient le second grief.
    Le dernier reproche formulé par le plaignant concerne le manque
d'indépendance entre les secteurs de l'information et de la publicité, ainsi
que la subordination de l'information à des intérêts commerciaux.
    Le Conseil rappelle que les médias doivent se doter d'une politique
claire en matière de publicité et s'assurer que celle-ci soit clairement
exposée, pour éviter d'entretenir la confusion chez le public. Dans les
articles et publicités en cause, le Conseil a pu observer que, pour la seule
édition de mars 2006, le chroniqueur M. Campeau apparaissait dans cinq
publicités, en plus des photos dans le sommaire, dans un article et en page
couverture. Il y signait ensuite un article et les illustrations de ce
dernier.
    Pour l'édition d'avril 2006, M. Campeau figurait dans une publicité de
Berkley et signait ensuite un reportage de quatre pages, incluant les
illustrations. Dans cette même édition, en page 15, le chroniqueur M. Larose
figurait dans une publicité de la compagnie Shimano. Enfin, dans l'édition
d'octobre 2006, M. Campeau signait deux articles et figurait dans un encart
présentant ses commanditaires.
    La déontologie journalistique précise que les journalistes doivent éviter
de se faire les promoteurs de quelque cause, produit ou événement que ce soit,
sous peine d'entretenir une confusion chez le public entre les secteurs de
l'information et de la publicité, de même qu'un doute quant à l'objectivité de
l'information qui est rapportée. Le Conseil ne peut que constater qu'il y a
confusion entre ces deux secteurs dans le magazine Sentier Chasse-Pêche, qui
permet fréquemment à ses journalistes de figurer dans diverses publicités, en
plus de les autoriser à mentionner des produits offerts par leurs
commanditaires à l'intérieur de leurs reportages. Pour toutes ces raisons, le
troisième grief est retenu.
    Le Conseil estime qu'en ce moment, le travail de M. Campeau est assimilé
à du journalisme et est ainsi soumis aux règles d'éthique journalistique,
telles que définies par le guide Droits et responsabilités de la presse du
Conseil de presse. S'il souhaite rédiger des chroniques à titre de pêcheur
professionnel, M. Campeau doit le spécifier clairement et préciser dans ses
chroniques qu'il n'agit pas à titre de journaliste, mais plutôt à titre
d'expert dans le domaine de la pêche professionnelle. Le Conseil déplore cette
situation de conflit d'intérêts et de publireportage déguisé, mais constate
qu'elle pourrait être corrigée.
    En raison de ce qui précède, le Conseil retient la plainte de M. David
Lefrançois à l'encontre du journaliste M. Patrick Campeau, du rédacteur en
chef M. Richard Monfette et du magazine Sentier Chasse-Pêche, pour manquements
en regard de l'indépendance de l'information et de la publicité, de
l'indépendance des journalistes et du conflit d'intérêts. Le Conseil
recommande en conséquence au magazine de se doter d'une politique claire en
regard de l'information et de la publicité.

    Nathalie Verge, secrétaire générale
    Au nom du comité des plaintes et de l'éthique de l'information




Renseignements :

Renseignements: Nathalie Verge, secrétaire générale, Conseil de presse
du Québec, (514) 529-2818, info@conseildepresse.qc.ca

Profil de l'entreprise

Conseil de presse du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.