Conseil de presse du Québec - Comité des plaintes et de l'éthique de l'information - Décision - Numéro de dossier : D2006-08-009



    
    -------------------------------------------------------------------------
    Numéro de dossier : D2006-08-009

    Plaignants               La ligue contre la francophobie canadienne,
                             M. Gilles Rhéaume, porte-parole
                             Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal,
                             M. Jean Dorion, président général
                             M. Francis Léger
                             M. Martin Proulx
                             Mme Josée Beaulieu

    et

    Mis-en-cause             Mme Barbara Kay, journaliste
                             M. Gerald Owen, responsable des plaintes
                             Le quotidien National Post
    -------------------------------------------------------------------------
    

    MONTREAL, le 5 mars /CNW Telbec/ -

    Résumé de la plainte

    La ligue contre la francophobie canadienne, la Société
Saint-Jean-Baptiste de Montréal et plusieurs citoyens québécois portent
plainte contre la chronique de la journaliste Mme Barbara Kay, parue le 9 août
2006 dans le quotidien National Post, sous le titre "The rise of Quebecistan".
Pour les plaignants, par son manque de rigueur, d'exactitude et de
pondération, l'information qui y était présentée a entretenu de nombreux
préjugés et véhiculé la haine envers le peuple québécois en général et les
souverainistes tout particulièrement.

    GRIEFS DES PLAIGNANTS

    Plainte de M. Gilles Rhéaume, porte-parole de la Ligue contre la
    francophobie canadienne
    ----------------------------------------------------------------

    M. Rhéaume dépose une plainte au nom de la Ligue contre la francophobie
canadienne, concernant la chronique de Mme Kay parue sous le titre "The rise
of Quebecistan" dans l'édition du 9 août 2006 du National Post.
    Le plaignant qualifie ce texte de "brûlot indigne", de "factieux" et de
"mauvaise qualité", qui véhiculait des préjugés et amalgamait diverses
informations pour appuyer un raisonnement francophobe. Selon lui, le National
Post et la chroniqueuse ont fait preuve d'une mauvaise foi flagrante envers le
Québec et les Québécois et ont dénaturé les faits.
    M. Rhéaume conteste le propos de la journaliste à l'effet qu'un
"soi-disant passé antisémite caractérisé et terroriste" rendrait les Québécois
"plus sensibles que les autres Canadiens au discours du Hezbollah". Pour le
plaignant, cet argument n'est pas fondé, est discriminatoire et tend à
véhiculer un racisme caractérisé envers les Québécois.
    Le plaignant affirme que l'opinion des Québécois en regard du conflit qui
a opposé Israel et le Liban et de la marche pour la paix d'août 2006, qu'elle
quelle soit, ne peut en aucun cas être associée à de l'antisémitisme ou un
quelconque passé terroriste au Québec. M. Rhéaume indique que d'associer tout
un peuple au terrorisme, pour justifier et expliquer ses opinions, revient
littéralement à du racisme.

    Plainte de M. Jean Dorion, président général de la Société Saint-Jean-
    Baptiste de Montréal
    ----------------------------------------------------------------------

    La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM) dépose une plainte
contre l'article "The rise of Quebecistan" et déplore principalement le manque
de rigueur, d'exactitude et de pondération de l'information de cette
chronique. Il regrette également le manque de respect du propos de la
journaliste, qui viserait à véhiculer des préjugés envers le peuple québécois
en général et les Québécois indépendantistes en particulier.
    Le plaignant soutient que ces manquements se sont d'abord manifestés par
le lien que Mme Kay a établit, dans son texte, entre la sympathie exprimée par
les Québécois envers les victimes de l'intervention d'Israel au Liban, lors de
la manifestation du 6 août 2006, et "une épaisse coulée d'antisémitisme qui a
marbré le discours intellectuel québécois tout au long de son histoire (a fat
streak of anti-Semitism that has marbled the intellectual discourse of Quebec
throughout its history)".
    M. Dorion reconnaît qu'il y a malheureusement "eu de l'antisémitisme au
Québec à diverses époques, comme dans tout le reste du monde occidental", mais
allègue que la chroniqueuse manque à ses devoirs journalistiques en omettant
de mentionner "que les élites intellectuelles nationalistes du Québec ont
souvent été à l'avant-garde du combat pour la liberté et l'égalité des Juifs".
Pour appuyer ses dires, le plaignant évoque la loi établissant la pleine
égalité politique des concitoyens juifs, adoptée le 5 juin 1831 à l'Assemblée
législative du Bas-Canada, ancêtre de l'Assemblée nationale du Québec, dont la
majorité des députés étaient des patriotes. Ainsi, M. Dorion précise que
l'Assemblée législative du Bas-Canada a été le premier parlement de tout
l'Empire britannique à assurer l'émancipation des Juifs, par une loi à cet
effet, alors que l'Angleterre même ne l'a fait que 27 ans plus tard. Il ajoute
que le président de l'Assemblée au moment de l'adoption de cette loi était M.
Louis-Joseph Papineau, le chef des Patriotes.
    Le plaignant assure également que le mouvement indépendantiste québécois
est loin de prendre ses distances par rapport à cette loi et continue à la
promouvoir. Ainsi, en 1982 le gouvernement de René Lévesque a célébré le
150e anniversaire de l'émancipation des Juifs, en dévoilant une plaque
commémorative, en présentant des discours à cet effet à l'Assemblée nationale
du Québec et en organisant un grand banquet réunissant les dirigeants du
Québec et la communauté juive. Il rappelle également qu'en 2002, le Congrès
juif et la SSJBM ont commémoré le 170e anniversaire de cette loi par l'envoi
d'une affiche commémorative à toutes les écoles secondaires québécoises.
    M. Dorion indique également que le Conseil juif canadien fut fondé en
1919 dans les locaux du Monument National, alors siège social de la SSJBM,
haut lieu de la pensée nationaliste au Québec. Le plaignant soutient que, s'il
était vrai que l'antisémitisme avait occupé une place importante chez les
indépendantistes, la SSJBM n'aurait sans doute pas loué ses locaux au Conseil
juif canadien. De plus, les organisateurs du Congrès n'auraient certainement
pas choisi un tel cadre pour leur fondation. Il signale, par ailleurs, qu'en
1994, le Congrès juif canadien l'a invité, à titre de président général de la
SSJBM, à prendre la parole au Monument national pour rappeler cette
collaboration, dans le cadre de la réception du 75e anniversaire du Congrès
juif.
    Selon le plaignant, si l'antisémitisme passé avait été un facteur
important en regard de l'expression des sympathies envers les victimes
libanaises, lors de la manifestation du 6 août 2006, le président général de
la SSJBM prétend qu'il y aurait sans doute eu des manifestations prolibanaises
encore plus considérables dans le Canada anglais, puisque l'antisémitisme y a
atteint, particulièrement avant la deuxième guerre mondiale, une virulence
nettement supérieure à celle du Québec, ce dont atteste, selon lui, le
chapitre "L'antisémitisme à l'anglaise" du "Livre noir du Canada anglais" de
Normand Lester et les diverses sources qu'il y cite.
    Toujours à ce propos, M. Dorion déclare que la foule de la manifestation
du 6 août 2006 a chaudement applaudi un groupe de Juifs, clairement
identifiables, qui participaient à la manifestation. Pour le plaignant, cette
situation démontre bien que les manifestants n'en avaient pas contre une
communauté ethnique ou confessionnelle en particulier, mais contre les
agissements du gouvernement israélien.
    Le plaignant soutient que l'interprétation des faits de Mme Kay a non
seulement prêté à des conclusions injustes, mais a également encouragé la peur
et la haine envers les indépendantistes québécois et le peuple québécois de
façon générale, attaquant par la bande certains politiciens fédéralistes
québécois. Parmi les conclusions qu'il juge erronées, le plaignant évoque
l'affirmation de la chroniqueuse à l'effet que cette manifestation prouvait
que les Québécois, s'ils se séparaient du reste du Canada, n'hésiteraient pas
à soutenir le Hezbollah : "You can bet that Hezbollah would be off the
official terrorism list by Day two of the Republic of Quebec's existence (Vous
pouvez parier que le Hezbollah serait retiré de la liste officielle des
groupes terroristes le deuxième jour d'existence de la République du Québec)."
    Si quelques excès isolés sont difficilement évitables dans une
manifestation de 15 000 personnes, M. Dorion soutient que la présence d'un
nombre infime de drapeaux du Hezbollah n'autorisait pas Mme Kay à décrire les
dirigeants québécois qui ont participé à la marche comme des "shameless Quebec
politicians who led that pro-terrorist rally (politiciens québécois sans foi
ni loi qui ont dirigé une manifestation proterroriste)". Il ajoute avoir
beaucoup circulé dans la foule lors de cette manifestation et avoir constaté
que les rares tentatives de certains participants qui ont lancé des slogans
proHezbollah ou antisémites n'ont pas fonctionnées, puisque la foule a refusé
de les reprendre.
    Le plaignant expose enfin que diverses explications ont été avancées pour
saisir ce qui poussait l'opinion publique québécoise à être moins favorable à
l'action du gouvernement israélien au Liban, que dans le Canada anglais. Selon
M. Dorion, il y a eu suffisamment d'explications avancées pour que Mme Kay
tente de comprendre la situation, sans inventer d'autres explications qui ont
pour effet d'engendrer la haine envers les Québécois.

    Plainte de M. Francis Léger
    ---------------------------

    M. Léger porte plainte contre Mme Kay et le National Post, puisqu'il
estime que l'article "The rise of Quebecistan" présente une vision incorrecte,
incomplète, partiale et biaisée de la société québécoise et de certaines de
ses réalités historiques, en plus de manquer de rigueur et de respect envers
les valeurs et les groupes sociaux qui composent la société québécoise et
canadienne.

    Plainte de M. Martin Proulx
    ---------------------------

    La plainte de M. Proulx concerne les propos de la chronique de Mme Kay
qui invitent, selon lui, à la haine et au racisme envers les Québécois en les
comparant à des terroristes et en affirmant que leurs chefs élus
démocratiquement prônent l'antisémitisme. Il réprouve également le propos de
la journaliste qui affirme : "The devil is always on the lookout for the moral
relativism that signals a latterday Faust, and it seems he has found some
eager recruits amongst Quebec's most prominent spokespeople (Le diable est
toujours en quête du relativisme moral qui désigne des Faust d'aujourd'hui, et
il semble qu'il ait trouvé quelques recrues enthousiastes parmi les
porte-parole les plus en vue du Québec)."

    Plainte de Mme Josée Beaulieu
    -----------------------------

    Mme Beaulieu dénonce les propos tenus dans l'article publié dans
l'édition du 9 août 206, du National Post, qui sont à son avis généralisateurs
et diffamatoires. Elle dit se sentir horrifiée et insultée par le contenu de
cet article, qu'elle juge calomnieux et médisant.
    Selon la plaignante, Mme Kay ne s'est pas assurée de disposer d'une
information complète avant de rédiger son article. Elle ajoute que si la
chroniqueuse avait disposé de tous les renseignements, elle aurait su que les
responsables de la sécurité sont régulièrement intervenus au cours de la
manifestation du 6 août 2006, pour enlever les drapeaux et les pancartes des
manifestants proHezbollah.
    La plaignante se questionne également sur les raisons qui poussent une
journaliste à crier à l'antisémitisme aussitôt qu'un groupe ose critiquer les
démarches entreprises par Israel au Liban. Elle ajoute se sentir insultée par
les suppositions de la chroniqueuse à l'effet que, en tant que Québécoise,
elle supporterait de près ou de loin le terrorisme.
    Alors que la manifestation du 6 août 2006 exprimait un désir sincère que
la paix se fasse au Liban, la plaignante allègue que Mme Kay y a plutôt
erronément vu une démarche antisémite, qui l'a poussée à extrapoler sur un
"futur apocalyptique et démoniaque où le Québec deviendrait la terre de
prédilection des terroristes". La journaliste affirme ainsi : "You can bet
that Hezbollah would be off the official terrorism list by Day two of the
Republic of Quebec's existence. By Day three, word would go out to the
Islamosphere that Quebec was the new "Londonistan" (Vous pouvez parier que le
Hezbollah serait retiré de la liste officielle des groupes terroristes le
deuxième jour d'existence de la République du Québec. Au troisième jour, le
mot véhiculerait dans l'Islamosphère, à l'effet que le Québec est devenu le
nouveau Londonistan)."
    Pour la plaignante, ces propos de la journaliste étendent de façon
grossière les agissements et les paroles d'un groupuscule d'extrémistes qui a
su se faire entendre durant la marche, à un groupe politique et social tout
entier. Mme Beaulieu soutient que cette façon de faire constitue un manque de
respect flagrant et une généralisation inacceptable.
    L'extrait qui a choqué le plus la plaignante est le suivant : "Left-wing
Quebec intellectuals and politicians (Pierre Trudeau being an obvious example)
have always enjoyed flirtations with causes that wrap themselves in the mantle
of "liberation" from colonialist oppressors - including their very own
home-grown Front de Liberation du Quebec (FLQ), which gave them a frisson of
pleasure as it sowed terror throughout Canada in the late '60s with mailbox
bombs, kidnappings and a murder. (Les intellectuels du Québec et les
politiciens de gauche (Pierre Trudeau étant un exemple évident) ont toujours
apprécié de flirter avec les causes qui s'enveloppent dans le manteau de la
"libération" des oppresseurs colonialistes - comprenant leur Front de
Libération du Québec (FLQ) très propre à leur pays, qui leur a donné un
frisson de plaisir alors qu'il semait la terreur dans l'ensemble du Canada
vers la fin des années 60 avec des bombes dans les boîtes aux lettres, des
kidnappings et un meurtre)."
    En regard de cet extrait, la plaignante se dit choquée que la
chroniqueuse puisse affirmer que les événements de la crise d'Octobre 1970
aient pu procurer des frissons de plaisir à qui que ce soit au Québec. La
plaignante affirme que parmi les Québécois qu'elle côtoie, toutes allégeances
politiques confondues, aucun n'a trouvé acceptable ces événements reliés au
FLQ. Mme Beaulieu pense plutôt que la chroniqueuse aurait dû se questionner
sur le véritable impact que ces événements ont provoqué sur la pensée
collective québécoise, à savoir s'il serait possible que de tels actes aient
pu choquer les Québécois au point qu'ils soient maintenant dégoûtés par tout
acte de terrorisme que ce soit, d'où l'organisation de cette marche pour la
paix en août 2006.

    APPUIS

    La plainte est appuyée par huit autres personnes, ayant présenté des
récriminations similaires à celles formulée par les cinq plaignants, à
l'endroit de Mme Kay et du National Post.

    COMMENTAIRES DES MIS-EN-CAUSE

    Commentaires de M. Gerald Owen, responsable des plaintes
    --------------------------------------------------------

    M. Owen précise premièrement que le National Post n'est pas membre du
Conseil de presse du Québec. En réponse aux plaignants, il indique que la
journaliste Mme Kay a déjà répondu à la controverse engendrée par sa chronique
du 9 août 2006, dans une chronique suivante, parue le 17 août 2006. En guise
de commentaires, le mis-en-cause fournit donc une copie de cet article
intitulé "Quebecers in denial : Counterpoint" (Le démenti des Québécois :
Contrepoint).
    Mme Kay y explique qu'elle a affirmé que, dans un Québec indépendant,
sous la pression de sa population immigrée libanaise shiite, le Hezbollah
serait retiré de la liste officielle des terroristes et que les défenseurs du
terrorisme trouveraient au Québec, un endroit offrant peu de résistance à
l'islamisme bourgeonnant, parmi ses immigrés musulmans.
    La mise-en-cause précise qu'elle croit une telle chose, en raison du
comportement dont on fait montre les quatre politiciens qu'elle a critiqués
dans sa chronique. La chroniqueuse prétend que le comité d'organisation du
rassemblement soi-disant pour la paix, a délibérément exclu la présence juive,
ce qui constituait en soi un acte antisémite et un avertissement à n'importe
quel politicien, qui doit rester neutre dans de telles circonstances, de
rester loin d'un tel événement.
    La journaliste ajoute que chacun des quatre chefs, tout comme les chefs
des syndicats du Québec, ont signé un manifeste qui n'a pas condamné
l'agression du Hezbollah, l'approuvant ainsi, puis qu'ils ont volontairement
assumé un rôle dominant dans une marche dans laquelle des drapeaux du
Hezbollah étaient mis en évidence en plus de pancartes affichant des slogans
tels que "Juifs assassins", "Nous sommes tous Hezbollah", "Longue vie à
Nasrallah" et "Vive le Hezbollah". De même, le cinéaste séparatiste bien
connu, M. Pierre Falardeau, aurait été photographié brandissant un drapeau
fleurdelisé dans une main et un drapeau du Hezbollah dans l'autre. Un graffiti
réalisé sur un bâtiment aurait également mentionné : "Dieu f... les juifs".
Mme Kay prétend aussi qu'un châle de prière juif a été déchiré en morceaux.
    La chroniqueuse ajoute qu'il faut se rappeler que le Hezbollah est
officiellement classifié comme une organisation terroriste par le gouvernement
canadien. Elle se demande donc si ces mêmes chefs seraient demeurés aveugles
devant des affiches portant des mentions telles que : "Nous sommes tous KKK",
"Longue vie à Oussama Ben Laden", "Nous sommes tous des nazis" ou "Les femmes
sont des porcs". Mme Kay soutient que la mission du Hezbollah est de supprimer
les Juifs, non simplement les Israéliens, de la terre.
    Mme Kay reconnaît que des marches semblables ont eu lieu dans d'autres
villes canadiennes, mais que, différemment au Québec, les politiciens à
Toronto et ailleurs au Canada n'ont pas marché à la tête de ces manifestations
haineuses.
    Pour la journaliste, la complicité de ces politiciens, non pas avec le
terrorisme lui-même, mais avec ceux qui le soutiennent, indique un penchant
pour la conciliation avec des attitudes haineuses. Quand les marchands de
haine voient le manque de jugement des élites dirigeantes, elle croit qu'ils
en profitent. C'est ce qui s'est produit, selon elle, en Angleterre et Europe
et ce qui pourrait se produire ici, si nous ne sommes pas vigilants. Mme Kay
soutient que des commentateurs québécois ont convenu que les politiciens
n'auraient pas dû participer à ce rassemblement.
    Mme Kay ajoute que les diplomates sont habituellement prudents quant à
leurs interventions officielles, mais l'ambassadeur israélien considère la
question assez sérieuse pour avoir écrit une lettre officielle exprimant de
grandes inquiétudes à Gilles Duceppe. La mise-en-cause avance que la
communauté juive de Montréal est dévastée par le manque spectaculaire de
jugement et de sensibilité de ces politiciens.
    Pour conclure, Mme Kay répond aux médias francophones et à ses
détracteurs que cette histoire ne la concerne pas directement ou n'est pas de
sa faute. Elle explique que l'ouest est dans une guerre contre
l'Islamo-fascisme global qui a déjà fait son nid dans nos villes et soutient
que les canadiens doivent combattre la haine qui le nourrit de toutes les
manières possibles. Mme Kay maintient que les politiciens du Québec et les
chefs des syndicats ont, par leur silence, leur faiblesse et leurs actes de
complicité manifeste, légitimé plutôt que désamorcé le sentiment antijuif au
Québec. Pour ces raisons, la journaliste continue d'endosser les déclarations
de sa chronique précédente, à l'effet que le Québec, dans les mains des
dirigeants qui ont participé à la manifestation du 6 août, pourrait très bien
devenir un "Quebecistan".

    REPLIQUE DES PLAIGNANTS

    Réplique de M. Jean Dorion, président général de la Société Saint-Jean-
    Baptiste de Montréal
    -----------------------------------------------------------------------

    M. Dorion indique que la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM)
n'entend pas présenter de réplique aux commentaires de M. Owen, ni à la
seconde chronique de Mme Kay, puisqu'il croit que la plainte déposée
précédemment et l'article mis-en-cause sont très clairs et devraient permettre
au Conseil de presse de se prononcer.

    Réplique de M. Francis Léger
    ----------------------------

    M. Léger répond qu'il ne sent pas le besoin de répliquer aux commentaires
de M. Owen.

    DECISION

    Les plaignants exprimaient plusieurs doléances en regard de la chronique
de la journaliste Mme Barbara Kay, parue le 9 août 2006 dans le quotidien
National Post, sous le titre "The rise of Quebecistan" notamment,
l'inexactitude de l'information, le manque d'équilibre et d'exhaustivité de
l'information, le manque de rigueur, la pondération et la partialité de
l'information ainsi que le respect des groupes sociaux.
    Les organes de presse et les journalistes ont le devoir de livrer au
public une information complète, rigoureuse et conforme aux faits et aux
événements. La rigueur intellectuelle et professionnelle dont ils doivent
faire preuve représente la garantie d'une information de qualité. Elle ne
signifie aucunement sévérité ou austérité, restriction, censure, conformisme
ou absence d'imagination. Elle est plutôt synonyme d'exactitude, de précision,
d'intégrité, de respect des personnes et des groupes, des faits et des
événements.
    Bien que la latitude reconnue au genre journalistique de la chronique
accorde aux chroniqueurs le droit d'adopter un ton polémiste pour prendre
parti et exprimer leurs critiques dans le style qui leur est propre, ceux-ci
ne sauraient se soustraire à ces règles de rigueur et d'exactitude. En ce
sens, ils doivent éviter, tant par le ton que par le vocabulaire qu'ils
emploient, de donner aux événements une signification qu'ils n'ont pas ou de
laisser planer des malentendus qui risquent de discréditer les personnes ou
les groupes.
    Le Conseil a noté tout au long de la chronique de Mme Kay un manque de
rigueur dans la présentation du contexte entourant la marche pour la paix
d'août 2006, qui tend à inciter le lecteur à prêter des intentions à des
personnalités publiques sans fait concret pour les démontrer. A plusieurs
reprises dans la chronique, la journaliste a déformé des faits, pour ne
présenter qu'une partie de la situation, ne visant qu'à soutenir son point de
vue à l'effet que les dirigeants d'un Québec indépendant, retireraient le
Hezbollah de la liste des mouvements terroristes et que ce nouveau pays
deviendrait une terre d'accueil pour ceux-ci.
    Le Conseil rappelle que, si les chroniqueurs peuvent dénoncer avec
vigueur les idées et les actions qu'ils réprouvent, porter des jugements en
toute liberté, rien ne les autorise cependant à altérer des faits pour
justifier l'interprétation qu'ils en tirent.
    La déontologie du Conseil de presse établie clairement que les médias et
les professionnels de l'information doivent éviter de cultiver ou d'entretenir
les préjugés. Ils doivent impérativement éviter d'utiliser, à l'endroit des
personnes ou des groupes, des représentations ou des termes qui tendent à
soulever le mépris, à heurter la dignité d'une personne ou d'une catégorie de
personnes en raison d'un motif discriminatoire.
    Le Conseil a estimé que les propos de la journaliste équivalaient à une
provocation indue, en plus d'établir des généralisations propres à perpétuer
les préjugés plutôt qu'à les dissiper.
    Au terme de ce qui précède, le Conseil retient la plainte de la Ligue
contre la francophobie canadienne, de la Société Saint-Jean-Baptiste de
Montréal, de MM. Francis Léger et Martin Proulx et de Mme Josée Beaulieu
contre la journaliste Mme Barbara Kay et le quotidien le National Post, pour
manquements en regard de l'équilibre, de la rigueur, de la pondération et pour
manque de respect envers certains groupes sociaux.

    Nathalie Verge, secrétaire générale
    Au nom du comité des plaintes et de l'éthique de l'information




Renseignements :

Renseignements: Nathalie Verge, secrétaire générale, Conseil de presse
du Québec, (514) 529-2818, info@conseildepresse.qc.ca

Profil de l'entreprise

Conseil de presse du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.