Conseil de la fédération et changements climatiques - LE GOUVERNEMENT CHAREST TOURNE LE DOS AU CONSENSUS QUEBECOIS



    QUEBEC, le 5 août /CNW Telbec/ - "Nous sommes plutôt inquiets de
constater que le gouvernement Charest tourne le dos au consensus québécois et
préfère défendre la position insoutenable du gouvernement albertain en matière
de changements climatiques. Il est reconnu par tous les experts que
l'exploitation des sables bitumineux est une catastrophe écologique et Jean
Charest devrait profiter de sa présence au Conseil de la fédération pour
demander à l'Alberta de faire sa part afin de diminuer ses émissions de gaz à
effets de serre.", soutient le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville.
Après que le gouvernement libéral ait échoué en matière de financement de
l'éducation postsecondaire, de déséquilibre fiscal et de l'élimination du
pouvoir fédéral de dépenser, le Parti Québécois se dit préoccupé par les
discussions sur les changements climatiques.
    L'année dernière, à Québec, avant même le début de la rencontre du
Conseil de la fédération, Jean Charest laissait entendre que pour les
changements climatiques, les provinces resteraient divisées et qu'il se
contenterait de discuter de sujets sur lesquels tout le monde était déjà
d'accord. Il est donc prévisible que le premier ministre refuse de défendre
les intérêts du Québec.
    "Alors que la Conférence sur les changements climatiques de Copenhague
approche à grands pas, Jean Charest n'a toujours pas réussi à faire fléchir le
gouvernement fédéral. Les conservateurs ont été clairs, si le Québec veut
prendre la parole, il devra défendre la position du Canada. Le premier
ministre du Québec devra-t-il donc se résigner à assister à la Conférence de
Copenhague en tant que spectateur?", s'interroge Louise Beaudoin, députée de
Rosemont et porte-parole en matière de relations internationales.
    "En matière de changements climatiques, Jean Charest doit défendre les
intérêts du Québec et non pas ceux de l'Alberta. Il doit rappeler à l'ordre
Claude Béchard qui, à sa première sortie à titre de ministre des Affaires
intergouvernementales canadiennes, ne semble pas comprendre son mandat de
défendre les intérêts du Québec", a conclu Bernard Drainville.
    -%SU: ENV,CPN
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Marie Barrette, Attachée de presse, Aile parlementaire
du Parti Québécois, (418) 643-2743


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.