Confier la construction d'installations de haute sécurité au secteur privé est une très mauvaise décision, selon l'UEDN



    OTTAWA, le 7 mai /CNW Telbec/ - En proposant au secteur privé de
construire et d'exploiter une nouvelle installation haute sécurité pour le
Centre de la sécurité des télécommunications Canada (CSTC), le gouvernement
fédéral court après les ennuis dans le domaine de la sécurité du pays, a fait
valoir Philippe Turcq, le vice-président pour le Québec de l'Union des
employés de la Défense nationale (UEDN), un Elément de l'Alliance de la
Fonction publique du Canada (AFPC).
    Mercredi dernier, la direction du CSTC a informé l'UEDN qu'il entend
construire et exploiter de nouvelles installations par l'entremise d'un
partenariat public-privé (PPP). Pour ce faire, il émettra un appel d'offres de
type "conception, construction, financement et entretien".
    "S'en remettre au secteur privé pour concevoir et entretenir des
installations haute sécurité d'une importance vitale n'a aucun bon sens",
affirme M. Turcq, dont les membres fournissent des services de sécurité
essentiels au CSTC.
    Le CSTC est une composante cruciale de la stratégie antiterroriste du
Canada. Il fournit des renseignements étrangers et veille à la sécurité des
communications électroniques du gouvernement.
    John Adams, le chef du CSTC, a expliqué au syndicat les raisons qui ont
incité le gouvernement à privilégier la formule du PPP : les délais de
construction sont plus courts et le contrat signé avec l'entrepreneur retenu
prévoit des dispositions selon lesquelles ce dernier assumerait le financement
et tous les risques pendant 30 ans.
    "C'est ridicule. Jusqu'à présent, au Canada, le recours aux PPP donne des
résultats lamentables. C'est un échec à bien des égards : délais de
construction non respectés, dépassement de budget et c'est toujours la
population qui paie la note", déplore Philippe Turcq.
    Le syndicat a demandé à la direction du CSTC de lui présenter des
arguments crédibles et détaillés comparant les avantages d'un PPP à ceux de
l'achat direct. Le syndicat incite aussi les parlementaires à exiger cette
information ainsi qu'un examen minutieux des motifs privilégiant les PPP.




Renseignements :

Renseignements: Philippe Turcq, Vice-président, Québec, UEDN, (514)
247-3094


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.