Conditions de travail dans le secteur du transport scolaire - Des salaires en bas des normes du travail

SAINT-EUSTACHE, QC. le 21 nov. 2011 /CNW Telbec/ - Ce matin, lors d'une conférence de presse, des travailleuses et des travailleurs du Groupe Renaud, un transporteur scolaire des basses Laurentides, ont levé le voile sur leurs conditions de travail. Malgré l'intimidation et les représailles vécues sur le terrain, ces militantes et ces militants sont venus exposer leur réalité dans leur milieu de travail.

Des conductrices et des conducteurs de berlines scolaires - des fourgonnettes adaptées au transport d'élèves fréquentant des écoles spécialisées -, ont interpellé la ministre du Travail, Lise Thériault : « Comme nos collègues conduisant des autobus scolaires réguliers, nous sommes passionnés par notre travail, nous veillons au transport d'enfants vers leurs milieux scolaires, mais nous faisons ce travail avec des écoliers vivant avec divers handicaps, ce qui nous demande une attention toute particulière envers eux. Nous comprenons donc très mal que nous touchions un salaire horaire en bas de ce que la Loi des normes du travail prévoit », de préciser Michel Laurin, porte-parole des salarié-es.

Les travailleurs liés au Groupe Renaud ont démontré, relevés de paie et description minutieuse des heures accomplies chaque jour à l'appui, que leur taux horaire avoisine les 7,57 $, 8,40 $ ou 8,49 $ l'heure, des taux horaires en deçà du minimum de 9,65 $ légalement reconnu aujourd'hui au Québec.

Présent à la conférence de presse, Jacques Forgues, président du Secteur transport scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics de la CSN, a rappelé que, depuis plus de 20 ans, la CSN milite pour une reconnaissance du travail des conductrices et des conducteurs d'autobus scolaire. « Pour tout le monde travaillant dans le transport scolaire, syndiqués ou non, nos revendications sont simples et claires : nous voulons de bonnes conditions de travail, un salaire décent et la reconnaissance de notre métier. Ce matin, des laissés-pour-compte ont décidé de parler pour les sans-voix, pour toutes celles et tous ceux qui ne réussissent pas à obtenir un minimum de respect de la part de leurs employeurs », de déclarer monsieur Forgues.

Au final, monsieur Laurin a exigé une rencontre avec la ministre pour que cesse cette discrimination systémique : « Nous voulons rencontrer madame Thériault pour qu'elle saisisse toute la problématique des conditions que nous subissons. Nous voulons également un vrai syndicat pour défendre nos droits et nos intérêts et, en ce sens, la CSN nous a déjà prouvé qu'elle nous épaulerait là où d'autres associations nous ont laissé tomber. »

Les salarié-es présents à la conférence de presse sont en attente d'une décision de la Commission des relations de travail qui validera leur récente décision de s'affilier à la CSN.

Fondée en 1921, la CSN regroupe 300 000 travailleuses et travailleurs des secteurs public et privé.

SOURCE CSN

Renseignements :

Source : Confédération des syndicats nationaux

Renseignements : Martin Petit, Service des communications de la CSN
Cellulaire : 514 894-1326 ; bureau : 514 598-2112.


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.