Conclusion d'un accord de principe au terme d'une grève de 12 semaines et demie dans le secteur forestier de la côte britanno-colombienne



    D'après les Métallos, l'accord contrecarrera le droit de la société
    d'imposer des quarts de travail et permettra d'améliorer la sécurité

    BURNABY, C.-B., le 15 oct. /CNW/ - Les employeurs du secteur forestier de
la côte britanno-colombienne perdront leur droit unilatéral d'imposer des
quarts de travail si les grévistes membres des Métallos ratifient un accord de
principe signé lundi par le comité de négociation des Métallos et Forest
Industrial Relations (FIR). La sécurité et la planification des quarts de
travail étaient les principaux points en litige.
    Le nouvel accord, s'il est ratifié par les Métallos dans le cadre d'un
vote qui devrait avoir lieu la fin de semaine prochaine, mettrait un terme à
la grève qu'observent plus de 6 000 travailleurs au service des sociétés
membres de FIR depuis le 21 juillet.
    "Nous avons considérablement entravé le droit unilatéral des entreprises
du secteur d'imposer de nouveaux horaires de travail", fait remarquer Steve
Hunt, directeur des Métallos pour l'Ouest du Canada. "Les sociétés devront
maintenant justifier les changements de quarts qu'elles souhaitent instaurer
en fonction de leurs activités commerciales. De plus, nos membres pourront
créer des solutions de rechange et accéder à des mécanismes de résolution de
conflits, ce qui constitue un gain important pour eux et leurs familles."
    L'accord de principe prévoit également des améliorations majeures en
matière de sécurité. Ainsi, d'après le libellé de l'accord, les travailleurs
auront le droit de refuser d'exécuter des tâches peu sûres ou dangereuses.
D'après M. Hunt, le libellé est clair comme de l'eau de roche : les
travailleurs n'ont pas à risquer leur vie ni leurs membres, peu importe les
contraintes liées à la vitesse d'exécution ou à la production. L'accord
enjoint également les entreprises forestières à mettre un service de transport
à la disposition des entrepreneurs et des sous-traitants blessés.
    "Un terrible accident a causé la mort du bûcheron Ted Gramlich, ce qui a
par la suite donné lieu à une enquête. Dans ce contexte, le fait de pouvoir
assurer un service de transport aux entrepreneurs et aux sous-traitants est
une importante réussite qui, nous l'espérons, contribuera à prévenir d'autres
tragédies dans le futur", ajoute M. Hunt.
    L'accord de principe conclu avec les Métallos renferme également une
nouvelle clause qui prévoit l'octroi d'une indemnité de départ aux employés
touchés par la fermeture partielle d'une usine, situation que les ouvriers
subissent durement et depuis longtemps. L'accord garantirait aux travailleurs
des indemnités complètes si "la principale section de l'usine consacrée à la
transformation et à la production demeure inexploitée" pendant 24 mois.
    "Cette clause empêche les employeurs de fermer leur usine de façon
permanente et d'éviter de payer des indemnités de départ en gardant quelques
employés en poste", soutient Bob Matters, président du conseil du bois des
Métallos. "Nous luttons depuis les années 1980 pour faire progresser ce
dossier."
    En vertu de l'accord, les Métallos réclament une augmentation de salaire
de 2 %, 3 % et 2 % par année sur une période de trois ans; le salaire horaire
de base passera ainsi de 23,26 $ à 24,92 $ d'ici la troisième année de
l'entente. Il s'agit là d'un élément important, compte tenu de la vigueur du
marché du travail et de la concurrence qui rendent difficile le recrutement de
main d'oeuvre dans le secteur, souligne M. Matters.
    Le comité de négociation des Métallos a accepté de recommander l'accord à
ses membres.
    "Je suis fier de la solidarité de nos membres et du soutien que nous
accordent d'autres syndicats, nos collectivités et les Métallos de toute
l'Amérique du Nord. Compte tenu des difficultés inhérentes au contexte
économique actuel (la hausse du dollar canadien, l'inertie du marché du bois
d'oeuvre et l'accord Harper-Bush sur le bois d'oeuvre), il aurait été facile
d'abandonner la lutte", affirme M. Hunt. "En plus d'avoir fait preuve de
solidarité sur nos piquets de grève, nous avons bénéficié du soutien des
Métallos et de nos alliés partout en Amérique du Nord."
    "Nous avons été capables d'inciter les entreprises à retourner à la table
de négociation pour aborder un certain nombre de points qui ne faisaient pas
partie de leur "offre définitive" déposée en juillet", indique M. Matters.
"Cet accord est une victoire pour nos membres."
    L'accord de principe concerne les travailleurs au service des sociétés
membres de FIR. Les travailleurs de TimberWest, d'International Forest
Products (Interfor) et d'Island Timberlands demeurent en grève. Cela dit, le
Syndicat des Métallos espère conclure un accord avec ces sociétés sous peu.





Renseignements :

Renseignements: Steve Hunt, (604) 816-2554; Bob Matters, (604) 966-4476


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.