Compressions dans les régimes de soins de santé : peu indiquées en période de récession



    
    - Selon les résultats du Sondage, il faut trouver un équilibre entre la
    gestion des coûts et la productivité des employés -
    

    LAVAL, QC, le 27 mai /CNW/ - Si les employeurs peuvent être tentés de
réduire les dépenses associées à leur régime de soins de santé en cette
période d'incertitude économique, pour traverser la tempête, les sociétés
doivent concilier les pressions actuelles et la nécessité à court et à long
terme d'assurer le bon rendement de l'organisation et la productivité du
personnel.
    Ces résultats, et d'autres, sont tirés de la douzième édition du Sondage
sanofi-aventis sur les soins de santé, publié aujourd'hui. Ce sondage
national, effectué auprès de 2 090 participants à un régime collectif de soins
de santé, est le plus complet du genre à cerner les attitudes et préférences
des Canadiens à l'égard de leur régime collectif de soins de santé financé par
l'employeur. Le Sondage explore aussi la perception des répondants à l'égard
du rôle du système public de santé et du milieu de travail.
    Le Sondage fait ressortir des points importants que les employeurs
devraient prendre en considération au moment d'examiner la valeur de leurs
programmes d'avantages sociaux, pour l'entreprise comme pour son personnel :

    
    -   Le niveau de stress des employés est important. Cela nuit à la
        productivité et, par conséquent, au rendement global de l'entreprise
        : plus d'un répondant sur quatre dit manquer d'efficacité au travail
        lorsqu'il subit du stress.
    -   Les employés continuent d'accorder une grande valeur à leur régime de
        soin de santé : plus de la moitié des répondants choisiraient leur
        régime de soins de santé plutôt que 15 000 $ en argent comptant.
    -   L'accès aux soins de santé préoccupe beaucoup les participants aux
        régimes de soins collectifs de santé : les répondants en mauvaise ou
        très mauvaise santé sont plus nombreux à trouver l'accès déficient.
    -   Les employeurs continuent d'offrir de bons programmes pour promouvoir
        la santé et le mieux-être, mais doivent réévaluer leurs stratégies
        pour accroître la participation des employés : les répondants dont
        l'employeur offre un programme de promotion de la santé sont beaucoup
        plus nombreux à juger excellente ou très bonne la qualité de leur
        régime.

    L'effet nuisible du stress sur la santé et la productivité
    

    Si bon nombre d'employés canadiens sont en bonne santé et prennent les
mesures qu'il faut pour favoriser leur bien-être - près de la moitié (47 %)
des répondants affirment avoir été en excellente ou en très bonne santé au
cours de la dernière année -, il est clair que le climat économique a fait
monter de plusieurs crans le niveau de stress.
    Près d'un tiers des répondants (31 %), sont d'accord pour dire que le
stress à la maison ou dans leur vie personnelle les a rendus malades, et deux
répondants sur cinq (38 %) affirment la même chose en ce qui a trait au stress
au travail. En fait, plus d'un répondant sur quatre (28 %) dit manquer
d'efficacité au travail lorsqu'il subit du stress. Ils sont presque autant (26
%) à se faire porter malades quelques jours lorsqu'ils se sentent stressés.
Fait positif, les répondants tout à fait d'accord pour dire que le stress au
travail les a rendus malades au cours de la dernière année et qui ont accès à
un programme de mieux-être sont plus portés à y recourir que l'ensemble des
répondants (56 % contre 35 %, respectivement).
    Les finances personnelles ou les obligations financières constituent
l'une des principales causes de stress (de 8 à 10 sur une échelle de 1 à 10)
pour 31 % des répondants. Les résidents de l'Alberta (33 %) et de l'Ontario
(32 %) sont plus portés à déclarer qu'ils sont très stressés par leurs
finances que ceux des autres provinces. Les Ontariens ressentent le niveau de
stress le plus élevé pour ce qui est de la précarité d'emploi (20 %, contre 15
% de l'ensemble des répondants). Pour mettre les choses en contexte, précisons
que la Colombie-Britannique, l'Alberta et l'Ontario ont enregistré les plus
fortes baisses d'emploi depuis le début de la récession en octobre 2008,
celles-ci ayant coûté 174 000 emplois en Ontario, pour la plupart des postes à
temps plein(1).
    "Le climat économique actuel constitue une excellente occasion pour les
employeurs de contribuer à atténuer le stress chez les employés. Compte tenu
des effets nuisibles du stress sur la productivité et la santé, les employeurs
doivent s'attaquer au problème sous tous les angles, de façon à la fois ciblée
et globale, par exemple en offrant des programmes de mieux-être et des
services de consultation, en veillant à maintenir à un niveau raisonnable la
charge de travail ainsi qu'à assurer une bonne communication et en procurant
du soutien", commente Jacques L'Espérance, président de J. L'Espérance
Actuariat Conseil Inc. et membre du Conseil consultatif du Sondage
sanofi-aventis sur les soins de santé.

    La valeur des régimes de soins de santé

    Malgré les risques de perte d'emploi et d'endettement accru qui planent
sur de nombreuses familles canadiennes, les répondants préfèrent leur régime à
une somme d'argent supplémentaire. En effet, 52 % préfèrent leur régime de
soins de santé à une somme de 15 000 $ (contre 41 % qui choisissent l'argent).
Pour la majorité des répondants (64 %), le remboursement des soins de santé
courants pour eux et leur famille est la composante du régime la plus
importante.
    Par ailleurs, les employés disent avoir un rôle à jouer dans la maîtrise
des coûts de leur régime de soins de santé. Près de six répondants sur dix (57
%) sont tout à fait d'accord ou plutôt d'accord pour aider leur employeur à
contenir les coûts de leur régime.
    "Les employés sont l'épine dorsale d'une entreprise et en déterminent le
succès - la faiblesse de l'économie ne change pas cette réalité. Les sociétés
qui réduisent leur effectif pour survivre doivent continuer de s'occuper de
ceux qui restent en poste. Les employés recherchent une certaine tranquillité
d'esprit, et le Sondage montre que le régime de soins de santé offre un
important niveau de sécurité", fait observer Chris Bonnett, membre du Conseil
consultatif du Sondage sanofi-aventis sur les soins de santé et président d'H3
Consulting/businesshealth à Toronto.

    L'accès aux soins de santé, source de préoccupation

    L'accès aux soins de santé et aux traitements (visites chez le médecin,
diagnostics, médicaments et soins d'urgence, notamment) préoccupe beaucoup les
participants à un régime de soins de santé. Les répondants en mauvaise ou très
mauvaise santé sont plus nombreux à trouver l'accès déficient (31 % le
trouvent mauvais ou très mauvais, contre 23 % de l'ensemble des répondants)
que ceux qui sont en bonne santé (27 %), en très bonne santé (19 %) ou en
excellente santé (16 %). Le problème est encore plus aigu au Québec, où seuls
18 % des répondants jugent excellent ou très bon l'accès aux services de santé
et 35 % le jugent mauvais ou très mauvais.
    En ce qui concerne les médicaments, la majorité des répondants (57 %) dit
avoir eu des difficultés à accéder aux médicaments sur ordonnance à cause d'au
moins une des situations présentées. Notamment, près d'un répondant sur dix (8
%) s'est abstenu d'acheter un médicament prescrit parce qu'il n'était pas
couvert par son régime de soins de santé. Parmi les répondants dont le revenu
familial est inférieur à 30 000 $, 18 % se sont abstenus d'acheter un
médicament prescrit parce qu'il n'était pas couvert.
    "Les employeurs ont l'occasion de protéger leurs intérêts en contribuant
à combler les lacunes sur le plan de l'accès aux soins et en faisant en sorte
que les employés puissent retrouver leur plein potentiel et retourner au
travail plus vite, en bonne santé", explique M. Bonnett.

    Les programmes de santé et de mieux-être, des mesures qui rapportent

    Le Sondage met en lumière les retombées positives que peuvent avoir les
programmes de santé et de mieux-être pour les employeurs. Les répondants dont
l'employeur offre un programme de promotion de la santé sont beaucoup plus
nombreux à juger excellente ou très bonne la qualité de leur régime (65 %
contre 54 %), sont plus satisfaits de leur emploi (82 % contre 77 %) et
ressentent l'obligation d'aider leur employeur à contenir les coûts du régime
de soins de santé (66 % contre 57 %).
    Les employés doivent participer aux programmes de mieux-être pour en
retirer les bienfaits, mais beaucoup ne le font pas. Dans les faits, seuls 35
% des répondants qui ont accès à un programme de mieux-être au travail y
participent, soit "oui, certainement" (11 %), soit "oui, plus ou moins" (24
%). Les participants à un régime collectif de soins de santé disent qu'ils
seraient plus disposés à adopter de saines habitudes si leur employeur
participait aux frais d'abonnement à un centre de conditionnement physique (62
%), leur offrait de petits incitatifs financiers (61 %), des aliments plus
sains sur les lieux du travail (56 %) ou un horaire de travail plus souple (55
%), ou s'il leur accordait du temps le midi ou durant les pauses pour des
activités de conditionnement physique (51 %).
    "Ce qu'il faut retenir, c'est que les employeurs doivent prendre
conscience du fait qu'il ne suffit pas de proposer un programme de mieux-être.
Ils doivent adopter une démarche stratégique en offrant des programmes
pertinents, propres à susciter l'intérêt des employés. Il est également
primordial de trouver des moyens d'inciter les employés à adopter des
habitudes de vie plus saines, surtout lorsqu'on traverse une période
économique difficile", précise M. Bonnett.

    A propos du Sondage

    Sanofi-aventis a mandaté le Groupe des publications d'affaires et
professionnelles des Editions Rogers pour faire le Sondage 2009, le douzième
de la série. Ces conclusions sont tirées d'un sondage mené pour le compte de
ces deux sociétés, du 2 au 22 décembre 2008, auprès de 2 090 participants
principaux à un régime collectif de soins de santé par l'intermédiaire du site
Ipsos i-Say, groupe consultatif national en ligne d'Ipsos Reid et par
téléphone auprès de participants principaux à un régime collectif de soins de
santé choisis au hasard. Les résultats proviennent d'un échantillon établi
selon la méthode d'échantillonnage par quotas et pondération de façon à
équilibrer les données démographiques et à s'assurer que sa composition
reflète celle de la population canadienne selon les données du dernier
recensement. Les échantillonnages par quotas et pondération du groupe
consultatif en ligne d'Ipsos Reid visent à fournir un échantillonnage
aléatoire. Il n'y a pas de marge d'erreur statistique pour les sondages en
ligne. Toutefois, la marge d'erreur estimée pour un échantillon aléatoire non
pondéré de cette taille, comportant un taux de réponse de 100 %, serait de 2,5
%, 19 fois sur 20.
    Pour obtenir les résultats complets du Sondage, consultez le site
www.sanofi-aventis.ca.

    A propos de sanofi-aventis

    Sanofi-aventis est un leader mondial de l'industrie pharmaceutique qui
recherche, développe et diffuse des solutions thérapeutiques pour améliorer la
vie de chacun. Sanofi-aventis est cotée en bourse à Paris (EURONEXT : SAN) et
à New York (NYSE : SNY).
    Sanofi-aventis est représentée au Canada par sanofi-aventis Canada Inc.,
entreprise pharmaceutique établie à Laval, au Québec, et par Sanofi Pasteur
Limitée, producteur de vaccins établi à Toronto, Ontario. Ces deux entreprises
comptent plus de 2 000 employés et sont des leaders du secteur
biopharmaceutique au Canada, une industrie indispensable axée sur la recherche
qui est une source d'emplois, d'affaires et de possibilités dans tout le pays.

    
    Références
    (1) Statistique Canada, Enquête sur la population active (avril 2009)
    





Renseignements :

Renseignements: MELISSA MALOUL-COHEN, Conseillère, Tél.: (514) 845-2257,
poste 228, melissa.maloul-cohen@cohnwolfe.ca; CHRISTIAN MARCOUX, Directeur,
Communications, Sanofi-aventis Canada Inc., Tél.: 1-877-904-2667, Téléc.:
(514) 956-4199, christian.marcoux@sanofi-aventis.com

Profil de l'entreprise

SANOFI-AVENTIS

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.