Communiqué de presse de l'Imperial College London - Un traitement contre l'hypertension entraîne une baisse considérable de la mortalité et des événements cardiovasculaires chez les personnes âgées de 80 ans et plus



    
             (xxx)Un court point de presse se tiendra à Chicago
           le lundi 31 mars à 12 h 45 (heure d'été de l'est) pour
     discuter des résultats. Pour savoir comment suivre ce point de presse
           par téléphone ou en direct sur Internet, il suffit de
        s'adresser au service de presse de l'ACC, (312) 949-3450(xxx)
    

    MONTREAL, le 31 mars /CNW Telbec/ - L'abaissement de la pression
artérielle des patients âgés serait susceptible de réduire d'un cinquième leur
taux de mortalité et du tiers leurs risques pour eux d'être victimes
d'événements cardiovasculaires selon une nouvelle étude dont les résultats ont
été présentés aujourd'hui à l'American College of Cardiolology et publiés dans
le New England Journal of Medicine.
    Baptisée HYVET (de l'anglais Hypertension in the Very Elderly Trial),
cette étude a été coordonnée par les chercheurs de l'Imperial College London
auprès de 3 845 patients très âgés. Il s'agit en fait de la plus importante
étude clinique à s'être penchée sur les effets d'un traitement
antihypertenseur uniquement chez les personnes 80 ans et plus. Une partie des
patients a simplement reçu des placébos, tandis que l'autre s'est vue
administrer, par doses de 1,5 mg, un diurétique à diffusion lente,
l'indapamide, ainsi qu'un enzyme de conversion de l'angiotensine (ACE), le
périndopril, à raison d'un comprimé par jour.
    Ce traitement s'est entre autres traduit par des réductions de 21 pour
cent (p = 0,02) du taux de mortalité global, de 39 pour cent (p = 0,05) du
taux de mortalité par accident vasculaire cérébral, de 64 pour cent (p (plus
petit que) 0,001) des insuffisances cardiaques mortelles et non mortelles,
ainsi que de 34 pour cent (p (plus petit que) 0.001) des événements
cardiovasculaires. Toutes ces réductions ont été observées dès la première
année de suivi des patients.
    La réduction du taux de mortalité, inattendue, constitue une première.
Certes, des essais antérieurs avaient montré que l'abaissement de la pression
artérielle chez les moins de 80 ans réduisait les risques d'accidents
vasculaires cérébraux et d'événements cardiovasculaires En revanche, d'autres
études antérieures, de moindre ampleur et non concluantes, avaient semblé
indiquer que si l'abaissement de la pression artérielle chez les 80 ans et
plus réduisait le nombre d'accidents vasculaires cérébraux, elle n'atténuait
en rien leur taux de mortalité et pouvait même contribuer à l'augmenter.
    En juillet 2007, l'étude été interrompue plus tôt que prévue suite aux
recommandations d'un comité indépendant de surveillance des données, après que
celui ci ait observé des baisses considérables de la mortalité globale et des
accidents vasculaires cérébraux chez les personnes bénéficiant du traitement.
Les résultats définitifs de l'étude ont montré une réduction significative du
taux de mortalité par accidents vasculaires cérébraux, sans toutefois que la
réduction de 30 pour cent du taux de ces accidents revête une réelle
signification statistique (p = 0,06). Chez les personnes âgées de 80 ans et
plus, jusqu'à la moitié des accidents vasculaires cérébraux se révèlent
mortels. La réduction du taux des accidents vasculaires cérébraux léthaux
constitue donc un important constat.
    Chercheur principal de l'étude, le professeur émérite Christopher
Bulpitt, du Care of the Ederly Group de l'Imperial College London, a déclaré :
"Avant notre étude, les médecins ignoraient si ce traitement antihypertenseur
pouvait avoir chez les personnes très âgées autant d'effets bénéfiques que
chez les personnes plus jeunes. Or, nos résultats montrent clairement que ce
traitement a d'importants effets positifs chez un grand nombre de patients
âgés de 80 ans et plus. C'est une bonne nouvelle, car avec l'accroissement de
l'espérance de vie, de plus en plus de gens dépassent aujourd'hui le cap des
80 ans. Nous sommes très heureux de constater que le traitement administré a
permis de réduire, sans risques, le taux d'événements cardiovasculaires et le
taux de mortalité." Les chercheurs espèrent que leurs constats contribueront à
lever les doutes de certains cliniciens quant à l'opportunité de traiter les
plus de 80 ans pour l'hypertension. M. Nigel Beckett, coordonnateur des essais
au sein du Care of the Ederly Group de l'Imperial College London, ajoute : "A
l'heure actuelle, nombre de personnes très âgées souffrant d'hypertension ne
sont pas traitées pour cette pathologie, les médecins ignorant si cela est
susceptible de les aider ou non. Nous espérons qu'à la suite de notre étude,
les médecins seront plus enclins à traiter ces patients conformément à notre
protocole."
    En dépit de l'interruption prématurée de l'étude, une évaluation des
avantages à long terme du traitement se poursuit.
    Des patients de 13 pays souffrant d'hypertension, à savoir d'une pression
artérielle systolique oscillant entre 160 et 199 mmHg, ont en effet été
sélectionnés au hasard pour prendre part à une étude à double insu, contrôlée
par placébo. La moyenne d'âge des participants à celle ci, qui a débuté en
2001, est de 83 ans et 7 mois.
    Les participants se sont vus administrer soit un placébo, soit de
l'indapamide à diffusion lente avec du périndopril, à raison d'un comprimé par
jour, dans le but de porter leur pression artérielle à 150/80 mmHg. En
moyenne, le suivi des patients s'est étalé sur un peu plus de deux ans. Or, au
terme de cette période, seuls 20 pour cent des patients sous placébo
affichaient une pression artérielle de 150/80 mmHg, contre 48 pour cent des
patients bénéficiaires du traitement. Avec le temps, un pourcentage encore
plus important de ces derniers en sont d'ailleurs venus à afficher une
pression de 150/80 mmHg.
    L'étude HYVET a été coordonnée par les chercheurs de l'Imperial College
London, qui l'ont effectuée avec leurs collègues du monde entier. Son
principal volet a été financé par la British Heart Foundation et par Servier.

    A propos de l'Imperial College London

    Cinquième meilleur établissement universitaire au monde d'après le
classement des universités publié en 2007 dans le supplément du Times consacré
à l'enseignement supérieur, l'Imperial College London est un établissement à
vocation scientifique réputé pour l'excellence de son enseignement et de sa
recherche. Il compte 12 000 étudiants encadrés par un effectif de 6 000
personnes qui figurent parmi les meilleures au monde dans leur domaine.
Reposant sur une culture d'entreprise dynamique, les recherches novatrices
menées au sein de l'Imperial College sont axées sur l'étude des liens entre
science, médecine, génie et administration des affaires en vue de mettre au
point des solutions pratiques susceptibles d'améliorer la qualité de la vie et
celle de l'environnement.
    Site Web : www.imperial.ac.uk




Renseignements :

Renseignements: veuillez communiquer avec: Geneviève Déry, HKDP
Communications et affaires publiques, (514) 395-0375, extension 232,
gdery@hkdp.qc.ca; Laura Gallagher, Attachée de presse principale, Imperial
College London, +44 (0) 20 7594 6702, ou poste 46702, Attaché de presse en
dehors des heures ouvrables: +44 (0) 7803 886 248, l.gallagher@imperial.ac.uk;
Site Web: www.imperial.ac.uk/press

Profil de l'entreprise

SERVIER CANADA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.