Commission scolaire de Montréal : Nos écoles secondaires sont sécuritaires



    MONTREAL, le 2 mars /CNW Telbec/ - Le Service de police de la Ville de
Montréal (SPVM) et la Commission scolaire de Montréal (CSDM) rectifient les
faits évoqués plus tôt cette semaine dans le Journal de Montréal, leur analyse
faisant clairement ressortir que le nombre d'appels logés à la police ne peut
servir de critère pour calculer le taux de violence d'une école.

    Atteinte à la réputation
    ------------------------

    La CSDM dénonce le traitement de l'information qui a été fait. Elle
déplore le climat de panique qu'il a causé et l'impact négatif qu'il a fait
rejaillir sur ses écoles.
    "La violence, nous ne la nions pas. C'est un fait de société. Par contre,
ce qu'il faut savoir, c'est que la Commission scolaire de Montréal prend ses
responsabilités pour que toutes ses écoles soient des lieux sécuritaires", de
déclarer Diane De Courcy, présidente de la CSDM.

    Protocoles d'entente avec les postes de police de quartier
    ----------------------------------------------------------

    Chaque école établit un protocole d'entente avec le poste de police de
son quartier. La plupart du temps, lorsqu'une école appelle le 911, c'est à
titre préventif. Il s'agit souvent d'événements qui se passent ou pourraient
se passer en fin de journée. L'école peut recevoir, en effet, des indications
sur un attroupement ou une bataille qui pourrait avoir lieu dans les rues ou
parcs avoisinants et se doit de les communiquer à la police pour prévenir tout
acte de violence.
    Il est question ici d'une "hyper vigilance" qui se traduit par des
actions préventives de plus en plus nombreuses, par le partage d'informations
privilégiées dans le but d'assurer un climat sécuritaire dans le quartier.
    Autres motifs : plusieurs appels au 911 sont faits pour supporter un
élève ou ses parents.
    Par exemple, à l'école Louis-Riel, un appel a été coté "agression
sexuelle". Dans les faits, un support a été apporté à un élève qui avait subi
une agression sexuelle à l'extérieur de l'école.
    A l'école Evangéline, un appel a été coté "tentative de meurtre". Cette
fois, un jeune adulte qui ne fréquente pas l'école était agressé d'un coup de
couteau dans un parc à proximité. L'école a appelé le 911 et a prêté
assistance à la victime.

    La sécurité est l'affaire de tous
    ---------------------------------

    L'école n'est pas un îlot. Elle ne travaille pas en vase clos. L'école
communautaire que la CSDM développe actuellement sur son territoire est une
école qui travaille activement avec les partenaires de la communauté. Tous les
membres du personnel s'allient aux parents, aux organismes communautaires, aux
organismes municipaux dont font partie les policiers, pour que l'école réponde
au besoin de sécurité légitime des élèves et des parents. Elle met tout en
oeuvre pour contrer la violence dans son milieu. Par exemple :
    

    - L'école a des surveillants qui assurent l'encadrement des élèves;
    - Le personnel est formé à la gestion des cas difficiles;
    - Les élèves sont formés à la médiation par leurs pairs;
    - Le conseil étudiant collabore à l'élaboration des règles de conduite
      dans l'école;
    - L'école organise de nombreuses activités parascolaires pour motiver les
      jeunes et éviter qu'ils soient oisifs (club de plein air, équipes
      sportives, improvisation, théâtre, musique, etc.);
    - Souvent, des élèves de 5e secondaire parrainent des élèves de
      1re secondaire.
    

    Nos jeunes sont engagés
    -----------------------

    A la suite de la tourmente médiatique qui a entouré leur école, les
élèves de l'école secondaire Georges-Vanier avaient décidé d'organiser une
marche pacifique aux abords de l'édifice du Journal de Montréal, ce vendredi
2 mars, en début d'après-midi, pour dénoncer l'image négative, image non
fondée, que l'on a projetée de leur école sur la place publique. L'événement a
dû être annulé à cause de la tempête de neige qui sévit présentement.
    "Nos jeunes voulaient s'impliquer pour défendre leur école! C'est
réjouissant de voir ça. Je rappelle que la mission d'éducation consiste aussi
à guider la libre expression quand vient le temps de faire valoir ses idées,
ses opinions, ses actions. Tout peut se dire, se faire, dans le respect de soi
et des autres. De manière pacifique, on se fait entendre et on influence le
cours des choses", de conclure Madame De Courcy.




Renseignements :

Renseignements: Service des communications, Linda Lévesque, (514)
596-6118, poste 4055, (514) 242-8909

Profil de l'entreprise

Commission scolaire de Montréal

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.