Commission parlementaire sur le phénomène de l'itinérance - Le FRAPRU considère que les personnes seules sont laissées pour compte au Québec



    MONTREAL, le 28 oct. /CNW Telbec/ - Dans le mémoire qu'il présentera
cette semaine en commission parlementaire sur le phénomène de l'itinérance, le
Front d'action populaire en réaménagement urbain dénonce le peu d'attention
accordé aux personnes seules dans les politiques gouvernementales québécoises.
Pourtant, rappelle le FRAPRU, c'est chez ces personnes que se concentre
traditionnellement le problème de l'itinérance.

    
    Des chiffres qui font peur
    --------------------------
    
    S'appuyant sur les données de l'Institut de la Statistique du Québec, le
FRAPRU précise que le nombre de personnes seules vivant sous le seuil de
faible revenu a augmenté de 9,2 % entre 2001 et 2005 pour se chiffrer à
329 630. Au même moment, le nombre de personnes vivant dans des familles à
faible revenu a diminué de 3,3 %.
    Le FRAPRU a aussi rendu publiques des statistiques jusqu'ici inédites
provenant du recensement canadien de 2006. Celles-ci démontrent que les
personnes seules représentent 48,8 % des ménages locataires du Québec, mais
qu'elles comptent pour 71,8 % de ceux qui consacrent entre 50 % et 80 % de
leur revenu au loyer et 73 % de ceux qui y engouffrent plus de 80 %. Ce
dernier problème touche 63 505 individus, dont 40 165 dans la seule région de
Montréal, 6225 dans celle de Québec et entre 1000 et 2000 dans les régions de
Sherbrooke, Gatineau, Trois-Rivières et Saguenay. Selon le FRAPRU, ces
personnes sont toutes à très grand risque d'itinérance.

    
    Des politiques qui excluent
    ---------------------------
    
    Or, selon l'organisme, les gouvernements qui se sont succédé à Québec ont
fait très peu de cas des personnes seules.
    Le FRAPRU cite l'exemple du programme québécois d'allocation-logement qui
accorde une aide financière pouvant atteindre 80 $ par mois pour aider au
paiement du loyer. Les personnes seules de moins de 55 ans sont totalement
exclues de ce programme, alors qu'elles comptent pourtant pour 67 % de celles
qui doivent payer plus de 80 % de leur revenu en loyer. Selon François
Saillant, coordonnateur du FRAPRU, "il est plus que temps de mettre fin à
cette exclusion totalement discriminatoire".
    Il ajoute que "loin de mettre fin à la discrimination, le gouvernement en
a rajouté dans une décision rendue publique, le 30 septembre". Celui-ci a en
effet annoncé l'indexation des revenus maximaux permettant de recevoir
l'allocation-logement. Les personnes seules de plus de 55 ans, de même que les
familles nombreuses, ont toutefois été exclues d'une telle indexation.
    Le FRAPRU considère aussi que les personnes seules, qui représentent 75 %
des ménages à l'aide sociale, sont lourdement pénalisées par le niveau actuel
de prestations et la demi-indexation qui leur a été accordée depuis quatre ans
si elles sont considérées aptes au travail. En août dernier, cette mesure a
privé 133 006 personnes seules de 17 $ sur une prestation de base qui n'est
que de 548 $ par mois.

    
    Pour une politique globale en itinérance
    ----------------------------------------
    
    Dans son mémoire, le FRAPRU prend également parti pour l'adoption d'une
politique québécoise en itinérance, comme celle réclamée par le Réseau
SOLIDARITE Itinérance du Québec. L'organisme réclame aussi des mesures
spécifiques en habitation, dont l'adoption d'un plan sur cinq ans de
développement du logement social, la création d'un programme d'acquisition de
logements locatifs privés, dont des maisons de chambres, pour les transformer
en logements sociaux, ainsi que la fin de la discrimination dans l'accès à
l'allocation-logement.
    Selon Marie-José Corriveau, responsable des dossiers québécois au FRAPRU,
"l'itinérance n'est pas uniquement un problème de logement, mais c'est
toujours au problème du problème".

    Le FRAPRU présentera son mémoire le jeudi 30 octobre, à 16h15, à la salle
Louis-Joseph Papineau de l'Assemblée nationale.




Renseignements :

Renseignements: François Saillant, (514) 522-1010, (514) 919-2843
(cellulaire); Marie-José Corriveau, (514) 522-1010, (514) 386-1040
(cellulaire)

Profil de l'entreprise

Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.