Comité des plaintes et de l'éthique de l'information - Décision - Numéro de dossier : D2008-02-049



    MONTREAL, le 11 juill. /CNW Telbec/ -

    
    -------------------------------------------------------------------------
    Numéro de dossier : D2008-02-049

    Plaignant           Cabinet du maire et du comité exécutif de la Ville de
                        Montréal
                        M. Richard Thériault, directeur de l'administration
                        et des communications

    et

    Mis-en-cause        M. Michel Jean, journaliste
                        Mme Nadia Jahwar, rédactrice en chef
                        L'émission "J.E."
                        Le Groupe TVA
    -------------------------------------------------------------------------
    

    RESUME DE LA PLAINTE

    M. Richard Thériault, directeur de l'administration et des communications
du Cabinet du maire et du comité exécutif de la Ville de Montréal, porte
plainte contre les journalistes Annie Gagnon et Michel Jean au sujet d'un
reportage intitulé "Rats à Montréal", diffusé dans le cadre de l'émission
"J.E.", le 11 janvier 2008 sur TVA. Le plaignant reproche aux mis-en-cause
d'avoir diffusé dans ce reportage des informations inexactes, incomplètes et
d'avoir laissé croire à l'inaction des autorités municipales pour endiguer les
infestations de rats à Montréal.

    GRIEFS DU PLAIGNANT

    M. Richard Thériault, directeur de l'administration et des communications
du Cabinet du maire et du comité exécutif de la Ville de Montréal, dépose
plainte contre les journalistes Annie Gagnon et Michel Jean au sujet d'un
reportage de l'émission "J.E." diffusé par le Groupe TVA. Le reportage en
question, intitulé "Rats à Montréal" fut diffusé le 11 janvier 2008 et
traitait des infestations de rats sur l'île de Montréal.
    Le plaignant reproche tout d'abord aux auteurs de ce reportage d'avoir
commis des inexactitudes, notamment en ayant affirmé : "aucun fonctionnaire
n'a été autorisé à nous parler". M. Thériault affirme que la recherchiste de
l'émission, Mme Karine Boudreault, a pourtant obtenu des informations auprès
de plusieurs fonctionnaires municipaux dont le plaignant fournit la liste des
noms. Le plaignant indique qu'il est donc faux de prétendre que la Ville de
Montréal aurait interdit à ses fonctionnaires de parler aux membres de
l'équipe de l'émission "J.E.".
    Le plaignant reproche également aux mis-en-cause d'avoir omis de
mentionner qu'une équipe responsable de la dératisation à Montréal est sous la
coordination de l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, livrant ainsi
une information incomplète quant à l'engagement de la Ville sur la question
des infestations de rats.
    Le plaignant indique enfin que les auteurs du reportage ont sous-entendu
que le maire et la Ville n'accordaient pas d'importance à la question des
infestations de rats à Montréal, alors que l'administration municipale
actuelle est celle qui, jusqu'à maintenant, a consacré le plus de financement
afin d'améliorer les infrastructures et résoudre ainsi ce problème. Au cours
du reportage, les journalistes de "J.E." avaient souligné que le maire avait
participé à nombre de manifestations publiques tandis qu'il refusait de se
prononcer sur la gestion de ce problème par les autorités municipales. Le
plaignant estime qu'il s'agit là de désinformation et d'un manquement à
l'éthique journalistique, car un élu est selon lui tout à fait en droit de
refuser une entrevue sans que cela puisse par la suite lui être reproché
publiquement par les journalistes auteurs de la demande d'entrevue.
    Le plaignant demande en conséquence que les manquements qu'il a soulevés
dans la plainte fassent l'objet de correctifs appropriés auprès du public par
les journalistes mis-en-cause. M. Thériault explique avoir écrit à TVA pour
demander ces rectifications, ce qui lui fut refusé. Il joint à sa plainte la
réponse des représentants de TVA à cette lettre. M. Thériault annexe également
à sa plainte un verbatim du reportage en cause ainsi qu'une liste d'éléments
pour lesquels les fonctionnaires municipaux ont livré des informations à la
recherchiste de "J.E.".

    COMMENTAIRES DES MIS-EN-CAUSE

    Commentaires de Me Véronique Dubois, conseillère juridique principale
    ---------------------------------------------------------------------

    La représentante des mis-en-cause estime que ces derniers ont traité d'un
sujet d'intérêt public. Ainsi la plainte de M. Thériault est non fondée dans
la mesure où le journaliste Michel Jean a étayé sa recherche avec rigueur par
le biais d'entrevues avec un expert en dératisation, un ingénieur, un
professeur d'université ainsi que des citoyens ayant témoigné de la présence
de rats près de leurs résidences.
    Concernant les reproches du plaignant au sujet de l'entrevue refusée à
"J.E." par le maire de Montréal, la représentante des mis-en-cause estime
qu'un élu peut certes refuser une entrevue mais qu'il n'est pas interdit à un
journaliste d'aviser le public de ce refus. Elle indique que les mis-en-cause
ont en effet souligné que le maire multipliait les sorties publiques
parallèlement à ce refus. Elle estime toutefois que ces affirmations, en tout
point, objectives et véridiques ne constituent pas un reproche mais ont été
formulées dans le seul but d'informer les citoyens, en vertu du principe selon
lequel un élu doit pouvoir en tout temps rendre compte de ses actions aux
citoyens.
    Concernant le reproche du plaignant selon lequel les mis-en-cause n'ont
pas indiqué dans le reportage qu'une équipe de dératisation est sous la
coordination de l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, la
représentante des mis-en-cause estime que l'angle et le contenu d'un reportage
relèvent du jugement du journaliste, qui n'était donc pas contraint d'inclure
cette information dans son reportage. Elle souligne par ailleurs qu'une
entrevue auprès des autorités de l'arrondissement fut sollicitée par la
recherchiste de l'émission et que cette entrevue lui fut refusée.
    De même, Me Dubois explique qu'il n'y a pas eu de fausse information
diffusée par les journalistes lorsqu'ils affirmaient qu'aucun fonctionnaire
n'avait été autorisé à leur parler dans la mesure où il n'y a eu aucune
entrevue télévisée possible avec un responsable municipal sur le sujet du
reportage : une entrevue aurait bien été planifiée avec un administrateur,
M. Jean-Paul Magnan mais celui-ci aurait annulé au dernier moment. La
représentante des mis-en-cause affirme que cette phrase ne prêtait pas à
confusion car elle faisait directement référence à une entrevue devant caméra.
    Pour ce qui est des contacts que la recherchiste de l'émission "J.E." a
pu avoir avec des employés de la Ville, la représentante des mis-en-cause
explique que les journalistes ont choisi, parmi les informations qui leur
furent transmises, d'utiliser celles qu'ils jugeaient pertinentes aux fins de
leur reportage. Ainsi, le reportage établit clairement que les sommes
consenties à la réfection des égouts ont été augmentées par l'administration
en place. Le sujet a aussi fait l'objet d'une enquête approfondie sur le
terrain par laquelle les journalistes n'ont pas voulu se limiter à la seule
information de source officielle. Il leur revient de diffuser l'information
qu'ils jugent adéquate au traitement de leur sujet, nul ne pouvant leur dicter
le contenu de leur reportage.
    Me Dubois apporte des précisions pour ce qui est de l'accusation de
désinformation du public : selon elle, il était impossible aux journalistes de
divulguer certaines informations concernant l'engagement budgétaire de la
Ville afin d'améliorer les infrastructures et de remédier au problème des
infestations de rats, dans la mesure où ces mêmes informations n'ont pas été
portées à la connaissance de l'équipe journalistique de "J.E.". Elle estime
qu'il aurait pu être intéressant d'introduire de tels éléments dans le
reportage dans le cadre d'une entrevue avec un administrateur de la Ville mais
que ceci n'a pu être fait compte tenu du refus des fonctionnaires municipaux
d'accorder de telles entrevues.
    Elle ajoute qu'il apparaît difficile de se voir ainsi reprocher des
manquements dans le traitement du sujet par les mêmes personnes qui ont refusé
d'apporter leur point de vue dans le reportage. Elle déclare en outre que
l'administration publique ne doit pas confondre l'information qu'elle a
intérêt à faire connaître d'une part et l'information d'intérêt public d'autre
part.
    La représentante des mis-en-cause mentionne enfin que le reportage en
cause a fait l'objet d'un suivi dans l'édition du 22 février 2008 de
l'émission "J.E." et qu'à ce titre les mis-en-cause ne peuvent être taxés de
manque de professionnalisme puisqu'ils ont eu le souci de fournir une
information à jour et complète : M. Michel Jean a ainsi fait état de l'annonce
faite par le maire M. Gérald Tremblay de nouveaux investissements dans le
réseau d'eau et d'égouts montréalais.

    REPLIQUE DU PLAIGNANT

    Le plaignant se déclare insatisfait des commentaires de la représentante
des mis-en-cause. Il s'interroge en effet sur l'intention réelle des
journalistes lorsqu'ils ont signalé la participation du maire à de nombreux
événements publics en parallèle de son refus de leur accorder une entrevue.
    Le plaignant trouve paradoxal de la part des mis-en-cause de se prévaloir
du droit du citoyen à l'information pour justifier le contenu de leur
reportage alors même qu'ils ont transmis au public des informations inexactes
ou incomplètes. Celui-ci cite à nouveau une phrase en cause dans le reportage
"aucun fonctionnaire n'a été autorisé à nous parler" en rappelant que huit
employés de la Ville ont pourtant eu des contacts directs avec la recherchiste
de l'émission "J.E.". Dans la même optique, le plaignant indique que les
mis-en-cause ont faussement prétendu que certaines informations budgétaires ne
leur ont pas été communiquées par la Ville alors que l'attaché de presse
M. Bernard Larin orientait un membre de l'équipe de "J.E." vers le site
Internet de la Ville où étaient inscrites les informations répondant au
questionnement des journalistes de l'émission.

    DECISION

    Le plaignant, M. Richard Thériault, directeur de l'administration et des
communications du Cabinet du maire et du comité exécutif de la Ville de
Montréal, portait plainte à l'endroit du journaliste M. Michel Jean, pour
inexactitude, manque de rigueur, d'exhaustivité et d'équilibre de
l'information dans un reportage de l'émission "J.E." diffusé sur TVA le 11
janvier 2008, traitant des infestations de rats dans la ville.
    Le plaignant déplorait d'abord ce qu'il qualifie de propos inexacts. Le
journaliste Michel Jean affirmait au cours du reportage "aucun fonctionnaire
n'a également été autorisé à nous parler", après avoir mentionné le refus du
maire de Montréal d'accorder une entrevue à "J.E." sur la gestion du réseau
d'aqueduc et d'égout par la Ville. Le plaignant considère que la phrase
susmentionnée serait inexacte puisque la recherchiste de l'émission "J.E."
aurait eu accès à des informations sur le sujet par le biais de fonctionnaires
municipaux.
    En ce qui a trait à l'exactitude de l'information, le guide déontologique
du Conseil de presse mentionne que les médias et les journalistes ont le
devoir de livrer au public une information complète, rigoureuse et conforme
aux faits et aux événements.
    Si aucune entrevue n'a été réalisée avec le maire ou l'un des
fonctionnaires de la Ville pour diffusion dans le cadre du reportage, la
recherchiste de l'émission "J.E." a néanmoins obtenu des informations sur le
sujet du reportage, auprès de plusieurs fonctionnaires municipaux. Il était
alors inexact d'affirmer dans un tel contexte : "aucun fonctionnaire n'a
également été autorisé à nous parler". Le grief est donc retenu.
    Le plaignant reprochait ensuite aux mis-en-cause d'avoir fourni une
information incomplète sur la dératisation et la gestion par la Ville du
réseau d'aqueduc et d'égout de Montréal, ce qui aurait eu pour effet de
laisser penser au public que les autorités municipales négligeaient le
problème des infestations de rats dans la ville.
    Il convient de rappeler que le choix des faits et des événements
rapportés, de même que celui des questions d'intérêt public traitées relèvent
de la discrétion des directions des salles de nouvelles des organes de presse
et des journalistes. Les mis-en-cause ont donc toute latitude pour choisir le
contenu de leur reportage en fonction de l'angle qu'ils ont défini, dans la
mesure où le reportage est équilibré et ne favorise pas l'une des parties
prenantes au dossier traité.
    Certaines informations apportées par le plaignant, notamment à l'effet
qu'une équipe de dératisation est sous la coordination de l'arrondissement
Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, n'ont en effet pas été introduites dans le
reportage.
    Il apparaît parallèlement que le journaliste a exposé le montant des
investissements effectués par la Ville dans la réfection du réseau d'aqueduc
et d'égout, ceux-ci étant en constante augmentation entre 2006 et 2008, ce qui
contribuerait à illustrer les initiatives de la Ville en ce domaine. Le
Conseil de presse constate alors que l'absence de la première information ne
nuisait vraisemblablement pas à l'équilibre du reportage et n'induisait pas le
public en erreur quant au contenu dudit reportage.
    Dans le contexte de la réalisation de ce reportage, il faut souligner que
le journaliste s'est vu refuser des entrevues devant caméra avec des
responsables de la Ville, qui constituait l'une des parties intéressées au
dossier. En pareil cas, le Conseil a déjà recommandé aux professionnels de
l'information de prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer une
couverture équilibrée du sujet, en ayant par exemple recours à des sources
statistiques et experts indépendants (D2005-11-024). Les mis-en-cause ont fait
intervenir un chercheur, un ingénieur, un spécialiste en dératisation dans le
cadre de leur reportage, et se sont appuyés sur des sources statistiques
fiables, dont le site Internet de la Ville de Montréal, couvrant ainsi ce
sujet d'intérêt public de manière équilibrée. Ce grief est donc rejeté.
    Le plaignant indiquait enfin que les mis-en-cause avaient reproché
publiquement au maire de Montréal d'avoir refusé de leur accorder une
entrevue, en montrant des images de plusieurs de ses apparitions publiques,
tout en faisant part de ce refus.
    Cette manière de procéder constituerait de la désinformation aux yeux du
plaignant, qui estime que de telles images, juxtaposées à la mention du refus
du maire d'accorder une entrevue à "J.E.", laisseraient supposer que celui-ci
ne se préoccuperait pas du problème des infestations de rats et de la
nécessaire réfection du réseau d'égout qui permettrait d'y remédier.
    Le guide déontologique du Conseil de presse souligne que l'attention que
les médias et professionnels de l'information décident de porter à un sujet
particulier, le choix de ce sujet et sa pertinence relèvent de leur jugement
rédactionnel.
    Dans la mesure où cette information était exacte, les mis-en-cause
étaient en droit de mentionner dans leur reportage le refus du maire de leur
accorder une entrevue sur la question des infestations de rats à Montréal et
la gestion de ce problème par les autorités municipales. Le Conseil constate
que le journaliste n'a pas tronqué les faits en signalant que le maire avait
participé à plusieurs événements publics. Toutefois, le Conseil estime que le
parallèle établi entre ces participations du maire et son refus d'accorder une
entrevue était tendancieux. Le grief est donc retenu.

    Pour l'ensemble des raisons précédemment exposées, le Conseil de presse
retient partiellement la plainte de M. Richard Thériault, directeur de
l'administration et des communications du Cabinet du maire et du comité
exécutif de la Ville de Montréal, contre M. Michel Jean, journaliste pour
l'émission "J.E." et le Groupe TVA.

    Nathalie Verge, secrétaire générale
    Au nom du comité des plaintes et de l'éthique de l'information




Renseignements :

Renseignements: Nathalie Verge, secrétaire générale, Conseil de presse
du Québec, (514) 529-2818

Profil de l'entreprise

Conseil de presse du Québec

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.