Clôture du XIIe Sommet de la Francophonie - Pauline Marois dresse un bilan MITIGE



    QUEBEC, le 19 oct. /CNW Telbec/ - A l'issue du XIIe Sommet de la
Francophonie, la députée de Charlevoix et chef du Parti Québécois, Pauline
Marois, dresse un bilan mitigé du résultat des discussions des pays membres de
l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Madame Marois s'est
dite fière que le Québec ait été l'hôte du XIIe Sommet de la Francophonie et
d'avoir eu le plaisir d'accueillir les représentants des pays membres de
l'OIF.
    "Je trouve cependant déplorable que l'ensemble des travaux se soient
déroulés à huis clos empêchant ainsi la population d'être informée des
discussions entourant les grands enjeux internationaux, notamment sur
l'environnement, la crise alimentaire et la langue. Des sujets qui préoccupent
une vaste partie de la population québécoise. Bien que la crise financière ait
un impact indéniable sur la scène internationale, il est tout de même dommage
qu'elle ait pris autant de place alors que les populations des pays du sud
vivent présentement une crise alimentaire sans précédent. Celle-ci aurait pu
être résorbée si on y avait consacré 1 % des sommes dégagées pour la crise
financière ", a déclaré Pauline Marois.
    Rappelons qu'un peu plus tôt cette semaine, Mme Marois rendait publiques
ses attentes sur la représentation du Québec au sein de la Francophonie
internationale. Elle souhaitait alors que le Québec soit identifié en son nom
propre et non plus sous le vocable Canada-Québec et assume ainsi pleinement
son leadership au sein de la Francophonie. De plus, il est essentiel que le
Québec soit présent dans les pays africains ainsi que dans les trois pays de
l'Asie membres de la Francophonie et, pour terminer, que le Québec accueille
un bureau permanent de l'OIF.
    "A l'issue de ce sommet, il apparaît évident que Jean Charest n'a pas été
en mesure de défendre avec vigueur la place du Québec dans l'organisation du
XIIe Sommet de la Francophonie. Je constate qu'au delà de ses paroles, il y eu
prédominance du gouvernement fédéral", a déploré la chef du Parti Québécois.
    "Jean Charest s'est fait doubler, il n'a pas su s'imposer et imposer les
vues du Québec durant ce sommet. Le gouvernement fédéral a pris le contrôle de
cet événement qui se tenait pourtant dans notre capitale nationale et Jean
Charest l'a laissé faire", a affirmé Mme Marois.
    Enfin, en ce qui concerne les relations France-Québec, Mme Marois a
déclaré : "Je suis assez satisfaite du soutien formel du président de la
République française, M. Nicolas Sarkozy, au développement d'une relation
d'égale à égale, étroite et privilégiée entre la France et le Québec. Je suis
convaincue que le jour où les Québécois décideront démocratiquement d'assumer
leur pleine souveraineté, notre "famille française" sera à leurs côtés. Les
relations fraternelles développées au cours des cinquante dernières années
sont notre meilleure garantie à cet égard".
    Mentionnons que Mme Marois a profité de ce sommet pour rencontrer
plusieurs délégations, notamment des représentants de la République d'Haiti et
du Liban qui comptent d'importantes communautés au Québec.
    -%SU: CLT
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Marie Barrette, Attachée de presse, Aile parlementaire
du Parti Québécois, (418) 644-9318


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.