Cinquième anniversaire de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale - Demi-mesures, demi-vérités, demi-indexations



    QUEBEC, le 13 déc. /CNW Telbec/ - Le Collectif pour un Québec sans
pauvreté tient à souligner le cinquième anniversaire de la Loi visant à lutter
contre la pauvreté et l'exclusion sociale. Adoptée à l'unanimité par
l'Assemblée nationale le 13 décembre 2002, elle dicte au gouvernement d'agir
pour faire du Québec d'ici 2013 l'une des nations industrialisées où il y a le
moins de personnes pauvres. Cet anniversaire nous rappelle qu'on est bien mal
partis.
    Dans son récent Bilan de la troisième année du plan d'action
gouvernemental en matière de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale,
le ministre de l'Emploi et la Solidarité sociale, M. Sam Hamad, se félicite
des mesures soutien aux enfants et prime au travail qui ont permis aux
familles d'améliorer leur situation. Il est vrai qu'un progrès a été fait. Il
prétend aussi que la situation des personnes seules qui reçoivent la
prestation de base à l'aide sociale s'est améliorée de 4,8% en quatre ans; en
réalité elle s'est plutôt détériorée de 4,8%, puisqu'à trois reprises elle n'a
été indexée qu'à la moitié de la hausse du coût de la vie. Le ministre vient
tout juste de remettre ça : pour une quatrième année consécutive, il vient
d'annoncer une autre demi-indexation, ce qui appauvrit les personnes déjà les
plus pauvres.
    De plus, le ministre se targue dans son bilan que son gouvernement a
augmenté le salaire minimum, alors que ces augmentations sont beaucoup plus
près d'une simple indexation au coût de la vie que d'une véritable
augmentation.
    On ne peut que s'interroger sur la vision du gouvernement en matière de
lutte à la pauvreté : en effet, parallèlement, le choix des gouvernements
successifs de faire 5 milliards $ de baisses d'impôts cumulées depuis l'an
2000 a surtout profité aux personnes et aux familles du cinquième le plus
riche de la population, ce qui a pour conséquence d'agrandir les écarts de
revenu au Québec. Pourtant, un objectif clairement affirmé de la Loi visant à
lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale est de réduire les
inégalités.
    Devant ces maigres résultats, cinq ans après l'adoption de la loi, le
Collectif et son réseau ont choisi de prendre la voie de la mobilisation pour
indiquer au gouvernement des cibles à atteindre. La campagne MISSION
COLLECTIVE : bâtir un Québec sans pauvreté demande à l'Assemblée nationale que
toutes les personnes aient accès, sans discrimination, à des services publics
universels de qualité; que le salaire minimum soit augmenté à 10,16 $/heure
afin qu'une personne seule travaillant 40 heures/semaine sorte de la pauvreté;
et enfin que les protections publiques soient haussées pour assurer à toute
personne un revenu au moins égal à la mesure du panier de consommation, soit
13 267 $/an, afin de préserver sa santé et sa dignité.

    Actif depuis 1998, le Collectif pour un Québec sans pauvreté regroupe
32 organisations nationales québécoises, populaires, communautaires,
syndicales, religieuses, féministes, étudiantes, coopératives ainsi que des
collectifs régionaux dans quinze régions du Québec. Toutes ces organisations
ont dans leur mission de lutter contre la pauvreté, de faire de la défense de
droits et de promouvoir la justice sociale. Des centaines d'organisations et
d'individuEs de plusieurs secteurs de la société civile forment son réseau
d'appui.




Renseignements :

Renseignements: Solène Tanguay, responsable des communications,
Cellulaire: (418) 254-7238, communications@pauvrete.qc.ca; www.pauvrete.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.