Cinémomètre photographique : le CIFQ se prononce



    QUEBEC, le 19 nov. /CNW Telbec/ - En juillet dernier, le Conseil de
l'industrie forestière du Québec (CIFQ) s'est réjoui que la ministre des
Transports, Mme Julie Boulet, ait réagi aussi rapidement au dépôt du premier
rapport de la Table québécoise de la sécurité routière (TQSR). Le CIFQ avait
toutefois déjà mis en garde la Table des écueils qui guettaient l'utilisation
du cinémomètre photographique.
    La présentation du projet de loi 42 mercredi dernier laisse voir que la
situation n'a guère évolué depuis 2001 et que le fardeau de la preuve
demeurera problématique, principalement pour l'industrie du transport lourd.
Le CIFQ ne remet pas en doute le besoin de diminuer la vitesse sur les routes
et souscrit d'ailleurs à la mesure visant à obliger l'activation des limiteurs
de vitesse à 105 kilomètres à l'heure sur les véhicules lourds. Elle déplore
cependant que les propriétaires de flottes de tels véhicules se voient
maintenant confier la tâche lourde et délicate d'enquêter pour trouver le
coupable d'une infraction et de le dénoncer tout bêtement au ministère de la
Justice. "Ce n'est pas logique", a déclaré le président-directeur général du
CIFQ, M. Guy Chevrette. "Le citoyen est maintenant au service de l'Etat et
doit faire le travail des policiers à leur place", a-t-il poursuivi.
    De concert avec ses partenaires, dont l'Association du camionnage du
Québec (ACQ) et le Forum des intervenants de l'industrie du camionnage
général, le CIFQ avait pourtant proposé une solution novatrice et efficace
pour discipliner les entreprises ou les chauffeurs délinquants. Cette approche
misait sur la loi concernant les propriétaires, exploitants et conducteurs de
véhicules lourds sanctionnée en 1998 et modifiée en 2005. Cette loi a permis
l'établissement d'un dossier pour chaque propriétaire et exploitant de
véhicule lourd (PEVL) et bientôt pour chaque chauffeur de ce type de
véhicules. Depuis bientôt dix ans, cette loi a permis de transformer
complètement l'attitude du transport lourd à l'égard de la sécurité routière.
Elle mise notamment sur la prévention et le changement des comportements des
intervenants, du propriétaire jusqu'au chauffeur. Avec l'avènement du dossier
personnalisé sur chaque chauffeur, cette loi a le pouvoir de corriger les
comportements à l'égard de la vitesse mieux que n'importe quel régime
d'amendes. Jusqu'à présent, la ministre est demeurée fermée à cette
proposition du CIFQ et ce, malgré tout son mérite.
    Comme ses partenaires du transport lourd, le CIFQ croit que l'imposition
de sanctions par la Commission des Transports du Québec (CTQ) en vertu du
dossier du PEVL ou du chauffeur demeure la seule voie possible pour changer
les comportements en matière de vitesse dans le transport lourd. Si la
ministre persiste à imposer des amendes aux propriétaires de véhicules, les
prochains mois et années se transformeront en une chasse aux sorcières pour
trouver et dénoncer les présumés fautifs, avec les conséquences qu'on peut
entrevoir sur les relations de travail dans ce secteur. Bien plus, ce seront
les propriétaires qui risquent de devoir assumer la facture pour quelques
délinquants, incapables de les dénoncer et de faire la preuve de leur présence
à bord du véhicule lors de la commission de l'infraction. "Laissons donc une
chance aux lois existantes et à la CTQ de faire la différence en matière de
bannissement des excès de vitesse dans l'industrie du transport lourd", a
conclu M. Chevrette.

    A propos du CIFQ

    Le Conseil est le porte-parole de l'industrie forestière du Québec. A
elles seules, les entreprises de sciage résineux et feuillu, de déroulage, de
pâtes, papiers, cartons et de panneaux oeuvrant au Québec génèrent 12,9
milliards $ en activité économique chaque année, près de 4 milliards $ en
salaires et avantages sociaux dont près de 1,5 milliard $ est retourné aux
gouvernements sous forme de taxes et d'impôts payés par les entreprises et les
travailleurs.




Renseignements :

Renseignements: Nadia Boutin, Adjointe aux communications, Conseil de
l'industrie forestière du Québec, (418) 657-7916 poste 411,
nadia.boutin@cifq.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.