Chute mortelle sur un chantier de Hydro-Québec: la CSST dépose son rapport d'enquête



    MONTREAL, le 19 mars /CNW Telbec/ - La Commission de la santé et de la
sécurité du travail (CSST) dévoile aujourd'hui les conclusions de son enquête
sur l'accident qui a entraîné le décès de M. Willis Kennedy, de la compagnie
Sintra, division énergie. Le                       30 septembre 2006, M.
Kennedy effectue une chute mortelle alors qu'il démantèle un portique servant
au transport de l'électricité. L'enquête révèle notamment que l'utilisation
d'un équipement muni d'un seul point d'attache expose le travailleur à un
danger de chute.

    
    Rappel des événements
    ---------------------

    Le jour de l'accident, Hydro-Québec procède au démantèlement de ses
équipements désuets implantés sur un terrain situé sur la rue Norman à
Montréal. Les travailleurs de Sintra, division énergie, un sous-traitant,
débutent les travaux nécessaires pour démonter une structure. En matinée, M.
Willis Kennedy, qui effectue le découpage d'une cornière d'une poutre, détache
sa ceinture de sécurité pour se déplacer de l'autre côté de la poutre. Il perd
l'équilibre et fait une chute d'environ dix mètres. M. Kennedy est transporté
à l'hôpital où son décès est constaté.

    Constatation de la CSST
    -----------------------

    L'enquête a permis à la CSST de retenir les causes suivantes pour
expliquer l'accident :

    - l'utilisation d'un équipement muni d'un seul point d'attache fait en
      sorte que, lors d'un déplacement, le travailleur est exposé à un danger
      de chute libre;
    - la supervision par le contremaître de l'utilisation des systèmes de
      protection contre les chutes en hauteur sur le chantier est déficiente.

    La CSST considère que le maître d'oeuvre Hydro-Québec et son
sous-traitant Sintra, division énergie, ont agi de façon à compromettre la
sécurité de ce travailleur. En conséquence, des constats d'infraction ont été
délivrés à ces entreprises. Pour cette infraction, l'amende peut varier de 5
000 $ à 20 000 $ pour une première offense ou de 10 000 $ à 50 000 $ en cas de
récidive.

    Exigence de la CSST
    -------------------

    La CSST a interdit à l'employeur le démantèlement de portique jusqu'à
l'obtention d'une méthode de travail sécuritaire pour démolir la partie
restante du portique. Cette méthode prévoit l'utilisation d'une nacelle pour
accomplir le travail au lieu d'effectuer les travaux en grimpant dans la
structure. L'employeur s'est conformé à cette exigence.

    Plan d'action construction
    --------------------------

    Afin de favoriser la prise en charge de la santé et de la sécurité par les
milieux de travail, la CSST poursuit son plan d'action destiné au secteur de
la construction. Les inspecteurs de la CSST appliquent encore en 2007 le
principe de la tolérance zéro. Ils portent une attention particulière aux
travaux présentant des risques de chute, d'effondrement, d'électrocution ou
pouvant émettre des poussières d'amiante.
    Précisons que depuis 2001, un harnais de sécurité doit être utilisé comme
équipement de protection individuelle servant à arrêter la chute d'un
travailleur.
    
    -%SU: LBR
    -%RE: 40




Renseignements :

Renseignements: Réjean Gosselin, Direction régionale de Montréal-1 -
CSST, (514) 906 3176

Profil de l'entreprise

Commission de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.