Chine - Procès d'un blogueur citoyen: témoins et journalistes privés d'audience



    MONTREAL, le 13 août /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières condamne
l'impossibilité pour plusieurs témoins, dont l'artiste blogueur Ai Weiwei,
ainsi que deux journalistes hongkongais, de se rendre au tribunal de Chengdu
(Sichuan, sud-ouest de la Chine), où s'est ouvert, le 12 août 2009, le procès
du blogueur, Tan Zuoren, âgé de 55 ans. Détenu depuis le 28 mars 2009, et
accusé "d'incitation de subversion à l'Etat" pour ses critiques contre le
gouvernement, Tan Zuoren encourt une peine de cinq ans de prison. Le verdict
est encore en délibéré.
    "Les charges qui pèsent sur Tan Zuoren sont injustifiées. De plus, ce
procès est privé de tout sens par l'intervention de la police afin d'empêcher
le blogueur de se défendre. Il ne s'agit pas de justice, mais de sa parodie",
a déclaré Reporters sans frontières.
    "Deux journalistes journalistes de la chaîne hongkongaise NOW TV ont été
également retenus dans leur chambre pendant sept heures", a ajouté
l'organisation.
    Tan Zuoren, coauteur du blog 64tianwang avec Huang Qi, dissident
également emprisonné, avait dénoncé à plusieurs reprises la répression du
mouvement étudiant du 4 juin 1989. A la suite du séisme meurtrier de mai 2008,
Tan Zuoren avait organisé des dons de sang à Chengdu, le 4 juin, date
d'anniversaire du mouvement étudiant réprimé.
    Le blogueur, relayé par l'artiste Ai Weiwei, s'est également illustré par
son enquête cherchant à établir le nombre d'enfants tués lors du séisme. En
effet, la facilité avec laquelle s'étaient effondrées nombre d'écoles,
qualifiées par la société civile de bâtiments "en tofu", avait contrasté avec
la solidité des bâtiments du gouvernement.
    L'enquête sur ces constructions de qualité médiocre était, selon les
auteurs, potentiellement dangereuse pour certains officiels locaux car elle
pouvait révéler des cas de corruption. Ses résultats devaient être présentés
avant le premier anniversaire de la catastrophe sur le blog d'Ai Weiwei,
finalement bloqué (pour voir la page du site bloqué :
http://profile.blog.sina.com.cn/u/1195348141). Ce n'est qu'un an après le
séisme que le gouvernement avait rendu publiques ses propres statistiques
estimant à 5 335 les enfants victimes du tremblement de terre.
    Au matin du 12 août 2009, Ai Weiwei et dix autres personnes ont été
empêchés par des policiers armés de se rendre au tribunal. Les témoins n'ont
pu sortir de l'hôtel qu'une heure après la fin de l'audience. Selon Pu
Zhiqiang, l'avocat de Tan Zuoren, la police ne voulait laisser personne
témoigner en faveur de son client.
    A l'instar de Tan Zuoren, Ai Weiwei n'avait pas attendu le tremblement de
terre de mai 2008, pour être critique envers le Parti Communiste Chinois.
Ancien consultant lors de la conception du stade olympique au début des années
2000, l'artiste s'était dissocié du projet, qualifiant les JO de "faux
sourire", car, selon lui, seuls les puissants en étaient les bénéficiaires.
    La police n'a pas seulement empêché les témoins de prendre part à
l'audience, puisque deux journalistes de la chaîne privée de Hong Kong NOW TV
ont été également gênés dans l'exercice de leur fonction. Venus couvrir le
procès, ces derniers avaient interviewé Ai Weiwei à l'hôtel, juste avant
l'irruption de la police.
    "Les policiers n'ont montré ni leur insigne de police ni leur mandat. Ils
se sont contentés de dire qu'ils pouvaient fouiller ma chambre sur soupçon de
possession de substances illicites", a expliqué Wong Ka-Yu, l'une des
journalistes.
    Dans l'après-midi, NOW TV a publié un communiqué condamnant "une
obstruction insolente" au travail de reporters. Par ailleurs, la chaîne a
adressé une plainte au Bureau des Affaires de Hong Kong et Macau et a demandé
aux autorités locales de s'expliquer, selon le communiqué.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4188, Télécopieur: (514) 521-7771,
rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.