Chine - JO Pékin- Fichage, propagande et contrôle des agences de presse : "Pékin fait tout le contraire de ce qu'il avait promis au CIO", selon Reporters sans frontières



    PEKIN, Chine, le 13 nov. /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières déplore
les récentes mesures mises en place par les autorités chinoises pour ficher
les journalistes étrangers, renforcer la propagande concernant les JO et
empêcher toute amélioration concernant l'accès des agences de presse
étrangères au marché chinois. Face au tollé soulevé par ces mesures, les
autorités nient l'existence d'un tel fichier et accusent un "mauvais
journaliste" de la presse officielle. Mais tout indique qu'elles réunissent
des informations sur de nombreux journalistes et militants des droits de
l'homme avant les Jeux olympiques de Pékin.
    "Après le Congrès du Parti communiste chinois, nous attendions de la part
des autorités des mesures significatives pour améliorer la situation de la
liberté de la presse avant les Jeux olympiques. Au contraire, le gouvernement
et les organisateurs décident de ficher les journalistes étrangers pour
prétendument identifier des "faux journalistes". Nous sommes également outrés
par les directives du Département de la propagande aux médias chinois sur la
couverture qui doit être absolument "positive" des préparatifs des JO. Cela
ruine nos espoirs d'une plus grande liberté de ton dans la presse chinoise
avant août 2008. Quand les organisateurs des JO et les autorités de Pékin
dérapent de la sorte, le Comité international olympique (CIO) devrait réagir
et appeler avec fermeté au respect des engagements pris par Pékin en 2001", a
affirmé l'organisation.
    Le quotidien de Hong Kong South China Morning Post a révélé que le
Département de la propagande avait adressé, la semaine dernière, aux
responsables des principaux médias chinois un ordre écrit relatif aux Jeux
olympiques. Le Département de la propagande a demandé aux médias d'éviter les
reportages négatifs sur la pollution de l'air, les relations avec Taiwan au
sujet de la torche olympique et les problèmes sanitaires.
    Par ailleurs, le journal officiel, China Daily, a affirmé que les
autorités, notamment l'Administration générale de la presse et des
publications (GAPP), établissaient des fiches sur près de trente mille
journalistes qui seront accrédités pour les Jeux olympiques. Officiellement,
il s'agit d'identifier les "faux journalistes" et d'aider les responsables
chinois à répondre aux interviews. Mais le gouvernement n'a pas précisé quels
types d'informations seront collectés.
    Depuis août dernier, le gouvernement a lancé une campagne nationale
contre les "faux journalistes" qui utiliseraient des accréditations auprès de
médias étrangers, notamment de Hong Kong, pour pratiquer le chantage et la
désinformation. Reporters sans frontières a recensé quatre cas récents
d'arrestations de "faux journalistes" en Chine populaire. Le dernier a eu lieu
cette semaine dans la province du Liaoning (Nord-Est) où deux responsables du
journal Les nouvelles sociales (illégal selon les autorités) ont été arrêtés.
Il est très difficile de vérifier ces informations.
    Les autorités viennent d'annoncer que cette campagne officielle a permis
d'identifier 150 "faux journalistes" et 300 médias sans licence. Ces efforts
vont se prolonger jusqu'en mars 2008. Plusieurs journalistes indépendants et
intellectuels chinois ont dénoncé une nouvelle vague de répression contre tous
les professionnels de l'information qui ne sont pas affiliés directement à un
média ou au syndicat unique des journalistes.
    Enfin, les autorités chinoises ont refusé de faire évoluer la
réglementation sur les agences de presse étrangères opérant dans le pays.
Interpellé devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) par l'Union
européenne, le Canada, le Japon et les Etats-Unis, le gouvernement de Pékin a
affirmé le 12 novembre qu'il n'avait pas signé de disposition l'obligeant à
libéraliser le marché des informations financières. Réagissant en septembre
2006 au renforcement de ce contrôle par l'agence officielle Xinhua, Reporters
sans frontières avait qualifié cette agence de prédateur de la liberté
d'entreprise et de la liberté d'informer.




Renseignements :

Renseignements: Emily Jacquard, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4208, Telec.: (514)
521-7771, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.