Chine - Jo 2008 - A l'ouverture du Conseil europeen, Reporters sans frontières appelle la nouvelle présidence française a se prononcer en faveur du boycott de la cérémonie d'ouverture des JO



    Des membres de l'organisation déploient un drapeau géant avec le visuel
    des menottes en face du siège du Conseil, à Bruxelles

    MONTREAL, le 19 juin /CNW Telbec/ - A l'ouverture, à Bruxelles, du
Conseil européen, le 19 juin 2008, Reporters sans frontières a appelé la
nouvelle présidence française et ses partenaires européens à se prononcer pour
le boycott de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin, le 8 août
prochain.
    Des membres de l'organisation ont déployé un drapeau géant de 100 m2 sur
la façade d'un immeuble en face du Conseil européen, dans le centre de
Bruxelles. Ce drapeau reprend le visuel utilisé par Reporters sans frontières
montrant les anneaux olympiques sous forme de menottes.
    "La menace de la politique de la chaise vide le 8 août 2008 dans le stade
olympique de Pékin est peut-être la seule manière d'obtenir des gestes
concrets. Sans ce rapport de force, toute gesticulation sera inutile et le
gouvernement chinois pourra renvoyer avec mépris les futures demandes de
l'Union européenne en faveur d'une amélioration de la situation des droits de
l'homme. A quelques jours du passage de la flamme à Lhassa, au Tibet, les
chefs d'Etat européens sortiraient grandis d'une annonce forte en faveur d'une
amélioration de la situation de la liberté d'expression en Chine. La
répression des journalistes n'a pas diminué dans le pays. Le célèbre dissident
et blogueur Huang Qi vient d'être de nouveau arrêté. Une mobilisation
européenne est urgente", a déclaré Reporters sans frontières.
    "Nicolas Sarkozy a clairement énoncé que sa participation à la cérémonie
d'ouverture était conditionnée à la reprise du dialogue entre Pékin et les
représentants du dalai-lama. Or, le processus est gelé et quand, tout
récemment, les Etats-Unis et l'Union européenne ont demandé ensemble
l'ouverture d'une concertation sincère sur le Tibet, le gouvernement de Pékin
a rejeté cet appel, le qualifiant d'ingérence dans les affaires intérieures de
la Chine. Le pouvoir chinois refuse également que les journalistes étrangers
accèdent librement au Tibet et au Xinjiang alors que des campagnes massives
d'arrestations et de rééducation y ont cours", a ajouté l'organisation.
    "A juste titre, les sportifs affirment que ce n'est pas à eux, mais aux
politiques, de résoudre cette équation difficile. Le Conseil européen ne doit
pas passer à côté d'une occasion historique de créer les conditions requises
pour obtenir de Pékin de vraies avancées. Le Parti communiste chinois ne
pourra pas toujours répondre par des campagnes nationalistes aux demandes
légitimes de libération des prisonniers d'opinion", a conclu Reporters sans
frontières.
    Depuis plusieurs mois, Reporters sans frontières appelle au boycott de la
cérémonie d'ouverture du 8 août 2008 par les chefs d'Etat, les chefs de
gouvernement et les membres des familles royales. Les gouvernements de
Pologne, d'Estonie, d'Autriche et de la République tchèque ont déjà annoncé
qu'ils n'enverraient pas de représentant pendant la cérémonie d'ouverture. La
majorité des Etats membres n'ont pas encore pris position, attendant la
décision de la France qui doit se prononcer au nom de l'UE.
    Par ailleurs, Reporters sans frontières appelle les instances européennes
à demander au Comité international olympique qu'il se pose, d'ores et déjà, la
question des critères d'attribution des futurs JO. L'organisation appelle à
prendre en compte la situation des libertés fondamentales et notamment de la
liberté d'expression dans le choix de la ville hôte des Jeux.
    Une centaine de journalistes, cyberdissidents, blogueurs et internautes
sont emprisonnés en Chine, à deux mois des Jeux olympiques. Les autorités de
Pékin n'ont pas respecté les promesses qu'elles avaient faites en 2001,
concernant le respect des droits de l'homme, lorsque la ville avait été
choisie pour organiser les olympiades de 2008.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4188, Télécopieur: (514) 521-7771,
rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.